Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Le flux RSS est introuvable...
MB Vectrex
1982 - 1984
Un projet d'une audace incroyable, une console sans équivalent dans l'histoire. La Vectrex est un cas à part.
Par Laurent (31 octobre 2000)
Une Vectrex avec sa manette et le cache pour Mine Storm.Image provenant du site MO5.com.

Les graphismes vectoriels

En 1982, la société Smith Engineering conçoit la Vectrex pour le compte de la General Consumer Electronics (GCE). Il ne s'agit pas d'une console traditionnelle, et à ce jour aucun système comparable n'a été produit. La Vectrex est une console qui utilise un affichage entièrement vectoriel, qui lui donne son nom et implique qu'elle dispose d'un écran spécifique.

Les graphismes à base de vecteurs sont apparus dès la fin des années 70 dans des jeux d'arcade tels qu'Asteroids, Battlezone ou Tempest. La plupart des jeux vidéo utilisent des graphismes composés de pixels, c'est à dire de points définis par leurs coordonnées sur un repère qui couvre l'ensemble de l'écran. Les "vector games" utilisent, eux, des vecteurs lumineux définis par leur origine (soit deux coordonnées), leur orientation et leur longueur (qu'on appelle leur norme, si je me souviens bien), ce qui signifie qu'avec quatre valeurs on peut définir un segment qui, s'il était composé de pixels, représenterait plusieurs dizaines de groupes de coordonnées. Autant dire que la charge du microprocesseur est considérablement allégée par ce type d'affichage, qui rend donc possible des effets visuels délirants tels que rotation ou zoom rapide, avec à la clé une animation très fluide qui compense une certaine pauvreté graphique (aspect "fil de fer").

Visuellement, les graphismes vectoriels sont très différents des graphismes pixellisés. En général monochromes (les vecteurs sont affichés en bleu, blanc ou vert sur fond noir), ils plongent le joueur dans un univers composé de formes géométriques et de lignes brisées, surtout propice à figurer le vide stellaire, ce qui explique que les plus gros hits vectoriels aient été des jeux dont l'action se passe dans les étoiles. Bien plus tard, les principes de programmation initiés par les graphismes vectoriels ont été améliorés et les polygones ont vu leurs faces se remplir, d'abord de couleurs unies, puis de textures, et leur univers acquérir une troisième dimension avec l'avènement des jeux 3D, dont les jeux vectoriels sont d'une certaine façon les ancêtres.

Web Warp.
Fortress of Narzod.

La Vectrex

Construite autour d'un microprocesseur 8-bits Motorola 6809, la Vectrex est équipée d'un moniteur monochrome 11 pouces vertical (qui la fait ressembler à un Macintosh de première génération). Pour compenser le manque de couleur de celui-ci, des cellophanes transparents et colorés sont livrés avec chaque jeu, ce qui donne une illusion de couleur, et ajoute une sorte de cadre esthétique à l'action (les jeux d'arcade vectoriels étaient aussi colorisés de la sorte).

La Vectrex, qui utilise les support cartouche, est livrée avec un excellent jeu stocké sur des ROMs internes, Mine Storm, assez proche d'Asteroids (il se lance si la console est allumée sans cartouche insérée), et un joystick à 4 boutons qui peut être rangé dans un petit compartiment situé sous l'écran, ce qui donne à la console un aspect compact fort appréciable, une poignée permettant de transporter le tout (ceux qui pensaient que Nintendo a tout inventé en seront pour leur frais). Si la console, à cause de son écran qui est un vrai moniteur, est trop lourde pour être considérée comme un système transportable, elle présente l'énorme avantage sur sa concurrence de ne pas nécessiter l'usage d'un poste de télévision qui, au début des années 80, n'est pas forcément présent en plusieurs exemplaires dans tous les foyers.

Berzerk.
Pole Position.

Sortie chez MB : le bide

Peu avant le lancement de la console (octobre 82), Milton Bradley rachète GCE, et devient distributeur de la Vectrex, qui va, dès sa sortie, connaître une diffusion mondiale. Son prix aux USA est de 199$. À l'été 1983 elle sort en Europe, mais en mars 84 la production est arrêtée. La Vectrex ne se vend pas comme MB l'espérait, et le coût incompressible de fabrication du moniteur dont elle est équipée ne permet pas d'en faire chuter le prix. À partir de l'été 84, le marché du jeu vidéo va s'effondrer, emportant l'ensemble des consoles établies sur le marché depuis longtemps dans sa chute, et bien sûr la Vectrex. Milton Bradley finira par s'en débarrasser, revendant les droits au développeur original de la console, Smith Engineering, qui aujourd'hui ferme gentiment les yeux sur l'exploitation, commerciale ou non, de ce qui reste de matériel et de jeux disponibles pour la Vectrex, et sur son émulation.

Publicité américaine et publicité française (cliquez sur une image pour une version plus grande).

Après la fin de la production de la Vectrex, une société nommée Abel & Associates à racheté une partie des stocks invendus pour les convertir en machines à sous, du genre qui prédit votre avenir contre une pièce de monnaie en calculant votre biorythme, et autres choses du même style.

En 1988, la Vectrex a bien failli revenir d'entre les morts lorsque, chez Smith Engineering, il fut considéré de la ressortir sous forme portable, mais le prix de vente, estimé à plus de 100$, découragea la tentative, même après la sortie de la Game Boy et son triomphe mondial l'année suivante.

Les jeux et les accessoires

Des exemples de cellophanes.Image provenant du site Old-Computers.com.

Il n'y a pas beaucoup de jeux Vectrex célèbres, mais certains d'entre eux sont tout de même très bons, comme l'adaptation de Scramble, Web Warp, Fortress of Narzod, Polar Rescue, ou Cosmic Chasm. Ce dernier a du reste été adapté en jeu d'arcade, ce qui est le contraire de la démarche habituelle. La version de Mine Storm livrée avec la console avait un bug qui faisait planter le jeu si l'on atteignait le niveau 13. Il était possible de se faire envoyer gratuitement une cartouche avec une version corrigée, nommée Mine Storm/II, mais il semble que bien peu de gens aient atteint ce fameux 13ème niveau, à en juger par la rareté extrême de cette cartouche aujourd'hui.

Le 3D Imager.

L'accessoire le plus intéressant qu'ait connu la Vectrex est le 3D Imager, des lunettes permettant de voir les graphismes vectoriels en 3D et en couleur. Utilisable seulement avec certains jeux, ce dispositif permettait de connaître des sensations qui, encore une fois, n'ont pas d'équivalent sur une autre machine de l'époque.

Le stylo optique.
La pub parue dans le catalogue des 3 Suisses en 1983.Cliquez sur l'image pour une version plus grande. Merci au site Eighties.fr !!

La Vectrex fut aussi dotée d'un stylo optique permettant d'écrire sur le moniteur. Ces deux accessoires, très peu vendus à l'époque, sont bien sûr très recherchés aujourd'hui, surtout le 3D Imager.

La plupart des accessoires annoncés pour la Vectrex ne sont pas sortis, en raison du manque de succès de la console. Un clavier était prévu, accompagné d'une cartouche permettant de programmer en BASIC, mais on ne l'a jamais vu. Aux dires de CGE, la Vectrex aurait pu faire un excellent micro-ordinateur, mais le moniteur vectoriel n'est pas la panacée pour afficher des caractères. D'autres accessoires ont aussi été prévus, puis abandonnés, comme une imprimante, un lecteur de disquettes, un modem, et même un écran tactile, un prototype de ce dernier ayant été fabriqué. Un prototype de Vectrex en couleur, déjà envisagé avant la sortie de la Vectrex monochrome, a été montré au Classic Game Expo en 1999.

La plaquette publicitaire présentant la Vectrex. Cliquez sur une image pour une version plus grande.

John Dondzila, déjà coupable de nostalgie aggravée en fabriquant de nouveaux jeux pour Odyssey 2, récidive en vendant par Internet des gamepads de console Sega Master System modifiés pour pouvoir fonctionner avec une Vectrex, ce qui est une bonne nouvelle pour les gens qui en possèdent une dans la mesure où ceux fournis étaient peu solides, et qu'il est bien sûr impossible de les faire remplacer. Quant à l'émulation, la Vectrex répond bien sûr présent, avec des émulateurs tels que DVE, qui permet d'utiliser des scans des cellophanes colorés pour un rendu très réaliste, et reconnaît même le stylo optique, et MESS, qui semble l'émulateur Vectrex le plus en vue sur le net. Les jeux sont aussi faciles à trouver, mais il faut bien admettre qu'aucun écran VGA ne pourra jamais reproduire fidèlement le rendu des jeux vectoriels tels qu'ils apparaissaient sur Vectrex. Tous ceux qui ont eu récemment l'occasion de voir fonctionner cette console ont reconnu avoir eu du mal à croire qu'elle est sortie en 1982.

Conclusion

En raison de son caractère original, unique en son genre, la Vectrex compte de nombreux fans qui lui vouent une sorte de culte, développent des sites dédiés, des émulateurs, et mêmes de nouveaux jeux. Le plus actif d'entre eux est bien sûr le précité John Dondzila, qui a commencé à programmer de nouveaux jeux Vectrex en 1996 avec Vector Vaders, suivi de All Good Things, Spike Hoppin', et Patriots. En 1999, il a même commis le premier jeu Vectrex de 64Ko, Vecmania, qui contient plusieurs jeux sur une seule cartouche. D'autres passionnés ont réalisé des versions de Frogger ou Galaxian, faisant de la Vectrex la console de l'ère "classique" pour laquelle le plus de nouveaux jeux sont sortis, avec bien sûr l'inévitable Atari 2600. Il est étonnant de retrouver ces deux consoles côte à côte dans le cœur des nostalgiques, dans la mesure où l'une a été un triomphe et l'autre a connu un échec commercial sans appel.

Laurent
(31 octobre 2000)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Atari VCS / 2600

MB Microvision

Philips Videopac (Magnavox Odyssey I & II)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(18 réactions)