Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Prince of Persia sur Megadrive
Cet article passe en revue les épisodes de Prince of Persia sortis sur consoles 8 et 16-bits, et quelques versions micro alternatives.

Megadrive
Année :1993
Système : Megadrive
Développeur : Domark
Éditeur : Sega
Support : Cartouche

Encore une introduction totalement retravaillée, même si l'on retrouve encore une fois la thématique de la boule de cristal. Les dessins sont magnifiquement réalisés, et laissent présager du meilleur.

Dans le trio de tête des magnifiques adaptations de Prince of Persia sur consoles, je voudrais, avec la version PC Engine et la version Super Nintendo, présenter la version Megadrive, peut-être la plus belle de toutes. C'est Domark qui s'y colle cette fois-ci pour le compte de Sega ! Ayant déjà publié la version Amiga, les développeurs de Domark mettent d'entrée la barre très haut avec une présentation stylée magnifique, précédant, comme sur PC Engine, la scène d'intro classique.

Jusqu'ici, rien d'anormal : les habitués retrouveront les scènes clés de cette superbe aventure, mais avec des graphismes somptueux.

Et on est reparti dans les tréfonds du cachot... Voui, mais alors quels cachots ! Regardez-moi ces graphismes, c'est à tomber ! Fins, colorés à souhait, les niveaux surprennent tant par leur beauté que l'on croirait presque se trouver devant une suite retravaillée. Ce qui n'est pas faux sur deux points ! Le premier concerne le sprite du prince, présentant de fortes ressemblances avec celui de la version Mac et de Prince of Persia 2: the Shadow and the Flame.

Même constat, rien de louche... Ah si, il y a un détail surprenant sur le passage secret du niveau 3 ; ami lecteur, as-tu trouvé ?

Le deuxième point concerne quelques modifications dans l'architecture des niveaux. Cela commence par un changement ci ou là, et puis, arrivé au niveau 6, celui du gros garde et du double qui ferme la grille, surprise ! Un nouveau parcours ! C'est la panique de la nouveauté, mais en même temps, quelle joie de découvrir un nouvel agencement ! Surtout que ce n'est pas le seul : le niveau 7 a lui aussi été créé par les ch'tis gars de Domark, avec une autre surprise : une potion d'arrêt du temps, indispensable par ailleurs pour finir le parcours ; l'écran bascule alors en noir et blanc, et tous les éléments du décor semblent figer, gardes compris. Seraient-ce des prémices de Prince of Persia: the Sands of Time ?

Là, aussi, rien de particulier...
Ah ! Voilà du neuf ! Et du vicieux, qui plus est !

Arrivé au niveau 8, les lieux semblent familiers : un gros garde, un double malfaisant... puis un niveau où l'on doit absolument se raccrocher au début pour survivre : pas de doute, les niveaux du jeu ont été décalés. Mais le phénomène se reproduit aux niveaux 12 et 13, avec deux nouveaux parcours particulièrement retors et bien fichus, qui vont faire douter de la capacité du joueur à finir l'aventure dans le temps imparti. Car si le nombre de niveaux est passé de 13 à 17, la limite temporelle est toujours fixée à 60 minutes !

Voici un aperçu des créations spécifiques à la Megadrive : entre l'arrêt du temps, et des sauts de la mort, on ne s'ennuie pas !

Effaçant totalement l'échec de la version Mega-CD, Prince of Persia Megadrive démontre qu'il est possible de porter la légende sur la machine de Sega d'une façon exceptionnelle. Les quatre nouveaux niveaux parviennent à totalement déstabiliser les habitués du titre originel, et servent sans vergogne de prétexte fort bien choisi pour les attirer vers cette adaptation, si le simple argument d'une réalisation exemplaire ne pouvait suffire. À noter que ce titre n'est uniquement sorti qu'en version américaine et européenne.

L'une des rares versions consoles réussies où le combat final contre Jaffar se déroule au même endroit.
Ah ! L'amour...

En cadeau bonusque, voici les plans des quatre niveaux supplémentaires spécifiques à cette version : niveau 6, niveau 7, niveau 12, niveau 13.

Et pour les connaisseurs, voici la liste des détails en cours de jeu qui varient depuis l'original :

  • La série des trois dents du passage secret du niveau 3 n'est plus synchro, elles descendent en même temps.
  • La technique du squelette du niveau 3 (descente à gauche et raccrochage in extremis) ne marche pas.
  • Les combats sont plus rapides.
  • Des flashs de couleur indiquent les dégâts reçus ou portés.
  • Le gros garde du niveau 8 (ex-niveau 6) ne fait pas reculer de deux pas lorsqu'il touche.
  • La dalle d'ouverture de la grille avant la potion de lévitation du niveau 9 (ex-niveau 7) n'ouvre PAS la deuxième grille... il ne faut absolument pas faire tomber la dalle du début.
  • Le 1er garde du niveau 10 (ex-niveau 8) est normal.
  • Il n' y a plus de potion d'inversion d'écran au niveau 11 (ex-niveau 9).
  • Les dalles ne se cassent pas au même endroit au niveau 13 (ex-niveau 10) ; le passage au bout à droite est bloquant !
  • Les dalles du plafond ne tombent plus au niveau 13 (ex-niveau 10).
  • Le mécanisme d'ouverture de la dernière grille avant la porte de sortie du niveau 13 (ex-niveau 10) est au même endroit, mais caché par une dalle de plafond cassable.
  • Les dalles ne se cassent plus dans le passage secret du plafond vers la grande fiole à gauche du niveau 14 (ex-niveau 11) ; la façon de sortir du passage n'est plus la même.
  • Les dalles près de la porte de sortie du niveau 14 (ex-niveau 11) (le grand saut de la mort) ne se cassent plus.
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(88 réactions)