Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Out Run
Année : 1986
Système : Arcade, 3DS, Amiga, Amstrad CPC, Android, Atari ST, C64, Dreamcast, GBA, Game Gear, iOS, Master System, Megadrive, MSX, PC (DOS), Playstation 2, Playstation 3, Playstation 4, Saturn, Xbox, ZX Spectrum
Développeur : Sega
Éditeur : Sega
Genre : Jeu de Course
Par Laurent (05 janvier 2009)
Les flyers : cliquez sur une image pour une version plus grande. Merci au site Arcade Flyer Archive !

Voici un jeu dont une analyse rapide permet d’y trouver toutes les composantes du savoir faire de Sega en matière de jeu d’arcade. C’est même avec ce titre que l'éditeur a trouvé la formule idéale qui lui permet encore aujourd’hui de prétendre au titre de n°1 du développement de jeux vidéo. Il faut dire qu’Out Run a été développé par l’équipe AM2, dirigée par Yu Suzuki, futur auteur de Shenmue. Durant les années 90, AM2 a été à l’origine de tous les gros succès de Sega en arcade : Afterburner, Super Hang-on, Virtua Racing, Virtua Fighter, etc. et Yu Suzuki est devenu l’égal de Shigeru Miyamoto aux yeux de ses fans.

Cette fois, il s’agit d’une simulation de conduite d’arcade, genre né avec l’immense hit Pole Position d’Atari, sauf que Sega a su rendre son produit branché au delà de toute espérance en flattant l'égo du joueur de manière joviale et bon enfant. Pas question de conduire une formule 1, c’est dépassé. Longer les côtes californiennes au volant d’une Ferrari Testarossa décapotable, summum de la création automobile de la fin des eighties, en compagnie d’une belle blonde qui n’a pas peur de rouler cheveux au vent à 293 km/h (donnée constructeur !) sur des routes exemptes de toute présence policière, voilà qui a de la gueule. Qu’importe alors que le jeu soit d’une difficulté exagérée, à la limite du jouable, l’impact de la séquence de départ sur le joueur (applaudi par une foule de badauds) est une drogue dont n’ont pu se passer des centaines de milliers d’"outrunners" à travers le monde, et dont une grosse partie du catalogue Sega subséquent découle plus ou moins directement dans sa conception.

Out Run est une des premières bornes d’arcade dotées en série d’un volant à retour de force. Celui-ci est loin de ce qui se fait aujourd’hui, mais il vibre et bouge de gauche à droite en cas d’accident, ce qui est déjà époustouflant à l’époque du jeu. Deux versions de la borne sont disponibles, l’une se jouant debout, et l’autre équipée d’un vrai siège auto. Vous devez piloter le bolide rouge sur des routes sinueuses et passer des points de contrôle avant que le chronomètre n’arrive à zéro, afin de gagner quelques secondes de jeu supplémentaires pour tenter d’atteindre le "checkpoint" suivant. À chaque étape, vous avez le choix entre deux directions, et la route globale se déploie en arbre sur cinq niveaux, ce qui est la principale innovation du jeu. Le joueur qui sera parvenu à la fin de la course pourra donc recommencer le jeu en prenant une route différente, profitant de nouveaux décors, ceux-ci changeant du tout au tout (et brutalement) d'une section à l'autre.

Tout cela n’est hélas que théorique, car le jeu est si difficile que l’accession à la troisième étape d’un quelconque parcours réclame déjà un long entraînement. Pendant la course, de multiples obstacles jalonnent la route, qui ralentissent la Ferrari à une vitesse quasi-nulle ou la font sortir de la route. À partir du deuxième checkpoint, le capital de temps dont on dispose est si serré que tout faux pas est interdit, ce qui est d’autant plus dur que le fréquentation de la route augmente et sa largeur diminue.

La majeure partie des joueurs qui ont essayé Out Run en version arcade se sont donc contentés du début de la course, le long d’une plage, qui est la partie la plus réussie sur le plan graphique. Pour la suite, les conversions sur micros et consoles, plus ou moins jouables, ont heureusement été légion.

La Ferrari ne dispose que de deux vitesses, une d’accélération et une de croisière, et l’accélérateur est en général calé à fond (à croire que Ferrari s’est servi de ce jeu pour entraîner certains de ses pilotes - d'origine provençale - en F1 !). Les virages sont très surprenants, et généralement situés juste après une côte pour qu’on ne les voie pas se profiler à l’horizon. La première étape peut-être franchie même après une ou deux sorties de route, mais il s’avère par la suite fatal de ne pas en avoir profité pour mettre quelques secondes de côté.

Les graphismes d’Out Run sont très impressionnants. Bien que très pixelisés et n’utilisant aucune réelle 3D, ils sont riches, colorés, tout à fait dans le style des productions ultérieures de Sega. L’animation est fantastique, avec à la clé une impression de vitesse monstrueuse même si c’est elle qui rend le jeu si difficile. La bande sonore est dans l’esprit des graphismes, avec pour la première fois un gimmick que Sega sera appelé à utiliser souvent : la possibilité de choisir la musique d’accompagnement, sur l’autoradio de la Ferrari.

Le fait que la voiture soit une Ferrari n’apporte rien aux sensations de jeu, puisqu’on est très loin d’une vraie simulation, et a dû coûter plutôt cher à Sega pour la licence, mais ce fut un bon calcul car à sa sortie le jeu a été un hit instantané, et a servi de vitrine technologique à Sega.

Out Runners.

Out Run a été adapté sur Sega Megadrive(probablement la meilleure conversion), et surST et Amiga, mais aucune de ces versions n’approche réellement le niveau de l’original en arcade. Une suite, Turbo Out Run, mettant en scène une Ferrari F40, a connu une gloire comparable en 1988, avant qu’AM2 ne pousse plus avant la recherche de réalisme avec des titres comme Virtua Racing, puis Sega Rallye. En 1993, une version modernisée permettant à deux joueurs de s’affronter en réseau est sortie, intitulée Out Runners. L’association Sega-Ferrari a continué de porter ses fruits par la suite avec F355 sur Dreamcast (puis PS2), toujours supervisé par Yu Suzuki, cette fois une vraie simulation exigeante et difficile, qui a été unanimement saluée. Sans le succès d’Out Run, ce titre ne serait peut-être pas sorti.

Notons pour conclure qu'une suite directe à Out Run est sortie, 17 ans après l'original : il s'agit de Out Run 2, qui est traité dans cet article.

Laurent
(05 janvier 2009)
Sources, remerciements, liens supplémentaires :
Une reprise d'une des musiques de ce jeu est disponible en mp3 sur la page Gromix :
http://www.grospixels.com/site/remix.php