Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Wonderboy 3 : The Dragon's Trap
Année : 1989
Système : Game Gear, Master System, Megadrive, PC Engine
Développeur : Sega
Éditeur : Sega
Genre : Plate-forme
[voir détails]
Par Thomas V. (19 avril 2003)

Avant la sortie du hérisson céleste (ou bleu pour les moins poétiques) sur Megadrive, le petit chevalier Wonder Boy bataillait sévère avec le prince aux grosses oreilles Alex Kidd ainsi qu'avec le ninja de Shinobi pour le rôle de mascotte de SEGA, bien qu'il resta dans l'ombre de ces hits (dixit le test de Wonder Boy 5). Aucun d'entre eux n'y parvint... Cependant, on ne compte plus le nombre de jeux sortis dans les deux séries : 5 pour Alex Kidd, environ 6 ou 7 pour Wonder Boy. Cette version est cependant assez méconnue, notamment à cause d'une chronologie complexe de la série, et pourtant, elle se hisse au-dessus d'à peu près tout ce que l'humain a pu programmer sur une console (je m'emporte un poil !).

Cékoiça ? ...

... demande alors l'internaute ayant troqué son petit Larousse contre un compte sur Caramail. Wonder Boy 3 est jeu de plates-formes sorti sur la mésestimée Master System. L'histoire est simple. À la fin de Wonder Boy 2, vous arrivez enfin à occire, tuer, anéantir (rayer les mentions inutiles) le dragon Mécha. Mais alors qu'il agonise, son souffle s'échappe de son corps et se jette sur vous, vous transformant à votre tour en dragon, d'où le titre : « le mauvais tour du dragon ». Vous vous échappez tant bien que mal du château tombant en ruine et partez en quête de la croix de Salamandre détenue par le dragon vampire afin de recouvrir votre apparence humaine. Ouf, ça fait déjà pas mal de boulot, non ? D'autant qu'avant d'y parvenir, vous devrez occire, tuer, anéantir (idem qu'au début) 4 dragons au termes de donjons infernaux et très très stressants (bien sûr, après dix ans, on peut les faire les yeux fermés, tête à l'envers).

Le gameplay est grosso modo celui d'un jeu de plates-formes basique : vous contrôlez votre perso avec la croix directionnelle, il peut sauter, attaquer à l'épée et se servir d'un pouvoir magique ou d'un objet simultanément, au moyen d'une manipulation simple. Le contrôle du personnage se fait au doigt et à l'œil, ses mouvements ne sont pas trop amples, juste ce qu'il faut pour ne pas chuter bêtement (encore qu'il n'y a pas dans ce jeu de trou sans fond à l'instar d'un Sonic ou d'un Mario). Dans WB3 (on va abréger), si vous vous loupez, c'est de votre faute, mais sachez qu'un faux pas ne vous condamnera pas ! Ceci était d'un point de vue purement formel. Voyons maintenant sur quoi repose le jeu.

Le monde de WB3

Fait novateur dans ce jeu (ou plutôt dans cette série, mais comme les épisodes précédents n'ont fait l'objet d'aucune chronique, je me permet d'opiner, non mais sans blague !), vous ne vous contenterez pas d'enchaîner les levels les uns après les autres avec un boss à la clé à chaque fois jusqu'au boss final. Dans WB3, vous évoluerez dans un monde d'un seul tenant, à savoir que pour vous rendre dans un donjon, il faudra traverser d'abord le village, point central du jeu, puis y revenir, une fois le donjon terminé, puis par exemple aller chercher une clé à l'autre bout du « monde » pour débloquer un autre donjon que finir vous débloquera une épée ou une armure ou un cœur dans un autre endroit.

Pour ceux qui ont suivi, vous aurez donc compris que le déroulement de la partie est non linéaire. Ceci est motivé de manière cohérente par une donnée centrale dans le jeu : le changement d'apparence. Explications : comme expliqué plus haut, le jeu débute lorsque vous êtes un chevalier (encore humain), vous combattez le dragon Mécha, et ce dernier en mourant vous transforme en dragon (sympa le gars) ; votre but est de retrouver votre forme initiale en retrouvant la croix de Salamandre. Cependant, la forteresse du dragon la détenant se trouve dans le ciel, et il vous est donc impossible de l'atteindre. Coincé ? Non, vous devez tout simplement (enfin, dit comme ça...) tuer un autre dragon afin de prendre son souffle, et par ce procédé une apparence différente qui vous donnera de nouvelles capacités, et ainsi de suite jusqu'à enfin pouvoir vous transformer en aigle afin d'aller en découdre avec le dragon vampire.

Autre spécificité du jeu et non des moindres : à la non-linéarité s'ajoute un côté assez aventure - RPG. En effet, vous pouvez acquérir de nouvelles armes moyennant de l'argent que vous trouverez en découvrant des coffres secrets ou en tuant (je zappe les deux autres mentions...) des ennemis au cours du jeu. Comme ils ressuscitent chaque fois que vous quittez un écran, vous pouvez vous faire si vous êtes patients un paquet d'argent. Les nouvelles armes, armures et boucliers augmentent 3 variables : les Attack Points, les Defense Points et les Counter Points. Détail important : vous ne pouvez acheter ces armes qu'à des moments précis du jeu. Inutile par là d'accumuler 10 000 balles pour acquérir une épée à 800 si elle n'est pas disponible. Ceci impose donc un cheminement assez net dans le jeu : il est quasiment impossible de s'attaquer à certains passages sans l'équipement adéquat : les ennemis seront increvables, vous infligeront d'énormes dégâts, et vous galèrerez un max. Il en est de même pour les cœurs composant la barre de vie et dont l'acquisition se fait au prix de moult efforts.

Les décors composant le mode sont quant à eux variés : on passe d'un village médiéval à un temple chinois, d'une plage à un désert, puis à une forêt, avant de visiter un bateau abîmé au fond de la mer, avant d'attaquer un donjon énorme à la fin. Les capacités techniques de la consoles sont là utilisées à la perfection, les designers ont su créer une ambiance grâce à quelques plages de couleurs, quelques détails (comme des palmiers sur la plage, ou des cactus dans le désert) et surtout des musiques parfaitement orchestrées (mais nous allons y revenir).

Enfin, comme dit plus haut, le monde du WB3 est composé de nombreuses boutiques en équipement, d'infirmeries (payantes, la SÉCU n'est pas passée par là !) mais aussi d'une église où vous seront donnés des password pour sauvegarder votre partie (le symbole est bizarre : allez à l'église, vous ressusciterez !). Sachez aussi que des dizaines de coffres cachés sont parsemés dans le jeu, vous donnant objets, équipements, cœurs, argent.

Se battre...

Car sans ennemis nombreux, la quête serait pour le moins pépère, les programmeurs, pour créer des ennemis qui respectent les limitations du support (de minuscules cartouches sur une 8-bits) ont employé une technique chère au programmeurs de beat'em all : les déclinaisons d'un même ennemi en plusieurs couleurs selon sa difficulté. Ainsi, le samouraï rouge (niveau basique) se contentera d'avancer et de reculer, le vert, plus résistant, vous évitera et vous enverra une boule de feu, le bleu très résistant, vous enverra 3 boules simultanément.

Ceci a permis de libérer une place conséquente sur la cartouche, et du coup, de créer un panel d'ennemis assez étendu : environ une vingtaine, tous très variés : allant du nuage pleuvant du feu (!), au petit ninja (tout mignon, mais chiant à un point) en passant par le crabe et le poisson. Cette diversité rompt avec la monotonie de la plupart des softs en circulation à l'époque, en vous confrontant à des situations bien plus nombreuses qu'à l'accoutumée, chaque ennemi ayant un comportement différent. On est définitivement bien loin des sempiternels « je saute sur l'adversaire » de Mario ou de Sonic, et on pourrait dire sans crainte que c'est dans les jeux d'action que Wonder Boy va chercher son inspiration.

Les boss quant à eux sont assez grands, au design eux aussi très variés (même si l'on reste comme dans le bon enfant). Ils sont pour la plupart faciles une fois qu'on a le truc, hormis le boss final, plus dur. Vous les rencontrez au terme du passage dans une région du monde (forêt, désert, océan, souterrains) suivi d'un donjon, aux architectures originales. En venir à bout vous transformera en un autre animal, qui aura des capacités différentes comme dit plus haut. Vous commencez le jeu en tant que chevalier (le début est la fin simplifiée de WB2). En venant à bout du dragon Mécha, vous vous transformez en dragon, n'ayant ni épée ni bouclier, mais pouvant se mouvoir dans la lave et disposant d'une plus longue allonge (il crache du feu au lieu de donner des coups d'épée). Vous vous transformerez par la suite en souris, petite (mais costaude) mais pouvant s'accrocher à des blocs composant certains murs (et donc marcher sur les murs et les plafonds), puis en piranha, vous pourrez ainsi nager, puis en lion, vous pourrez donner des coups d'épée plus amples (verticaux et horizontaux) et enfin en aigle (vous pourrez voler mais craindrez l'eau !). À tout moment, en débloquant des salles secrètes vous pourrez permuter entre ces apparences, cela étant vital dans le dernier donjon.

De plus, à votre épée s'ajoutent d'autres items de combats, utilisables à l'aide de la manip bas + 2. Vous avez au choix des boules de feu, des flèches à lancer verticalement (vers le ciel), des tornades que vous faites rouler par terre, un éclair qui frappe tous les ennemis de l'écran. Bien que ces items soient quasi inutiles, leur présence est bien agréable dans certaines situations. Les programmeurs ont aussi songé à inclure un véritable adjuvant à l'épée : le boomerang. C'est le seul item inusable, c'est-à-dire que vous pouvez vous en servir tout le long du jeu, tant que vous le rattrapez après l'avoir lancé, sinon vous devrez en retrouver un en tuant des ennemis, et autant vous dire que vous allez chercher longtemps : c'est le plus rare dans tout le jeu et en avoir trois est un exploit (et s'en servir de trois à la fois en est un plus grand !).

La technique

Alors là autant le dire, si certains avaient des doutes sur le potentiel de la Master System, ils doivent être dissipés. D'un point de vue technique, ce jeu dépasse largement ce qui a pu se faire sur la console d'en face. Les programmeurs ont savamment tenu compte de leurs limites et ont agi en conséquence : les graphismes sont dépouillés et bon enfant, mais diablement efficaces, les déclinaisons de couleurs pour les ennemis sont une très bonne trouvaille. Mais là où l'on frise le summum, c'est lorsque l'on entend les musiques. Les thèmes sont nombreux et diablement bien orchestrés, ils vous caresseront l'oreille tant ils sont doux à entendre. On regrette la trop forte présence du rythme, mais sinon, c'est du tout bon (en même temps, comment le montrer sur du papier ? ), elles justifient à elle seules l'achat du jeu (enfin, de nos jours, on a l'émulation). Quant aux effets sonores, ils ne sont aucunement saoulants (pas comme dans WB2) : ils sont soignés et travaillés avec soin.

En bref...

On pourrait disserter des heures sur ce jeu (ça fait déjà pas mal pour ma part !), tant il est riche, foisonnant de petits détails, que je vous laisserai le plaisir de découvrir. Si vous avez besoin d'un jeu de plates-formes long, riche, de difficulté moyenne (voire corsée), vous n'avez pas à chercher plus loin : ce jeu est une vrai bombe dans la veine des Sonic 2, Shinobi et Alex Kidd In Miracle World. Si bien que l'on en vient à se demander si SEGA ne serait pas (un tout petit peu) un incompris...

Et pour les feignasses, ou ceux qui veulent découvrir tranquillement tout l'univers du jeu avec toutes les transformations réalisables à volonté, voici un ptit password : WE5T ONE. Une fois entré, vous démarrez le jeu au village. Allez dans la maison menant à la plage. Avant de plonger dans le puits se trouvant à l'intérieur de la maison, briser le bloc se trouvant à gauche. Il renferme un « ? ». prenez-le, et utilisez la porte qui apparaît. Vous allez arriver dans une salle où vous pourrez vous transformer en sautant sur la plate-forme centrale en ce que vous voudrez.

Thomas V.
(19 avril 2003)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(52 réactions)