Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Pepper II
Année : 1982
Système : Arcade ...
Développeur : Exidy
Éditeur : Exidy
Genre : Arcade / Labyrinthe
Par JPB (09 février 2009)
Le flyer. Cliquez sur une image pour une version plus grande.
Merci au site Arcade Flyer Archive !

À l'époque où j'avais la Colecovision, j'ai toujours regretté que Pac-Man ne soit pas adapté sur la console. Je trouvais (et je trouve encore) qu'il n'y avait pas de limitation technique, ni de date trop ancienne (Donkey Kong, livré avec la Coleco, date de la même année que Pac-Man), et encore moins de manque d'intérêt ou de renommée. Bref, Pac-Man n'a jamais été annoncé sur Colecovision en France à cette époque, et c'est bien dommage (et même si, sur le net, j'ai vu des images d'une version de Pac-Man sur Coleco, en tout cas je ne l'ai jamais vue tourner encore aujourd'hui).

Par contre il existait un jeu qui s'en rapprochait : Pepper II, adaptation d'un jeu d'arcade de ces mêmes années. Je me rappelle de l'avoir vu tourner sur une Coleco de démonstration au magasin Ludo de Clermont-Ferrand. À peine vu, j'ai trouvé que le jeu était moche, et qu'il ne s'agissait que d'une simple variation de Pac-Man. Et mon dédain pour ce jeu resta entier pendant longtemps. D'ailleurs, je n'ai jamais acheté la cartouche.

Pour finir cette intro, sachez que si aujourd'hui la cartouche de Pepper II me tombait entre les mains, je serais tout content et je filerais l'essayer aussitôt sur ma Coleco. Et je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

Ange ou démon ?

C'est Exidy qui développe ce jeu en 1982. Le programmeur est Larry W. Hutcherson (qui programma Mouse Trap un an plus tôt). Le principe est très simple, c'est un mélange entre plusieurs idées déjà existantes, un mélange de Pac-Man, d'Amidar, ou encore de Qix.

Vous dirigez Pepper, un ange, dans un labyrinthe fait en... fermetures-éclair. Ce labyrinthe forme des figures fermées, plus ou moins grandes, plus ou moins rectangulaires, qu'il va falloir entourer. Toute figure dont la fermeture-éclair qui l'entoure a été entièrement fermée se colore et se fige : il devient impossible de rouvrir la fermeture-éclair. De plus, vous obtenez des points, et si la figure en question contenait un bonus, vous le récupérez également.
Donc sur le principe, faire le tour de carrés, ça paraît simple.

L'écran titre.
Les règles du jeu.

Le challenge vous paraîtra plus ardu quand je vous aurai dit que le jeu reprend fidèlement le principe d'une fermeture-éclair. Dans le jeu, un parcours se ferme quand vous allez dans un sens (normal, puisque vous tirez la fermeture-éclair avec vous...) Mais si vous faites demi-tour, le parcours se rouvre ! De même, si vous repassez sur le pourtour d'une figure qui n'a pas été entièrement close, vous rouvrez cette portion.
Hé oui : il va falloir être rapide et/ou organisé pour arriver à entourer correctement toutes les figures d'un labyrinthe. Il y a quatre labyrinthes par niveau : on passe de l'un à l'autre en sortant au milieu d'un des quatre côtés de l'écran, quand on le désire ; il n'est pas nécessaire de compléter un des labyrinthes pour passer à un autre. Pour se repérer, le numéro du labyrinthe vers lequel on se dirige est indiqué.

Sur le point de fermer la figure...
... et je récupère le trident qui était dedans !

Les ennemis

Les ennemis que Pepper va devoir éviter sont de deux sortes.

Les premiers sont les Roaming Eyes (Yeux Errants) qui se promènent sans but précis dans le labyrinthe. On ne peut pas dire qu'ils soient particulièrement attirés par Pepper, mais leur vagabondage peut être dangereux car il est difficilement prévisible. Ils peuvent faire demi-tour en arrivant à n'importe quelle intersection. Toucher un des Yeux Errants signifie la mort immédiate.

De nombreux Yeux Errants.
Le Zipper Ripper arrive (en haut)...

Le second est Zipper Ripper (littéralement : le Tireur de Fermeture-Eclair). Lui est plus attiré par Pepper (encore qu'il suive lui aussi son petit bonhomme de chemin), mais son autre fonction est de rouvrir les parties du labyrinthe où la fermeture-éclair a été fermée, sans pour autant entourer complètement la figure adjacente. Dans ce cas un bruit sourd se fait entendre : méfiez-vous, c'est peut-être la figure que vous espériez fermer qui vient d'être rouverte ailleurs !

Quand on lit ceci, ça paraît très compliqué, mais en fait le jeu est tellement simple et rapide que ça devient parfaitement clair dès qu'on y joue.

Les bonus

Pepper II offre deux types de bonus.

Le premier est un objet (épingle, ciseaux...) qui rapporte des points quand la figure qui le contient est entièrement fermée.

Le second se trouve aux quatre extrémités du labyrinthe : c'est un trident. Quand Pepper arrive à fermer toute la figure qui en contient un, il se transforme en démon. Pendant quelques secondes rythmées par une petite musique, il peut alors anéantir tous les Yeux Errants en les touchant, et le Zipper Ripper se retrouve immobilisé. On peut alors en profiter pour fermer quelques figures, le temps que le pouvoir s'arrête.
Attention, tous les Yeux Errants éliminés ressortent par les extrémités du labyrinthe, qui servent justement à passer d'un labyrinthe à un autre. Le problème est qu'ils arrivent sans prévenir, et il est fréquent de se faire tuer en espérant sortir et en heurtant un Œil Errant qui vient de surgir...

Victoire et bonus, le labyrinthe 1 est fini.
Victoire et méga-bonus, le niveau est fini !

Réussir à fermer toutes les figures d'un labyrinthe donne droit à un bonus. Un indicateur s'allume en bas de l'écran pour se repérer.
Réussir à compléter les quatre labyrinthes donne droit à un super bonus, qui redonne le pouvoir du démon à Pepper pendant quelques secondes.
Le jeu continue ainsi, de plus en plus rapide, de plus en plus difficile. Ça n'a pas empêché Herbie Fong de réaliser le record de 10 642 030 points, le 12 décembre 1982.

La réalisation

Le jeu lui-même n'est pas énormément impressionnant au niveau graphique. Les personnages sont peu détaillés, moins charismatiques que dans d'autres jeux. Les couleurs sont parfois un peu ternes, et l'ensemble donne une impression de vieillesse qui peut s'avérer fausse (je trouve que Pac-Man paraît plus récent, alors qu'il est sorti avant Pepper II).

À partir du niveau 2, les fermetures-éclair disparaissent par moments...
On joue "dans le noir" pendant quelques secondes.

L'animation, elle, décoiffe ! Dès les premières minutes, il est délicat de diriger correctement Pepper tellement il va vite (rien à voir avec Pac-Man). Plus on avance dans les niveaux et plus la vitesse augmente... Par moments, dans le feu de l'action, c'est presque injouable et la moindre erreur de trajectoire entraîne souvent un contact avec un Œil Errant qui passait par là.
En parlant d'animation, je trouve un peu dommage que les Yeux Errants n'aient pas d'instinct de conservation. Contrairement aux fantômes de Pac-Man qui fuient quand on a ramassé une grosse pastille, dans Pepper II quand on se transforme en démon, cela n'altère en rien leur trajectoire. Ils ne s'enfuient pas.

Le son est très peu évolué. Les bruitages sont très simples et répétitifs. La petite musique d'introduction reprend le thème de la série Alfred Hitchcock présente (mélodie issue de la Marche Funèbre pour une Marionnette de Charles Gounod), c'est marrant et ça donne un petit cachet au jeu. Par contre, très important : c'est le jingle qu'on entend lorsqu'on ramasse un trident qui sert de chronomètre. On devient invincible tant qu'on l'entend, puis quand il s'arrête, il ne reste qu'une seconde avant de redevenir un ange. Il faut donc bien faire attention en jouant et tendre l'oreille pour ne pas se faire avoir bêtement.

Image reprise d'une pub pour la version Atari 2600.
Image de la version ColecoVision.

Je n'ai pas réussi à trouver d'infos sur d'autres versions que la Coleco et la VCS Atari (et encore, pas de screenshot pour celle-ci). Vu l'époque, il est fort possible que de nombreux clones soient apparus, mais je n'en ai pas eu connaissance.

Pepper II est au final très sympathique, avec une action qui va de rapide à frénétique.
Dans la vague de jeux de labyrinthe de cette époque, il tire sans peine son épingle du jeu.

JPB
(09 février 2009)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Crush Roller

Mouse Trap

Pac-Man
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(14 réactions)