Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Nintendo NES
1983 - 1994
Venue du Soleil Levant, la renaissance des consoles de jeux s'appelle NES, un méga-succès que Nintendo n'a jamais pu égaler par la suite.

L'âge d'or

Fin 1987, la NES est un phénomène d'ampleur mondiale, malgré l'absence aux USA et en Europe du Famicom Disk System et de tout le travail promotionnel qu'il permet. La demande est plus importante que l'offre, ce qui entraîne une hausse des prix, surtout pour les cartouches de jeux. La NES à fait entrer les jeux vidéo pour consoles dans une ère nouvelle. Les précédentes consoles avaient habitué les joueurs à des graphismes simplistes et des jeux répétitifs dont l'intérêt se résumait la plupart du temps à essayer de battre un score. Avec l'apparition de jeux tels que The Legend of Zelda, Metroid ou les trois premiers Super Mario Bros., les joueurs ont un défi à relever qui dépasse la simple épreuve de réflexes, peuvent s'identifier au héros qu'ils commandent, et parfois suivre un scénario passionnant, découvrant de nouvelles choses de longs mois après les premières parties. Les jeux ont un fil conducteur, un début, une fin et un générique comme des films. De plus, la NES est aussi la première console à proposer la sauvegarde des parties (à partir de 1987). En définitive, même si elle s'adresse ouvertement aux plus jeunes par son marketing, elle s'avère dans les faits beaucoup plus apte à satisfaire les joueurs exigeants de tous âges que les consoles précédemment sorties.

Legend of Zelda et Shinobi.

Pendant la période 87-88, apogée de la NES, les enfants, dont Nintendo fera sa cible principale, vont vivre une véritable histoire avec leur console, les images des jeux continuant de remplir leur monde intérieur même en dehors des heures passées devant l'écran. Les publicités pour la console résument alors bien le phénomène : "Avec la NES, vous mangez Nintendo, buvez Nintendo, dormez Nintendo, vous êtes Nintendo !".

Ce succès monumental et surtout très durable permettra à Nintendo de réagir sereinement lors du passage de Sega à la technologie 16-bits. La Mega Drive sort ainsi fin 88, et la Super NES fin 90. Dans l'intervalle, c'est la NES qui assure la supériorité de BigN et le soutien des éditeurs tiers, qui entre temps sont passés du statut d'indésirable à celui de donnée commerciale prépondérante.

Outre le robot R.O.B. cité plus haut, La NES a également eu droit à des accessoires dont certains sont restés célèbres en tant que gadgets typiques des années 80, ou pour ce qu'ils contribuent à placer la console dans le prolongement des jouets que Nintendo concevait durant la décennie précédente : le très sophistiqué Power Glove (sorti en 1989 et conçu aux Etats-Unis par Mattel) permettait de contrôler son personnage dans certains jeux (trop peu, hélas, d'où un échec commercial cuisant) par des mouvements de l'avant-bras ou des doigts. Le NES Satellite (1989) était une base sans fil dans laquelle on pouvait brancher quatre manettes NES, et qu'on pouvait éloigner jusqu'à 5 mètres d'un récepteur infra-rouge branché dans la console. Le pistolet optique NES Zapper, présent au lancement américain de la console, a donné lieu à des adaptations des jeux électromécaniques développés par Gunpei Yokoi dans les années 70 : Duck Hunt et Wild Gunman, autrefois d'imposantes bornes dérivées du Laser Clay Shooting System de 1973 (voir l'article sur Nintendo), sont devenus des jeux NES très populaires, simples mais d'une grande efficacité.

Le NES Satellite (module 4 joueurs pour jouer sans fil) et le NES Power Glove

Dans les salles d'arcade

A partir de 1986, Nintendo exploite la NES et ses jeux sous forme de bornes d'arcade, tout en veillant à stimuler les ventes de cartouches du même coup. Graphiquement, la ludothèque de la console est très en retard sur les jeux d'arcade de l'époque, aussi l'accent est-il mis sur le rapport prix/temps d'utilisation, la possibilité de choisir le jeu auquel on joue, et le jeu à deux, coopératif ou en opposition. Ainsi apparaissent les bornes Nintendo Playchoice-10 et VS. System.

Bornes Playchoice-10 et VS. System

Les Playchoice-10 proposent un choix de 10 jeux qui n'est pas le même selon la borne. Le joueur insère une pièce et dispose de la machine pendant un temps fixe, avec la possibilité de changer de jeu à volonté et de consulter des fiches d'aide sur un écran annexe. Il n'a pas le temps de finir un jeu même en le maîtrisant bien, mais la garantie de ne pas se faire éconduire trop vite en cas de défaite et la possibilité d'essayer des jeux en vue d'un achat futur en cartouche rend le dispositif très intéressant. Le hardware est à peu près le même que celui de la console de salon, à l'exception notable de la sortie vidéo qui passe du composite au RGB, permettant une image beaucoup plus nette. Une cinquantaine de jeux sont ainsi mis en avant, jouables à deux en coopératif, et un NES Zapper est prévu.

Les VS. System sont dédiés à la confrontation entre deux joueurs, sur un même écran (VS. UniSystem) ou deux (VS. DualSystem). Les jeux sont parfois remaniés par rapport aux versions cartouche, avec des difficultés supplémentaires ou des modifications de gameplay adaptées au jeu compétitif. Certains hardcore gamers préfèrent d'ailleurs ces versions.

Différents styles de jeux

La NES est la première console à proposer une véritable variété ludique. Alors que les VCS, Intellivision et Coleco Vision se limitaient aux jeux d'actions purs et durs, les années bénies de la console de Nintendo auront vu, grâce à l'inventivité des développeurs, les joueurs s'initier dans leur salon à des genres nouveaux. Quelques exemples :

Les jeux d'action

Super Mario Bros. et Castlevania.

Le genre étant consacré, la NES y fait plus que bonne figure avec des jeux catalogués Action Series, parmi lesquels on trouve Super Mario Bros, fourni avec la console et détenteur du record des ventes (40 millions d'exemplaires), et Castlevania (sorti au même moment sur MSX sous le titre Vampire Killer), qui est devenu un standard et le point de départ d'une franchise majeure. Konami, qui en est le créateur, est par ailleurs un des éditeurs les plus en vue sur NES grâce à des titres comme Gradius ou Stinger, qui l'ont imposé comme un acteur important de l'industrie des jeux vidéo. Les jeux d'action sur NES ont introduit de nombreuses innovations comme les passages secrets, raccourcis, objets cachés et bonus à collecter, qui font maintenant partie des composantes incontournables de tout jeu sur console qui se respecte.

Les RPG

Dragon Warrior et Final Fantasy

Avant la sortie de Dragon Warrior en 1986 sur NES, la seule machine qui permettait de jouer à de vrais jeux vidéo de rôle était l'Apple II. Ce jeu créé par Enix qui initia la franchise Dragon Quest, ainsi que le célébrissime Final Fantasy, de Square Soft, à tout changé en remplaçant les interminables explorations de donjons labyrinthiques par des histoires riches et fouillées, des combats stratégiques, des personnages forts et des graphismes travaillés qui permettent au joueur de se plonger dans un monde virtuel. Ainsi, le RPG japonais est-il devenu un genre à part entière, clairement différencié dans l'esprit des joueurs du RPG occidental. Il faut aussi savoir que tant que des titres de ce genre ont été développés sur des consoles Nintendo, le public occidental n'a pu réellement en profiter que grâce aux boutiques d'import, la compagnie de Kyoto ayant une fâcheuse tendance à sectoriser le marché du jeu sur console.

Les jeux d'aventure/action et action/RPG

Hydlide et Ys: The Vanished Omens

Ces genres hybrides ont eu beaucoup plus de succès auprès du public occidental que les RPG, ce qui a poussé Nintendo à les exporter hors du Japon plus facilement (à moins que ce soit l'inverse... Cela mériterait un article dédié). The Legend of Zelda en est le meilleur exemple. Encore un jeu apparu sur NES et supervisé par Shigeru Miyamoto qui est devenu un classique. Alternant les phases de combat et d'exploration, le tout accompagné d'un scénario passionnant dont l'intérêt est sans cesse relancé par des quêtes secondaires, les action-RPG représentent la quintessence du jeu vidéo domestique de leur époque. La NES est la première console à avoir permis aux joueurs de se lancer dans de telles aventures, grâce encore une fois à la créativité des programmeurs plutôt que son hardware qui n'a rien d'extraordinaire. Signalons encore une fois que beaucoup de titres qui se sont épanouis sur NES trouvent leurs origines sur MSX, premier laboratoire de développement pour des sociétés comme Konami, Hal Laboratories ou T&E Soft.

Les shoot'em up

Gradius et Alpha Mission

Ce genre de prédilection des salles d'arcades n'est certainement pas apparu avec la NES, mais il a atteint une nouvelle dimension grâce à la qualité de titres comme Gradius ou Alpha Mission. Scénarisation, expansions de tir, niveaux aux graphismes changeants et boss de fin de niveaux sont apparus avec de tels titres, qui sont souvent des adaptations de bornes d'arcade.

Rareware

Battletoads et Snake Rattle'N'Roll

On l'oublie souvent, mais l'association entre Nintendo et les anglais de Rareware n'a pas attendu Donkey Kong Country sur SNES pour engendrer de bons jeux et de gros chiffres de vente. Wizards&Warriors, Snake Rattle'N'Roll, Battletoads, Solar Jetman ou R.C. Pro-AM sont de grandes réussites. Rareware a réalisé plus de 40 jeux NES.

Conclusion

La NES reissue 93, appelée au Japon Famicom AV.

Après avoir subi une cure de rajeunissement en 1993 pour son dixième anniversaire, l'histoire de la NES se termine à noël 94, avec la sortie de son ultime jeu, Wario's Woods, un Tetris-like. Il faut dire qu'à ce moment, le Super NES est déjà sortie depuis presque 4 ans, et la NES est très loin derrière en terme de hardware. Au final, elle s'est vendue à plus de 60 millions d'exemplaires dont plus de la moitié aux Etats-Unis, qui resteront un marché capital pour Nintendo sur la génération suivante de consoles. Aujourd'hui, cette machine inoubliable vit à travers la nostalgie qu'elle suscite, les émulateurs, le marché de l'occasion / collection où elle est très présente, ainsi qu'au sein du catalogue Nintendo, qui en pérpétue l'héritage ludique par diverses rééditions et adaptations. Le catalogue de jeux dont elle dispose est accessible sur le net si on cherche un peu, d'autant plus que les jeux sont de toute petite taille, et l'émulation fonctionne à merveille.

PS : Signalons qu'il existe d'innombrables contrefaçons de NES, fabriquées en général à Hong-Kong et vendues avec des cartouches contenant une vingtaine de jeux, ceux-ci étant en général très légèrement modifiés pour éviter une violation trop évidente de copyright. Elles sont vendues neuves pour environ 30€ avec une quarantaine de jeux, et on en trouve partout en Europe.

Laurent
(19 mai 2004)
Page 2 sur 2
>>>
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(286 réactions)