Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Fairchild Channel F
1976 - 1979
Une console méconnue, jamais sortie dans nos contrées, qui n'a pas pu s'imposer sur le marché naissant des consoles de jeux.
Par Laurent (25 janvier 2001)

Très recherchée des collectionneurs, la console Channel F de Fairchild n'a pourtant jamais été saluée comme une machine séduisante ne méritant pas l'échec qu'elle a connu. Il s'agit pourtant d'une vraie révolution sur le plan technique : jeux en couleurs, stockés sur cartouches et jouables en solo, tout cela était une première en 1976. Bien sûr, la Magnavox Odyssey est sorti quatre ans avant, mais ses cartouches ne contenaient pas d'unités de mémoire. En fait, l'Odyssey se paramétrait par une série de cavaliers configurant ses circuits internes pour changer de jeu (ceux-ci, au nombre de 6, étaient stockés dans la console), et les cartouches n'étaient en fait que des cartes modifiant la position desdits cavaliers. La Channel F, par contre, est une véritable console programmable, utilisant un microprocesseur, et c'est la première du genre. Ses cartouches contiennent une ou plusieurs barrettes de mémoire.

En août 76, donc, un an avant l'apparition de l'Atari VCS, Fairchild Semiconductor, division de Fairchild Camera and Instruments, surtout célèbre pour ses appareils de photo, lance sa console Channel F, conçue par Jerry Lawson (1941-2011), considéré comme un pionnier du jeu vidéo pour avoir créé en 1974 Demolition Derby, une des plus anciennes bornes d'arcade (sortie tout juste après Pong). Le nom initial de la console est VES, pour Video Entertainment System, mais Fairchild préfèrera renoncer à cette appellation après l'annonce de la VCS d'Atari. Deux jeux sont implémentés dans la console, Hockey et Tennis, et la première cartouche commercialisée comprend 4 jeux : Tic Tac Toe, Shooting Gallery, Doodle et Quadra-Doodle.

Pas grand chose à raconter sur la Channel F, sinon qu'elle est passée à côté de l'Histoire des jeux vidéo, en raison de la qualité quelconque des 21 jeux qui ont garni son catalogue. Ceux-ci sont pour la plupart moins bons que les modèles dont ils s'inspirent et désagréables à jouer avec leur son strident, sorti d'un petit haut-parleur situé sur la console elle-même.

Space War sur Channel F

Même si certains jeux de la VCS paraissent impraticables aujourd'hui, ils restent dans l'ensemble meilleurs. Même l'Odyssey 2 (Philips Videopac) fait mieux.

Exemple de cartouche pour Channel F.

Vendue à sa sortie 170$ (les jeux coûtaient 20$), la Channel F est conçue comme le sont les consoles dans les années 70, avec toutefois une vraie volonté de faire avancer leur technologie. Jerry Lawson, a utilisé le processeur F8 développé peu avant chez Fairchild, dont la puissance de calcul permet de programmer une intelligence artificielle pour les jeux, ce qu'aucune console ne s'était permis jusqu'alors. Le circuit graphique peut afficher 128x64 pixels, en 8 couleurs, à une époque où tous les jeux vidéo sont encore monochromes. La RAM n'est que de 64 bytes, moitié moins que la VCS.

Jerry Lawson

Les câbles des joysticks sont soudés à la console. Ces joysticks, conçus par Nick Talesfore et Ron Smith, sont étranges : ils consistent en une sorte de crosse au sommet de laquelle se trouve un bouton qui peut être incliné avec le pouce dans 8 directions, et poussé, faisant office à la fois de joystick et de bouton de tir. A l'usage, ce système s'avère peu ergonomique et personne ne regrettera qu'aucune autre console ne l'ait adopté. Il contribue toutefois à cette singularité qui fait de la Channel F un objet de collection très recherché, et prouve qu'il n'y a pas que Nintendo qui aît tenté de créer des systèmes de contrôles innovants. Autre curiosité : le bouton pause qui est situé sur la console et utilisable en permanence, quelque soit le jeu.

La SABA Videoplay est une des Channel F vendues en Allemagne.

La Channel F est à la base une console ambitieuse. Dans un sens, elle préfigure l'évolution de tout un marché. En 1978, Zircon International Inc. en a acquis les droits et sorti la Channel F System 2, une version améliorée avec des joysticks détachables et le son émis par le haut-parleur de la télé. Six nouveaux jeux ont été développés pour l'occasion. Vendue 99$ (et 69 $ aux possesseurs de la première Channel F), elle n'a hélas guère mieux fonctionné que sa grande sœur car entre temps, la VCS était sortie, raflant tout sur son passage.

La Channel F System 2, de Zircon.
Laurent
(25 janvier 2001)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Bally Professional Arcade

Emerson Arcadia 2001

RCA Studio II