Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Burger Time
Année : 1982
Système : Arcade, Apple II, Atari VCS, Colecovision, C64, Intellivision, MSX, NES, PC
Développeur : Data East
Éditeur : Data East
Genre : Arcade / Plate-forme
Par JPB (18 août 2009)
Le flyer de la version Bally/Midway. Cliquez sur une image pour une version plus grande.
Merci au site Arcade Flyer Archive !

Le petit bonhomme à la toque se dandine, marche sur une tranche de salade qui tombe à l'étage inférieur, tandis qu'une saucisse fonce de toute la vitesse de ses minuscules jambes vers le cuistot. Celui-ci fait demi-tour pour l'éviter... et se jette dans un œuf sur le plat qui descendait à sa poursuite depuis l'étage supérieur.
Game Over.

Ce que je viens d'écrire vous paraît complètement surréaliste ? Vous pensez que je suis bon pour l'asile ? Alors je vous rassure, c'est simplement que vous ne connaissez pas le jeu Burger Time.
Quel oubli regrettable !
Je vais le combler, avec votre permission bien entendu.

Ratatouille ?

Burger Time, jeu de Data East sorti en 1982, vous met dans la peau peu envieuse du Chef cuistot Peter Pepper, qui se retrouve littéralement DANS sa cuisine... à faire des hamburgers. Le but du jeu est d'une simplicité enfantine : en marchant dessus, il faut faire tomber tous les ingrédients qui composent les hamburgers jusqu'en bas de l'écran, dans l'assiette qui les attend. Tout élément - à savoir : la tranche de pain à chaque extrémité, la salade, la viande, le fromage ou la tomate - qui tombe à l'étage inférieur peut entraîner un autre élément qui s'y trouve déjà : on a ainsi une réaction en chaîne qui peut se propager sur toute la hauteur de l'écran.

Le premier niveau : au début et à la fin.

Il est du coup évident qu'il vaut mieux commencer par les ingrédients qui sont en haut de l'écran (le pain, donc), pour descendre progressivement en "poussant" tout vers le bas. Le maniement de Peter Pepper est simple : 4 directions (et le bouton de tir qui permet de lancer une pincée de poivre sur les ennemis, j'y reviendrai) pour monter aux échelles et piétiner les ingrédients. Pour qu'une tranche tombe, il faut avoir marché sur toute sa longueur ; sinon, elle reste à sa place, et attend qu'on aie piétiné la surface manquante.

Cornichon !

Malheureusement pour Peter, quelques ingrédients ne voient pas d'un bon œil la cuisine du Chef. Ainsi prennent vie la saucisse (Mr HotDog), l'œuf sur le plat (Mr Egg) et la rondelle de cornichon (Mr Pickle), qui tentent de coincer Peter Pepper pour se venger des mauvais traitements qu'il fait subir à leurs congénères (et là, je me demande ce qu'avait mangé le gars qui a imaginé le concept du jeu).Dès le premier niveau, Peter affronte 3 saucisses et un œuf (le cornichon apparaîtra à partir du 3ème niveau). Les ennemis apparaissent chacun à un coin de l'écran, et se dirigent immédiatement vers le Chef.

Le deuxième niveau.

Premier constat : ils sont collants !
Deuxième constat : ils sont rapides, mais un peu moins que Peter, ce qui fait qu'on peut toujours les distancer - du moins, aux premiers niveaux.
Troisième constat : il est parfois difficile de savoir comment ils vont se comporter. En règle générale, si un ennemi se dirige vers vous, descendez quelques barreaux d'une échelle afin qu'il fasse de même, mais comme il ne peut pas faire demi-tour, il descendra jusqu'à l'étage inférieur pour ensuite se rapprocher horizontalement, et enfin remonter le plus vite possible. Méfiez-vous cependant : si la plupart du temps, ils privilégient le chemin haut/bas pour arriver jusqu'à vous, il arrive toutefois qu'ils foncent en ligne droite vers vous.

Un hamburger pour la trois !

Bien évidemment, le but étant de réussir les hamburgers, vous allez pouvoir vous en servir pour éliminer vos ennemis ; de même que vous allez pouvoir utiliser vos ennemis pour réaliser plus vite vos préparations culinaires.

Premier cas : vous voulez vous débarrasser de Mr HotDog (ou d'un autre personnage) trop collant. Attendez qu'il soit sous une tranche, et faites-la tomber sur la saucisse ! Si elle est trop bas mais en-dessous de vous, n'oubliez pas qu'il y a la réaction en chaîne qui vous permet de faire tomber le pain en haut de l'écran pour aplatir la bestiole tout en bas grâce à une autre tranche, tenez simplement compte du temps nécessaire à toutes les tranches pour tomber.

Le troisième niveau.

Second cas : si vous faites tomber un ingrédient alors qu'il y a un ennemi dessus, le poids supplémentaire fait descendre les ingrédients de plusieurs niveaux en une seule fois. Si vous avez plus d'un ennemi sur la tranche, elle descendra d'autant plus bas : il est possible, en ayant 3 personnages sur la tranche qui tombe, de compléter un hamburger en un seul coup ! Par contre, c'est difficile à réaliser car il n'y a pas beaucoup de place sur la tranche... Attendre qu'un ennemi supplémentaire s'y aventure risque de vous faire toucher par le premier... À moins de l'immobiliser avec le poivre pour attendre les autres et tenter le jackpot : chaque ennemi présent en plus sur la tranche double le score... On peut atteindre 16000 points en un coup !

Passe-moi le sel !

Les ennemis ayant le comportement qu'on leur connaît maintenant, on peut parfois les tromper en commençant à aller dans une direction pour les entraîner sur une fausse piste. Mais si ça reste très facile lorsqu'on joue avec une des bestioles, ça devient délicat quand trois ou quatre vous foncent dessus. Alors on l'a vu, il faut les entraîner vers une tranche, pour les écraser ou les entraîner, et obtenir un petit répit. Cela n'est parfois pas suffisant, et vous voilà encerclé : alors, dans les cas désespérés, vous pouvez lancer une pincée de poivre sur vos adversaires : ça les immobilise (ben oui, ça pique les yeux quand même !) et vous permet de vous faufiler sans risque pendant quelques secondes.

Le quatrième niveau aux hamburgers géants.

Mais voilà, contrairement aux œufs, aux saucisses et aux tranches de cornichon, le poivre ça ne court pas les rues, et vous n'en avez pas beaucoup au début du jeu. Heureusement, chaque fois que vous faites tomber un certain nombre de tranches de hamburger, un bonus apparaît au centre de l'écran (tasse à café, glace, cornet de frites) et vous redonne une pincée de poivre si vous arrivez à le toucher avant qu'il ne disparaisse. Le compte est ainsi fait :
- niveau 1 : le bonus apparaît après que 4, 8 et 12 ingrédients soient tombés dans les assiettes.
- niveau 2 : après 5, 7 et 13.
- niveau 3 : après 4, 8 et 13.
- niveau 4 : après 6, 16, 22 et 29 (ça paraît beaucoup mais vu la taille des hamburgers, c'est normal).
- niveau 5 : après 3, 6 et 9.
- niveau 6 : après 3, 7, 12 et 14.

Et la plonge, ça vous tente ?

Les deux premiers tableaux ne présentent pas une grande difficulté. Les choses se corsent dès le troisième - sachant qu'il faut commencer par la droite pour passer à la moitié supérieure de l'écran. Le cinquième niveau est lui aussi relativement compliqué, mais c'est surtout le sixième tableau qui est mortel : s'il ne vous reste pas de poivre, autant dire que vous n'avez aucune chance de le finir car certains hamburgers vous font aller dans des cul-de-sac. Donc mon conseil : n'utilisez le poivre que dans les cas VRAIMENT désespérés, pas pour faire du score en tout cas, et gardez-en le maximum pour le dernier niveau (utilisez quand même une ou deux pincées pour le niveau 5, vous en aurez forcément besoin au moins une fois à ce moment-là).

Le cinquième niveau, ça devient compliqué.

Les niveaux suivants reprennent la même configuration que les six premiers, mais il y a plus d'ennemis, et ceux-ci vont plus vite... La difficulté est vite revue à la hausse !
Petite remarque qui a son importance : si vous vous faites toucher alors que le dernier hamburger est en train d'être réalisé, vous mourez mais ne perdez pas de vie.

Quelques infos

Sorti à l'origine au Japon sur cassette DECO, Burger Time s'appelait alors Hamburger. Il a été renommé justement pour la vente aux États-Unis, avec distribution par Bally / Midway. Pour info, le système DECO permettait aux exploitants de salles d'arcade d'acheter une borne, et de charger le jeu depuis une simple cassette audio. Si l'idée était séduisante, les utilisateurs ont vite déchanté, notamment à cause du manque de fiabilité du support... Bump'n'Jump, par exemple, était lui aussi proposé dans ce système. Le jeu a été repensé par la suite, il est sorti en version standard (et il y a eu moins de soucis à partir de là et du coup plus de ventes).

Le sixième et dernier niveau, très difficile et piégeux.

Au Japon, où le jeu a été réalisé, il était paraît-il courant de demander un œuf sur le plat avec son hamburger... LVD pourra nous confirmer si c'est encore le cas ! Ceci en tout cas explique la présence de Mr Egg parmi les ennemis de Peter Pepper.

La réalisation

Tout dans ce jeu respire la bonne humeur. Déjà les couleurs agréables des hamburgers, des sprites, mais aussi l'animation des personnages (notamment les saucisses qui se dandinent) et la petite musique entraînante, tout est conçu pour qu'on passe un bon moment.

Car hélas, et c'est là qu'est l'os, l'animation de Peter Pepper - tout aussi amusante qu'elle soit - est fort pénible. Il faut être parfaitement positionné pour pouvoir changer de direction : si on est à peine trop à droite d'une échelle par exemple, lever la manette arrêtera le Chef mais il ne montera pas. Ceci entraîne de graves crises de nerfs lorsqu'on est poursuivi par la piétaille, qu'il n'y a plus de poivre en réserve, et qu'on essaie de se sauver au plus vite... Dans le feu de l'action, on coince parce qu'on n'arrive pas à descendre l'échelle au quart de tour et crac, on se fait avoir.
C'est à mon sens le gros défaut du jeu (et j'aurais laissé un peu plus de poivre mais ça, c'est mon avis personnel).

Tous les ennemis sont regroupés.
Pris en tenaille, je suis mort...

Tant qu'on parle du maniement de Peter Pepper, voici une petite astuce donnée par J.D. Lowe, qui fut recordman du jeu en son temps avec 7,598,950 points : on peut aller plus vite verticalement, en poussant la manette dans la direction voulue 8 fois par seconde (le respect du timing est essentiel). J'ai essayé - c'est pas évident ! - et c'est vrai qu'on grimpe ou qu'on descend plus vite... Mais est-ce vraiment indispensable tant qu'on n'est pas aux hauts niveaux ?

C'est Bryan Wagner qui détient le record officiel de Burger Time, avec 11 512 500 points le 19 Septembre 2008 (comme quoi il y a des gens qui y jouent toujours).

Les conversions

Burger Time a eu son heure de gloire ! Il est sorti sur pratiquement tous les supports de l'époque, et on a assisté (comme pour Spy vs Spy par exemple) à des portages sur des machines récentes telles que la Game Boy (avec Burger Time Deluxe) ou la Playstation ("the Midway Arcade Greatest Hits Volume 2").

C64.
Atari 2600.
Intellivision.
ColecoVision.
Apple II.
Ti-99/4A.
MSX.
NES.
PC CGA.

Et encore, je ne parle pas ici des clones plus ou moins récents, tels que Beef Drof sur Atari 5200 et 7800, Mr Wimpy sur Acorn, Spectrum et Oric, ou Burger Builder sur TI99/4A... y compris ceux qu'on trouvait en arcade (les fameux bootlegs : Cook Race par exemple est le clone en arcade de Burger Time).

Deux suites sont parues en arcade : Mr Pepper's Ice Cream Factory en 1984, et Super Burger Time en 1990. Je les ai essayées et je trouve qu'aucune n'a ce petit plus qui fait qu'on rejoue au premier. Ou alors c'est simplement un accès de nostalgie, due au fait que j'ai joué à ce jeu comme un malade sur ma Coleco, qui m'empêche d'être objectif. À supposer que je puisse l'être d'ailleurs !

Mr Pepper's Ice Cream Factory.
Super Burger Time.
JPB
(18 août 2009)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(18 réactions)