Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Fire Pro Wrestling - La série
Année : 1989
Système : Arcade, Game Boy, Megadrive, PC Engine, Playstation, Saturn, SNES, Wonderswan
Développeur : Human
Éditeur : Human
Genre : Jeu de Combat (VS fighting) / Sport

Second hors-série avant que nous ne traitions le prochain Fire Pro « officiel » :

Thunder Pro Wrestling Retsuden
(Megadrive - 1992)

Si la Super Famicom aura connu 7 épisodes de la série Fire Pro (9 si on compte les versions alternatives du 3 et du X), sa grande concurrente dans la bataille des consoles 16-bits, la Megadrive, n'aura bénéficié que d'un seul titre, et encore, le nom « Fire Pro Wrestling » n'y apparait pas. Cela est sans aucun doute du au manque de popularité de la console de Sega au Japon face à celle de Nintendo. Mais voyons ce jeu de plus près...

Il s'agit d'un titre équivalent au Fire Pro Wrestling: 2nd Bout de la Nec ou au Super Fire Pro Wrestling de la Super Nintendo. La palette de coups est la même, la jouabilité à 3 boutons est comme sur PC Engine, et les modes de jeu sont identiques avec toutefois le tournoi customisable en moins et un mode handicap à 2 contre 1 en plus. Comme sur Snes, on ne peut jouer qu'à deux. Trois niveaux de difficulté sont disponibles (contre 4 sur Snes) et les catcheurs bénéficient d'un indicateur à coté de la mention 1P ou 2P à l'écran : cela semble renseigner sur leur forme du moment et la probabilité qu'un coup fort porté sur eux sera contré ou non. On ne retrouve cette information à l'écran dans aucun autre épisode 2D de la série.

« Sasori Gatame » (scorpion deathlock) porté par Choshu.
« Enzuigiri kick » de Tenryu.

La réalisation est à mi chemin entre les 2 autres consoles pré-citées. Ce n'est pas aussi fin que sur Snes et les couleurs sont parfois un peu mal choisies. En revanche ça bouge beaucoup mieux ! L'animation est rapide et, même si les catcheurs gardent leur posture étrange lors des déplacements, le combat gagne en fluidité et en tonus. Par contre, bizarrement, le timing pour réaliser les prises fait un bond en arrière pour revenir à celui, assez lent, du tout premier Fire Pro : un choix étrange.
Une petite nouveauté est présente dans les coups exécutables, il s'agit d'une attaque au sol en courant. Ça n'a l'air de rien mais ça permet de réaliser la descente de la cuisse de Hulk Hogan ! Enfin plutot de Ralph Panzer puisque tel est son nom ici ! En contrepartie, les prises à 2 contre 1 semblent avoir disparues puisque dès qu'un catcheur fait le changement avec son partenaire, il quitte immédiatement le ring : dommage.

Un « german-suplex » et une attaque aérienne. Les graphismes sont corrects.

Maintenant, il faut bien le dire, ce Thunder Pro Wrestling Megadrive est moins bon (ou pire, question de point de vue !) que les autres jeux de la série. Car l'une des forces de la licence, à savoir le comportement du CPU, est ici en demi-teinte. Je crois qu'on peut parler de « bugs » en voyant le pauvre catcheur contrôlé par la console courir d'un coin à l'autre du ring sans raison, ou balancer des coups de pied sautés dans le vide. De même, certaines « décisions » prises par la machine sont peu judicieuses (tenter des coups forts d'entrée et se faire systématiquement contrer). D'autre part, si les personnages bougent vite et bien, leur course est difficile à maitriser : on a bien du mal à s'aligner par rapport à l'adversaire et on manquera bien souvent son coup de la corde à linge ! D'une manière générale, c'est tout le « feeling » du jeu qui est un cran en dessous des versions tournant sur les autres consoles.

Malgré cela, Thunder Pro Wrestling reste certainement, grâce à la diversité de ses coups et sa jouabilité basée sur le timing des choppes, l'un des meilleurs jeux de catch disponibles sur Megadrive.

Jushin Liger est méconnaissable avec son masque bleu.
Une fenêtre s'incruste en fin de match pour montrer sa durée et le nom de la prise de finition.

Le casting a changé ! Enfin, si on veut... En fait, Human a décidé de rendre ses avatars de pixels beaucoup moins ressemblants aux vrais catcheurs. Leurs noms sont totalement différents, et les illustrations de sélection s'éloignent, parfois légèrement mais parfois carrément, de la représentation fidèle des stars de l'époque. On les reconnait quand même un peu, surtout par leur panoplie de coups ou par un petit détail graphique. Par exemple, si Tenryu est désormais représenté par un personnage à la coupe de Sumo (un clin d'œil fait aux connaisseurs), il garde ses célèbres bottes jaunes. Est-ce une volonté de la part de Human de se lancer dans du character design maison ? Ou bien un choix imposé par Sega craignant des problèmes de droit ? Je l'ignore (mais j'aimerais bien le savoir !). Toujours est-il que voici les 12 personnages qu'on peut choisir dans cet épisode. J'ai mis comme d'habitude le nom des vrais catcheurs qui servent « d'inspiration » aux héros du jeu mais, comme vous le voyez sur les images, c'est beaucoup moins flagrant cette fois ! J'ai d'ailleur mis un « ? » à côté de ceux pour lesquels je ne suis pas sur concernant leur identité...

  • Great Hanagata (Antonio Inoki / New Japan Pro Wrestling).
  • Emperor Ken (Riki Choshu / New Japan Pro Wrestling).
  • Mask de Hell (Jushin Thunder Lyger / New Japan Pro Wrestling).
  • Mister Yokozuna (Genichiro Tenryu / SWS).
  • Senior King (Jumbo Tsuruta / All Japan Pro Wrestling).
  • Mask de Typhoon (j'avoue ignorer qui se cache derrière ce masque ...) ?
  • Buster Ryuuga (Akira Maeda / Rings).
  • Victory Junkie (Stan Hansen / All Japan Pro Wrestling).
  • Ralph Panzer (Hulk Hogan / World Wrestling Federation).
  • Chang Shumei (Bam Bam Bigelow / New Japan Pro Wrestling) ?
  • Storm Daisuke (Kensuke Sasaki / New Japan Pro Wrestling) ?
  • Star Bomber (Big Van Vader / New Japan Pro Wrestling & World Championship Wrestling).
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(54 réactions)