Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
The Neverhood
Année : 1996
Système : PC ...
Développeur : The Neverhood inc.
Éditeur : DreamWorks Interactive
Genre : Aventure / Réflexion
Par Jean-Christian Verdez (25 juin 2009)

Animateur, dessinateur, musicien, réalisateur, Doug TenNaple fait partie de ces artistes qui ont plusieurs cordes à leur arc, mais c'est surtout son travail dans les jeux vidéo qui va nous intéresser aujourd'hui. TenNaple débute en tant qu'animateur, de 90 à 92 sur la série Attack of the Killer Tomatoes: The Animated Series, adaptation en dessin animé du film de 1988 nommé Return of The Killer Tomatoes (mais si, rappelez-vous, le truc pas possible avec un George Clooney qui depuis aimerait sûrement nous faire croire que ce film n'a jamais existé). En 1993, il se lance dans l'aventure vidéo ludique, et travaille notamment sur l'adaptation Megadrive du film Jurassic Park, mais aussi sur Stimpy's Invention, et The Jungle Book pour le compte de Disney Interactive. C'est à ce moment qu'il fait la rencontre de David Perry, qui de son côté travaille sur la version Megadrive du jeu Aladdin, toujours pour Disney. Ainsi l'année suivante, lorsque David Perry décide de fonder sa société Shiny Entertainment, il est rejoint par Doug TenNaple. Ce dernier crée alors l'un des personnages les plus connus du jeu de plates-formes occidental, Earthworm Jim sur consoles 16-bits. Les aventures du désormais célèbre ver-de-terre Jim seront rapidement suivies par une première suite. Puis les routes de Perry et TenNaple se séparent ; le premier continue l'aventure Shiny en concevant entre autres le brillant MDK, tandis que le second fonde à son tour sa propre boite, The Neverhood inc., afin d'y développer le jeu éponyme, le désormais culte The Neverhood.

La première fois que l'on démarre The Neverhood, on sent quasi immédiatement que l'on est face à un jeu pas tout-à-fait comme les autres, nanti d'une très forte personnalité. Déjà, la musique qui nous accueille est d'un style plutôt dixie assez atypique, mais surtout l'écran-titre est constitué de... pâte à modeler ! D'ailleurs TOUT le jeu se déroule dans un monde en plasticine. L'originalité du rendu esthétique est donc à des années lumière des jeux concurrents, et prend magnifiquement à contrepied la course au réalisme qui secoua les jeux d'aventure lors de l'avènement du "tout CD-rom" durant les années 90. Là où des jeux comme Phantasmagoria ou Gabriel Knight II: The Beast Within se rapprochent du cinéma en filmant puis numérisant des décors et acteurs réels, The Neverhood opte pour une solution beaucoup plus artistique : l'animation en image par image (ou "stop-motion", voire dans ce cas précis "Claymation") dans un décor complètement surréaliste. Le résultat est surprenant, très dépaysant, et totalement génial.

Cependant, ce n'est pas tout-à-fait la première fois qu'un jeu utilise de la pâte à modeler pour développer cette esthétique particulière. Souvenons-nous notamment du jeu de plates-formes Super Nintendo Claymates, ainsi que la trilogie de jeux de baston ClayFighters. D'autres jeux comme Trog en Arcade, ou Primal Rage voire Mortal Kombat, proposaient certains personnages générés à partir de pâte à modeler ou assimilé. Tout comme pour ces softs, les sprites de The Neverhood ont été créés depuis des personnages fabriqués en plasticine puis numérisés image après image, créant ainsi une animation (un peu à la façon des héros de Donkey Kong Country initialement rendus en images de synthèse avant d'être "convertis" en sprites). Mais ici, la capacité de stockage d'un CD aidant, les décors ont subi le même traitement visuel. Du coup, l'intégration des personnages dans les différents environnement est beaucoup plus convaincante que les autres jeux aillant utilisé de la pâte à modeler, et les cinématiques du jeu dans un format vidéo ressemblent de leur côté à de vrais petits courts-métrages.

Concrètement, The Neverhood est un jeu d'aventure avec une interface point'n click, parsemé d'énigmes qu'il faudra résoudre pour progresser. Au tout début de l'histoire, votre personnage (prénommé Klaymen) dort dans une pièce fermée de l'extérieur. Aucune explication ne vous est donnée sur vos objectifs, motivations, ou tout simplement sur ce que vous faites ici, du moins au début. Dans l'immédiat il faut simplement sortir. Cette première énigme, enfantine, donne un aperçu du ton jovial du jeu : lorsque vous actionnez le levier situé au fond de la pièce, un gigantesque maillet vient défoncer la porte pour vous permettre d'aller dans la salle d'à côté. Le jeu est constitué d'une série d'écran fixes, la plupart contenant généralement une énigme à résoudre. Mais ces tableaux vus de profil correspondent surtout à l'intérieur de batiments, ou à leurs abords. Sitôt que l'on s'aventure plus avant dans le monde de The Neverhood, le jeu passe en vue subjective. D'un simple clic, vous pouvez alors tourner sur vous-même pour changer de direction ou bien avancer jusqu'à un autre embranchement.

En vue subjective, la transition d'un écran/lieu vers un autre ne se fait pas simplement par l'apparition de l'écran suivant comme dans Myst : ici, une vidéo se déclenche durant laquelle la caméra avance automatiquement vers le lieu suivant, assurant ainsi une immersion constante dans cet univers de glaise. Cela permet en outre de prendre conscience du travail fourni par les développeurs : tout l'environnement où se déroule l'histoire a été recréé en une seule énorme maquette ! Plus de trois tonnes de pâte à modeler auront été nécessaires à l'élaboration du jeu !

Deux screenshots des déplacements en vue subjective du jeu. Se déplacer dans un monde en pâte à modeler a quelque chose de fascinant ! On peut évidemment regretter que les PC de l'époque naient pas été plus puissants et que The Neverhood n'ait donc pas pu bénéficier des résolutions HD que l'on connaît maintenant... Mais l'ambiance fonctionne et le jeu fait toujours son petit effet aujourd'hui...
Deux images issue du making-of vidéo fourni dans les bonus. On y devine notamment la taille conséquente de la maquette élaborée pour le jeu.

Mais The Neverhood n'est pas seulement la réalisation d'un fantasme de gens ayant un peu trop joué avec de la Play-Doh quand ils étaient petits. L'histoire se constitue petit à petit, grâce à une vingtaine de disquettes disséminées un peu partout et que vous devrez récupérer durant le jeu. Chaque disquette raconte un petit bout de l'histoire qui constitue vos origines et pour tout dire, votre raison d'être. Les vingt disquettes sont en outre nécessaires pour terminer le jeu. Elles sont simplement posées à même le sol, et ne sont donc pas très dures à trouver du moment que l'on a résolu les énigmes permettant d'accéder aux différents lieux de cette micro-planète. Pour aller à l'essentiel de l'intrigue, disons qu'un certain Hoborg a créé le monde Neverhood, ainsi qu'un premier fils, Klogg. Ce dernier, le méchant de l'histoire, vole la couronne de son père et devient tout puissant, et c'est là que vous intervenez. Les différentes énigmes que vous devrez résoudre ne servent finalement qu'à progresser jusqu'à la demeure du roi. Il vous faudra alors faire un choix avec la couronne, conduisant à deux fins différentes (une bonne, une mauvaise. Un conseil, sauvegardez juste avant et testez les deux !). En terme de gameplay, l'avancée du joueur est finalement assez linéaire et certaines énigmes exigeront parfois quelques aller-retours si vous n'avez pas été attentifs à certains indices. Il est d'ailleurs fortement conseillé de prendre des notes et de dessiner, même grossièrement, les symboles de certaines énigmes pour s'en souvenir plus tard. Plusieurs puzzles ayant des solutions variant d'une partie à l'autre, ne comptez pas tout résoudre à l'aide d'une faq. En outre, comme de coutume avec les jeux d'aventure, vous ne pouvez jamais être bloqué ou mourir suite à un mauvais choix. Un petit conseil cependant : à un endroit se situe un trou dans le sol, avec une pancarte "ne sautez pas sinon vous allez mourir" juste à côté... Si vous tenez vraiment à vérifier, sauvegardez d'abord, on ne sait jamais...

Parallèlement, vous allez très rapidement découvrir un lieu sur les murs duquel a été gravée une histoire aux allures bibliques. À noter que ce texte, "The Neverhood Chronicles", est extrêment long puisque le mur où il est gravé s'étale sur près de 38 écrans (qu'il vous faudra impérativement traverser puisque l'une des vingt disquettes se trouve tout au bout ! Ou comment parodier les longs aller-retours obligatoire de certains jeux en imposant soi-même un long aller-retour dans une maison qui du même coup semble 20 fois plus grande à l'intérieur qu'à l'extérieur). Il s'agit d'un pur bonus scénaristique sur la génèse du Neverhood, et vous n'êtes pas obligé de tout lire pour finir le jeu. Cela vous permet toutefois d'en savoir un peu plus sur le monde de Klaymen et les origines de son créateur Hoborg et ses six frères, et donne une réelle épaisseur à cet univers fictif...

Pour soutenir l'aspect visuel atypique de The Neverhood, les développeurs ont fait appel pour la partie sonore du jeu, à un musicien nommé Terry Scott Taylor, dont le style est là aussi assez singulier. Mélange de jazz, rock, dixie, bluegrass, le résultat est à vrai dire plutôt difficile à décrire. Même les paroles des chansons qu'on peut entendre dans les différents lieux à visiter sont étranges. Tantôt il s'agit d'un anglais volontairement mal articulé, au point d'en devenir presque incompréhensible (à supposer que les paroles aient déjà un sens à la base), tantôt il s'agit simplement d'onomatopées. Résultat : une ambiance unique, et une bande-son que connaît forcément tout fan de musiques de jeu qui se respecte (le double CD Imaginarium: Songs from the Neverhood est d'ailleurs toujours disponible à l'achat). Sachez en outre que l'une des énigmes du jeu consiste à caler une radio sur la bonne station, de façon à ouvrir une porte. Pour se faire, il faut passer en revue une à une toutes les fréquences à la recherche d'une chanson entendue plus tôt dans l'histoire. En fait, une vingtaine de petits morceaux ont été écrits rien que pour ce puzzle ! On est loin de certains jeux d'aventures où c'est la même musique d'ambiance qui vous accompagne pendant des heures...

À gauche, la pochette du double CD-audio 'Imaginarium' de Terry Taylor, qui regroupe les musiques des 3 jeux de The Neverhood inc. (The Neverhood bien sûr, mais aussi Skullmonkeys et Boombots). À droite, la pochette du jeu The Neverhood sur Playstation, version qui restera une exclusivité japonaise...

Si The Neverhood est pour beaucoup de monde un soft PC, on peut toutefois rappeler l'existence d'une version Playstation, qui n'est d'ailleurs curieusement jamais sortie du Japon. Rebaptisé Klaymen Klaymen: Neverhood No Nazo, ce portage est malheureusement décevant, la faute à une particularité technique très frustrante : à chaque accès disque, c'est-à-dire quasiment à chaque fois que vous cliquez quelque part pour progresser, un petit temps de chargement fait son apparition. De plus, à chacun de ces loadings, la musique est réinitialisée et le morceau en cours recommence à jouer depuis le début. En dehors de ça le jeu est toujours aussi bon, mais il est évident que la version PC est laaaaargement à privilégier si l'on ne veut pas se gâcher le plaisir à cause des limitations techniques de la version PS.

La société Riverhillsoft, auteur de ce portage playstation, a par ailleurs réemployé le monde de Klaymen dans d'autres jeux n'ayant cette fois plus de rapport direct avec The Neverhood, les créateurs originaux de la série, ni même la technique de claymation. C'est le cas de Klaymen Gun-Hockey, sorte de variante sur le thème du Air Hockey où, vous l'aurez deviné, les poussoirs sont remplacés par des armes avec lesquelles on tire à répétition sur le palet pour le renvoyer. Le résultat est pour tout dire assez étrange... Là non plus, le jeu n'est jamais sorti du pays du soleil levant.

Outre sa réalisation technique en stop-motion qui rappelle inévitablement les films d'animation comme Wallace & Gromit, The Neverhood a un autre point commun avec le 7ème art. En effet, le jeu est édité par Dreamworks Interactive qui, comme son nom l'indique, est la branche jeu vidéo de la fameuse société de production fondée par Steven Spielberg en 94. Le réalisateur flirte décidément régulièrement au jeu vidéo, puisque dans le même temps sort chez LucasArts The Dig, projet de film écrit par Spielberg devenu par la suite un jeu vidéo. Mais à l'inverse de la firme de Georges Lucas, l'aventure Dreamworks interactive ne sera pas de très longue durée. En effet, en 1999, après quatre petites années d'existence, le studio Dreamworks est racheté par Electronic Arts et rebaptisé EA Los Angeles. De la période "pré-EA" on retiendra quelques jeux plus ou moins réussis dans l'univers de Jurassic Park (comme le jeu de baston Warpath ou le RTS Chaos Island), ainsi que deux FPS probablement plus populaires, Clive Barker's Undying et le premier Medal of Honor. Enfin, pour l'anecdote, Spielberg et Dreamworks Interactive / EA Los Angeles se retrouveront en 2008 sur le jeu Wii Bloom Box, dont le cinéaste est justement à l'origine du game design.

De leur côté, Doug TenNaple et ses collègues de The Neverhood inc. donnent une suite aux aventures de Klaymen. Sorti en 1998 non pas sur PC mais sur Playstation, cette fois il s'agit plutôt d'un jeu de plates-formes, baptisé Skullmonkeys (Klaymen Klaymen 2 au Japon). Par ailleurs, Klaymen est un personnage caché du jeu de combat BoomBots, troisième et dernière production de The Neverhood Inc. Par la suite, les différents développeurs se séparent, et TenNaple renoue avec le Comic Book et la série animée. Par exemple, il crée GEAR, bande dessinée mettant en scène ses trois chats, chats qui deviendront aussi les vedettes de son dessin-animé pour enfants Catscratch ("Chadébloc" en France).

Pour en finir avec les rapports télévisuels et cinématographiques, sachez qu'aujourd'hui (2009), soit treize années après la sortie du jeu, l'adaptation de The Neverhood en long métrage, produit par le studio d'animation Frederator Films et réalisé par Doug TenNaple en personne, est toujours d'actualité. Ce serait une façon très intéressante de boucler la boucle.

Au bout du compte, The Neverhood a pour lui une ambiance excellente, autant sur l'aspect visuel, sonore, ou scénaristique. Les critiques de l'époque étaient bonnes, mais les ventes n'ont pas suivi. 1996 marqua d'ailleurs le début de la fin de cette longue période de gloire pour les jeux d'aventure, tendance qui sera par exemple confirmée peu après par Grim Fandango, autre grand nom acclamé mais néanmoins moyennement bien vendu. Rétrospectivement, on peut noter que Microsoft a publié sur son site officiel un article qui évoque The Neverhood parmi une liste de cinq jeux qui ont été complètement sous-estimés (voir ici). Parallèlement, le jeu a toujours son lot de fans, et son ambiance mêlée à ses ventes faibles lui donnent de fait un statut de perle vidéoludique...

Jean-Christian Verdez
(25 juin 2009)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(23 réactions)