Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Up'n Down
Année : 1983
Système : Arcade ...
Développeur : Sega
Éditeur : Sega
Genre : Jeu de Course
Par Bernard (03 mai 2004)

Une fois le principe de la 3D isométrique établie sur Zaxxon, SEGA décida de le décliner sur d'autres types de jeux que les simples "Shoot'em Ups"... Pour ce faire, fut adoptée sur Up'n Down, la recette suivante : prenez une voiture au look rond (dans le style Choupette dans un Amour de Coccinelle, mais 15 ans après), donnez-lui la possibilité de faire du saute-mouton afin d'éviter les bouchons aux heures de pointes, fixez-lui comme objectif de collecter des drapeaux, saupoudrez de quelques adversaires peu belliqueux mais obstinés et d'une dose d'ambiance musicale appropriée ... et vous obtiendrez un jeu simple, robuste et terriblement amusant...

Votre aire de jeu...

Up'n Down est quelque-part un petit chef-d'œuvre de simplicité. Ici, point de princesse à délivrer, aucune arme de poing, même pas un petit calibre à l'horizon, tout est affaire de cylindrée et d'agilité... L'écran est composé d'une zone de jeu ainsi que d'une barre d'objectif et de score (en haut de l'écran) et d'un rappel du nombre de voitures à votre disposition et du niveau en cours (en bas de l'écran).

Votre objectif est de collecter l'ensemble des 10 drapeaux de chaque parcours dans les plus brefs délais. Ceux-ci, de couleurs différentes, sont répartis sur les différentes voies de votre parcours. Lorsque vous passez devant l'un d'entre eux, son homologue passe au blanc sur la barre d'objectif (en haut de votre écran).

Signalisation des drapeaux collectés

Votre voiture, la BAJA BUGGER, dispose d'une fonctionnalité secrète: elle peut bondir par-dessus les autres... ce qui vous donne un avantage non négligeable en vous permettant soit d'écraser vos poursuivants, soit de changer de route en sautant au travers des pics et vallons du décor... Un timing précis et une vitesse suffisante sont cependant nécessaires pour éviter de finir au tapis... De plus vous ne pouvez sauter que vers l'avant, jamais en marche arrière...

Vos adversaires, principalement au volant de "pick-up trucks", n'ont qu'un seul but: vous empêcher de collecter tous les drapeaux. Ils ne cherchent qu'à vous mettre des bâtons dans les roues ou à vous passer sur les essieux... charge à vous de les dépasser ou alors de vous en débarrasser en sautant dessus !

Des tracés sinueux...

La maîtrise de la vitesse est un élément essentiel. Si vous allez trop lentement ou essayez de revenir sur vos pas en marche arrière, des voitures ennemies apparaîtront derrière vous pour vous écraser. Si, en revanche, vous conduisez pied au plancher, gare aux retardataires ou aux sauts intempestifs qui vous conduiraient à votre perte. À ceci vient s'ajouter une dose de réalisme issue du décor, vous ralentissez naturellement dans une côte et accélérez intempestivement dans une descente... Une attention de tous les instants est absolument indispensable pour gagner ses galons de pilote de rallyes émérite !

Au début des années 80, les bornes d'arcades représentaient un investissement significatif qu'il fallait rentabiliser. Des " Kits de conversion " permettaient aux propriétaires de faire évoluer tant la partie matérielle que le look des bornes pour accueillir de nouveaux jeux. Up'n Down ne fait pas exception à la règle, son kit s'appuie sur la borne Zaxxon, un autre hit en 3D isométrique de SEGA, ou éventuellement celle de Frogger.

Les flyers incitant à la conversion de Zaxxon vers Up'n Down

Les programmeurs ayant travaillé sur Up'n Down auraient par ailleurs lancé la mode des "cross-overs" entre jeux car au niveau 5 (en version arcade), vous pourrez parfois apercevoir Pengo, personnage principal d'un autre hit arcade, faire un tour sur une planche de surf... Ceci n'est cependant disponible qu'en version Arcade. Une affaire de licence commerciale sans doute...

La "Guest Star" Pengo

Comme pour bien des tentatives de portage de jeux d'arcade, Up'n Down version micro ou console présente une qualité inégale selon les machines.

Ainsi la version Atari 2600 qui, même si elle présente une cartouche au look sympathique, renferme une adaptation 3D aplatie malheureusement limitée par les capacités de cette console et seulement 8 drapeaux à collecter..

La cartouche Atari et la version Atari 2600

En revanche, les versions Apple II et Commodore 64 respectent plus le look " cartoonesque " de la borne d'arcade et sont plus fidèles en terme de difficultés avec 10 drapeaux à collecter.

La disquette Apple, la version Apple 2 et celle sur C64
Bernard
(03 mai 2004)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(7 réactions)