Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Le flux RSS est introuvable...
Squaresoft
Le parcours du numéro 1 du RPG japonais, au lendemain de sa fusion avec Enix.
Par Bruno (14 juillet 2003)

Par Bruno (Juillet 2003)

Parler de Squaresoft n'est pas chose aisée tant cet éditeur japonais m'inspire diverses réflexions. L'idée d'un dossier vient de plusieurs envies : Faire découvrir l'éditeur au candide, rappeler certaines vérités aux râleurs de première et établir un bilan général sur les vingt ans du géant car, je vous le rappelle, Square a fusionné avec son rival de toujours, Enix. Ironie du sort : Square Enix, le nom de la toute nouvelle société, est né 1er avril 2003. Je voulais à tout prix rendre hommage à ces artistes fous qui m'ont tant donné, et exaspéré aussi sur la fin. Le dossier est ponctué de commentaires venant de certains habitués du forum et de quelques membres de l'équipe (Note : Ils répondent à la question "Quel est le plus grand jeu de Squaresoft ?").

Square, c'est quoi ?

Squaresoft compte des millions de fans à travers la planète (dont bibi), et déclenche des réactions passionnelles extrêmes à chaque nouveau titre. Pourquoi donc ? Tout simplement parce que cet éditeur à livré plus d'un monument au jeu vidéo. Square à su, la plupart du temps, pondre des oeuvres de haute volée. Dès mes premiers pas sur un certain Final Fantasy 6, tout en langue nipponne, je me suis pris d'une grande passion pour Square. Un coup de foudre vidéoludique, oui ma bonne dame. A travers FF6, j'ai immédiatement compris que ces gens et moi partagions LA même vision du jeu vidéo. Un vision basée sur l'émotion, la poésie et tout ce qu'une oeuvre artistique peut apporter. Square a contribué a me faire aimer le jeu vidéo ainsi qu'un de mes genres fétiches, le RPG. Son influence sur le milieu vidéoludique est indéniable. A travers son histoire, Square et sa soif d'excellence ont fait évoluer le RPG, tant sur le fond que sur la forme. La firme a toujours eu une ambition démesuré et ce, à tout les stades de création d'un jeu : design, musique, gameplay, etc... En faire plus que les autres, sans cesse. Cette philosophie est l'essence même de Square et si cette manière de voir le jeu vidéo s'est avérée plus que payante (autant pour eux que pour les joueurs) durant de nombreuses années, les dernières productions du surdoué (post Final Fantasy 8 dirons-nous) sont de qualité inégale et les déceptions sont nombreuses, chose impensable jusqu' Final Fantasy 7.

En 1983, Denyuûsha (une compagnie d'électricité japonaise) créé une filiale du nom de Square sous l'influence de Hironobu Sakaguchi et Masafumi Miyamoto. La toute nouvelle société édite des jeux sur PC mais le succès n'est pas retentissant. 

I- Square et Nintendo, début d'une idylle. 

Hironobu Sakaguchi

C'est en 1985 que Square acquiert une licence de la part de Nintendo pour développer des jeux sur Famicom (la Nes par chez nous). 1986 est une année importante, elle marque l'indépendance de Square, qui se sépare de Denyuûsha, mais ses jeux sur la 8-bits de Mario ne déplacent pas les foules.

En 1987, à deux doigt du dépôt de bilan, Square est sur le point de disparaître. Pendant ce temps, Enix cartonne avec Dragon Quest, le tout premier RPG (Role Playing Game) sur console. Le Japon est plongé dans la folie RPG, ad vitam eternam (c'est resté le genre roi dans l'archipel). Hironobu Sakaguchi, président de Square, tente le coup de la dernière chance. Final Fantasy, voila le nom de son projet. Un RPG, ultime chance, dont le nom est évocateur de la mission qui lui incombe. Sakaguchi s'entoure d'une équipe de talent pour mener sont projet à bon port : Yoshitaka Amano (design), Kenji Terada et Nobuo Uematsu (musicien en début de carrière), entre autres. Le jeu fait un carton (1,5 millions de pièces trouveront preneur) et Squaresoft remonte rapidement la pente. Avec FF premier du nom, Square vient de changer à jamais son destin. Pour plus d'info sur la saga FF, reportez vous au dossier correspondant sur Grospixels (c'est pour cette raison que je ne m'étends pas trop sur certain épisode de FF dans ce dossier).

Final Fantasy sur Famicom

Bien évidemment, Final Fantasy 2 sort l'année suivante, ainsi que Hanjuku Hero, considéré comme le premier Tactic/RPG. En 1989, Final Fantasy 3 débarque et son gameplay est si profond qu'il devient le meilleur opus sur Nes. La saga de Square devient une institution au Japon, tout comme Dragon Quest. La même année, Square ouvre des bureaux en Californie.

Final Fantasy 2 et 3

Les musiques des trois premiers FF sont vraiment impressionantes, je vous conseille particulièrement le thème de la carte de FF2. Vous verrez, c'est magnifique.

Liste des jeux Squaresoft sur Famicom.

TITREGENREANNÉE
Akara Senki RaijinShoot07/12/88
Apple Town MonogatariSimulation04/03/87
Cleopatra no MahouAventure07/24/87
Deep DungeonRPG12/19/86
Deep Dungeon IIRPG05/30/87
Deep Dungeon IIIRPG05/13/88
Final FantasyRPG07/07/90
Final Fantasy I & IIRPG02/27/94
Final Fantasy IIRPG12/17/88
Final Fantasy IIIRPG04/27/90
Hanjuku HeroTactic/RPG12/02/88
Hao-kun no FushiginaenAction05/01/87
Highway StarCourse08/07/87
Jikai Shounen Met MagAction07/03/87
JJAction12/07/87
Karin no KenRPG10/02/87
King's KnightAction09/18/86
Moon Ball MagicPinball07/12/88
Rad RacerCourse1987
Rad Racer IICourse1990
Square no Tom SawyerRPG11/30/89
Suishou no RyuuAventure12/15/86
ThexderShoot12/19/85
Tobidase MeganeAction03/12/87
Tobidase TaisakusenAction03/12/87
Yuushi no MonshouRPG5/30/87

Square ne chôme pas car en 1990 c'est SaGa (connu également sous le nom de Final Fantasy Legend) qui sort des studios sur Game Boy et surtout le grand Final Fantasy 4 sur la toute nouvelle Super famicom de Nintendo. Avec un scénario très noir et une ambiance tragique, ce quatrième volet de la série phare de l'éditeur est une grosse claque pour les joueurs. 

Final Fantasy 4

Nobuo Uematsu s'en donne à coeur joie avec les capacités sonore de la 16-bits Nintendo. Le série FF se distingue vraiment de son rival Dragon Quest. Square est plus que jamais synonyme de qualité en 1990 (insuffler autant de poésie dans une cartouche, il faut le faire) mais le meilleur est à venir.

SaGa

Le développement de SaGa devait permettre de tester de nouvelles approches pour ensuite les incorporer aux prochains Final Fantasy (ce qui ne se fera pas !). Aucun point d'expérience, un système original d'apprentissage et moult innovations ont fait de ce jeu un grand succès. N'oublions pas que le joueur incarnera les descendants de son héros, la grande classe sans oublier les musiques de Kenji Ito et Nobuo Uematsu qui apportent un gros plus au titre. C'est ainsi que naquit cette autre série, une des plus suivies de Square. 

II- Square & la Super Famicom, le plus beau duo de l'ère 16 bits (1990-1996).

Voici ni plus, ni moins que l'age d'or de l'éditeur. Durant ces six années, Squaresoft se forgera uneimage de créateur de RPG d'exception qui repousse sans cesse les limites du gameplay et de la réalisation de ses titres, que lui seul arrive à surpasser. Sans compter la poésie (j'insiste bien là-dessus) et l'ambiance si prenante qui émane de ces jeux. On ne compte plus les fidèles de Square à travers le monde, pourtant rares sont les titres qui voient le jour en dehors du Japon. L'import fait donc rage et jouer en japonais ne fait pas peur aux fans prêts à tout pour goûter au dernier titre de l'éditeur. Pour vous situer un peu la folie, la simple présence du logo Squaresoft sur une boite Super Famicom suffisait à me rendre dingue, tel un fan de Johnny serrant la main à son idole. Nous étions nombreux dans ce cas là et je peux vous dire que jusqu'à FF8 (voir plus bas), jamais le doute ne ternit cette confiance aveugle.

En 1991, SaGa2 et Seiken Densetsu voient le jour sur Game Boy. La portable de Nintendo est décidément bien gâtée ! Hanjuku Hero est adapté sur SFC en 1992. La même année, SaGa 3 pointe le bout de son nez sur Game Boy mais cette série de RPG assez originale (voir encadré) continuera sa carrière sur SFC avec Romancing SaGa.

Seiken Densetsu

Connu également sous le nom de Final Fantasy Adventure, Seiken n'est autre que le premier volet des Mana. Un titre vraiment bluffant pour la Game Boy, l'intérêt y est énorme et les musiques de Kenji Ito, bluffantes .

Dma : "Pour moi le meilleur Square est Seiken Densetsu car c'est le seul jeu d'aventure de l'éditeur auquel j'ai vraiment joué, et que j'ai même fini (mais je n'aime pas les RPGs avec combat au tout par tour donc la liste se restreint ). C'était à la grande époque de la GameBoy [...]"

Fidèle à son image, Square étonnera ses fans (et les autres) avec Final Fantasy 5. Son ambiance mélancolique (musiques sublimes du Uematsu, une fois de plus) et ses personnages touchants transporteront les joueurs. Comme d'habitude, le gameplay présente son lot de changements et de nouveautés dont un système de job assez élaboré.

Final Fantasy 5

A peine remis de ce FF tonitruant, c'est au tour du magnifique Seiken Densetsu 2 d'éblouir les joueurs sur SFC. Ce titre, que beaucoup considère aujourd'hui encore comme la référence de l'Action/RPG, perpétue le style poétique de la firme et son mode trois joueurs en fera un modèle de convivialité, même si le mode solo est tout aussi prenant. Nintendo, qui ne fera jamais parvenir les RPG jusqu'à nous sous prétexte que les joueurs européens ne sont pas fait pour ce style de jeu, fera une exception avec Seiken 2. Le jeu sort sous le nom de Secret of Mana en Europe et aux States et le succès est immédiat, ce qui ne fera pas changer le point de vue de Big N, qui exaspère les fans de RPG avec sa politique plus que douteuse. Plus que jamais, c'est vers l'import que les fans de Square (et de RPG en général) doivent se tourner.

Seiken Densetsu 2

Voici l'Action/RPG par excellence ! Je me souviens comme Zelda 3 me parut restreint à tout les niveaux en jouant au titre de Square. Certes, le titre de Nintendo reste magnifique à mes yeux mais je lui préfère de très, très loin ce magnifique Seiken 2. La bande-son est carrément à tomber (merci Hiroki Kikuta) et le scénario vraiment accrocheur. L'ambiance poétique et la psychologie des personnages y sont plus que touchantes. La fin restera dans toute les mémoires, mais je n'en dirais pas plus !

Soreal : "Pour ma part c'est Secret of Mana, musiques envoûtantes et enchanteresses, graphismes et character design excellent, la possibilité de jouer à 2 m'a énormément plu puisque j'ai pu partager cette expérience video-ludique avec mon frère. J'ai acheté ma SNES pour ce jeu ! J'ai ressenti beaucoup d'émotions en y jouant, un savant mélange de poésie et de retour à l'enfance bien rafraîchissant, bref un petit bijou pour moi! D'ailleurs je ne vais sûrement pas louper l'épisode remasterisé de la GB sur GBA !!! "

CBL : "Je l'avoue, je n'aime pas les RPG console ou PC (alors que je suis un rôliste convaincu). Et pourtant... Un jour, mon voisin a eu un jeu pour sa SNES (j'ai découvert les consoles chez lui) que je n'oublierai jamais. La jaquette, la musique d'intro... SECRET OF MANA ! On l'a entièrement fini tous les deux, lui avec le garçon, moi avec la fille puis l'elfe quand on le récupère. Ce jeu est vraiment magique du début à la fin, très émouvant à certains passages et il transcende les possibilités graphiques de la SNES. Dès qu'il ressort sur GBA, je le prend ! "

En 1994, Square met en vente son meilleur jeu. Un titre d'une densité émotionnelle jamais ressentie jusqu'alors, un RPG où les personnages de pixels sont plus vivants que nature, un jeu dont le gameplay est si travaillé et dense que le joueur ne sait plus où donner de la tête. Un monument vidéoludique doté d'une bande son (made in Nobuo Uemastu) qui marque les esprits de par sa qualité hors-norme (aujourd'hui encore). Final Fantasy 6 est LE jeu de Squaresoft. A sa sortie il provoque un raz-de-marée dans les boutiques d'import du monde entier, ainsi qu'une passion dévorante pour les RPG chez les joueurs occidentaux. Les américains auront la chance de bénéficier d'une excellente conversion. Square est alors au sommet de son art.

Yoshi : "Mon Square préféré : FF VI. Je crois qu'aucun autre jeu ne m'a fait un effet pareil."

Final Fantasy 6

Un des jeux les plus marquant de l'Histoire. Chaque seconde de FF6 est si touchante et débordante d'émotion qu'on se demande encore comment Square a réussi à faire tenir ce miracle vidéoludique dans une cartouche. Tout joueur qui se respecte se doit d'y avoir joué, point.

LVD : "FF6 (lors de sa sortie en jap) fut mon 1er RPG, et il restera probablement a jamais mon RPG préfère, et même mon jeu préfère tout court (avec Maso Kishin). En quoi m'a t'il marqué ? Oh, presque tout... Tout d'abord, une ambiance et un scénario a se damner. Une immersion totale du joueur (aah, Narshe...). J'ai suivi l'histoire pas à pas, toujours avec la même passion. Et les personnages ! Tous(sauf peut-être 1 ou 2) ultra-charismatiques, avec leur histoire personnelle, leur caractère propre... Sans parler de la possibilité de plus ou moins pouvoir choisir ses héros (même si Tina a probablement le rôle principal... mais rien n'empêche de se focaliser sur Locke, Celes, ou Edgar). C'était aussi la 1ere fois que je voyais une histoire d'amour dans un jeu. Des évènements dramatiques comme la tentative de suicide de Celes, ou la disparition de Shadow (ca m'est toujours reste en travers de la gorge)
Tout un tas de passages cultes comme la séquence de l'opéra. Un nombre incroyable de choses cachées, et par-la même, la possibilité de finir le jeu en l'ayant a peine survolé... De nombreuses parties sont nécessaires si on veut vraiment en faire le tour. La 1ere partie, sans aide, réclamera de très nombreuses heures de jeu... Un système de combat parfait (dont la possibilité d'équiper n'importe quel perso avec n'importe quelle materia). Des graphismes fabuleux (même s'ils furent depasses plus tard par Seiken Densetsu 3 ou Romancing Saga 3), et les meilleures musiques que j'ai jamais entendues dans un jeu. J'adore aussi Chrono Trigger, mais je place FF 6, et même le 5, un peu au-dessus "

OXO : "Mon Square préféré est FF6 parce que... c'est FF6. Tout simplement le meilleur épisode de la meilleure série de RPG console"

Pierre-Gaultier : "FF6 ? Une date incontournable de l'histoire du jeu, tout simplement. C'était certes mon premier RPG, mon premier FF, et mon premier jeu en japonais acheté à 700 balles (ouais ben ça a été l'un des derniers aussi, groumph), mais ce jeu possède des qualités intemporelles que ses successeurs n'ont jamais réussi à égaler. Il y a évidemment le gameplay, qui exalte le sentiment de liberté du joueur d'une manière progressive et exquise (par exemple, la linéarité des premières heures ne fait qu'amplifier la joie qu'on a de découvrir ensuite la carte à bord du dirigeable), mais il y a bien plus : Le scénar élégamment écrit, rythmé (les histoires parallèles du début, les sous-quêtes, les moments "ouverts", la coupure centrale... impriment au jeu une cadence variée et irrésistible) et traduit en anglais (oh là là, quand je vois les traductions occidentales des FF suivants, j'ai envie de pleurer : ils ont réussi à ruiner tout l'impact dramatique de la série). La beauté inaltérable et élégiaque des musiques (j'ai failli me suicider quand j'ai découvert les grotesques orchestrations et le manque de puissance de la bande-son de FF7). L'univers très révolution industrielle imaginé par Amano. La langueur qui enveloppe la deuxième partie du jeu, littéralement crépusculaire (je n'en dirai pas plus pour ceux qui ne l'ont pas fait). L'anthologique boss final et sa musique d'une demi-douzaine de minutes d'une intensité carrément religieuse... Bref, il s'agit de mon RPG préféré et d'un de mes jeux préférés de tous les temps (avec, hum, Majora's Mask, Halo, F-Zero X, Yoshi's Island et Radiant Silvergun), et je suis loin d'être le seul. FF6 fait partie des jeux qui ont rendu indéfectible mon amour pour les jeux vidéo. Désolé pour le ton emphatique et pour les parenthèses, hein. "

Les gros titres s'enchaînent en 1995 avec Front Mission, un très bon Tactic, Romancing Saga 3, Front Mission 2 mais surtout les fabuleux  Chrono Trigger et Seiken Densetsu 3. Une cadence de production haut-de-gamme vraiment bluffante. Square devient véritablement un éditeur à part. Comment font-ils pour sortir autant de titres hors-normes (des RPG qui plus est, demandant une production assez longue) en si peu de temps ? C'est la question que tout le monde se pose à ce moment là. Square fascine et chacune de ses annonces est comme un coup de tonnerre dans le coeur des joueurs. Toujours en 1995, Square LA (Los Angeles) ouvre ses portes.

Nordine : "Je dirai que mon Square fêtiche est Front Mission, que j'ai découvert récemment. En fait, durant des années, je bavais devant les screenshoots, et je me suis enfin décidé à l'acheter (au prix fort bien sûr). Que ce soit au niveau du système de combat, sobre et efficace, du système de customisation des mechs ou encore d'un point de vue graphique (Amano y est éclatant), je suis profondément fondu de ce jeu que je ne lâche pas depuis que je l'ai acheté. De plus, Front Mission propose une durée de vie énorme, non seulement grâce au nombre impressionnant de missions disponibles mais aussi, et surtout, à la variété de celles-ci, que l'on peut toujours aborder d'une manière différente. Bref, un excellent Tactical RPG ! "

Romancing SaGa 3

Avec son système d'exploration aléatoire, son grand choix de personnages et de scénarios, son gameplay original et sa réalisation impressionnante, Romancing SaGa 3 s'impose comme le SaGa le plus réussi à sa sortie. Kenji Ito y signe une bande son impressionnante. Sa grande difficulté en fait un jeu pour acharné (quand un personnage meurt, impossible de le ressusciter. C'est une des marques de fabrique de la série).

Chrono Trigger

Chrono Trigger fut un événement de taille lors de sa sortie. Jugez plutôt : design signé Akira "Dragon Ball" Toryiama, musiques composées par Yasunori Mitsuda et Nubuo Uematsu alors que Hironobu Sakaguchi épaulé de Yuji Hori (monsieur Dragon Quest) endossent les rôles de chefs de projet. Sur fond de voyage dans le temps, ce jeu est un des plus réussis et populaire de Square. Pour plus d'infos, je vous invite à lire l'article qui lui est consacré sur ce même site.

Seiken Densetsu 3

Seiken Densetsu 3 perpétue l'ambiance du deuxième volet en améliorant grandement les graphismes (un des trois plus beaux jeux de la Super Famicom) et les musiques y sont tout aussi fortes grâce à un Hiroki Kikuta en pleine forme. Le joueur à le choix d'attaquer l'aventure avec le personnage de son choix, ce qui augmente considérablement la durée de vie. Cet opus me parait plus axé vers l'action, tout de même. Contrairement à son aîné, Seiken 3 ne connaîtra aucune traduction. Les occidentaux que nous sommes auront droit à une fausse suite du nom de Secret of Evermore, que j'ai détesté au plus haut point tant ce titre de Square USA est sans âme et foireux. Il est tout de même possible de faire Seiken 3 en version française via l'émulation. Et oui, des fans l'ont entièrement traduit ! D'autres RPG ont reçu les mêmes faveurs. A vos émulateurs, donc.

Iskor : "Je ne pourrai malheureusement pas partir en dithyrambes, puisque je n'ai jamais pratiqué de Square (les FF me sortent par les trous de nez)... SAUF Chrono Trigger. C'est tout. Des graphs hallucinants, le fait de visiter le même monde à des époques différentes, le quintal de fins possibles, les ziks monstrueuses, une durée de vie énorme...Chrono Trigger."

1996 marque les derniers jeux de la firme sur SFC et pas des moindres : Bahamut Lagoon, Super Mario RPG, Rudra no Hihou (très bon RPG et suberpes ziques de Ryuji Sasai !) et Treasure Hunter G.

Mario RPG et Treasure Hunter G

FF7 est annoncé sur la future Nintendo 64 mais un coup de théâtre vient changer la donne : Squaresoft sortira ce FF si attendu sur la toute nouvelle Playstation de Sony. Cette console 32-bits attire fortement l'éditeur qui y voit un formidable moyen d'expression grâce au support CD-ROM alors que Nintendo persiste et signe en perpétuant la cartouche. Le divorce avec Nintendo est prononcé, après onze ans de collaboration.

Bahamut Lagoon

Un Tactic/RPG à l'ambiance si atypique et prenante. Byuu et ses amis doivent réveiller les Dragons Dieux. L'aventure se passe exclusivement dans les airs, le joueur voyage de terre en terre à l'aide d'une forteresse volante qui fait office de base pour tout vos guerrier. Le gameplay est assez travaillé et les options nombreuses. Le parti pris graphique et musical est inhabituel mais étonnant. Du grand Square.

C'est aussi cette année que Square USA ouvre ses portes et fait travailler des artiste venant du monde du jeu vidéo mais aussi du cinéma, de la musique ou de la publicité.

Liste des jeux Squaresoft sur Super Famicom.

TITREGENREANNÉE
AlcahestAction/RPG12/17/93
Bahamut LagoonRPG02/09/96
Chrono TriggerRPG09/27/95
CT Character LibrarySpécial08/16/95
CT Jet Bike SpecialCourse08/16/95
CT Music LibrarySpécial08/16/95
DynamiTracerRPG1996
Final Fantasy IVRPG11/04/91
Final Fantasy Mystic QuestRPG1992
Final Fantasy VRPG12/06/92
Final Fantasy VIRPG10/20/94
Front MissionTactic/RPG02/24/95
Front Mission: GunhazardShoot02/23/96
Hanjuku Hero 2Tactic/RPG12/19/92
Live A LiveRPG09/02/94
Love Is BalanceSimulation1996
Radical DreamersRPG textuel1996
Romancing SaGaRPG01/28/92
Romancing SaGa 2RPG12/10/93
Romancing SaGa 3RPG11/11/95
Rudra No HihouRPG04/05/96
Secret of EvermoreAction/RPG10/10/95
Secret of ManaAction/RPG10/93
Seiken Densetsu 3Action/RPG09/30/95
Super Mario RPGRPG05/27/96
Treasure ConflixRPG1996
Treasure Hunter GRPG05/24/96

III- Sony, une maîtresse pleine de charme.

Tobal No. 1.

Désireux de se diversifier, Square sort Tobal N.1 sur la toute fraîche Playstation. Un jeu de baston (développé par Dream Factory), designé par Akira Toriyama, pourvu d'un gameplay très technique. La presse et les férus du genre applaudissent mais c'est un échec commercial en occident contrairement au Japon où le jeu marche bien.

Suite à des dossiers et preview en pagaille dans la presse vidéoludique mondiale, Final Fantasy 7, le nouveau volet tant attendu (même par les non-RPGistes, c'était même le jeu le plus attendu par les joueurs à cette période) sort enfin sur Playstation en 1997. Cette sortie marque un tournant d'une importance capitale pour Square : la mondialisation. En effet, FF7 est traduit dans toutes langues possible (merci Sony) et malgré une traduction française bâclée, toute une nouvelle génération de joueurs découvre le RPG et Square. C'est aussi grâce à FF7 que la Playstation va véritablement exploser au Japon. La console de Sony doit son succès en grande partie au RPG de Squaresoft. Main dans la main, les deux géants japonais sont en pleine idylle. Square fait vendre des consoles. Peu d'éditeurs peuvent en dire autant.

Twipol : "Bah moi c'est pas compliqué, je suis un néophyte en RPG et FF VII fut mon premier, bien évidemment j'ai été sous le charme. De longues et nombreuses nuits-périple de fascination et d'évasion... Je me souviens tout de même n'avoir daigné m'y mettre qu'un an après sa sortie PAL, gavé d'en entendre parler tous azimuts, et affligé de voir qu'un de mes meilleurs potes ne mangeait même plus avec nous le midi (il passait tout son temps libre dessus, y compris les pauses du midi, et ne participait même plus à nos joutes mémorables sur Bomberman World...), et un peu déboussolé par ce système de combat et d'ailleurs ce gameplay en général qui m'était à ce moment complètement étranger. Mais j'ai également été épaté par les deux Tobal. Encore un triste exemple de jeu inventif et intelligent qui n'a pas marché. "

Final Fantasy 7

Le jeu est d'une beauté à couper le souffle, le design époustouflant (perpetuant et même accentuant le style néo-rétro de FF6), les cinématiques en images de synthèses impressionnantes (Square deviendra un spécialiste du genre, proposant les plus belle cinématiques de la console), les personnages sont très charismatiques, la 3D durant les combat et la carte fait mouche, le gameplay ravageur et le scénario (sur fond d'écologie) est passionnant. C'est un énorme succès, critique et commercial. Le club auparavant fermé des fans occidentaux de RPG consoles s'agrandit à une vitesse surréaliste et Square se fait une réputation internationale. Nintendo se mord les doigts et regrette amèrement ses erreurs passés.

Qazer : "Pour ma part c'est FF7 que je préfère. En effet, après une longue période assez éloigné des JV, c'est en partie grâce à des previews dans des magazines sur celui-ci que j'ai replongé dans le bain vidéoludique. Une fois que j'ai, enfin, pu y jouer, ce ne fut qu'une succession d'émerveillements et d'instants magiques."

Sangotan : "Sans hésitation je vote pour Final Fantasy 7. Trop d'images gravées à jamais dans ma mémoire, des scènes cinématique époustouflantes et aussi une des plus belles... - correction - ...la plus belle fin que j'ai pu voir, un système de combat classique mais avec des éléments qui le rende d'une richesse hallucinante, des armes aux multiples caractéristiques, la MATERIA, les limites, les différents persos(Que dis-je ces, hommes sont des héros.), des ennemis que l'on a envie de déchirer, une durée de vie qui bousille la votre... EXCEPTIONNEL!!!"

La même année, Tobal revient avec un gameplay plus profond, un mode "quest" plus complet et des graphismes sublimes mais rien n'y fait : Le succès d'estime est plus fort que jamais mais les ventes sont décevantes, même au Japon.

Tobal 2

Markadet : "Concernant Tobal j'ai toujours trouvé hallucinant qu'il reste quasi confidentiel et surtout qu'aucun jeu de combat n'ait repris ce système de garde et de choppe exceptionnel ! Fan de beaucoup de séries de baston 2D/3D je n'ai jamais revu quelque chose de tel... C'est peut être le seul qui soit assez "facile" pour être utilisé avec et contre des persos tres rapides, mais assez complet pour jouer les grapplers ... "

Le nouveau SaGa, SaGa Frontier, divise les joueurs (moi j'adore) mais tout le monde s'accorde à dire que ses musiques sont bluffantes. Un très bon RPG, d'une originalité surprenante. Le principe de destinés multiple est toujours de la partie.

Front Mission 2, Front Mission Alternative et Bushido Blade (combat à l'arme blanche très technique créé par Lightweight) se font remarquer. Autre jeu phare de Square : Final Fantasy Tactics. 

Final Fantasy Tactics

Un Tactic/RPG (désolé pour les superlatifs persistants) magique. Gameplay ultra dense, graphismes et mise en scène très soignés (les personnages possèdent, en plus d'un charisme fou, un nombre impressionnant de mouvements et de mimiques), bande-son démoniaque (une des plus belle de Square), bref un des jeux phares de la firme. Le jeu a été traduit en américain et les pauvres européens devront une fois plus lorgner dans les boutiques d'imports.

<<<
Page 1 sur 2
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Bahamut Lagoon

Final Fantasy - La série

Seiken Densetsu 1 & 2