Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Le shoot'em up selon Cave
Petit retour sur de grands noms du shoot'em up made in Cave, l'un des développeurs les plus apprécié du genre.
Par Julenstein (26 février 2007)

J'ai décidé de consacrer le premier dossier que je rédige pour Gros Pixels à un nom mythique du jeu vidéo et particulièrement du shooting game : Cave. Evidemment, Cave, ce n'est pas uniquement des shooting games, et avant de me lancer dans une rétrospective non exhaustive de leurs titres les plus connus, nous ferons les présentations avec cette entreprise assez étonnante... En espérant que vous preniez autant de plaisir à découvrir ce développeur que j'en ai eu il y a quelques années, je vous souhaite une bonne lecture.

Présentation

Derrière ce nom caverneux mais prestigieux qu'est Cave se cache une société japonaise étonnante. Cette entreprise fondée en 1994 à Tokyo ne produit pas uniquement, contrairement à ce que l'on pourrait croire, des jeux d'arcade mais est, entre autres, spécialisée dans le jeu vidéo pour téléphones mobiles. Plus sidérant encore : c'est aussi une entreprise qui fabrique des bijoux. Inutile de revenir sur ces deux activités, mais c'est tout de même assez étonnant pour être signalé. Si Cave a mis si peu de temps, dès son premier jeu en fait, à se forger un nom dans le domaine des jeux, c'est parce que sa filiale arcade composée de 82 employés et dirigée par un certain Kenichi Takano est en partie composée d'anciens développeurs de chez Toaplan.
Toaplan est aussi un nom bien connu des joueurs arcade. Une de ses plus grandes pièces reste le fameux Batsugun (1993), dernier jeu très avant-gardiste du développeur puisque certains n'hésitent pas à parler du premier manic shooter. Il rencontre un certain succès d'estime et sera porté plus tard sur Saturn. On sent déjà dans Batsugun tout ce qui fera la force des futurs jeux Cave : une richesse graphique hallucinante, un jeu à la rapidité exemplaire et des boulettes comme s'il en pleuvait. Malheureusement, l'entreprise perd de l'argent et s'éteint. Certains des développeurs continuent leur activité chez Gazelle, d'autres fondent la partie jeux vidéo de Cave et sont bien décidés à continuer l'aventure du développement de jeux vidéo.

DonPachi (1995)

"Show me what you got!"

En 1995, un an après sa fondation, Cave sort son premier titre, qui est par ailleurs le point de départ de sa série la plus culte : DonPachi. Manic shooter assumé, on est ici déjà confrontés à des vagues de boulettes assez vives mais pas encore trop serrées comme ce sera le cas par la suite.
Le gameplay est une franche réussite puisque le jeu permet d'alterner subtilement entre un tir et un laser qui ont leurs particularités : si on appuie rapidement sur le bouton d'attaque, les tirs sont assez faibles mais le vaisseau est rapide, idéal pour esquiver toute une grappe de tirs ennemis. Si on garde ce même bouton appuyé, le laser s'enclenche. Il est dévastateur mais ralentit considérablement le vaisseau : idéal pour se faufiler avec précision dans une grappe de boulettes. Le deuxième bouton est réservé à la smart bomb qui peut avoir deux effets : smart bomb classique en appuyant sur le bouton ou laser gigantesque en le couplant au bouton d'attaque classique. Il est également possible de choisir entre trois types de véhicules, à savoir un type-A qui a une puissance très élevée mais qui n'a qu'un tir frontal, un type-B moins puissant mais dont les tirs couvrent une bonne partie de l'écran, et un type-C qui mélange les deux.
En ce qui concerne le système de score, on retrouve les classiques objets à récolter mais aussi des abeilles cachées dans le décor qu'il faudra effleurer avec la pointe du laser. C'est dans DonPachi que naît le système de combo de la série, certes pas aussi évolué que dans ses suites mais bel et bien présent : il s'agit d'attaquer les ennemis sans laisser de temps mort pour que les points soient multipliés. Plus le combo est haut, plus vous gagnez de points, évidemment. Enfin, le vaisseau peut évoluer tous les deux power up récoltés.
Le level design est très classique puisqu'il enchaîne des niveaux se finissant systématiquement par un boss. Par contre, ici, tout est une question de positionnement : les ennemis tireront toujours les mêmes grappes aux mêmes moments, à vous d'apprendre le jeu par coeur. Il existe toujours une solution de se sauver, le tout étant d'être bien positionné au départ de l'action. Pour ceux qui n'y auraient jamais joué, ça reste tout de même assez prévisible puisque dans la plupart des cas, après une attaque à gauche, l'autre vague d'ennemis sera la même venant de... la droite. La difficulté reste tout de même assez corsée et finir le jeu en un crédit n'est pas une mince affaire. Le faire donnera cependant droit à un deuxième tour, toujours plus dur, toujours plus rapide au bout duquel vous pourrez affronter le véritable boss du jeu...
DonPachi brille également par une réalisation impeccable empreinte de la patte de Cave : le jeu est très riche avec des ennemis grouillant de détails et pourtant, ça reste toujours parfaitement lisible grâce à des boulettes et des lasers aux couleurs qui tranchent avec le décor. Les musiques ne sont pas inoubliables mais de nombreuses voix off ponctuent les actions, que ce soit pour vous taquiner ou pour vous donner des conseils inutiles, ce qui procure une forte personnalité au titre.
DonPachi est un énorme succès en salle d'arcade, à tel point que des portages Saturn et PlayStation ont vu le jour également. Le studio Cave venait de naître...

DoDonPachi (1997)

"Your mission starts now. Are you ready?"

Deux ans après DonPachi, sort dans les salles d'arcade la suite : DoDonPachi. L'idée était d'aller encore plus loin dans la démesure, puisqu'entre temps, un certain Battle Garegga du studio Raizing/8ing venait de frapper un grand coup dans les game centers.
Pour pouvoir rendre encore plus denses les grappes de tirs ennemis, il a suffi de réduire considérablement les masques de collision des vaisseaux et des boulettes ennemis, ce qui permet de se faufiler entre des attaques qui semblent inaccessibles. Cave s'éloigne donc encore un peu plus du shooting game habituel et se spécialise vraiment dans les motifs de tirs touffus qui définissent le manic shooter.
Le gameplay n'est pas très différent de celui de DonPachi à part au niveau des power up, puisqu'un seul suffit maintenant à faire évoluer le vaisseau. Le système de score s'est un peu complexifié par contre. On retrouve toujours le système de combos, mais vraiment travaillé cette fois-ci : un travail fou effectué sur le level design oblige à switcher entre le tir et le laser pour ne pas briser sa chaîne. Par ailleurs, un indicateur visuel sous forme de jauge qui retombe indique l'état de votre enchaînement. Le deuxième point important concerne les bombes. Assez pervers, les développeurs ont jugé bon de multiplier le score si le stock de bombes est à son maximum : résultat, on ne lance plus de smart bomb pour que le multiplicateur de points de ne disparaisse pas.
La difficulté a franchi une étape et se place un cran au-dessus de DonPachi. Là encore, une fois le jeu fini en un crédit, on débloque un deuxième tour avec un boss final à la puissance de feu démesurée.
La réalisation de ce DoDonPachi est exemplaire en tout point, puisqu'à nouveau, une forte personnalité en est dégagée. Les musiques très hard rock font monter l'adrénaline, les graphismes sont fins et détaillés et le tout est lisible en toutes circonstances. Le jeu devient complètement hystérique avec des animations d'explosion variées et régulières et des effets sonores pleins de pêche. Pour résumer, DoDonPachi frappe plus fort et plus haut à tous les niveaux. Aujourd'hui, le jeu est adulé par de très nombreux joueurs et figure dores et déjà au panthéon du jeu vidéo... Il a été converti sur Saturn et PlayStation.

<<<
Page 1 sur 4
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Ikaruga - L'analyse

La naissance du shoot'em'up sur C64 (1983 - 1987)

Les shoots délirants de la PC Engine
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(32 réactions)