Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Castlevania - La série
Année : 1986
Système : Game Boy, GBA, MSX, NES, N64, PC Engine, Playstation, Saturn, SNES
Développeur : Konami
Éditeur : Konami
Genre : Action / Plate-forme / Beat'em all

CASTLEVANIA : un voyage au pays des chasseurs de vampires...

- Annexes / 1ère partie : Le petit monde étrange de Castlevania -

Bravo! Vous êtes presque arrivé à la fin de ce dossier! Il est temps de faire une pause... Allez vous faire un sandwich, décapsulez une bonne bière, soufflez un instant....

...Allez, on reprend tout de suite, c'est reparti!

SECTION 1: LES PARODIES

Avec autant d'épisodes, de versions, de supports impactés, et de longévité, pouvait-on échapper au phénomène des apparitions et des parodies? La réponse se trouve dans Kid Dracula, deux jeux de plates-formes mettant en scène... Alucard, version Super Deformed.

- Demon Castle Dracula Special: I'm Kid Dracula (Akumajou Dracula Special: Boku Dracula-kun) : Famicom (1991)

Enfin, même s'il n'est pas nommément appelé Alucard, son identité fait aujourd'hui peu de doutes. En l'occurrence, l'ami vampire a été défié par le dinosaure Galamoth (que l'on retrouve dans Symphony of the Night). À l'aide de la cape de son père, celui-ci part à la rencontre du fieffé coquin, afin de lui montrer qui est patron. Non mais sans blague.

On a donc affaire à un sympathique jeu de plates-formes coloré aux graphismes mignons, où l'aventure démarre dans le château, pour se poursuivre dans les nuages, en Égypte, dans l'espace... Malheureusement, le jeu n'a jamais été traduit ni exporté... Et comme la plupart des jeux Konami sur Famicom, il s'avère extrêmement difficile.

- Kid Dracula (Akumajou Dracula Special: Boku Dracula-kun) : Gameboy

- Kid Dracula sur Gameboy n'est pas une suite, mais plutôt une adaptation, enfin développée pour le public occidental; c'est gentil d'avoir pensé à nous. Les textes s'affichent donc dans la langue de Shakespeare, mais ont perdu les belles couleurs de la version Famicom. On ne peut décidément pas tout avoir. Certains niveaux ont été refaits, même si dans l'ensemble, on retrouve les éléments du premier Kid Dracula, avec un challenge légèrement plus raisonnable.

Puisque Konami insère régulièrement quelques références à Gradius dans Castlevania (les statues Moai de l'île de Pâques comme bonus, les étoiles tournoyantes qui servent de bouclier...), l'univers gothique a lui aussi été transposé hors de son contexte.

- Konami Wai Wai World : Famicom (1988)

Mettant en scène Konami boy et Konami girl qui partent à la rescousse des héros Konami kidnappés, Wai Wai World regroupe dans un jeu de plates-formes atypiques les différents protagonistes de la firme(Goemon, Getsufuu,...) et dans le cas qui nous intéresse, Simon Belmont. À chaque niveau correspond un personnage à délivrer, ce dernier permettant, grâce à ses aptitudes propres, de passer d'autres niveaux impossibles sans lui, en changeant de personnage à volonté. De fait, le parcours finit par être linéaire, mais le problème ne se situe pas là: c'est un jeu NES; c'est un jeu Konami; c'est un jeu impossible à finir.

- Konami Wai Wai World 2: SOS ! Parsley Castle (Wai Wai World 2: SOS ! Paseri Jou) : Famicom (1991)

On prend les mêmes et on recommence: dans une aventure improbable et hautement dangereuse, un garçon nommé Rick emmène nos héros Konami dans des niveaux de plates-formes à nouveau tirés du catalogue de l'éditeur. Cet épisode se veut plus jouable et plus abordable que le précédent, avec des faux airs de Megaman.

- Konami Krazy Racers (Wai Wai Racing) : Gameboy Advance (2001)

Changement radical de style pour celui qu'on pourrait appeler Wai Wai World 3, puisqu'en l'occurrence, il s'agit cette fois-ci, comme son nom l'indique, d'un jeu de course largement repompé sur le Mario Kart de Nintendo. À ceci près que tous les héros de Konami sont encore une fois de la fête, avec une petite variante: ce n'est plus un Belmont qui représente la série Castlevania, mais carrément l'ami Dracula! Avec deux circuits particulièrement durs dans le décor de la série, et le remix de Vampire Killer en fond musical, cela va de soi. Le jeu est vraiment très fun, même s'il n'innove pas vraiment dans le domaine. Mention spéciale à la musique d'intro, excellente à mon goût.

- Sexy Parodius : Arcade (1996)

Vous connaissez sûrement Parodius, l'excellente anti-série qui a eu le don de tourner en ridicule Gradius, le shoot'em up phare de Konami. Figurez-vous que Sexy Parodius, le troisième volet arcade, propose un niveau entièrement consacré à Castlevania! Dans cet épisode, le joueur doit dans chaque stage ramasser un certain nombre d'objets requis pour passer au stage suivant. Au second niveau, si l'objectif n'est pas atteint, le niveau suivant (en l'occurrence le 3-B) mettra en scène le château maudit, avec en guise de boss final, la Gorgone Méduse! Et en prime un remix du thème... Vampire Killer. La discothèque de Castlevania est pourtant variée, mais qu'importe, on sent bien que chez Konami, on aime beaucoup cette mélodie.

- Gokujyou Parodius : Super Famicom (1994)

En parlant de la série Parodius, le volet précédent, Gokujyou Parodius, contient aussi un caméo de la série de Castlevania avec la présence de Kid Dracula! En effet, le charmant gamin fait partie des "vaisseaux sélectionnables", et l'on peut même entendre le thème récurrent Vampire Killer au début de chaque stage.

Malheureusement, Kid Dracula n'est présent que dans la version Super Famicom; la version arcade ne le propose pas, c'est bien dommage.

SECTION 2 : LES ADAPTATIONS

Nous savions déjà que quelques épisodes ne sont ni plus ni moins que des remakes du premier épisode sur NES, lui-même sûrement une version améliorée de Vampire Killer sur MSX (toujours avoir une boîte d'aspirine sous la main lorsqu'on parle de Castlevania). Mais le premier Castlevania n'est pas une exclusivité de la NES: quelques adaptations obscures mais néanmoins officielles sont à découvrir, dont une très récente.

- Castlevania : Amiga, PC, C64 (1990)

Les micros ont eu leur Castlevania, en l'occurrence le premier opus ; la version Amiga vaut le détour, par ses graphismes étonnants, et ses musiques surprenantes. Les monstres sont certes un peu déconcertants, mais les décors, eux, sont pas mal du tout. Reste une animation du personnage saccadée à mort, alors que paradoxalement, le scrolling est parfait. Et la jouabilité? Ignoble. Avec le saut sur la commande "haut" du joystick (merci l'Amiga), même si les amplitudes ont été un peu augmentées depuis l'original, atteindre les bougies en hauteur relève de l'exploit. Sans parler du déclenchement intempestif des sous-armes, et du fouet à la portée incroyablement longue. C'est converti par Novotrade.

Je passe sur la catastrophique version Pécé en 16 couleurs. L'adaptation sur Commodore 64 ne vaut guère mieux, en dessous de l'original.

- Castlevania Playchoice & Vs. Castlevania : Arcade (1987)

La version Arcade Haunted Castle a déjà été traitée plus haut dans ce dossier, mais il ne s'agit pas de la seule qui ait vu le jour dans les salles enfumées! Le premier Castlevania a été lui aussi décliné en deux versions.

La première a vu le jour sur les bornes Nintendo Playchoice, ces machines éphémères qui proposaient jusqu'à dix jeux NES, mais dont les parties étaient comptabilisées en crédit temps (bonjour l'arnaque). La version est identique à celle présente sur la console.

La seconde, plus rare, est sortie sur les bornes "Versus",où deux joueurs peuvent s'affronter sur le premier Castlevania. Mais le challenge n'est malheureusement pas aussi prometteur: à la manière d'un Toki, les joueurs s'affrontent successivement. Dommage, deux chasseurs de vampires en simultané, cela aurait pu être un très bon titre (hé, ho, les p'tits gars de Konami!!! Un mode 2 joueurs si-mul-ta-né...Essayez de vous en souvenir!!!).

Ces deux titres sont disponibles, tout comme Haunted Castle, sous MAME.

- Cellphonevania : Téléphones mobiles (2003)

Avec l'évolution des téléphones et de leur affichage, les jeux en Java ont commencé à pointer le bout de leur nez sur ces bestioles. Konami s'est intéressé de près à ce marché, et n'a pas hésité à sortir ses classiques sur ce support inhabituel (Beatmania, Gradius, Goemon...).

Et dans ce domaine, pas moins de deux versions de Castlevania (premier du nom, toujours) sont sorties! Le premier n'était déjà pas mal du tout, mais la deuxième version, pour les appareils plus récents, est graphiquement très réussie. Reste la jouabilité, et un clavier de portable n'a jamais facilité dans la chasse au vampire.

SECTION 3 : LES RÉFÉRENCES

Quelques références plus discrètes à la série apparaissent dans certains titres de Konami... La liste ci-dessous n'est sûrement pas exhaustive, mais représente tout à fait l'esprit de franche déconnade qui règne chez la firme japonaise, et dont les différentes teams ne peuvent s'empêcher de coller des caméos de Castlevania dans la plupart de leurs titres...

- Metal Gear Solid

Lors de la confrontation avec Psycho Mantis, dans ce chef-d'oeuvre d'infiltration sur PSX, celui-ci commence par sonder l'esprit de Solid Snake: si vous possédez une sauvegarde d'un autre jeu de Konami, il y fera allusion. Cette astuce marche pour Suikoden, ISS Soccer, Silent Hill, et pour... Symphony of the Night.

- TNMT Tournament Fighters

Dans ce jeu de baston sorti sur NES, SNES et Megadrive, l'une des biographies qui tournent en boucle lors de la démo présente un personnage, "Wing Nuts", qui déclare comme activité favorite: "Castlevania 2095'.

- Contra: Hard Corps

Un passage secret dans le troisième niveau de ce shoot sur Megadrive révèle une espèce de Cyber-Simon, qui fouette une chandelle (pour récupérer un poisson!), avant de passer à l'attaque... sur un remix techno hardcore de Vampire Killer.

- Ganbare Goemon 2

Dans le parc d'attractions (sur la deuxième île, à la suite d'un passage secret) de cet excellent jeu d'aventures et de plates-formes sorti sur Super Famicom, l'on rencontre entre autres Sparkster, et... Simon Belmont.

Voici donc un aperçu de l'influence de la série Castlevania sur la logithèque de Konami. Le mythe est encore aujourd'hui incontournable, rares sont les jeux qui ont tant marqué un éditeur. Peut-être tout simplement parce que l'hommage permanent qu'en fait Konami s'avère proportionnel à la taille, au succès et à la longévité de la série.

Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(114 réactions)