Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Outcast
Année : 1999
Système : PC
Développeur : Infogrames
Éditeur : Infogrames
Genre : Action / Aventure / Shooter
[voir détails]
Par JPB (03 janvier 2011)

Cutter Slade se pencha pour attraper son verre de vodka, posé sur la table devant lui. Il était assis, confortablement installé sur une banquette - et les pieds en croix sur la table - dans un bar du centre-ville où il passait maintenant le plus clair de son temps. Il but une longue gorgée du liquide transparent et reposa bruyamment son verre ; ce n'était pas le premier, comme le prouvait l'autre verre vide, abandonné devant ses chaussures. Ensuite il fit claquer sa revue pour la rigidifier et pouvoir continuer sa lecture.
La porte d'entrée s'ouvrit. Cutter, absorbé par sa lecture, ne remarqua qu'il se passait quelque chose que lorsqu'une ombre recouvrit sa table, due à l'apparition d'un grand personnage qui s'était avancé rapidement. Toutefois, il ne se laissa pas démonter. Sans regarder l'intrus, il lança d'un ton peu enjoué :
" Qu'est-ce qu'on me veut encore ? "
Une voix assurée répondit :
" Commander Slade...
- Oh, c'est pas vrai ", coupa Slade qui dévisagea l'homme. C'était un militaire barbu, qui se tenait au garde-à-vous et le regardait sévèrement. Pas un muscle ne bougeait sous son costume impeccablement repassé. Slade ajouta :
" Dites-moi que c'est vous, Nostradamus ? "
Le militaire répondit, ignorant le sarcasme :
" Je suis le Major Vernon. Une situation d'extrême urgence requiert votre présence sur un de nos avant-postes. J'ai ordre de vous y conduire.
- J'ai le temps de finir mon verre ? " demanda Cutter. Un bruit à l'extérieur lui fit tourner la tête vers la fenêtre, pour voir atterrir un hélicoptère noir de l'armée juste à côté du bar. Un dernier coup d'œil au militaire lui fit comprendre que décidément, la situation était vraiment sérieuse. " À voir votre tête, Major... sûrement pas. "
Cutter se résigna.

La boîte du jeu. Notez la face avant présentée façon affiche de cinéma.

Durant le trajet en hélicoptère jusqu'à une base secrète, Cutter apprit par le Major Vernon qu'une expérience scientifique venait tout juste d'être lancée : le contact avec un monde parallèle. Tout s'était bien passé jusqu'à ce qu'une entité de ce monde trouve la sonde et lui tire dessus. Cela provoqua une réaction entre les deux univers, un trou noir qui s'étendait inexorablement ; il ne restait que 25 jours avant que la Terre ne soit détruite.
Dans le complexe secret, Cutter Slade fit la connaissance de William Kaufmann et Anthony Xue, deux scientifiques à la base du projet ; il retrouva aussi Marion Wolfe, une vieille connaissance avec qui il connut des déboires lors d'une mission précédente. Il apprit enfin que sa mission serait d'escorter ces trois scientifiques dans le monde parallèle, pour récupérer et réparer la sonde à l'aide de 5 cartes électroniques de rechange.
Le 6 juin 2007, les quatre membres de l'expédition furent envoyés, un par un, dans ce monde parallèle...

Cutter Slade,
S.E.A.L.
Marion Wolfe,
exobiologiste.
William Kauffman,
physicien.
Anthony Xue,
physicien.

Si vous voulez voir la vidéo d'introduction du jeu, dont sont tirés l'intro et le résumé que vous venez de lire, vous pouvez vous rendre à cette adresse. La vidéo dure environ 9 minutes, et a le mérite de présenter les personnages fort attachants (enfin, on ne peut pas dire ça de Xue) aux personnalités marquées, qui promettent un jeu très intéressant. L'introduction n'a pas été faite avec le moteur du jeu : la différence avec le jeu est notable, la qualité de l'introduction est remarquable - ce qui n'enlève rien à la beauté du jeu lui-même.

Un monde vivant

Les habitants et le monde d'Adelpha

Dès que l'aventure commence, Slade reprend ses esprits sur un lit ; des voix se font entendre dans un dialecte inconnu. Dire qu'il a un mal de crâne carabiné est un euphémisme ; et ce n'est pas son contact avec les Talans (les habitants d'Adelpha) qui va arranger les choses !

Cutter se réveille - et je suis sûr qu'il commence à le regretter.

Étrangement, de nombreux Talans parlent notre langue. De plus, ils considèrent Cutter comme l'Élu, Ulukaï, qui doit les sauver de la dictature de Faé Rhan. Cela vient d'une lointaine prophétie prédite par Kazar, que tous les Talans connaissent, même ceux qui sont devenus des soldats loyaux à Faé Rhan.
Zokrym, le Talan porte-parole des derniers Gardiens Dolotaï cachés dans le monde enneigé de Ranzaar, demande à Cutter de les aider, en échange de quoi ils l'aideront à leur tour à chercher les 5 Môns. Que sont les Môns ? Disons, sans trop dévoiler l'histoire qui est plus complexe qu'il n'y paraît, qu'il est essentiel tant pour Cutter que pour les Talans de les retrouver.

Cutter est un ancien SEAL, ce qui veut dire qu'il est capable de s'adapter rapidement à son environnement. Le joueur, lui, ne peut certainement pas en dire autant ; cependant, l'immersion est si bien faite qu'on peut réellement apprendre petit à petit, rien qu'à l'oreille, les mots et expressions des habitants d'Adelpha. Il existe évidemment un lexique consultable à tout moment, sans compter celui qu'on trouve dans la documentation, mais un travail énorme a été fourni pour qu'on ait vraiment l'impression de découvrir une culture étrangère - pas plus étrange au final qu'une quelconque culture terrienne. En discutant avec les Talans que vous croiserez, vous apprendrez énormément de choses sur leur religion et leurs Dieux (Yods), leur folklore, leurs rituels, sur leurs techniques de chasse, d'agriculture et d'élevage... et même sur leur reproduction !

Le Puits aux Essences, au Shamazaar, où se trouve Zeo.

Le plus important à savoir, c'est qu'à un âge précis, chaque enfant Talan se rend au Puits aux Essences pour sa conversion. Il découvre alors l'essence à laquelle il était lié depuis sa naissance sans le savoir - ce qui fait de lui un adulte et lui ouvre la voie vers son futur travail. Je ne sais pas trop comment expliquer le concept de l'essence : ce n'est pas l'âme (appelée hazadess dans le jeu) à proprement parler ; on pourrait la comparer à un alignement calqué sur un des quatre éléments présents dans l'univers - eau, air, feu, terre. Ainsi, les Talans liés au feu (Faé) sont des guerriers ou des chasseurs ; ceux de l'eau (Eluee) sont des artistes ou des Recréateurs. Les Talans Ka, liés à l'air, sont exclusivement les Shamaz, c'est à dire les prêtres. Quant aux derniers, liés à la terre (Gandha), ce sont les travailleurs : mineurs, pêcheurs, cultivateurs, marchands.
La documentation explique que les essences ne sont pas limitées aux Talans :

L'univers est en harmonie profonde lorsque les essences s'équilibrent : Faé, Eluee, Gandha et Ka. [...] Lorsque Cutter arrive, le feu est partout prédominant, et Adelpha court à son déséquilibre, à sa perte, à sa mort.

Dans chaque zone se trouvent des Talans particuliers. Le premier est le Shamaz : c'est le prêtre qui dispose d'informations et de pouvoirs de guérison. Le second est le Recréateur : en lui fournissant des matières premières, glanées çà et là, il est capable de vous construire des objets (principalement des munitions). Tous deux sont prêts à en faire profiter Cutter - s'il s'est montré honnête et serviable avec les Talans.

Shamaz Keb, dans le village au Shamazaar.
Clath le Recréateur, dans le même village.

En effet, le monde ne s'arrête pas de tourner quand le joueur n'est pas là : ses actions sont enregistrées et racontées sur toute la planète. Si vous vous montrez odieux avec les Talans, ça se saura, et non seulement vous ne pourrez pas faire toutes les quêtes, mais en plus les buts principaux ne seront pas forcément réalisables - certains Talans refuseront de vous parler ! Par contre, aidez les Talans en remplissant certaines quêtes notamment, et vous pourrez mettre l'ennemi à genoux, en lui coupant son alimentation (riss au Shamazaar et sankaar en Okasankaar), ses armes (hélidium au Motazaar), et son moral (impôts au Talanzaar). Ceci se ressent aussitôt dans les combats : les ennemis deviennent moins nombreux, moins résistants, moins bien armés... Tout se tient !
Yves Grolet insiste sur la difficulté de concevoir une intelligence artificielle qui soit réussie :

Outcast est un jeu proposant un monde extraterrestre qui semblait vivant, avec ses habitants « vivant » leur vie durant la partie. L'intelligence Artificielle (NdJPB : moteur GAIA - Game Artificial Intelligence with Agents) a été l'une des parties les plus difficiles à développer, parce que les habitants devaient faire leur travail, réagir aux missions du joueur, réagir à la réputation du joueur et aussi réagir au danger et aux combats se déroulant autour d'eux. La difficulté était que les habitants puissent hiérarchiser et sélectionner le comportement approprié à tout moment du jeu.

Le résultat est sans appel : parfait (je vais souvent utiliser ce mot dans cet article). Encore une fois, l'univers d'Adelpha se déroule devant le joueur, et ce qu'il a fait auparavant entraîne toujours des conséquences. Dire qu'on se promène dans un monde vivant n'est pas exagéré. Outcast est vraiment un jeu où il faut prendre le temps d'étudier les environnements et les personnages, pour profiter d'une expérience de jeu sans égal. Bien sûr on peut se focaliser sur les quêtes (j'ai vu quelque part un speedrun fait en 1 heure 12 minutes), mais c'est rater quelque chose d'inoubliable !

Les soldats de Kroax

Contrairement aux autres Talans, il est impossible d'espérer avoir une discussion avec l'un d'eux - encore moins s'ils sont en groupe. Ce sont des soldats, qui ont en eux l'essence Faé, ce qui leur permet de manipuler des armes utilisant l'hélidium, ce minerai aux propriétés explosives.

Ces soldats sont aux ordres de Kroax, un Talan considéré comme le disciple de Faé Rhan. Ils sont la plupart du temps en petits groupes, vaquant à leurs occupations. S'approcher d'eux entraîne systématiquement un combat (Cutter peut se rendre invisible grâce à un outil qu'il récupèrera plus tard dans le jeu, mais dans ce cas il ne peut ni tirer ni agir). En général, les premiers affrontements sont difficiles, du fait du nombre d'ennemis et de leur armement. Les choses s'équilibrent par la suite en remplissant les quêtes dont je parlais plus haut, pour affaiblir les troupes ennemies.

Un petit groupe de soldats au Shamazaar.
Deux soldats suivent un capitan (devant, en noir).

Il existe trois rangs de soldats, de plus en plus coriaces : fantassins, capitans, et garde d'élite. Tous sont intelligents, capables d'attaquer en groupe, ou de fuir s'ils n'ont plus l'avantage ; ils peuvent aussi appeler des renforts si nécessaire. Attention à ne pas affronter les soldats d'élite d'Okriana au début du jeu, vous n'avez aucune chance contre eux.

Faune et flore

Ici encore, le maître mot est : vivant. Ainsi, vous découvrirez des créatures étranges, dangereuses pour la plupart, que vous devrez éliminer (c'est elles ou vous). Leur look est parfois surprenant, mais toujours plausible, et leurs mouvements sont soigneusement réalisés pour donner une impression de vie à la hauteur du reste du jeu. D'ailleurs si vous n'allez pas les embêter, ou si vous ne vous en approchez pas trop, vous pourrez les voir agir indépendamment ou en groupe, dans leur écosystème : les animaux aussi ont une vie propre qui ne s'arrête pas quand Cutter ne s'occupe pas d'eux.

Vous allez ainsi vous frotter (entre autres) aux :
- gamors : des fauves, croisement entre un tigre et une guêpe (regardez leur taille...) ;
- krakits : d'énormes araignées, peu ragoûtantes à mon sens ;
- sannégtas : des poissons ressemblant à des requins, et qui font largement ausi mal ;
- zeedogs : ce ne sont pas des animaux mais des plantes carnivores, qui tirent des projectiles sur leur proie.
Certaines créatures sont même devenues des légendes sur Adelpha : le gorgor et l'achondar. N'ayez crainte : vous les verrez fatalement...

Un gamor.
Des krakits.
Un sannégta.

La Motion Capture a été utilisée pour les animations des personnages (humains et Talans). Pour les animaux, des techniques traditionnelles ont été préférées (ce qui est plus sûr, je ne pense pas que les gens d'Appeal auraient aimé faire des essais de Motion Capture avec un vrai gorgor).

Les plantes sont principalement décoratives, sauf quelques-unes :
- l'arbre Faé qui perd lentement ses feuilles... qui explosent en touchant le sol ;
- le gwarat, espèce de gros cactus qui lance ses piquants dans toutes les directions quand on s'approche trop de lui (mais il donne alors deux faénéas, qui servent à guérir les brûlures) ;
- le champignon qu'on trouve en Okaar, qui libère un gaz nocif si on marche dessus.

Des gwarats.
Attention ça pique !
Un champignon (et un piège de
Kyuran, j'en parlerai plus loin.)
Deux hôtis,
friandises pour les twôn-ha.

En dehors des décors, il existe quelques plantes que Cutter pourra ramasser, considérées comme des objets (hoti...)

La technologie au service de Cutter

Avant toute chose, il faut bien comprendre que toute la technologie mise au point pour Cutter Slade (armes, munitions, gadgets...) a été éparpillée sur Adelpha, et que les Talans considèrent ces éléments comme des reliques sacrées !

Armes

Vous disposez au début d'un simple pistolet : le HK-P12, à munitions standard, chargeur de 6 cartouches. Au cours du jeu, principalement en les achetant auprès des marchands d'objets sacrés d'Okriana, vous mettrez la main sur :
- le pistolet Traceur UZA-SH ;
- le pistolet de snipe SLNT-B avec zoom (qui tire des capsules pour endormir les adversaires) ;
- le Perforateur HAWK-MK8 ;
- le Boomer LN-DUO 500 qui tire des mines ou grenades ;
- et enfin le lance-flammes FT-74X.

Toutes ces armes peuvent connaître jusqu'à 2 niveaux d'amélioration supplémentaires par rapport à l'arme de base, ce qui donne la possibilité de passer de l'évolution 0 à la 2. Cela ne veut pas forcément dire qu'elles seront plus performantes : cela dépend des armes, certaines proposeront un mode d'attaque différent en fonction de leur amélioration. Libre au joueur de changer son équipement quand il le désire : il pourra préférer garder l'évolution 1 du lance-grenades (tir d'une grenade qui explose au bout de quelques secondes) et ne pas passer au niveau 2 (obus qui explose dès qu'il touche le sol). De toute façon, en appuyant plusieurs fois sur la touche qui sert à sélectionner une arme, on navigue entre les améliorations disponibles - encore faut-il les avoir obtenues d'une façon ou d'une autre.

Quelques armes : HK-P12, Perforateur et Boomer.

Dans un autre registre, puisqu'il s'agit d'objets à utiliser et pas d'armes proprement dites, on trouve la dynamite C4-PE, qu'on fait exploser en tirant dessus, ou en utilisant le détonateur à distance CLAPR-T - à moins que vous ne préfériez utiliser le détonateur à capteur de présence THNDR-STP33 ?

Gadgets

Au commencement du jeu, Cutter ne dispose que de son Advisor : c'est le petit casque qui lui donne des infos grâce au HUD (boussole, oxygène, barre de vie... et détection des objets). C'est grâce à l'Advisor que vous pouvez scanner une nouvelle région, et en afficher le plan en bas de l'écran. C'est enfin l'Advisor qui offre assistance lors des combats, en indiquant les ennemis et en fournissant une visée laser.
L'Advisor gère aussi le sac à dos (qui utilise les nanotechnologies pour miniaturiser tout ce qu'on y place, c'est pour cela qu'on peut y ranger absolument TOUT ce qu'on trouve dans le jeu), avec les emplacements prédéfinis pour les armes et leurs munitions ; il permet à Cutter de voir son journal de missions, son inventaire ou le lexique qui s'enrichit de tous les mots entendus lors des conversations avec les Talans. L'advisor est une vraie merveille !

Scan du terrain, en arrivant au Shamazaar.

Lors de son entraînement en Ranzaar, vous vous voyez remettre par Jan un EVD : des jumelles grossissantes avec option de mode "rayons X". Ensuite, au fil des rencontres, vous récupèrerez :
- le système d'invisibilité PPS, qui vous permet de vous faufiler sans être détecté, mais en contrepartie vous empêche de ramasser des objets ou de combattre ;
- l'Hologramme UBIK-0A, qui comme dans le film Total Recall avec Arnold Schwarzennegger, crée un hologramme de Cutter qui part en courant vers l'ennemi, afin d'entraîner les soldats loin de vous ;
- le Tracker PROXI-130 HF, qui vous indique où se trouve l'ennemi le plus proche ;
- et le Téléporteur F-LINK, qui se compose d'une base d'arrivée à placer de préférence dans un endroit sauf, afin d'y être téléporté sur commande.

Un petit coup de zoom et je prends ce voleur
la main dans le sac.
Activation du PPS et hop, on ne me voit plus.

En dehors de ces gadgets, que James Bond n'aurait certainement pas reniés, Slade trouvera des capsules d'oxygène pour rester plus longtemps sous l'eau, et des Médikits pour se soigner.

Le Gaamsavv

Idée excellente que celle des développeurs : la sauvegarde se fait grâce à un artefact donné à Cutter par Zokrym : une pierre spéciale dont il n'existe que de rares spécimens sur Adelpha... Ou comment intégrer une action purement informatique dans un monde parallèle et dans son histoire !

Zokrym explique à Cutter comment fonctionne le gaamsavv.

Bien sûr, si on peut s'en servir aussi souvent que l'on désire, on ne peut gérer que 8 sauvegardes. Au fait, on ne meurt pas sur Adelpha : on est réintégré.

Et Cutter dans tout ça ?

De façon générale, vu comment se présente sa mission, on le voit râler de temps en temps, ce qui est bien compréhensible. Au tout début du jeu d'ailleurs, il s'emporte un petit peu :

Ce sera une mission facile, Commander. Une simple opération de maintenance. Ça ne pourra que bien se passer... Bilan : j'aurais paumé mon équipage... j'sais pas où est la sonde... les indigènes prennent mon équipement pour des bondieuseries, et je suis largué en plein "plouc-land" avec juste un sac à dos, mon HK-P12 et 30 cartouches.

Son caractère cynique est une réussite, ses petits traits d'humour font mouche à chaque fois. Prompt à se mettre en colère s'il est provoqué (il faut voir le dialogue avec un marchand d'objets sacrés, à Okriana !), il est également prêt à se couper en quatre pour aider quelqu'un dans le besoin.

La réaction de Cutter au sujet de la marque
d'Ulukaï, qu'il porte sur son pull.
Cutter a une façon bien à lui
d'interpeller les Talans.

Les dialogues avec les différents personnages sont savoureux. Il m'est même arrivé de discuter avec des Talans particuliers une seconde fois (après avoir repris une sauvegarde), et les discussions étaient subtilement différentes, certainement du fait de la réputation de Cutter qui était, elle aussi, un peu plus à mon avantage...
Les répliques de Cutter sont souvent cultissimes. Il ne se gêne pas pour pimenter ses phrases de références connues du grand public de l'époque (Surprise sur Prise, X-Files...) Du grand art ! Le plus intéressant est la relation je t'aime / moi non plus entre Slade et Marion, là aussi c'est vraiment recherché et colle parfaitement aux personnages.

Pour vous donner une idée (et encore, vous n'entendez pas les voix, j'en parlerai plus loin), voici un exemple d'un dialogue, quand Cutter rencontre un Talan cultivateur, qui se dit espion pour les Gardiens Dolotaï, et qui ne peut s'empêcher d'en rajouter :
Cutter : Tu sais où je pourrais trouver de la dynamite ?

Talan : Oui, c'est moi qui l'ai cachée et j'ai eu peu de temps pour le faire.
C : Quoi ?
T : Je courais vers la gauche, mais il y avait les soldats. J'ai regardé à droite, mais là, Faé Rhan en personne venait vers moi...
C : Contente-toi de répondre, Shakespeare.
T : Alors, prenant mon essence à deux mains, j'ai plongé dans l'eau infestée de sankaars. À travers l'eau trouble, j'ai pu distinguer ne énorme forme au loin. était-ce un horrible prédateur qui voulait me dévorer ?
C : Yo, James Bond ! Reviens sur Terre !
Talan, de plus en plus exalté : J'ai eu l'impression de retenir ma respiration pendant toute une lune. J'éloignais les sankaars d'une main et de l'autre, je tenais mon précieux butin. Sans aucune hésitation, j'ai nagé vers cette énorme forme.
C : Comment est-ce qu'on l'arrête ?
T : J'avais des crampes dans les doigts et ma vue se brouillait mais j'ai continué à nager vers le danger. Puis, je l'ai vue. Cette forme était en fait l'épave du bateau que Kroax utilisait pour patrouiller sur les eaux et qu'un Talan d'un grand courage a détruit.
C : Pfff. C'est quand la coupure pub ?
T : Les poumons sur le point d'exploser, j'ai placé ma cargaison dans l'ombre de l'épave et je suis remonté à la surface où se trouvait une vingtaine de soldats qui regardaient dans ma direction.
Cutter, légèrement énervé : à côté de l'épave ? Tout ce speech alors que ça tient en quatre mots ! à - côté - de - l'épave !
Talan, un peu calmé : Tu ne m'as pas demandé comment j'avais caché la dynamite ?
C : Non... juste elle était cachée.
Talan, penaud : Ah... à côté de l'épave.
Cutter : Putain, je crois que je vais finir par bosser gratos pour Faé Rhan, moi.

La maniabilité du personnage est très bonne. Cutter peut courir, sauter, ramper, agripper un mur pour s'y hisser, nager et plonger. Attention à ne pas le faire tomber de trop haut, ce qui est logique (il s'écrie enfoi... ! quand il se fait mal). Par défaut, on voit Cutter à l'écran, mais on peut demander une vue à la première personne, ce qui est fort pratique pour viser proprement.
Une fois que vous avez récupéré votre twôn-ha (j'en parle un peu plus loin), le déplacement de celui-ci est encore plus agréable du fait de ses enjambées, qui le font aller bien plus vite que Cutter, et surtout qui lui permettent de monter des petites pentes impraticables autrement.

Incarner Cutter Slade est vraiment un régal de tous les instants.

<<<
Page 1 sur 2
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Agony

Hunter

Unreal (Ubi Soft - 1990)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(67 réactions)