Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Kirby - La série (2)
Année : 1992
Système : Game Boy, GameCube, GBA, N64, NES, SNES, Wii
Développeur : HAL Laboratory
Éditeur : Nintendo
Genre : Plate-forme
[voir détails]

Hoshi No Kirby Super Deluxe (JPN) / Kirby Super Star (USA) / Kirby's Fun Pack (E) (1996)
SNES

Comme à l'accoutumée HAL vient sortir ses opus majeurs de Kirby sur une console en fin de vie et Kirby Super Star (appelons-le comme ça ce sera plus simple) ne fait que confirmer la règle. Kirby Super Star est en fait constitué de plusieurs (courts) épisodes dont un remix de Dream land ainsi que quelques bonus games (dont certains ont été repris dans la version GBA dont on parlera plus loin). Pour ce qui est de la réalisation, HAL a su exploiter la SNES jusque dans ses derniers retranchements, c'est beau, coloré et ça bouge bien malgré le nombre de sprites parfois conséquent. Le système de transformation apparu dans la version NES est poussé à son paroxysme avec un nombre impressionnant de transformations possibles avec pour chacune au moins 5-6 techniques différentes (et qui au passage rend ridicule la version GBA, mais j'y reviendrai). Ajoutez à cela la possible « d'extérioriser » une transformation pour la transformer en allié (jouable par le second joueur), avec des attaques spécifiques à chaque transformation.
Encore plus que de coutume, cet opus est bourré de références à d'autres jeux Nintendo comme la transformation de Kirby en Link ou bien la nature des objets collectés dans le jeu intitulé « The Great Cave Offensive » (carapace de tortues, triforce, etc.) qui raviront les amateurs. Inversement HAL se plaît à placer sa boule rose fétiche dans les (nombreux) jeux développés pour le compte de Nintendo comme Super Smash Bros. ou Pokemon Stadium par exemple, et Nintendo ne manque pas de lui faire quelques clins d'œil comme dans The Legend of Zelda: Link's Awakening. En bref cet opus de Kirby est d'une richesse sans précédent dans la série, et techniquement très abouti.

Kirby No KiraKira Kids / Kirby's Star Stacker (1997)
Game Boy

HAL Laboratory s'essaie de nouveau dans le puzzle game, mais de façon plus originale qu'en empruntant Puyo Puyo à Compile. Cette fois-ci il s'agit de faire disparaître des blocs étoilés en les alternants entre 2 blocs identiques aux motifs des « friends » de Hoshi No Kirby 2. Cela donne un énième puzzle-game dans la moyenne mais pas éblouissant non plus, relativement adapté au jeu sur portable.

Hoshi No Kirby 3 / Kirby's Dream Land 3 (1998)
SNES

HAL signe avec cet opus sans nul doute (et en toute subjectivité) le chef d'œuvre de la série. Ce troisième épisode étonne déjà par la maîtrise technique dont ont fait preuve les développeurs : le nouveau style graphique avec un effet de « tracé à la main » a un peu la saveur du cell-shading actuel. Ce nouveau style s'accorde parfaitement à l'univers enfantin et acidulé de Kirby pour un résultat esthétique très réussi. Au niveau conceptuel cet opus est également très abouti : le système d'animaux amis fait un retour fracassant (il y en a 7 à présent) et le système de transformation aussi (certes moins poussé que dans Kirby Super Star). La combinaison des 2 permet de créer une palette de mouvements assez incroyables, mouvements toujours très bien trouvés comme en témoignent les images plus bas. À cela se rajoute qu'il faudra résoudre dans chaque niveau des énigmes afin de collecter les items qui ouvriront la véritable fin. En ces temps de metroidmania il est amusant de souligner qu'au détour d'une de ces quêtes, annihiler les metroids permettra d'obtenir les faveurs de Samus (pour l'occasion sans casque), qui offrira son amitié matérialisée sous la forme d'un « heart crystal » (on doit remplir certaines conditions pour, en fin de niveau, contenter les doléances de la personne qui nous y attend). Et ce n'est pas la seule anecdote... Il est encore à déplorer qu'un jeu si bon soit sorti si tard sur SNES, restant ainsi injustement assez méconnu et ne rencontrant pas le franc succès qu'il méritait.

Kirby No KiraKira Kids / Kirby's Super Star Stacker (1998)
SNES

Comme son nom l'indique, il s'agit du portage sur SNES de ce petit puzzle game. Le portage est techniquement irréprochable, avec l'utilisation du nouveau style graphique avec effet « crayonné » introduit dans Kirby's Dream Land 3. Le tout donne un puzzle game pas mauvais du tout, sorti une fois de plus un peu trop tard... tellement tard que la sortie US initialement prévue a finalement été annulée.

Koro Koro Kirby / Kirby Tilt 'n' Tumble (2000)
Game Boy Color

HAL pour une fois innove dans un spin-off de la série Kirby. En effet Koro Koro peut ne pas paraître original dans son fond (il s'agit d'un puzzle game, une sorte de Kirby No Bowl simplifié, très semblable en fait à Monkey Ball) mais son originalité réside dans sa jouabilité. La cartouche de Koro Koro Kirby est la 1ere cartouche munie... d'un capteur de mouvement. Ainsi, soulever brusquement la GBC fera sauter Kirby et l'incliner le fera bouger (le caractère sphérique de Kirby est décidément mis beaucoup à contribution). Associer le gameplay de Monkey Ball (et l'univers de Kirby) à ce système de contrôle doit être sans doute assez amusant au final...

D'ailleurs Miyamoto persiste et signe avec ce concept puisque Koro Koro Kirby 2 a ensuite été annoncé sur GC avec, faisant office de contrôleur à capteur de position une GBA reliée à la GC (avec une cartouche spécifique évidemment). Depuis le TGS de 2001 où le concept avait été présenté en grande pompe par Miyamoto, plus aucune nouvelle pendant un an, puis le concept est réapparu complètement débarrassé de la franchise Kirby, rebaptisé Roll-o-Rama, avant de s'évanouir dans la nature.

Hoshi No Kirby 64 / Kirby 64: The Crystal Shards (2000)N64

La seule apparition de Kirby sur N64, dans Super Smash Brothers, a probablement pas mal monopolisé HAL pendant quelque temps... et comme d'habitude opus majeur de Kirby rime avec chant du cygne pour la console qui l'accueille. Kirby 64 signe le passage de Kirby à la 3D, plutôt réussi il faut l'avouer. Comme d'habitude la sortie tardive du soft explique en partie pourquoi on a affaire à un titre si abouti techniquement. L'environnement de Kirby a été reproduit fidèlement en 3D et le jeu reste un classique action-platformer sur un seul plan, comme les opus précédents, avec quelques mouvements de camera (et un boss final qui exploite pleinement la 3D...). Exit le système d'animaux familiers, ce jeu met l'accent sur les transformations comme l'avait fait Kirby Super Star, mais avec une subtilité en plus. On peut désormais fusionner les transformations et de ce fait le nombre de combinaison explose. Par exemple, la combinaison needle + fire donne à Kirby une épée à 2 mains enflammée. Les nombreuses combinaisons sont toutes originales, variées et parfois drôles. Comme depuis la version NES, la collecte de certains items dans les niveaux (ici les « crystal shards ») permet de débloquer la véritable fin. L'ensemble donne un jeu certes assez court mais très rafraîchissant et très agréable à jouer, mais hélas une fois de plus sorti trop tard pour emporter le succès populaire (enfin il faut déjà s'estimer heureux qu'ils soit sorti, contrairement à Mother 3... [NDMTF : M'en parle pas...]).

Note de MadMarc : C'est le seul Kirby où celui-ci ne peut pas voler indéfiniment. De plus les premiers niveaux sont des plus enfantins, les boss ne bougent même pas de leur place et attendent qu'on les attaque.

Hoshi no Kirby - Yume no Izumi Deluxe / Kirby - Nightmare in Dreamland (2002)
Game Boy Advance

Pour l'arrivée de Kirby sur GBA on s'attendait à un remake ou pire un portage pur et simple d'un ancien opus comme il fut (hélas) si courant sur GBA. En réalité c'est bien pire que cela. Cette version de Kirby est en grande partie l'opus NES remanié graphiquement, avec l'ajout de quelques transformations issues de Kirby Super Star. Cet opus fait pâle figure face à ses aînés par son gameplay rudimentaire (chaque transformation a une et une seule attaque contrairement aux 5-6 minimum sur SNES par exemple), qui est celui de la NES paradoxalement gâché par l'ajout de certaines transformations bouleversant le concept original. Les niveaux en deviennent linéaires, semblables et ennuyeux... La régression en matière de possibilités est flagrante comparé à la version N64 ou les versions SNES. Inutile de s'étendre sur l'orchestration sonore qui pourrait faire rougir de honte la version NES. Si le lifting graphique peut faire illusion (la réalisation est vraiment très réussie), le manque d'intérêt de ce remake ne manquera pas de choquer l'amateur éclairé de la série (NdL : en fait cet opus de Kirby se destine avant tout au 6-12 ans. Il est facile, les niveaux sont courts, la prise en main est très simple et permissive, on meurt rarement et c'est sans conséquence pour la progression, Kirby change sans arrêt de forme, les mini-jeux sont vite débloqués... Au final les enfants l'adorent.).

Bounce Bounce...

Kirby est ainsi une série qui, bien que n'ayant jamais été mise au premier plan par Nintendo, a une histoire longue, mouvementée et pleine de particularités comme j'ai tenté de le souligner. La fréquence des spin off a probablement contribué à semer le trouble et occulter la qualité des jeux principaux qui, malgré leur 1er abord qui semble puéril, constituent d'excellents jeux de plates-formes. Maintenant le jeu consiste à spéculer sur la date de sortie du prochain véritable opus qui saura bien entendu être contemporain du déclin du support qui l'accueillera.

<(' . ')>