Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Fields of Glory
Année : 1993
Système : Amiga, PC
Développeur : Microprose
Éditeur : Microprose
Genre : Wargame
Par Djib (11 décembre 2001)

F.O.G. est l'un des wargames les plus attachants de l'histoire des jeux vidéo. Développé en Angleterre et édité par microprose en 1993, Fields of Glory tranche avec la production de l'époque. De nombreux joueurs vont alors pouvoir découvrir le wargame à travers un jeu conçu pour être beau et simple à jouer. Simple dans son ergonomie mais relativement complexe dans ses possibilités stratégiques.

F.O.G. vous place dans la peau de Napoléon à une période que les historiens appelleront les 100 jours. En 1815, Napoléon de retour de son exil de l'ile d'Elbe rentre à Paris en triomphe et rassemble ses forces afin de vaincre ses ennemis européens : les Anglais et les Prussiens. La campagne de Belgique durera cent jours et se terminera tragiquement à Waterloo.

F.O.G. se présente comme un jeu de stratégie temps réel : à l'inverse des wargames traditionnels, tous les ordres sont donnés en direct et vos troupes les accomplissent instantanément : il n'y a pas de tour par tour. Aucune gestion logistique n'est présente, le joueur se concentrant directement sur la bataille. Celles-ci, excepté le premier niveau, sont inspirées de batailles réelles (Quatrebras, Ligny...) et vont croissant dans la complexité jusqu'à la célèbre bataille de Waterloo où le joueur peut changer le cours de l'histoire. Pour diriger votre armée, le jeu permet de donner des ordres à plusieurs niveaux de commandement (Close Quarter System Combat) : en fonction du zoom avec lequel vous regardez la bataille vous pouvez agir au niveau des bataillons, des corps d'armées ou même de l'armée entière (à cette époque les forces françaises étaient organisées en plusieurs armées). Si vous les laisser, vos soldats continuent à se défendre ou attaquer en fonction du dernier ordre que vous leur avez donné. Même si l'I.A. n'était pas toujours très brillante, le système de commandement fonctionnait correctement. Le joueur maîtrisait également le temps pouvant l'accélérer afin d'avancer dans la bataille.

La hiérarchie militaire, les uniformes, les officiers et leurs biographies, les formations des bataillons tout est conforme à l'Histoire. Le souci du détail historique, sans être pesant, est extrême à tel point que le manuel cite une imposante bibliographie et qu'il est préfacé par un historien. De plus, le joueur a accès à une base de donnée sur les différents corps d'armée ainsi que les généraux et officiers en présence, une véritable mini-encyclopédie. Les graphismes sont excellents et permettent une représentation très fine des batailles, on y voit les soldats se mettre en ligne, les cavaliers charger, les canons tirer, bref un vrai combat très animé. On y retrouve un peu l'esprit "soldat de plomb" où des centaines de soldats sont alignés.

Le terrain à son importance dans l'élaboration des stratégies : on peut planquer ses soldats dans un bois, les retrancher dans une bâtisse, mettre son artillerie sur une colline... les ponts deviennent des éléments capitaux dans une bataille. Les différentes formations des bataillons sont prises en compte ainsi que le moral des troupes : dans la bataille les soldats ne vont pas au casse-pipe sans broncher. Devant un ennemi supérieur ou un bombardement, une charge de cavalerie, il arrive que vos soldats s'enfuient.
Pour vaincre et remporter une bataille il faut donc combiner ses différentes forces (artillerie, infanterie, cavalerie) et planifier une vraie stratégie en tenant compte du terrain, de l'adversaire et de ses hommes : un vrai challenge.

A l'époque, F.O.G. fut vraiment révolutionnaire et il reste dans le domaine des wargames napoléoniens une véritable exception. A la lourdeur du traditionnel système tour par tour il substitue le principe du temps réel.

A noter que Sid Meir s'inspira fortement de F.O.G. pour réaliser Gettysburg en 1997, wargame qui connut un grand succès critique. F.O.G. est donc l'un des plus originaux wargames de l'histoire, un de ces jeux qui, à leur manière, font avancer les choses...

Enfin la version Amiga parue en 1994 fut une adaptation un peu ratée surtout au niveau de l'I.A. et du système de commandement moins performant que sur PC.

Djib
(11 décembre 2001)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(6 réactions)