Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Emerson Arcadia 2001
1982 - 1983
Cette console totalement oubliée fut censée concurrencer la VCS et l'Intellivision.
Par Laurent (17 avril 2001)

Histoire

Voici une console qui a fait un passage éclair dans l’Histoire des jeux vidéo, mais qui compte quelques fans grâce à qui (et bien sûr à l’Internet) sa mémoire est arrivée jusqu’à nous. Apparue en 1982 en même temps que l’Atari 5200 et la Coleco Vision, deux consoles beaucoup plus puissantes, l’Arcadia 2001 d’Emerson Radio Corp. (une entreprise Américaine fondée en 1948 qui s'est spécialisée dans l’électronique, dont c’est là la première tentative d’incursion du marché des jeux vidéo) n’a pas eu la moindre chance de s’imposer.

L’Arcadia 2001 est une console voulue portable par ses concepteurs, d'où sa petite taille (23cm de large contre 35 pour l'Atari VCS). Elle est même capable de s’alimenter au moyen d’un adaptateur 12V, ce qui permet par exemple de la brancher sur l’allume-cigare d’une voiture ou la prise d'un bâteau. Ses deux joypads à 12 boutons sont très similaires à ceux de la Mattel Intellivision, avec toutefois au milieu du disque de contrôle un trou taraudé permettant de visser un petit bâton le transformant en mini-joystick. La console est équipée d’un CPU Signetics 2650 (d'origine coréenne) cadencé à 3.58 Mhz, d’1Ko de RAM, elle est dépourvue de ROM et peut afficher et animer 4 sprites monochromes en même temps dans une résolution d'écran de 128x104 (9 couleurs). Côté son, elle se contente d’un beeper sur une seule voie.

On peut s'interroger aujourd’hui sur le pourquoi de la sortie d’une telle console. Comment a-t-on pu lancer sur le marché un produit aussi peu compétitif ? D’ailleurs, en reconstituer l’historique n’est pas chose facile tant sa sortie a eu peu de retombées médiatiques.

Il s’avère en fait que le but d’Emerson est, à l’époque du développement de l’Arcadia 2001, de surpasser techniquement l’Atari VCS et de proposer des jeux s’approchant de ce que l’on trouve dans les salles d’arcade. Hélas, c’est compter sans la politique agressive d’Atari sur l’acquisition des licences à succès. La société fondée par Nolan Bushnell ne se contente pas de se réserver le droit exclusif d’utiliser des noms tels que Pac-Man, Defender ou Space Invaders, elle se montre prête à dégainer ses avocats dès que le concept d’un jeu commercialisé se montre un tant soit peu similaire à de tels titres (on se souvient notamment du sabordage de la sortie de KC Munchkin! sur Philips Videopac).

Cat Trax, un clone de Pac Man

Il apparaît aujourd’hui que peu avant la sortie de l’Arcadia 2001, Emerson avait bel et bien commencé le développement de clones des jeux d’arcades les plus populaires auprès des joueurs, mais ces jeux ne sont pas sortis à temps. Emerson a dû les retoucher à la dernière minute pour éviter de coûteux procès, retardant leur sortie, qui finalement n’a jamais eu lieu, l’Arcadia 2001 ayant été abandonnée entre temps. En dehors de cet aspect des choses, la console a reçu un autre coup fatal avec la sortie de la Coleco Vision. Personne n’attendait en 1982 une console si puissante, à côté de laquelle elle fait pâle figure. Emerson va même perdre toute crédibilité en communiquant à la presse des spécifications techniques mensongères, dans une vaine tentative de sauver la face.

La commercialisation de l’Arcadia 2001 n’aura en tout duré qu’un an, mais la console s’est tout de même répandue dans le monde entier, avec des appellations différentes :
- En France, sous le nom d’Advision Home Arcade.
- En Italie, sous le nom de Leonardo.
- Au Canada, sous le nom de Leisure-Vision.
- En Allemagne, sous trois noms différents : Hanimex HMG2650, Schmid TVG2000 et Tele- Fever.

De quoi donner du fil à retordre aux collectionneurs, qui en plus doivent faire face aux différents packagings des jeux, au moins 3 différents.

Deux incarnations Allemandes de l'Arcadia 2001, la Tele-Fever et la Schmid TVG 2000.

Curieusement, une ligne de console appelée MPT-03 est apparue en Europe quelques années plus tard, et n'a connu qu'une diffusion limitée. On n'en sait pas grand chose, mais il est apparu récemment qu'elles sont entièrement basées sur le hardware de l'Arcadia, légèrement amélioré pour l'occasion. Les jeux pour MPT-03 sont souvent dérivés de titres pour Arcadia 2001, relookés et vendus sous des noms différents.

Exemple de console MPT-03.

Quant à Emerson, l'entreprise est retournée bien vite aux chaines hi-fi et aux télévisions, échappant du même coup au crash du marché du jeu vidéo de 1983-84, ce qui n'a pas été le cas de tout le monde (cf. Coleco, et dans une moinde mesure Atari).

Jeux

On dénombre au total 51 titres différents, sans compter les clones. Dans le lot il y a tout de même 10 jeux dont l’existence ne relève que de la rumeur. La qualité d'ensemble de cette ludothèque se situe quelque part entre l’Atari VCS et l’Intellivision en terme de graphismes et de son, c’est à dire que les jeux figurent le plus souvent des sprites grossièrement dessinés sur fond noir et aucun texte affiché en dehors des scores, un standard visuel en 1982 que la Coleco Vision s'est chargée de battre en brèche. Les jeux sont bien sûr stockés sur cartouche, celles-ci revêtant un aspect différent selon le modèle d’Arcadia 2001. Certains modèles sont du reste aujourd’hui totalement introuvables. Une petite partie du catalogue de jeux pour l’Arcadia 2001 a été, après la disparition de celle-ci, convertie sur VCS.

Laurent
(17 avril 2001)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Bally Professional Arcade

Fairchild Channel F

RCA Studio II