Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Thunder Force 4
Année : 1992
Système : Megadrive, Saturn
Développeur : Technosoft
Éditeur : Technosoft
Genre : Shooter
Par Lyle (11 septembre 2006)

Ça commence dès la mise sous tension : au premier plan les lettres du titre qui défilent, au second un duel acharné entre deux engins spatiaux, le tout accompagné d'un riff sauvage. L'intro annonce la couleur. Autant le dire tout de suite, parler de Thunder Force 4, c'est s'attaquer à un monument du shoot 16-bits. 1992 est une très grande cuvée pour le genre : Gate of Thunder, Apidya, Air Zonk, View Point, Super Aleste, Last Resort, Axelay, Star Parodia, Parodius, Project X, Rayxanber III, R-type Leo, Soldier Blade, Mystic Rider, Nexzr... Ajoutez à tout cela des dizaines de titres un peu moins aboutis mais toujours intéressants. C'est dire si le podium est disputé. Pourtant, un tel afflux de qualité n'a nullement empêché TF4 de monopoliser l'attention à sa sortie, éclipsant même le très honnête Gleylancer sur le même support. Il faut dire qu'après un troisième épisode exceptionnel, les concepteurs n'avaient pas d'autre choix que de se surpasser. Résultat : un titre bourré d'idées, des moments forts à la pelle, des sprites géants, un design haut de gamme, une réalisation qui arrache les tripes du 68000 et un gameplay électrique (sans jeu de mot).

Votre appareil, digne successeur du Styx de TF3, possède les mêmes armes de base, upgradables, plus trois à obtenir. Upgradé, le tir frontal crache des gerbes de blades ravageuses. On retrouve les lasers du Styx dans l'upgrade du tir arrière. La portée latérale de la troisième arme, les snakes, nettoie à merveille les surfaces, mais sa faible couverture frontale rend son utilisation souvent risquée. Le freeway est un équipement inédit : des missiles assez puissants et qui partent dans la direction inverse de celle de votre vaisseau. Pas de changement pour la dernière arme, les précieux hunters qui vont eux-mêmes chercher l'ennemi. Les traditionnels modules rotatifs viennent graviter autour du vaisseau, apportant puissance de feu supplémentaire et protection.

Stage 1 – Vous commencez par un vol périlleux au-dessus des océans pour ensuite plonger à la rencontre d'un superbe vaisseau-mère que vous serez amené à retrouver quelques niveaux plus tard. Le jeu est tout de suite difficile, l'ennemi fourbe, en particulier dans la première moitié du niveau, et la technique immédiatement impressionnante (voir le nombre exceptionnel de scrollings pour la mer et les montagnes). Le boss est une version amphibie de la gargouille géante du premier niveau de TF3. Tout l'affrontement est rythmé par le balancement de sa queue, et contrairement aux apparences, les blades, ne sont pas la meilleure arme contre lui.

La première phase de la mission comprend quatre planètes. Vous choisissez vous-même votre programme de bataille. Choix qui, avec un minimum de bon sens, doit prendre en compte l'apparition des armes et des boucliers, ces champs magnétiques qui vous sauveront par trois fois la mise. Comme dans TF3, un bon armement reste la condition sine qua non pour vaincre. Le jeu est beaucoup plus difficile que son prédécesseur. En Normal (le mode par défaut), il faut de la persévérance. En Maniac, un par cœur infaillible et des nerfs de bouddhiste. L'une des raisons de ce changement est l'ajout dans certains niveaux d'un scrolling vertical. Pas de révolution, Gradius l'a fait avant. Sauf qu'ici, c'est un cadeau empoisonné. Lors des premières parties, le joueur moyen en profitera lâchement pour prendre la tangente dès que tirs et obstacles commencent à s'accumuler devant lui.

Stage 2 – Un concentré de mesquineries : la moitié des ennemis arrivent par derrière, des tanks se cachent sous les dunes pour mieux vous surprendre, des appareils quasiment invulnérables encombrent le niveau et la tempête de sable affecte grandement la visibilité. Le boss de mi-niveau est un petit malin : si vous ne l'affrontez pas de face, il se met à parcourir toute l'aire de jeu en essayant de vous « balayer » avec sa queue. Quant au boss de fin, c'est l'un des plus acharnés du jeu. Sa mobilité lui permet d'aller vous chercher n'importe où, et il semble avoir un sixième sens pour savoir exactement quand vous envoyer un tir à bout portant.

Mais bien vite, il faut se rendre à l'évidence : fuir la difficulté en fonçant aveuglément vers le haut ou le bas multiplie surtout les risques de collision, en particulier en Maniac. L'ennemi occupe tout l'espace disponible, même le hors champ. Il est traître, autant dans ses trajectoires que dans ses attaques. La taille de l'aire de jeu lui permet d'amorcer ses mouvements hors champ pour ensuite vous foncer dessus, et dans bien des cas vous avez à peine le temps de le voir arriver. Combien de vies perdues à cause d'engins kamikazes ? TF4 énerve. Souvent. On ne s'améliore qu'en trouvant son propre « itinéraire », en s'y tenant, mais aussi en sachant à quel moment tel ou tel ennemi s'apprête à entrer en scène. N'allez pas croire pour autant que les phases ou niveaux « linéaires » (dont le scrolling est totalement imposé) sont plus faciles d'accès puisqu'ils sont pleins à craquer de reliefs et d'obstacles en mouvement. Bref, fini la promenade de santé qu'était TF3. Ici, on avance dans la douleur.

Stage 3 – Moins d'ennemis kamikazes que dans les autres niveaux incluant un scrolling vertical, mais beaucoup de dangers tout de même. La plus grosse difficulté se trouve juste avant le boss : des chaînes de modules qui se prolongent en absorbant vos tirs, et qui finissent par vous barrer complètement la route si vous persistez à tirer dessus. Comme par hasard, le jeu vous offre « généreusement » des hunters juste avant cette séquence, soit la meilleure façon de vous précipiter dans le piège. Les deux lasers et la mobilité verticale du boss constituent ses principales difficultés.

La cinquième mission fait écho au Cerberus de TF3 : un autre gigantesque vaisseau-mère, sorti des océans du premier niveau et dont le design, magnifique, oscille entre science-fiction et steampunk. À la fin de cette séquence, un nouvel équipement vous attend : deux Styx viennent installer à l'arrière de votre appareil une sorte de bouche d'aération et vos modules se transforment en sphères de métal. Vous voilà en possession de l'Arme avec un grand A. Vous la rechargez en arrêtant de tirer une poignée de secondes. Sa puissance et son rayon d'action dépend du temps de chargement et à efficacité maximale, elle est purement et simplement monstrueuse. À titre d'exemple elle permet, bien utilisée, de diviser les temps d'affrontements contre les boss par trois ou quatre.

Stage 4 – Bienvenue en plein raid aérien, au milieu de dizaines d'appareils dont les formations en vol deviennent vite pour vous un labyrinthe digne d'un niveau de R-Type. Tous les vaisseaux se font un plaisir de vous canarder, y compris ceux se situant sur un autre plan que le vôtre (vous devez alors fuir un essaim de viseurs). Lorsque le raid est interrompu par des tirs de missiles sol-air, l'ennemi prend la fuite. Puis vient le boss, étrangement facile et assez peu résistant si l'on est bien armé. Ce niveau, le premier dépourvu de scolling vertical, est incroyablement oppressant. Malgré les nombreux passages « mouchoir de poche », le par cœur ne suffit pas, car l'ennemi est vraiment partout. Mention spéciale pour l'ambiance fabuleuse du niveau (la musique y contribue grandement). Un grand moment de shoot'em up.

Le laser à charge est une arme « quitte ou double », d'autant plus précieuse qu'il suffit de perdre une vie pour en être privé : elle n'est opérationnelle qu'avec les modules métalliques. Or, dans TF4, chaque vie perdue entraîne la confiscation de l'arme en cours d'utilisation et des modules, quel que soit le mode de difficulté sélectionné. Le simple fait de se mettre à découvert le temps de la charger est déjà une grosse prise de risque dans les niveaux avancés mais au final, c'est tout le gameplay de la seconde moitié du jeu qui s'en trouve enrichie. L'idée est donc excellente et sera en partie reprise, avec de nouveaux développements, dans TF5. D'un autre côté, cette arme accentue encore le sentiment de déséquilibre entre le « bien armé » et le « mal armé », étant donné que les cinq derniers niveaux ont été entièrement conçus pour être traversés « TRÈS bien armé ».

Stage 5 – Revoilà le vaisseau-mère du premier niveau qui, cette fois, utilise ses propres armes. Dès le début du niveau, il est épaulé par un petit boss, le même que l'on aperçoit dans l'intro du jeu. Vous traversez le niveau aux côtés de plusieurs Styx (juste pour la forme ; ne comptez pas sur eux pour vous faciliter la tâche). Ce n'est pas vous qui venez à bout du vaisseau-mère, mais un arrogant et somptueux robot argenté qui termine sa démonstration de force en achevant toute une escadrille de Styx. Seul et curieusement épargné, on devine qu'on retrouvera tôt ou tard ce mystérieux adversaire.

Si TF4 fait immédiatement sensation, c'est d'abord parce que les morceaux de bravoure ne se font pas attendre bien longtemps. En fait, quasiment chaque niveau en compte un ou plusieurs : littoral multi-paralaxes, tempête de sable, vol au milieu d'un raid aérien ennemi, arrière-plan de lave en sinusoïdes (plus élaboré encore que dans le second niveau de TF3), défilement d'étoiles magnifique... À cette époque, il est encore difficile de trouver d'autres shoots jouant avec autant d'ardeur la carte du grand spectacle. Mais Tecno Soft va encore plus loin. Très souvent, TF4 casse délibérément le rythme de ses niveaux pour mieux surprendre le joueur. C'est un jeu « à scènes », exact opposé de ce que pourraient faire Toaplan ou Compile avec leur gameplay tout en flux. Bien sûr, il suffit de penser deux secondes à l'héritage Treasure pour trouver banal une telle technique de level design aujourd'hui. En 1992, c'est pour ainsi dire une nouveauté.

Stage 6 – Un niveau marin qui rassemble toutes les difficultés du jeu : ennemis aux trajectoires sadiques, esquive pure, choix d'itinéraires et séquences à obstacles. Le boss de mi-niveau, qu'il est préférable de détruire le plus tôt possible, permet de mesurer l'importance de sa nouvelle arme (en cours d'utilisation en bas à gauche). Le boss est, logiquement, beaucoup plus résistants que tous les précédents et à chaque élément perdu, il devient de plus en plus dangereux.

Coup d'essai, coup de maître : les idées de situations sont toutes plus imaginatives et cohérentes les unes que les autres. De nombreux semi-boss viennent interrompre le cours normal des niveaux (ce que la musique accompagne systématiquement), des escadrilles d'ennemis fuient des tirs d'artillerie, prétexte à une séquence de slalom digne du fameux deuxième niveau d'Aero Blaster, un vaisseau-mère pulvérisé par une pluie de lasers arrivés de nulle part... Le plus remarquable, c'est de constater à quel point Tecno Soft tenait absolument à incorporer toute cette mise en scène, sacrifiant au besoin et sans le moindre sens du compromis la stabilité technique du jeu. Parti pris on ne peut plus surprenant : dans TF3, le frame rate - immaculé - fut l'objet de tous les soins. Dans TF4, le développeur s'en balance complètement, comme Taito pour G-Darius cinq ans plus tard. Déjà à sa sortie, Joypad posait le problème en ces termes : faut-il privilégier la fluidité ou l'ambition visuelle ?

Stage 7 – Niveau splendide et proposant quelques difficultés inédites, comme ces vaisseaux qui viennent se greffer sur vos modules, diminuant ainsi votre puissance de feu. Ce stage est tout de même un peu moins traître que le précédant, ce qui permet de souffler un peu. Attention toutefois aux trajectoires du boss de mi-niveau et aux cellules à la R-Type. Le boss est très réussi : dans un premier temps, il est dissimulé dans le sol, protégé par sa carapace, puis il se dresse face à vous et tente, entre autres, de vous aplatir en utilisant toute sa longueur.

Alors c'est vrai, TF4 rame souvent et beaucoup. La version japonaise est la plus affectée, alors que la version Pal corrige une partie des ralentissements originaux. Si ce défaut vous rebute, vous pouvez toujours opter pour la version Saturn. Disponible dans la compilation Thunder Force Gold Pack 2 aux côtés de son prédécesseur, TF4 est ici tout à fait fluide, bien qu'affublée de bugs sonores témoignant d'un portage semble-t-il vite expédié. On se dit qu'à priori, ces ralentissements ont au moins l'avantage de faciliter un shoot parfois frustrant. Dans les faits, c'est plutôt l'inverse qui se passe : les variations soudaines de vitesse prennent à certains moments le joueur par surprise, habitué qu'il est à négocier certaines séquences en frame rate réduit. Des situations d'autant plus agaçantes qu'on ne les voit pas toujours venir. Dans TF4, les ralentissements sont bel et bien des accidents. Il faudra encore quelques années avant que les développeurs de manics ne soient capables de moduler la difficulté des jeux en fonction de leurs chutes de frame rate.

Stage 8 – C'est à ce stade que le jeu commence, en mode Maniac, à devenir vraiment très difficile. Vous allez d'abord rencontrer quatre boss assez coriaces, et dont l'ordre d'affrontement dépend de l'itinéraire choisi. Profitez des relais entre les phases pour grappiller un shield ou, si vous n'en avez pas déjà, des modules. Ces derniers seront capitaux arrivé au vrai boss, clin d'œil à la toute dernière séquence du premier R-Type, mais surtout créature effroyable : une fois sortie de son placenta, elle disperse quantité de petits explosifs dont le souffle vous envoie directement dans le plafond si vous ne compensez pas avec les commandes. Le timing requis pour s'en sortir est ici extrêmement précis. Reste une dernière phase dans laquelle un insecte vient soulever la créature qui laisse régulièrement tomber une substance explosive. Cette fois, le souffle prend la moitié de l'écran. Génial, mais traumatisant...

Les boss de TF3 étaient, à une ou deux exceptions près, de la chair à lasers. Ce n'est plus le cas dans TF4. Tous sont bien plus résistants (même lorsque l'on est équipé du laser à charge), mais aussi plus nombreux. Le huitième niveau consiste même en une suite à choix multiples de boss tous très réussis, là encore une nouveauté pour l'époque. Les points névralgiques sont plus difficiles d'accès, chaque boss a plusieurs phases d'attaques et toute une gamme de comportements parfois scriptés, parfois aléatoires. En fait, TF4 s'inscrit dans une tendance globale du shoot : l'importance croissante que prennent les phases de boss au fil des années. Chaque affrontement est un choc de titans. Chaque gros coup porté ampute l'ennemi d'une de ses parties et le rend d'autant plus agressif (voir l'oiseau du désert ou le monstre marin du 6e niveau). Dans les niveaux avancés, la crainte permanente de perdre son laser à charge confère à chaque séquence finale une tension savoureuse.

Stage 9 – Niveau délirant qui accumule mouvements de décors destinés à piéger le joueur et un record d'obstacles au centimètre carré. Il faut avoir l'œil partout, gérer les va-et-vient de tourelles à détection laser et anticiper chaque seconde de jeu. En Maniac, le jeu devient décourageant. En même temps, la créativité de Tecno Soft dans le domaine du level design atteint ici des sommets. Le stage 9 est aussi le seul niveau du jeu à la limite du laid, non pas à cause de son design (toujours de grande qualité) mais de ses choix de teintes franchement contestables. On finit par un combat marathon, avec un monstre aussi imposant qu'agité, qui fait tourner des jets de flamme à 360° et tente de vous « boxer » avec ses pinces.

Reste à évoquer la bande son, déterminante. D'abord parce qu'elle est aussi réussie que le reste et parce qu'elle apporte énormément à l'atmosphère survoltée du jeu. Mais aussi parce qu'elle marque un tournant important dans la série. Les thèmes de TF3 jouaient la carte de la mélodie « chiptune », carrée et efficace (style que l'on retrouve aussi dans le très bon Elemental Master). Ceux de son successeur change radicalement de ton : beaucoup de gros métal agressif et des morceaux qui fonctionnent à merveille avec la violence des bruitages. "Pour bien accompagner un gameplay, un bon shoot doit d'abord faire du bruit," semble avoir compris Tecno Soft. L'avenir du genre leur donnera raison et le développeur ira encore plus loin dans cette direction pour Thunder Force 5 (avec encore plus de succès) et Blast Wind. Pour en finir avec les comparaisons TF3/TF4, on peut conclure en disant que la bande son accompagne tout un changement d'esprit dans la série. Si l'on met de côté ses effets visuels et ses sprites parfois géants, TF3 tient plus d'un shoot Nec, naïf, ultra-rapide et parfaitement fluide. Aucun doute avec TF4 : on est sur Megadrive.

Stage 10 – Comme dans TF3, le dernier niveau n'est constitué que du boss de fin de jeu et de son gardien qui se trouve être (ô surprise !) l'invincible robot argenté du stage 5 . Et comme dans TF3, Tecno Soft garde son plus beau design et ses plus beaux décors pour la fin. Le robot, déjà très agressif avec ses patterns serrés et ses lasers en angle droit, est en plus assisté par un canon dont le tir fait la hauteur de l'écran. C'est précisément cette arme démesurée qui vous permettra de vous débarrasser du robot, apparemment invincible (à vous de trouver comment !) Le boss de fin est peut-être la réalisation graphique la plus aboutie sur Megadrive. C'est à se demander comment les concepteurs ont pu arriver à un tel degré de finesse avec une résolution de console 16-bits. Si par miracle vous avez toujours vos modules, vous pouvez venir à bout du point névralgique du vaisseau en une charge. Reste à le trouver, car il est bien caché et très mobile !

La Megadrive compte plusieurs dizaines de shoot'em up de qualité, parmi eux une dizaine d'excellents titres. Quiconque désire acquérir une solide culture du genre ne peut passer à côté de cette machine. Pour autant, la moyenne qualitative ne change rien au constat : TF4 est de loin le shoot le plus ambitieux et le plus imposant sur Megadrive. On pourra en préférer d'autres pour des raisons de ludique pur. L'éternel débat nous renvoie toujours à la même question : qu'est-ce qui compte le plus dans un jeu vidéo ? La nature du genre qui nous intéresse ici force quelques éléments de réponses. Le shoot'em up se passe difficilement d'une certaine forme de spectacle. Et ça, TF4 le fait mieux que la quasi-totalité de ses congénères.

La fin du jeu en mode Maniac. Une musique mémorable, une série d'artworks sobres et élégants, et un épilogue beaucoup moins « happy end » que dans TF3. Tout le monde se souvient à coup sûr de la dernière image, énigmatique.
Lyle
(11 septembre 2006)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(59 réactions)