Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Centipede
Année : 1981
Système : Arcade
Développeur : Atari
Éditeur : Atari
Genre : Arcade / Action / Shooter
Par JPB (30 juin 2022)

Vous savez quoi ? Je n'aime pas Centipede.
Ce n'est pas sa faute. C'est un excellent jeu, qui nécessite des réflexes et un peu de stratégie, et qui pour l'époque n'a pas à rougir techniquement. En plus il dispose d'un track-ball, qui permet des déplacements rapides et précis, donc il a tout pour plaire.
Non, si je n'aime pas Centipede, c'est juste que je n'ai jamais accroché. Les quelques parties que j'ai faites à l'époque - dans je ne sais plus quel bistrot à Clermont-Ferrand - ne m'ont pas apporté de fun, alors je suis rapidement passé à autre chose.

Le flyer. Merci au site Arcade Flyer Archive !
Cliquez sur une image pour une version plus grande.

Mais mon avis personnel n'a pour but que de dire qu'un jeu vidéo, c'est comme le reste : on aime ou on n'aime pas. J'ai quand même eu envie de vous parler de ce jeu, parce qu'il y a des choses à raconter - et je sais qu'il y a plein de gens qui l'aiment.

Qu'est-ce qu'un centipède ?

La traduction anglais -> français est sans équivoque : c'est un mille-pattes.
En parallèle, Wikipedia indique : "Les chilopodes ou centipèdes (Chilopoda) sont une classe d'arthropodes myriapodes communément appelés « mille-pattes »". Donc on peut utiliser le mot "centipède" en français.

Sachant cela, on a déjà une petite idée du jeu...

L'écran des scores.
Le début du jeu.
Le centipède est déjà coupé en deux.

Dans Centipede, vous évoluez dans un "jardin" rempli de champignons qui poussent un peu partout ; sa surface représente 31 champignons de haut sur 30 de large. Vous incarnez un chasseur d'insectes ("Bug Blaster" en anglais) - parfois aussi considéré comme un nain, ou comme une tête de cobra - qui tire des projectiles. Vous pouvez vous déplacer dans un cinquième de l'écran depuis le bas (sur toute la largeur et 6 champignons de hauteur), et vos déplacements ne sont limités que par la présence de ces innombrables champignons. La toute dernière ligne en bas de l'écran, en principe, ne doit jamais contenir de champignons.

Vous avez la capacité de tirer vers le haut, un tir à la fois - tant que le précédent n'a pas disparu ; un autofire est présent par défaut en laissant appuyé le bouton de tir, ce qui fait que la rapidité du tir dépend de la proximité de la cible. Mettez-vous tout contre un champigon et tirez en continu, vous allez le détruire presque instantanément (il faut 4 tirs sur un champignon pour le faire disparaître) et il vous rapportera 4 points.

Comment vaincre un centipède ?

Votre but est d'éliminer tous les mille-pattes qui parcourent l'écran en se faufilant entre les champignons.

Avant tout, sachez que le mille-pattes est au départ composé d'une tête (la toucher rapporte 100 points) et de plusieurs anneaux (onze au début de la partie, chacun vaut 10 points). Il se déplace d'une manière bien précise : il va vers la droite ou la gauche, horizontalement, et dès qu'il touche un champignon, il descend d'un cran et fait demi-tour... et ainsi de suite. Et mine de rien, il bouge vite l'animal, il est difficile d'arriver à le toucher car il faut tenir compte du délai entre le moment où vous tirez et celui où votre tir atteint sa cible.

Par conséquent, vaincre le centipède n'est pas aussi facile que ça en a l'air. Et il y a fort à parier qu'en plus des problèmes déjà évoqués, les champignons gêneront régulièrement votre visée. Et surtout, quand vous touchez le mille-pattes, l'anneau que vous avez atteint se transforme en champignon, et vous vous retrouvez avec deux centipèdes plus petits qui partent chacun dans une direction, un peu comme dans Asteroids pour les connaisseurs. Bref, plus vous touchez votre cible, plus il y a de cibles !

Deux exemples de centipèdes qui descendent lorsqu'ils touchent des champignons.

Il va falloir pourtant arriver à éliminer TOUS les anneaux, quel que soit le nombre de centipèdes présents à l'écran, pour passer au niveau suivant.

Si un mille-pattes (quel que soit le nombre d'anneaux) arrive à parcourir toute la largeur du terrain sur la dernière ligne en bas de l'écran, une tête de mille-pattes supplémentaire surgit au milieu. Après quoi le mille-pattes et la tête remontent ligne par ligne, mais cette fois pas plus haut que votre zone de déplacement. À 6 champignons de haut, le centipède se remet à descendre, et s'il arrive à nouveau à parcourir la dernière ligne, cela rajoute encore une nouvelle tête de mille-pattes. Je ne sais pas s'il y a un nombre limite...

Quelles autres bestioles dans le jardin ?

Le "jardin" dans lequel vous évoluez n'est pas exempt de dangers. Plusieurs autres animaux vont vous pourrir la vie, comme si un mille-pattes n'était pas suffisant.

Le premier, c'est l'araignée. Elle apparaît d'un côté de l'écran, et se déplace vers l'autre côté soit en diagonale, soit en verticale. Il lui est impossible de repartir du côté par où elle est venue, ce qui veut dire que si elle vient du côté gauche de l'écran, une fois que vous vous placez à gauche de l'araignée, elle ne sera plus une menace pour vous. Attention, ses mouvements sont quand même assez imprévisibles, ne relâchez pas votre attention. Plus elle est proche de vous, plus elle rapporte : 300, 600 ou 900 points.

Le deuxième, c'est le scorpion. Il se déplace horizontalement, et empoisonne tous les champignons qu'il touche. Sur le principe, ça n'a pas l'air méchant ; mais en fait, si le centipède touche un champignon empoisonné, il change de comportement et se dirige en ligne droite vers le bas. Une fois qu'il l'a atteint, il reprend un comportement normal. Détruire un scorpion rapporte 1000 points.

Enfin, le troisième et dernier type d'adversaires, ce sont les puces. Si vous avez fait un peu trop de déchampignonnage dans la zone de déplacement, des puces vont tomber verticalement depuis le haut de l'écran et semer des champignons supplémentaires dans leur passage. Leur but est de repeupler votre zone avec de nouveaux obstacles. Une fois le quota atteint, les puces n'apparaissent plus. Les toucher vous rapporte 200 points.

Une araignée, un scorpion, une puce, pas terrible comme jardin...

Quand vous arrivez à éliminer tous les bouts de centipède, un nouveau apparaît en haut de l'écran, avec un corps plus petit car un de ses anneaux est remplacé par une tête de mille-pattes indépendante, qui surgit au même moment. Plus vous avancez dans le jeu, plus le nouveau centipède se raccourcit, avec autant de têtes autonomes qui se mettent en place à chaque victoire du joueur. Au bout d'un moment, on commence ainsi une vague avec une douzaine de têtes qui foncent un peu partout ! Après quoi, le cycle complet recommence - bon courage pour en arriver là !

Si vous vous faites toucher, vous perdez une vie. À ce moment, tous les champignons abîmés ou empoisonnés sont régénérés, et chacun rapporte 5 points au joueur.

Réalisation

Centipede est le premier jeu vidéo développé par une femme : Dona Bailey.
Alors qu'elle travaille chez General Motors sur la programmation en assembleur des régulateurs de vitesse des Cadillac, elle découvre le monde des jeux vidéo par l'entremise de la chanson Space Invaders des Pretenders. Se rendant compte que le jeu utilise le même microprocesseur que celui qu'elle utilise au travail, elle décide de démissionner de chez General Motors et de travailler pour Atari.

En 1980, elle rejoint ainsi la division des jeux d'arcade d'Atari (où elle est la seule femme). L'idée de base lui vient en voyant les idées de jeux lancées dans le groupe : celle d'un insecte qui serpente vers le bas de l'écran. Elle rejoint un groupe de 4 personnes, chapeauté par Ed Logg (qui a déjà réalisé Asteroids et qui créera plus tard, entre autres, Gauntlet et Xybots). Celui-ci la charge d'une partie de la programmation, tandis qu'il s'occupe du design. Dona Bailey aura toutefois son mot à dire sur certains aspects du design, du look visuel et de la jouabilité en plus de la partie programmation proprement dite.

Dona Bailey à l'époque de Centipede.

Avant tout, il faut savoir que Centipede a été pensé dès le départ pour être un jeu qui plaise à tous, hommes et femmes.

Visuellement, Centipede est une réussite, grâce aux couleurs qu'il utilise. En fait, c'est grâce à un ajustement fait par un technicien que les couleurs d'origine se sont transformées en couleurs pastel, et Dona Bailey a demandé à ce qu'on les conserve. Ainsi il profite d'un visuel global original comparé aux productions de l'époque. D'ailleurs, Dona Bailey déclare :

"J'aime vraiment les pastels ... Je voulais vraiment que [le jeu] ait l'air différent, qu'il soit visuellement saisissant."

Concernant les sprites, ils sont simples et assez reconnaissables (j'ai quand même un petit doute sur le scorpion). Leur animation est fluide à l'écran, l'illusion de mouvement du centipère est bien retranscrit par le déplacement des anneaux à la queue-leu-leu. Les sprites eux-mêmes n'ont pas d'animation vraiment spécifique, juste quelques dessins pour les rendre un peu plus vivants (pattes de l'araignée, petites pattes des anneaux...)

En revanche, le son n'est pas particulièrement impressionnant, mais il retranscrit bien les actions.

Le trackball qui sert à déplacer l'avatar du joueur est une idée géniale, qui permet des déplacements instinctifs et instantanés, et ce dispositif a eu une grande part dans le succès du jeu - notamment auprès des femmes. En plus, à l'époque, ce contrôleur était peu fréquent, voire "futuriste", ce qui augmentait encore l'attrait de Centipede.

Centipede sort en juin 1981 et c'est aussitôt un grand succès : c'est l'un des quatre jeux d'arcade les plus rentables de 1982 aux États-Unis, avec Ms Pac-Man, Pac-Man et Donkey Kong. Il devient le deuxième jeu d'arcade le plus vendu d'Atari ; leur chaîne de production est même obligée de faire deux équipes pour répondre à la demande, tant le jeu est populaire ! Et Centipede est également un des premiers jeux d'arcade à avoir attiré de nombreuses joueuses - un peu comme Pac-Man.

L'araignée donne des points...
... en fonction de sa proximité...
... quand on arrive à la toucher.

Dona Bailey commence ensuite à travailler sur un nouveau jeu, appelé Weather War, mais les limites technologiques de l'époque l'empêchent de réaliser tout ce qu'elle a en tête. Elle quitte Atari avant la fin du développement du jeu.
Dona Bailey expliquera par la suite que ce n'était pas la seule raison : elle connut chez Atari une situation toxique, à cause de l'entreprise essentiellement masculine, où ses efforts n'étaient pas appréciés à leur juste valeur. Il était fréquent que son travail soit minimisé, voire qu'on dise que la réussite du jeu ne pouvait pas être due à son travail acharné, mais à celui de quelqu'un d'autre - ou même que le succès de Centipede était dû à un coup de chance... Comme elle l'a dit plus tard lors d'un interview :

"Je déteste que les femmes doivent se battre contre quelque chose au lieu de pouvoir simplement faire leur travail."

Conversions

Avant tout, en arcade, on verra l'apparition de quelques clones (ou bootlegs) de Centipede, noamment Jackler par Konami en 1982 et Slither par GDI in 1982 (dont il y aura une conversion sur ColecoVision, le jeu était livré avec le module Roller Controller, un trackball assez sympa dont je parle dans l'article sur Wargames).

Côté conversions "officielles" de Centipede pour systèmes familiaux, celle pour VCS Atari a permis d'écouler 1 475 240 cartouches entre 1982 et 1983. Mais le jeu s'est exporté sur d'autres machines Atari, telles que les ordinateurs Atari 400/800 (dont la version reçut les récompenses "1984 Best Computer Action Game" des Arkie Awards) et la console Atari 5200.
Le public visé étant différent entre ces machines, on a des illustrateurs différents pour les jaquettes et les publicités montrées ci-dessous (cliquez sur une image pour une version plus grande) :

Version VCS par Burrel Dickey.
Version Atari 400/800 par Rebecca Archey.
Version 5200 par Hiro Kimura.

Après, évidemment, des clones ont vu le jour sur tous les systèmes, voire plusieurs clones pour une même machine ! On en compte une vingtaine entre 1981 et 1984, tels que Bug Attack sur Apple II, Arthropod sur TI-99/4A ou Mushroom Alley sur C64. Depuis, Centipede fait partie d'innombrables compilations sur d'autres machines plus récentes, jusqu'à une version Centipede:Recharged sortie en 2021 sur PS4, PS5, Xbox One, Xbox Series X/S, Nintendo Switch, PC.

Centipede:Recharged version PC. Cliquez sur l'image pour une version plus grande.

Si vous voulez voir toutes les conversions, la page de Wikipedia (en anglais) vous donnera la liste.

Détail amusant : comme pour Donkey Kong, Pac-Man et Jungle Hunt, MB a lancé une adaptation plus ou moins heureuse de Centipede en jeu de plateau. Le but, je cite : "Déplacez votre Centipède à travers le champ sinueux de champignons jusqu'à la base de votre adversaire. Déplacez le Scorpion dans le champ de champignons pour planter des champignons empoisonnés dans votre sillage pour permettre à votre Centipède de prendre des raccourcis qui vous aideront à gagner. Utilisez l'Araignée pour enlever les champignons empoisonnés plantés par votre adversaire. Tirez sur les anneaux du Centipède de votre adversaire avec votre canon mais prenez garde à l'Araignée... Votre adversaire peut l'utiliser pour attaquer votre canon. Soyez le premier à atteindre la base ennemie pour gagner."

Cliquez sur l'image pour une version plus grande.

Je ne suis pas particulièrement convaincu, mais je n'ai jamais eu ce jeu entre les mains, alors je ne peux pas en dire grand chose. Si vous êtes vraiment intéressés, la documentation en anglais est ici.

Dernière info : Centipede a fait partie des jeux vus dans Pixels, avec une partie bien à lui et pas une simple petite apparition. Vu l'intérêt plus que discutable de ce film, je ne sais pas s'il s'agit d'une bonne affaire pour le jeu. Enfin, ça montre qu'il a marqué les esprits, même de scénaristes qui ne connaissent pas grand chose au monde des jeux vidéo et surtout aux joueurs, et qui ont juste voulu repomper le superbe court-métrage de Patrick Jean.

Cliquez sur l'image pour le passage complet de Centipede (5 minutes) en anglais.

La suite

Elle sortit en 1982 : Millipede.
La traduction anglais -> français de ce nom veut aussi dire mille-pattes. Au moins, le joueur qui a connu Centipede est en terrain connu.

Le flyer. Merci au site Arcade Flyer Archive !
Cliquez sur une image pour une version plus grande.

La nouveauté la plus flagrante : il y a un scénario ! Enfin, façon de parler... On incarne un elfe, "l'Archer", qui tente de défendre sa forêt de champignons contre l'assaut de gigantesques insectes en utilisant ses "flèches magiques". Waou. Vous pourrez lire la petite histoire sur le flyer ci-dessus... À partir de là, le gameplay ne change pas beaucoup. Quelques ennemis différents en plus d'un mille-pattes un peu plus rapide, des blocs de DDT pour faire des dégâts dans de grandes zones d'un coup, un visuel un peu plus vivant... Je ne m'étends pas plus sur ce jeu, qui est intéressant mais ne propose pas assez de nouveautés pour être réellement novateur.

Millipede fut testé dans le Tilt n°5, page 72.

Millipede, évolution de Centipede...

Pour finir...

Comme vous l'avez lu, Centipede est un des jeux vidéo de la grande époque qui a connu un succès considérable, et dont on trouve même de nouvelles versions en 2022. J'espère que cet article vous aura donné envie d'essayer ce grand classique et qui sait, de vous accrocher au point de battre le record de 16 389 547 points réalisé par Jim Schneider le 1er août 1984...

JPB
(30 juin 2022)