Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Le flux RSS est introuvable...
Qix
Année : 1981
Système : Arcade
Développeur : Taito
Éditeur : Taito
Genre : Arcade / Action / Réflexion
[voir détails]
Par JPB (30 mai 2002)
Le flyer. Cliquez sur une image pour une version plus grande.
Merci au site Arcade Flyer Archive !

Ce jeu m'a toujours plu. Mais malgré toutes les parties que j'ai faites, je suis toujours horriblement nul.

Le souvenir le plus présent à mon esprit, c'est que c'est sur ce jeu que j'ai essayé un allume-gaz pour avoir des parties gratuites, et qu'il s'est mis en alarme. Je n'ai jamais couru aussi vite de ma vie. :-(

C'est quoi, QiX ?

C'est un jeu minimaliste.
Graphiquement, il est difficile de faire plus simple. C'est encore moins élaboré que Space Invaders, c'est vous dire ! Et pourtant, le concept est excellent. Il faut tout simplement remplir plus de 75% de la surface de l'écran. Rien de plus simple !

Dans l'écran rectangulaire, une chose composée de plusieurs barres de couleurs, bouge aléatoirement. Sa taille change aussi, et en fin de compte elle ne ressemble à rien de connu. Pourtant, elle semble vivante, et bien décidée à ne pas se laisser encercler.
Cette chose, c'est le QiX.

L'écran de contrôle en version top. La manette, déplacement rapide, déplacement lent.

Le jeu

Au début de la partie, vous dirigez un curseur qui se trouve en bas de l'écran. Vous devrez tracer un trait, le Stix, qui une fois relié au contour de l'écran, formera des surfaces pleines. Il est possible de dessiner des zones rapidement (la zone fermée sera de couleur gris-bleu) ou lentement (la zone fermée sera orange). Évidemment, les points acquis seront plus importants si vous dessinez lentement, parce que c'est plus risqué.

Si le QiX touche votre trait non terminé, vous êtes immédiatement anéanti.

Les différents adversaires.
Un début de partie prometteur.

Au moment où vous démarrez, deux étincelles (les Sparx) démarrent elles aussi au milieu en haut de l'écran, chacune dans un sens. Elles vont suivre les lignes tracées par votre curseur, en espérant qu'elles entreront en contact avec vous. Elles sont programmées de façon très simple : suivre les lignes "solidifiées", ce qui fait que pour les éviter, il vous suffit de commencer à tracer une nouvelle figure. Les Sparx passeront derrière vous sans vous faire de mal.

En revanche, le fait de commencer à dessiner le Stix vous met à la merci du QiX, évidemment, mais aussi de deux ennemis plus pernicieux :
- le premier, c'est le fusible (Fuse, appelé "Étourpille" en version française), qui vous suivra sur votre trait en construction dès que vous vous arrêtez. Dès que vous repartez, il disparaît ;
- le deuxième, c'est la Spirale de la Mort. Si vous paniquez et que vous vous enfermez dans votre dessin, vous allez attirer le fusible, mais vous n'arriverez pas à vous dépêtrer de la spirale dans laquelle vous êtes... Et là, couic.

Une partie qui commence bien : 44% remplis.
La même partie, plus avancée.

Les images ci-dessus sont une hérésie, mais je me suis amusé. En fait, il est peu recommandé de faire de grandes zones d'un coup. Effectivement, ça permet de gagner rapidement de la surface, mais c'est très dangereux. Pourquoi ? Parce que vous êtes vulnérable quand vous êtes en train de dessiner... et le QiX, contrairement aux Sparx, est totalement imprévisible.

La zone où se trouve le QiX ne sera bien sûr jamais remplie. La technique consiste à remplir de petites zones, rapidement, et ensuite de compléter lentement quand vous ne risquez pas grand chose sur une petite distance... C'est ce qu'on appelle la "méthode de l'arbre".

L'arbre

D'abord, vous allez devoir dessiner un tronc vertical. Pas besoin de le faire épais, mais surtout allez doucement, régulièrement, ne prenez pas de risques (donc, dessinez en vitesse rapide), et gardez un oeil sur les Sparx. Ne complétez pas le tronc en rejoignant le haut de l'écran : au contraire, laissez un petit espace libre. Si vous n'êtes pas sûr de vous, vous pouvez déjà compléter le tronc à vitesse lente, et ainsi remplir la moitié de l'écran.

Première étape : un tronc au milieu.
Ensuite, une branche.
Et voilà, 73% d'un coup...

Mais si vous voulez le pactole, attendez de voir ce que va faire le QiX. Quand il reste un petit espace justement, il a tendance à essayer de se glisser dedans. Profitez-en pour tracer une deuxième séparation horizontale, au milieu. Vous devrez jouer serré, mais le jeu en vaut la chandelle : si le QiX essaye de repasser dans la partie du bas, en complétant le trait horizontal en vitesse lente, vous aurez pratiquement atteint (ou même dépassé) les 75%... et touché le pactole.

Cette méthode vaut ce qu'elle vaut ; elle est connue, et décrite dans un vieux bouquin qui traitait des jeux de l'époque. D'ailleurs, je m'en sers en ce moment pour vérifier que je ne dis pas de bêtises. :)

Et ensuite ?

Ça devient plus dur, forcément.
Dans toute partie, une barre horizontale rouge, en haut de l'écran, se met à décroître dès le début du jeu. Quand elle disparaît (environ 35 secondes), deux nouveaux Sparx apparaissent.

Qu'est-ce que je disais ? 4 Sparx...
... et là, deux QiX.

Mais ce n'est rien encore, parce qu'à partir du niveau 3, il y a 2 QiX...

Finalement, QiX est un jeu assez crispant, parce qu'il y a plusieurs paramètres à prendre en compte, et que bien qu'il n'y en ait pas tellement que ça, ils ont des comportements différents et c'est très dur de jongler avec l'ensemble. Ce qu'a réussi à faire Bill Camden, puisqu'il est détenteur du record de 1 666 602 points le 15 janvier 1983.

Évolution

Volfied (Taito, 1989)

Volfied est à QiX ce qu'Arkanoïd est à Breakout.

En fait, le QiX est remplacé par de nombreux boss, qui ont chacun leur forme et leur attaque, et les Sparx sont quant à eux recyclés en une cohorte de bestioles accompagnant le boss.
Il est possible de choper des bonus : tir, vitesse rapide, etc...

Twin QiX (Taito, 1995)

C'est pas compliqué : c'est un QiX où l'on joue à deux.

En dehors de ces deux jeux, il y a une quantité innombrable de clones, dans lesquels la plupart du temps, le pourcentage d'écran rempli laisse apparaître les charmes d'une jolie demoiselle... manga ou réelle.
Dans tous les cas, en dépit d'un réalisation graphique en constante augmentation (encore heureux ! :-D), le principe ne change pas. On ne change pas une recette qui gagne, regardez Arkanoïd comme il a emballé la foule à sa sortie.

Hé, notez en passant, que QiX, Volfied, Twin QiX sont tous de Taito... Comme Arkanoïd d'ailleurs... Les gens de Taito seraient-ils spécialistes de reprises d'arcade améliorées ?

Enfin, le QiX d'origine a de nos jours un charme désuet, côté graphique et côté son, qui fait que... ben, je rejoue volontiers à QiX (et je perds toujours aussi vite), mais je ne joue pas aux clones.

Et pour finir...

Pour la petite histoire, apprenez que les programmeurs de QiX (on prononce kix et pas quix) ont appelé ce jeu ainsi car la plaque d'immatriculation de leur voiture à l'époque était : 'JUS4QIX'.

JPB
(30 mai 2002)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Kabuki : Quantum Fighter
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(7 réactions)