Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Un Voisin d'Enfer
Année : 2003
Système : PC ...
Développeur : JoWood Vienna
Éditeur : JoWooD Productions
Genre : Puzzle / Aventure
Par Jean-Christian Verdez (02 avril 2019)

Woody est un jeune homme paisible, menant une vie paisible dans sa petit maison paisible au cœur d'une banlieue paisible... Tout pourrait aller pour le mieux, s'il n'y avait pas son horrible voisin, Mr. Rottweiler ! Bruyant, pollueur, irrespectueux, il mène la vie dure à notre pauvre héros. Mais ce dernier ne compte pas se laisser faire, et élabore un plan pour, à son tour, pourrir l'existence de ce détestable individu. Prenant son courage à deux mains, il décide d'entrer régulièrement (et discrètement) chez Mr. Rottweiler pour lui jouer quelques mauvaises blagues. Histoire de pousser l'humiliation à son paroxysme, Woody a même fait appel à une équipe de télévision, pour que la terre entière puisse profiter de sa vengeance, un peu à l'image d'une émission de télé réalité...

Vous vous reconnaissez en Woody ? Son voisin ressemble au votre ? Vous avez toujours rêvé de vous introduire chez lui pour vous faire justice en lui jouant quelques tours ? Plus de doute, Un Voisin d'Enfer (Neighbours From Hell) est la thérapie virtuelle qu'il vous faut !

Une revanche savoureuse

À travers 14 niveaux, vous dirigez donc Woody dans cette vendetta personnelle. Dans un premier temps, fouillez commodes, placards, poubelles, frigos, etc. et récupérez-y des objets. Ensuite, utilisez lesdits objets quelque part dans la maison pour mettre en place un piège. Par exemple, si vous trouvez un œuf dans le frigo, placez-le dans le four à micro-ondes pour le faire exploser et tout salir. Lorsque le voisin ira dans sa cuisine et découvrira les dégâts, cela devrait passablement l'énerver, pour votre plus grand plaisir.

Attention : il ne faut jamais se trouver dans la même pièce que le voisin, sinon ce dernier passe à tabac le malheureux Woody et c'est le game over. Mais rassurez-vous, chaque niveau peut être rejoué indéfiniment. Et pour les joueurs aimant la difficulté, il est possible d'activer un temps limité dans chaque niveau.

Le jeu, ou plutôt l'émission, se divise en trois saisons, à l'image d'une série télé. Les saisons sont identiques dans leur déroulement, seul le nombre de pièces accessibles dans la maison varie. Dans la saison 1, vous aurez accès au hall d'entrée, à la cuisine, à la salle de bain, et au salon. Durant la saison 2, vous pourrez aller au deuxième étage et ainsi visiter la chambre et le balcon. Enfin, la troisième et dernière saison vous ouvrira les portes du sous-sol et d'un petit bureau.

Dans chaque niveau/épisode, Rottweiler respecte une routine. Par exemple, il regarde la télé, puis va chercher une bière à la cuisine, puis descend vérifier son courrier avant de retourner devant la télé... C'est sur ce parcours qu'il faudra disposer des pièges (piéger la boite-à-lettres, saboter la télé, ou tout simplement le bon vieux coup de la peau de banane par terre...)

Durant les premiers niveaux, vous aurez l'impression que certaines pièces de la maison sont sûres. Ainsi, si le voisin suit une routine salon > cuisine > entrée > salon, vous aurez peut-être tendance à vous réfugier dans la salle de bain en attendant que vos pièges se déclenchent. Mais faites attention ! Si les "petits" pièges font juste perdre un peu de temps au voisin, d'autres vont avoir comme effet de casser sa routine. Typiquement, s'il se blesse, il risque de se précipiter dans la salle de bain pour y chercher du sparadrap. Et s'il vous découvre en chemin, tout est fichu ! Heureusement, il existe des planques sûres dans la maison. Cachez-vous dans l'armoire du hall d'entrée, ou sous le lit, et le tour est joué, même si votre ennemi passe à proximité. Sachez en outre que briser sa routine sera parfois obligatoire pour le faite tomber dans certains pièges.

Dans certains niveaux, votre voisin adoptera un animal de compagnie, généralement un chien, ou un perroquet. Vous pouvez vous trouver dans la même pièce qu'eux mais uniquement s'ils dorment ET que vous vous déplacez suffisamment lentement pour ne pas les réveiller. Dans le cas contraire, ils donneront l'alarme et le voisin arrivera en courant ! En étant assez rapide pour changer de pièce et vous cacher, vous parviendrez peut-être à lui échapper, et c'est la pauvre bête qui sera sermonnée à votre place, pour avoir inutilement fait du bruit...

L'interface du jeu est claire et on ne peut plus simple d'utilisation

Au bas de l'écran se trouvent plusieurs indications. Tout d'abord l'inventaire, qui suit la logique héritée des point'n click. On clique dans le décor pour récupérer divers objets potentiellement utiles, et il suffira ensuite de sélectionner l'objet puis de cliquer sur un élément du décor pour tenter de faire réagir le tout. Si une interaction est possible, elle se déclenche automatiquement, moyennant un petit délais d'exécution représenté par un pourcentage (tenez-en compte pour anticiper le risque que le voisin vous prenne sur le fait)...

À gauche de l'écran est représenté Mr. Rottweiler. La petite bulle symbolise son envie du moment (dans l'image ci-dessus, il veut jouer du piano). La petite jauge située à côté représente son taux d'énervement. Elle se remplit lorsque votre ennemi juré tombe dans l'un de vos pièges, puis se vide doucement. S'il tombe dans un autre piège avant que la jauge ne soit complètement vide, vous effectuez un combo. Ce système est d'ailleurs un aspect ludique important, puisque le joueur devra prendre des risques pour poser un maximum de pièges sans attendre. Dans l'idéal, pour un combo maximal, Rottweiler doit enchaîner tous les pièges disponibles durant la même "boucle" routinière.

À droite se trouvent le temps restant pour finir le niveau, le nombre de tricks que le voisin a déjà subi, un chiffre sur fond d'électrocardiogramme qui symbolise votre combo, et, le plus important, un pourcentage correspondant au taux d'audience de l'émission. Chaque piège fait grimper l'audimat, et si vous enchaînez plusieurs pièges, le combo vous octroie un bonus de points. Le but ultime est évidemment d'atteindre les 100%, bien que ce ne soit pas une obligation.

Si vous parvenez à atteindre un taux audience élevé sur suffisamment d'épisodes de la saison en cours, vous gagnerez un trophée voisin de bronze/argent/or.

Le principe d'Un Voisin d'Enfer est original et très attirant ! Une formule inspirée des point'n click (pour les objets et leur utilisation), influencée par le jeu d'infiltration (se cacher, rester discret, éviter l'adversaire), et saupoudrés d'un humour aux gags convenus mais efficaces... Du moins dans un premier temps. Car le jeu, et c'est son principal défaut, ne se renouvelle pas beaucoup au fil de la progression. Si l'on s'amuse devant les différentes animations du voisin lorsqu'il subit notre vengeance, les gags finissent par manquer d'originalité. On devine généralement très vite à quoi va servir l'objet qu'on vient de trouver : une peau de banane ou un savon ? On va les déposer sur un sol glissant. Des punaises ? On va les disperser sur le fauteuil où s'assoit le voisin. Rottweiler se sert un café ? Nul doute qu'il faut trafiquer la cafetière...

Mais plusieurs pièges, notamment dans les niveaux plus avancés, nécessiteront un peu plus de réflexion. Certains objets devront dans un premier temps être modifiés (ex: remplir une bouteille vide) avant d'être utilisables. Dans d'autres cas, vous ne pourrez placer de piège qu'à des moments spécifiques. Par exemple, si Rottweiler décide de prendre un bain, il faudra attendre que la baignoire se remplisse : avant, il n'y a pas d'eau avec laquelle interagir, et après, le voisin revient et il est trop tard...). Globalement, Un Voisin d'Enfer aurait gagné à inciter le joueur à utiliser un peu plus ses neurones, cela aurait rendu l'exécution fructueuse d'un piège beaucoup plus gratifiante. Ce sont d'ailleurs les derniers niveaux qui sont les plus intéressants, car on doit y gérer plus d'objets, de pièces à visiter, et de dangers potentiels (aucune pièce n'est sûre, le chien campe dans le salon...)

Eh oui Mr. Rottweiler. Pendant que vous glissiez "accidentellement" sur une peau de banane dans la cuisine, je me suis faufilé sur le balcon pour saboter votre sauce barbecue et votre extincteur !

Selon votre expérience, ainsi que votre acharnement à viser le voisin d'or et le 100%, il vous faudra sans doute entre 3 et 4 heures pour venir à bout des 14 épisodes. En soit, ce n'est pas vraiment un défaut car il vaut mieux un jeu trop court que trop long, surtout sur un concept qui peu assez vite lasser. Mais cette durée de vie peut malgré tout s'avérer frustrante. Heureusement, Un Voisin d'Enfer a bénéficié d'un accueil suffisamment positif pour justifier une suite.

Pas de vacances en enfer

En mai 2004 sort Un Voisin d'Enfer 2 : En Vacances (Neighbours from Hell : On Vacation), toujours sur PC. Parue dans plusieurs pays d'Europe, les joueurs américains devront attendre deux ans pour profiter de cette nouvelle aventure. Cette fois, Mr. Rottweiler part en croisière autour du monde. Il espère visiter tranquillement la Chine, l'Inde, et le Mexique, navigant d'un pays à l'autre à bord d'un luxueux bateau... Mais la vengeance ne connaît pas de frontière : Woody a discrètement embarqué avec son voisin, et est bien décidé à lui gâcher ses vacances.

Ce nouveau jeu est similaire à son prédécesseur. Même concept, même moteur graphique, il s'agit presque d'un addon stand alone plutôt qu'une suite. Ceci dit, plusieurs améliorations sont à dénombrer. Déjà, on quitte le pavillon du voisin au profit de décors plus variés : entre 3 et 4 niveaux pour chacun des trois pays servant de destination touristique à ce bon vieux Mr. Rottweiler, auxquels s'ajoutent des stages intermédiaires en bateau pour aller d'un pays à l'autre. Au total, 14 épisodes, comme pour le premier jeu.

Ensuite, Woody bénéficie de 3 vies par niveau, ce qui autorise le joueur à commettre des erreurs : si le voisin vous attrape, au lieu d'un game over brutal, vous êtes simplement propulsé un peu plus loin. Cela contre-balance parfaitement une difficulté un petit peu plus élevée.

On peut aussi noter la disparition du mode discret. C'est un peu dommage, car en termes de timing, cela ajoutait une dimension stratégique intéressante. En revanche, à partir du 5ème niveau, la mère du héros fait son apparition et peut tabasser Woody si ce dernier se trouve à proximité. Il faudra donc surveiller les déplacements de deux personnages ! Certains objets seront aussi un peu plus difficile à obtenir : au lieu de simplement les ramasser, il faudra réussir un mini-jeu, très simple mais pouvant potentiellement faire perdre du temps (le joueur doit maintenir un item au centre d'une cible, le temps de remplir une jauge).

Côté scénario, le concept de TV-réalité est beaucoup plus discret, le jeu se concentrant sur son aspect puzzle. D'ailleurs, les tricks à effectuer sont bien plus variés. Dans le premier jeu, vous trouviez dans presque chaque épisode un stylo feutre dans la commode de l'entrée pour refaire le portrait (littéralement) du personnage en photo sur le mur. Ici, les développeurs ont fait des efforts pour que chaque niveau propose un maximum de gags neufs. Le déroulement n'en devient que plus intéressant ! Au lieu de multiplier artificiellement le nombre de tours à effectuer dans un niveau, on se focalise sur la diversité des actions. Résultat, en donnant moins de choses à faire au joueur, on lui permet de rester concentré sur des gags toujours neufs, et on évite le sentiment de répétition.

Les personnages secondaires ajoutent eux-aussi de la diversité, et des situations inédites. Il faudra souvent s'arranger pour ridiculiser le voisin aux yeux des autres, notamment la fille qu'il essaye régulièrement de séduire, et lui faire provoquer divers dégâts afin qu'il soit réprimandé par sa chère môman.

Un Voisin d'Enfer 2 est donc une très bonne suite. Nul doute que les amateurs d'un premier volet ne seront pas déçus !

Quelques mots sur l'adaptation sur consoles

2005 a vu naitre une version Xbox et Game Cube d'Un Voisin d'Enfer, qui fusionne les deux opus PC en y apportant assez de changements pour qu'on puisse parler de remake (à noter que le jeu est resté une exclusivité européenne, et qu'en outre, une version Playstation 2 était prévue mais a été annulée). Mais quelles sont ces différences avec le PC, me demanderez-vous ? Eh bien déjà, l'interface a été repensée pour correspondre à un maniement à la manette. Ainsi, les différentes informations (objets en possession de Woody, routine du voisin, etc.) apparaissent désormais directement au-dessus des personnages dans des petites bulles façon BD. Les niveaux eux-même ont aussi été retravaillés. Si les objets ont conservé la même fonction, leur présence dans tel ou tel épisode a changé. Par exemple, dans l'épisode où notre meilleur ennemi apprend le piano, vous ne pourrez plus saboter les toilettes, ni gribouiller la photo accrochée au mur. Même chose pour l'épisode de la baignoire, qui en contrepartie montre désormais un chien qui dort dans le salon (il faudra donc se déplacer lentement dans cette pièce)...

Les niveaux issus du premier épisode ont été repensé pour ne plus proposer deux fois le même gag, et c'est une excellente initiative ! Incidemment, l'emplacement de certains objets a été changé : par exemple, dans le niveau du gâteau d'anniversaire, le piège à souris est désormais logiquement placé devant un petit trou dans un mur de l'étage, et non plus bêtement stocké dans un tiroir du rez-de-chausser. Ce n'est d'ailleurs pas qu'un simple changement esthétique, puisque cela implique d'aller dans une pièce qui, du fait des déplacements routiniers du voisin, n'est pas facile d'accès... Pour correspondre à ces quelques changements, la routine du voisin a parfois été repensée. Certaines portes sont même fermées selon les niveaux. Cela rend le jeu un peu plus difficile, ce qui est une bonne chose...

Dans ce remake, les niveaux d'Un Voisin d'Enfer 1 et 2 ont été mélangés, ce qui est là aussi une bonne idée. Vous quitterez donc la maison au profit d'une petite promenade en bateau dès le niveau 4, puis reviendrez à la maison, avant de partir à nouveau en vacances, etc.

Côté gameplay, le joueur bénéficie du meilleur des deux jeux originaux. Ainsi, Woody a 3 vies par niveau, y compris pendant ceux issus du premier opus. De même, le mode discret qui avait été supprimé avec le second épisode, est ici de retour dans tous les niveaux ! Et les développeurs ne se sont pas privés pour ajouter ici ou là un animal qui dort ! Selon la même logique de mélange de niveaux, des personnages secondaires (notamment la mère du voisin) seront parfois présents dans la maison, ce qui n'était pas le cas avant.

En conclusion, cette version 128-bit de salon propose l'expérience la plus équilibrée : deux jeux en un, et un ré-étalonnage des niveaux plutôt convaincant. Je reste personnellement plus réservé sur l'interface et le maniement du personnage. On perd la maniabilité à la souris, idéale pour un jeu en "pointer-cliquer", au profit d'un déplacement manette et d'un inventaire à l'usage un peu moins pratiques. Mais que cela ne vous dissuade pas de laisser sa chance à ce très chouette remake.

L'enfer chez les autres

Le mythe du voisin méchant est un fabuleux puits à gags. S'il a fallu attendre 2003 et Un Voisin d'Enfer pour que le concept débarque en jeu vidéo, on trouve des exemples plus anciens mais néanmoins très connus et populaires, notamment dans la bande dessinée. Les fans de Disney se rappelleront Léon Lagrogne (ou J.Jones en version originale), créé par le célèbre Carl Barks en 1943 pour servir de voisin antipathique à Donald Duck. Côté franco-belge, comment ne pas citer Hilarion Lefuneste, cuistre notoire inventé par Greg, et qui depuis 1963 aime détester un Achille Talon qui le lui rend bien. On peut aussi se remémorer George Wilson, voisin de Denis la Malice, même si en l'occurrence c'est plutôt le jeune Denis qui rend la vie complètement impossible à ce pauvre monsieur Wilson. Comme quoi être le héros ne signifie pas toujours être le plus gentil...

... Ce qui m'amène à une petite réflexion : Dans La scène d'introduction du jeu, l'ignoble Mr. Rottweiler perturbe Woody avec sa tondeuse bruyante et son chien mal éduqué, mais ce n'est là que le point de vue de Woody. Car à côté de ça, pendant tout le jeu, on découvre que ce prétendu infernal voisin, derrière son air bourru et ses traits disgracieux, aime regarder la TV, prendre soin de sa plante et nourrir son chien. Il adore sa mère, dont il admire chaque jour un portrait fièrement accroché à l'entrée. Il va même jusqu'à lui sculpter une statue, et lui offrir une croisière autour du monde...

Et là arrive Woody, petit citadin sournois qui s'infiltre lâchement chez les autres pour détruire leur mobilier, gâcher leur nourriture, attenter à leur vie en trafiquant des fils électriques, quand il ne risque pas tout simplement d'incendier leur maison. Rongé par ses pulsions sadiques, ce maniaque est tellement obsédé par Mr. Rottweiler qu'il le poursuit jusqu'à l'autre bout du monde pendant ses vacances, uniquement pour lui pourrir la vie, à lui et son entourage... Alors finalement, qui est réellement le méchant de cette histoire ? A vous de juger. Ce qui est sûr, c'est que de mon côté je continuerai de rester poli avec mes voisins... On ne sait jamais...

Jean-Christian Verdez
(02 avril 2019)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(8 réactions)