Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Mortal Kombat - Le dossier
Année : 1992
Système : Arcade ...
Développeur : Midway
Éditeur : Midway
Genre : Jeu de Combat (VS fighting)

Les spin off

Afin de rentabiliser sa licence et récupérer quelques clients supplémentaires, Midway a décidé de transposer son jeu de baston dans de nouveaux genres. Plusieurs spin off sont sortis, mais la plupart ont reçu de mauvaises critiques.

Mortal Kombat Mythologies: Sub-Zero (1997)
Versions : PSX et Nintendo 64 (note : une version Megadrive pirate faite par un fan existe)

Le jeu est sorti quelques mois avant MK4, un trailer de ce dernier y est d'ailleurs inclus. MKM: SZ vous permet d'incarner Sub-Zero, un des héros les plus populaires de la saga, dans un mix d'action/plate-forme. L'histoire du jeu se situe au moment où Sub-Zero part en quête de l'amulette de Shinnok. Je n'ai pas testé le jeu, mais au vu des critiques qui, pour une fois, sont unanimes, c'est un échec.

Les cinématiques font peine à voir, on se croirait au pays du carton pâte (elles sont disponibles dans la Krypt de Deadly Alliance). Les graphismes sont en 3D, mais loin de la norme qualitative de l'époque. Mais c'est le gameplay qui semble poser le plus problème. En fait c'est le même que dans la série baston : un bouton parade, 4 attaques et un bouton pour se retourner ! Encore une fonctionnalité que MK a inventée, et qui sera reprise plus tard dans Guilty Gear Isuka. Le problème, c'est que dans un jeu de plate-forme, devoir appuyer sur un bouton pour se tourner n'est pas évident ni instinctif, surtout si vous êtes assailli de toutes parts par les ennemis. Pas grand-chose à retenir de ce jeu, donc. Malheureusement pour nous, Midway persistera dans sa diversification avec un nouveau spin off 2 ans plus tard.

Mortal Kombat: Special Forces (1999)
Version : Playstation

Exit Sub-Zero, cette fois ci le héros est Jax. Par contre on reste dans le registre de la plate-forme/action. Au niveau histoire c'est du basique : Jax tente d'empêcher Kano et 4 autres membres des Black Dragons (Tasia, Tremor, No-Face et Jarek) de s'emparer d'un puissant artefact, l'oeil de Shitiah, qui permet de contrôler les esprits. Ce jeu est sans doute le plus mauvais des spin off de Mortal Kombat, échec probablement dû aux départs massifs, à l'époque, de membres de l'équipe originale.

Des versions N64, Dreamcast, PC et GB Color étaient prévues mais vu le bide qu'a fait le jeu elles ont été rapidement annulées.

Mortal Kombat: Shaolin Monks (2005)
Versions : Playstation 2, Xbox

Après ces deux échecs, on n'attendait plus grand-chose des séries dérivées de Mortal Kombat. Et pourtant, ce jeu (que j'ai longuement pratiqué, contrairement aux deux précédents) va en surprendre plus d'un. Le gameplay est bien pensé, la redondance est aux abonnés absents, on retrouve le côté gore si cher à la série et, surtout, le jeu est très défoulant ! Vous y retrouverez de nombreux éléments récurrents de la saga : lieux, personnages etc. mais le déroulement de l'histoire n'a rien à voir avec la storyline officielle, un pur délire scénaristique en somme.

Dès le début il vous est proposé de choisir entre Liu Kang et Kung Lao. En finissant le jeu avec chacun de ces personnages, vous débloquerez Sub-Zero et Scorpion. Le déroulement est le même pour tous les personnages, seules quelques cinématiques changent. Comme dans les beat em'up classiques on peut jouer à 2 en même temps, d'ailleurs plusieurs actions et endroits ne sont disponibles qu'en mode coopératif. Le reste reprend les grands classiques du genre, déplacements 3D, combos, lancements d'objets etc. avec le côté gore de MK en plus. Vous pourrez notamment vous débarrasser plus vite d'ennemis en les lançant dans les nombreux pièges qui parsèment les niveaux ou leur faire subir une de vos nombreuses fatalités.

Ce jeu est plutôt plaisant à jouer et la replay value est assez importante grâce aux deux personnages à débloquer et aux nombreux secrets à découvrir. Mais devoir tout faire 4 fois de suite pour tout débloquer est assez énervant. L'aventure est plutôt longue et le compteur d'avancement ne s'arrête pas à 100%. Impossible de savoir à quel moment vous aurez tout débloqué... Les graphismes et l'ambiance sonores sont corrects, mais pas de quoi se relever la nuit. L'adaptation française est, quant à elle, excellente avec de nombreux jeux de mots bien lourds comme je les aime.

En conclusion, je dirai que Shaolin Monks est "moyen plus". Ca n'est pas LE beat du siècle mais son coté gore et sa réalisation correcte lui permettent de sortir du lot. Il faut dire que du coté des beat em'ups, depuis l'avènement des 32-bits on est un peu restés sur notre faim et ce ne sont pas les nombreux comebacks ratés de légendes qui ont changé la donne. Je trouve tout de même le jeu inférieur au mode Konquest de MK Deception, ceci étant certainement dû au scénario plus conséquent ainsi qu'à la plus grande liberté que nous offre ce dernier. Mais ne vous y trompez, même si MK SM ne vous laissera pas un souvenir monumental, il remplit très bien son rôle de défouloir.

Pour finir, une petite parenthèse sur un des bonus du jeu : MKII est déblocable dans MK:SM. Pour cela il vous faut remplir les 5 missions de Smoke. Jusque là rien de bien méchant, le problème est en fait que MKII n'a pas été intégré dans la version PAL ! Smoke vous indique que le jeu est disponible, mais vous n'en trouverez de trace nulle part.... A ce jour aucune explication n'a été donnée sur ce regrettable oubli.

Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(238 réactions)