Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Striker
Année : 1985
Système : PC (DOS)
Développeur : Dataland
Éditeur : Dataland
Genre : Action
Par Tonton Ben (17 septembre 2007)
Supercopter : La fine équipe.
La bête en action.
L'une des deux adaptations sur NES.

À une époque où les machines PC et compatibles ne sont absolument pas considérées comme des supports permettant d'accueillir des jeux vidéo, des irréductibles développeurs s'emploient à démontrer le contraire, en créant des titres mutants remixant ce qui se fait de mieux au début des années '80. Striker fait partie de ces jeux incontournables. Striker, c'est tout simplement le dernier recours du monde libre face aux forces du mal. Là où Supercopter échoue, Striker, lui, s'en sort avec bravoure et témérité. Stringfellow Hawke et Dominic Santini n'ont qu'à bien se tenir !

Le freeware n'est pas une notion récente : elle existait déjà en 1985, notamment avec Striker. Derek, si tu nous lis, bravo et merci !

Aux commandes d'un hélicoptère surarmé, le joueur va devoir accomplir cinq missions successives, aux objectifs différents, et dont la cible se trouve à chaque fois en plein territoire ennemi.

Mission 1 : vous devez récupérer trois espions planqués dans un bunker isolé ; il suffit de se poser sur l'aire d'accueil à côté du bâtiment pour que les personnages apparaissent et prennent place à bord.

Mission 2 : les ch'tis gars doivent être déposés dans un bâtiment ennemi pour accomplir leur mission ; histoire de compliquer un peu la tâche, il y a deux aires d'accueil, situées de part et d'autres de l'immeuble, et qui devront être utilisées toutes les deux. Attention à ne pas se crasher dans la façade, surtout lorsqu'un OVNI peut surgir à tout moment pour semer la pagaille.

Mission 3 : trois caisses doivent être récupérées au nez et à la barbe de l'ennemi ; mais la manœuvre est délicate, et requiert beaucoup de précision, il ne faut surtout pas en détruire une seule par inadvertance. Et comme le coin n'est pas sécurisé, l'accident peut survenir n'importe quand.

Mission 4 : un immeuble est en flammes, et seul l'hélicoptère peut sauver les occupants du drame qui s'annonce. Mais attention : les flammes montent rapidement et le ciel est garni d'OVNI.

Mission 5 : l'assaut final contre la fabrique d'armes clôt la campagne de justice de Striker, mais pour y arriver, il faudra redoubler de vigilance face aux hordes volantes ennemies et aux défenses terrestres.

Choplifter version Broderund et version Sega sur la Master System.

Les plus assidus des articles de Grospixels ou les plus connaisseurs auront sans nul doute reconnu les parents officieux de Striker. En effet, le sprite de l'hélicoptère est indéniablement repompé sur le fameux modèle de l'illustre Choplifter de Broderbund. Lequel se retrouve avec une simplification des possibilités de tir (plus question que les mitraillettes tirent vers le sol) et des mouvements (pas de demi-tour, le scrolling est forcé) mais qui possède tout de même du répondant : les bombes.

L'enchaînement classique : je bombarde le fuel,j'esquive la DCA, et j'anticipe la fusée.
Il y a du monde, beaucoup de monde...

Et des bombes, il en faudra pour se débarrasser de tout se qui dépasse au sol : DCA, fusées et citernes, qui, on ne sait trop comment, rempliront cette jauge de carburant qui baisse inexorablement. Car le carburant est limité ! Sans ces stations essence un peu particulière, notre hélicoptère n'irait pas jusqu'au bout de ses missions.

Battle of Atlantis (image issue de KLOV).
Scramble de Konami.

Mais nos plus fins lecteurs, celles et ceux à qui, décidément, on ne la fera pas, auront également démasqué la deuxième forte source d'inspiration de Striker : Battle of Atlantis (conçu pour concurrencer le mythique Scramble). Enfin, quelques éléments seulement, Striker ne prétendant pas détenir toute la richesse de cet excellent titre d'arcade. Du hit de Comsoft/Game World, on retrouvera les différents éléments présents sur le terrain accidenté, terrain qui augment considérablement le risque de crash. Certains passages étant mêmes très étroits et garnis qui plus est. Mais on y trouve aussi des OVNI qui, outre rappeler un peu ce bon vieux Space Invaders, pourrissent aussi littéralement la ligne de vol.

Il y avait peu de chances de s'en sortir sur ce coup-là :bienvenue en mode Hard.

Affichant des graphismes très simplistes en CGA, Striker est un jeu court mais difficile, estampillé Freeware dès sa sortie (sûrement par peur de multiples procès pour plagiats) et qui procure immédiatement les bonnes sensations. Le mix de tous ces éléments crée un sérieux cocktail, sans prétention, mais avec beaucoup de charme. Comme Digger, la technique de clonage des hits du moment en un condensé d'action fonctionne pour notre plus grand plaisir ; comme Digger, Striker fait partie de ma toute première ludothèque, mes cinq premiers jeux, et il n'est jamais sorti de mes titres préférés. Frangin, réinstalle-le d'urgence !

Tonton Ben
(17 septembre 2007)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(15 réactions)