Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Bomb Jack
Année : 1984
Système : Arcade
Développeur : Tehkan
Éditeur : Tehkan
Genre : Arcade / Action / Plate-forme
Par JPB (08 mars 2021)

L'année où j'ai habité à Cannes - au Cannet-Rocheville pour être précis, donc assez loin du centre-ville - je me suis retrouvé dans un endroit où il y avait peu de bistrots, pas de salles de jeux, bref : où m'éclater aux jeux d'arcade devenait difficile. Heureusement que j'avais ma Coleco pour faire passer la pilule ! Cependant, pas trop loin de chez moi, il y avait quand même UN bar qui, tant que je suis resté là-bas, proposait deux jeux vidéo. Le premier, je vous en ai déjà parlé : c'est Xevious. Voici le tour du second.

Merci au site Arcade Flyer Archive !
Cliquez sur une image pour une version plus grande.

Après quelques parties de Bomb Jack et même si j'aimais bien les musiques, je trouvais le jeu trop simpliste pour continuer à y jouer. Je suis passé à Xevious. J'aurais dû m'accrocher un peu plus, et tenter de comprendre ses mécanismes : je pense que j'aurais fini par l'apprécier. Notez, c'est le cas aujourd'hui.

C'est de la bombe ce jeu !

Vous êtes Bomb Jack, le super-héros épris de justice. Alors, quand vous apprenez que des terroristes ont placé des bombes sur des sites touristiques, votre sang ne fait que 17 tours et vous foncez rétablir l'ordre et la sécurité sur chacun de ces endroits : le Sphinx et les Grandes Pyramides à Gizeh, en Égypte ; le Château de Neuschwanstein à Füssen, en Allemagne ; le Parthénon sur l'Acropole d'Athènes, en Grèce ; et deux grandes villes ressemblant certainement à Los Angeles et Chicago. Pour Los Angeles on peut douter, même si ça ressemble beaucoup à la vue de la ville depuis l'observatoire Griffith ; mais pour Chicago, regardez la marquise en haut de cette page : on reconnaît bien les tours 875 North Michigan Avenue (anciennement le John Hancock Center) et Willis Tower (autrefois appelée Sears Tower).

Ainsi votre mission, puisque vous l'avez acceptée, est de récupérer toutes les bombes sur chaque site. Pour cela, il suffit de les toucher.

Le titre et le tableau des scores par défaut.

Comment se présente Bomb Jack ? C'est un jeu de plateformes, avec quelques structures horizontales (ou pas, cela dépend du niveau) mais sans aucune échelle ou ascenseur. Hé oui : contrairement aux personnages de Space Panic ou de Donkey Kong, vous êtes un super-héros, vous êtes capable de voler, de "planer", et de chuter. Justement, quand on parle de vous : vous apparaissez au centre de l'écran, et si vous ne faites rien, vous tombez délicatement sur la plateforme juste en-dessous de vous.
En dehors des huit directions habituelles du joystick, vous disposez d'un bouton de saut pour réaliser quelques mouvements spécifiques. En appuyant sur le bouton, vous faites... un saut. Si en même temps vous dirigez la manette vers le haut, vous faites un super saut. Si vous appuyez sur le bouton de saut pendant que vous montez ou descendez, vous vous arrêtez verticalement un court instant, puis vous tombez doucement ; mais il vous est possible de planer vers la droite ou la gauche en dirigeant Jack dans cette direction et en mitraillant le bouton, ce qui est plus facile à dire qu'à faire ! Enfin, incliner la manette vers le bas vous permet de tomber plus vite.

À chaque niveau sont placées 24 bombes, sur une grille de 9x9, sans représenter quoi que ce soit. Contrairement à leur aspect, surtout leur couleur rouge, ce ne sont pas des cerises ! Au début d'un tableau, tant que vous n'en touchez pas une, elles sont toutes identiques.
Enfin, petit à petit apparaissent d'étranges créatures. Leur aspect est indéniablement métallique : ce sont des robots humanoïdes, des espèces d'oiseaux, voire des soucoupes volantes. Chaque type de bestiole a un comportement propre, qu'il va falloir apprendre pour réussir à se déplacer autour d'elles sans les toucher.

Ce jeu n'est pas Dynablaster...

Vous voilà parti. D'un bond, vous vous élancez dans le ciel en direction de la première bombe (au choix, mais il faut bien commencer quelque part !). Dès que vous la touchez, vous gagnez 100 points et elle disparaît. Plus que 23 !
En regardant plus attentivement l'écran, vous vous apercevrez que la mèche d'une des bombes restantes est maintenant allumée. Pas d'inquiétude, la bombe concernée n'explosera pas ! Mais voilà un moyen d'augmenter le score. En effet, le but de chaque écran est de collecter toutes les bombes pour passer au niveau suivant, et vous pouvez le faire dans l'ordre que vous voulez : chaque bombe éteinte touchée rapporte 100 points... Cependant, vous êtes encouragé à récupérer systématiquement les bombes avec la mèche allumée, d'abord parce qu'elles rapportent 200 points au lieu de 100 (elles sont en général groupées), et ensuite parce que si vous arrivez à boucler un niveau de cette façon, vous gagnez un bonus conséquent de points !

Le premier niveau.
Notez le (P) sur l'image centrale, mais il ne me servira pas : j'ai déjà récupéré toutes les bombes...
et comme j'en ai ramassé 20 allumées, j'ai droit à 10 000 points !

Le souci avec cette théorie, c'est qu'en pratique vos trajectoires idéales sont contrariées par la présence des étranges créatures robotiques, qui essaient de vous attraper. Ainsi, il est fréquent de ne pas pouvoir réussir à suivre le parcours idéal proposé par le jeu, et de devoir changer vos plans au dernier moment pour éviter le contact d'un oiseau ou d'un robot... Mais tout n'est pas perdu : vous avez droit à 3 "ratages" où vous ramassez une bombe éteinte dans votre chaîne. Ainsi, quand vous passez au niveau suivant, le jeu compte combien de bombes allumées vous avez récupérées. En-dessous de 20, pas de bonus. Vingt bombes allumées : 10 000 points supplémentaires ; 21 : 20 000 points ; 22 : 30 000 points... et si vous réussissez le parcours parfait et ramassez les 23 bombes allumées (la toute première ne compte pas), vous touchez un jackpot de 50 000 points !

... pas plus que Kaboom!...

Maintenant, parlons un peu des ennemis. Il y en a de plusieurs types, chacun avec un comportement propre. Vous ne devez les toucher en aucun cas ! Si cela arrive, vous perdez une vie. Il n'y a qu'un seul moyen de s'en débarrasser, j'en parle dans un instant.
Voici les deux premiers, qu'on voit dès le début du jeu.

- L'oiseau se dirige en volant vers Jack par petits déplacements horizontaux puis verticaux. Il marque une pause régulièrement pour analyser sa position par rapport à celle du joueur, puis repart sur la même distance en se rapprochant de lui, et ainsi de suite. Il est assez lent, on peut le contrer assez facilement en restant d'un côté de l'écran par exemple le temps de le faire venir près de soi, puis en allant de l'autre côté.
- Le robot fait des va-et-vient sur sa plateforme, puis au bout d'un moment il se laisse tomber sur une plate-forme plus bas (s'il y en a une), y refait quelques va-et-vient, et ainsi de suite... jusqu'à se transformer en sphère grise lorsqu'il touche le sol.

Le deuxième niveau.
Sur l'image centrale, la bombe allumée est en haut et j'ai un x3.
À droite, je fais la danse de la victoire.

La plupart des autres monstres volent, ce qui complique évidemment les choses. Ils se dirigent vers le joueur à leur façon, d'autant plus vite que Jack se trouve loin d'eux.

- La boule grise suit une trajectoire verticale constante (vers le haut ou le bas, le sens change chaque fois qu'elle touche un obstacle), et sa vitesse horizontale dépend de l'éloignement du joueur.
- La boule noire, c'est l'inverse : elle se déplace selon une trajectoire horizontale constante (vers la droite ou la gauche, le sens change chaque fois qu'elle touche un obstacle), et sa vitesse verticale dépend de l'éloignement du joueur.
- La soucoupe volante suit une direction invariable jusqu'à ce qu'elle touche une paroi, elle se dirige alors vers Bomb Jack à une vitesse en rapport avec la distance qui sépare le point d'impact sur la paroi et la position où se trouve Bomb Jack au moment de cet impact.
- Il me semble qu'il y a aussi un "escargot" (un robot avec une carapace pointue) mais je n'ai pas réussi à le faire apparaître... Je dois être trop mauvais.

Le troisième niveau.
On aperçoit une sphère noire sur l'image de droite.

Au début de chaque niveau, il n'y a pas beaucoup d'ennemis. Mais les robots se multiplient très rapidement, et quand ils touchent le sol ils se transforment en autant de menaces supplémentaires... Il devient vite difficile d'arriver à se dépatouiller de toutes ces bestioles qui au final, n'ont qu'une idée en tête : vous attraper. Et comme je le disais plus haut, on peut encore se débrouiller au début d'un niveau pour zigzaguer entre elles, au détriment de la trajectoire idéale pour ramasser uniquement des bombes allumées... mais plus le temps passe et plus les ennemis sont nombreux, alors votre marge de manœuvre se réduit de plus en plus.

Si on se fait attraper dans un tableau, Bomb Jack tombe sur la tête sur la plateforme en-dessous de lui, et son âme quitte son corps. On perd une vie, mais on continue là où on en était, avec les bombes déjà ramassées qui ne réapparaissent pas et avec le bénéfice du multiplicateur de points (je vous en parle dans un instant) obtenu jusque là. Le niveau est alors purgé des ennemis qui réapparaissent comme au début du tableau, et Bomb Jack lui aussi reprend au point de départ.

... et ce n'est pas Bombuzal non plus.

Pour arriver à booster votre score, plusieurs pastilles vont apparaître à des moments bien précis, qu'il est avantageux de ramasser au bon moment.
- La pastille (P) comme Powerball est l'équivalent de la vitamine dans Pac-Man : le seul moyen de pouvoir enfin se débarrasser des ennemis, intouchables autrement. Pour savoir quand elle apparaît, c'est comme le tarot : il faut compter et mémoriser. Ramasser une bombe éteinte compte pour 0,5, et ramasser une bombe allumée compte pour 1. Le jeu met à jour ce compteur lors de votre partie, et quand il atteint 10, la pastille (P) apparaît. La récupérer vous donne un certain nombre de points en fonction de sa couleur quand vous la touchez : bleue, 100 points ; rouge, 200 ; violette, 300 ; verte, 500 points ; turquoise, 800 ; cyan, 1 200 ; et enfin si elle est jaune, elle vous rapporte 2 000 points. Et comment la faire changer de couleur, me demanderez-vous ? Facile : il suffit de sauter, de tomber d'une plateforme ou de toucher un mur (chacune de ces actions vous rapporte 10 points). À vous de jouer de finesse pour arriver à l'attraper à la bonne couleur.
Une fois que vous l'avez récupérée, un petit jingle bien particulier se fait entendre, et les ennemis se transforment en pièces, figées à l'écran. Il vous suffit de les toucher pour vous débarrasser des bestioles. Plus vous en éliminez, plus ça rapporte : 100 pour le premier, 200 pour le deuxième, puis 300, 500, 800, 1 200 et 2 000 points pour les ennemis suivants. Attention : l'effet de la pastille ne dure pas très longtemps, n'ayez pas les yeux plus gros que le ventre... Dès que le pouvoir est fini, les monstres restants reprennent leur chasse, et des nouveaux arrivent à leur tour pour revenir au nombre d'ennemis par défaut.

Le quatrième niveau.
Au centre, j'ai ramassé la pastille (P) et j'ai éliminé mon premier ennemi (100 pts).
À droite... je suis mort, submergé par le nombre.

- La pastille (E) pour Extra Life vous offre 3 000 points, et une vie supplémentaire.
- La pastille (S) comme Special vous donne 5 000 points, vous amène au niveau suivant, et vous octroie une partie supplémentaire.
- Mais à mon sens, la plus importante est le (B) pour Bonus : le multiplicateur de points (qui est affiché en gros en haut de l'écran). Elle apparaît chaque fois que vous dépassez 5 000 points. La toucher vous rajoute 1 000 points, plus 1 point de multiplicateur de score. À partir de ce moment, TOUS les points du jeu sans exception sont multipliés par ce chiffre (donc au ramassage de la première pastille (B), vos points sont x2), et ainsi de suite jusqu'à x5 si vous arrivez à ramasser suffisamment de pastilles (B). L'effet est remis à x1 à chaque nouveau tableau.

Un peu de technique...

Tehkan n'en était pas à son premier jeu avec Bomb Jack. Cette société a déjà sorti Pleiads, Swimmer, Guzzler... puis après qu'elle se soit renommée Tecmo début 1986, sont proposés Rygar, Solomon's Key, Ninja Gaiden ou Dead or Alive.
Le design de Bomb Jack est supervisé par Kazutoshi Ueda (déjà designer de Mr. Do ou Lady Bug. L'idée originale de Bomb Jack provient de Michitaka Tsuruta, déjà concepteur de Swimmer et Solomon's Key. La programmation est l'œuvre de Michishito Ishizuka et les graphismes sont de Rie Ishizuka. Côté son, c'est Tsukasa Masuko qui s'en est chargé ; ayant plusieurs cordes à son arc, c'est aussi lui qui a aussi réalisé l'écran du Sphinx.
Côté matériel, le processeur est un Z80 à 4 Mhz ; le processeur sonore est aussi un Z80 à 3.072 Mhz, associé à trois General Instrument AY8910 à 1.5 Mhz.

Graphiquement... Le jeu est joli. Les décors sont colorés, travaillés et reconnaissables (quoiqu'un peu simplistes pour certains d'entre eux) et ne gâchent pas la lisibilité des différents éléments. Les ennemis ont un look amusant, un peu cute, certains d'entre eux me rappellent des adversaires dans Xevious. Quant à Jack, je trouve qu'il ressemble à un mélange entre un catcheur et un super-héros (affublé du casque du Dovahkiin, qu'on incarne dans Skyrim !)

L'animation n'a rien de spectaculaire, mais tout bouge bien et sans à-coups. C'est nécessaire vu parfois le nombre d'ennemis à l'écran. J'ai constaté que certaines fois, frôler un ennemi qui se dirige dans votre direction a tendance à lui faire faire un "bond" vers vous (le sprite se déplace d'un coup), ce qui vous fait perdre une vie ; mais ce n'est pas systématique, en général les masques de collision sont bien respectés et on peut se faufiler entre plusieurs bestioles. Quand vous terminez un niveau, Jack fait une petite danse, c'est toujours marrant à voir.

Le son est assez travaillé. Les bruitages sont amusants et faciles à mémoriser, et les petits jingles qu'on entend de temps à autre restent longtemps en mémoire, comme ceux de Moon Cresta. Cependant, c'est la musique du premier niveau qui retient l'attention et qu'on se retrouve à fredonner sans s'en rendre compte après avoir joué. De façon étonnante, je m'en suis parfaitement souvenu pendant des années alors que je n'y avais pas tellement joué, et comme pour Moon Cresta, redécouvrir Bomb Jack sur M.A.M.E. a d'abord été une retrouvaille auditive.
En faisant des recherches pour cet article, j'ai trouvé des informations étonnantes sur les mélodies qu'on entend. Apprenez que le premier niveau propose une adaptation du générique d'un dessin animé japonais nommé Spoon Oba-san ; ce générique est chanté par Mari Ijima (artiste très connue, qui incarne notamment la voix originale de Linn Minmay dans Macross / Robotech), vous pourrez écouter le morceau spécifique sur ce lien à 3min50. Pour info, ce dessin animé fut distribué en France sous le nom de... Mme Peperpotte !! Le 3ème niveau, lui, est carrément une reprise - autorisée bien entendu - de Lady Madonna des Beatles ; cette licence n'est valable que pour la version arcade, ce qui explique que la musique en question ne soit pas présente dans les conversions micros et consoles.

Le cinquième niveau, avec la pastille (B) sur l'image centrale.
À droite vous pouvez voir la nouvelle version du Sphinx, quand on arrive au 6ème niveau.

Gameplay : comme je l'ai expliqué, Bomb Jack peut être joué à plusieurs niveaux. On peut déjà apprendre les bases en tentant de finir le premier tableau, sans s'occuper des bombes allumées, et de continuer ainsi jusqu'au Game Over ; mais au fur et à mesure que la confiance s'accroît, on peut commencer à élaborer des stratégies pour ramasser les bombes dans le bon ordre, puis gérer en plus la pastille de multiplicateur de score (B) et le Powerball (P).

Giauco Bondavalli détient le record officiel avec 20 010 960 points le 3 novembre 1984. Plus récemment, en 2013, Paul Kearns a fait un score de 73 378 560 sur émulateur M.A.M.E, après un marathon de 16h !

Bombes et dommages collatéraux

Côté conversions (je ne parle pas ici des reprises dans des compilations pour d'autres systèmes bien plus récents, genre Wii ou Playstation), c'est principalement Elite qui s'en est chargé sur la plupart des micros européens de l'époque. Je n'ai pu tester que la version Amiga, qui fut sous-traitée à Paradox, et je pense sincèrement qu'ils auraient pu faire mieux, surtout quand on voit que de nos jours des conversions de ce jeu sur Amiga toujours (!) sont très fidèles à l'original : comparez la conversion d'époque avec Bomb Jack Beer Edition par McGeezer, sorti en 2018... Et encore, une autre conversion Amiga devrait arriver sous peu, réalisée par Old_Bob... Comme vous le voyez, Bomb Jack a encore la cote !

Versions ST et Amiga (Elite / Paradox, 1988) : vous voyez une différence ?
Versions Amstrad et Spectrum (Elite, 1986).
Versions SG-1000 (SEGA, 1985) et PC-88 (SoftBank, 1985).
Version GameBoy (Infogrames, 1992).

Et après ?

Après le carton de Bomb Jack, on a vu sortir en 1986-87 Bomb Jack II qui n'a rien à voir avec Tehkan : il a été développé par Elite uniquement sur les ordinateurs familiaux 8-bits européens, pour profiter de l'énorme succès de la conversion de Bomb Jack. C'est un jeu très moyen qui se sert juste de la licence pour se vendre.
Quant à Mighty Bomb Jack, développé par Tecmo sur NES en 1987 et par Elite sur C64, Atari ST et Amiga en 1990, il essaie de renouer avec le premier volet et propose en alternance une phase de plateforme en scrolling horizontal et une phase arcade en vue tableau fixe. Un scénario s'est greffé au jeu : Jack doit capturer le démoniaque Belzebult et délivrer la famille royale que ce démon a kidnappé dans sa pyramide...
Je reste plus enthousiaste à propos de Bomb Jack Twin, jeu d'arcade conçu par NMK en 1993. En dehors d'une petite cure de jouvence graphique (13 décors toujours aussi travaillés et passage des personnages en mode "kawaii"), on retrouve le principe du Bomb Jack original, si ce n'est qu'on peut y jouer à deux ! Attention, ses beaux airs cachent une difficulté accrue.

Bomb Jack Twin, digne suite de l'original.

Conclusion

Comme beaucoup de jeux d'arcade de cette période, on comprend très vite ce qu'il faut faire, et on apprend petit à petit les subtilités possibles. Finalement Bomb Jack est bien plus stratégique qu'il n'en donne l'impression au premier coup d'œil... C'est une petite pépite qui sort du lot des jeux vidéo de l'époque. Et au niveau du scoring, il y a moyen de faire des parties très sympas. Je vous conseille de l'essayer, vous devriez apprécier. :)

JPB
(08 mars 2021)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(8 réactions)