Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Digger
Année : 1980
Système : Arcade
Développeur : Gremlin / Sega
Éditeur : Gremlin / Sega
Genre : Arcade / Action
Par JPB (30 novembre 2020)

Quand j'étais gamin, côté jeux vidéo, j'avais été élevé à Space Panic. Pendant un petit moment, peu d'autres jeux ont trouvé grâce à mes yeux, parce que je trouvais qu'ils ne soutenaient pas la comparaison... En tout cas, deux jeux en particulier : d'une part, Magical Spot dont je vous ai parlé il y a peu de temps, vous en saurez plus en lisant l'article correspondant ; d'autre part, dans un autre café près de chez moi, Digger parce qu'il reproduit le principe de Space Panic mais d'un autre point de vue.
Mais avec le temps et mes pérégrinations dans Clermont-Ferrand, j'ai découvert d'innombrables pépites, et j'ai bien compris que ces deux jeux avaient des qualités intéressantes qu'il serait dommage de négliger.

Je ne vais pas ici faire la comparaison avec Space Panic à chaque aspect du jeu. Je vous conseille là-aussi d'aller lire l'article que j'ai écrit si vous voulez en savoir plus et justement, avoir des éléments de comparaison.
Et pendant qu'on parle de comparaisons, ne confondez pas Digger, le jeu d'arcade dont je vous parle ici, avec Digger, de Windmill Software, sur PC.

J'fais des trous...

Digger vous met dans la peau d'un humain qui compte défendre sa peau. On voit l'arène dans laquelle il évolue du dessus : c'est un grand rectangle composé de nombreux rochers carrés infranchissables, disposés régulièrement en 6 colonnes de 5 rangées, et dont certains sont reliés par blocs de deux ou trois pour changer un peu la disposition du terrain (bon, c'est plus facile à comprendre en regardant les captures écran, je vous invite donc à le faire ;) ). Le joueur erre donc dans une grotte aux innombrables tunnels, qui font tous la même largeur. Le résultat final fait penser à une espèce de labyrinthe.

Merci au site Arcade Flyer Archive !
Cliquez sur une image pour une version plus grande.

Parlons maintenant des créatures. Si on se réfère au dessin du flyer, elles ressemblent à des espèces de crapauds géants carnivores. Personnellement, en regardant le jeu, je trouve qu'elles ressemblent plus à des araignées, aussi vais-je aussi les appeler comme ça. Ces créatures, au début du jeu, se trouvent à l'extérieur de l'arène, elles grouillent sur toute la partie gauche de l'écran ! Tout de suite, au premier niveau, quatre d'entre elles (trois vertes et une rouge) sortent de cette espèce de cage et se rendent chacune à un point de départ aléatoire. C'est ensuite le tour de votre personnage, qui se retrouve à son tour dans le labyrinthe. Et là, après deux secondes pour que vous puissiez vous repérer, la partie commence.

... des p'tits trous...

Les araignées commencent à se déplacer, sans but apparent, dans l'arène. En tout cas, il est certain qu'elles ne sont absolument pas attirées par votre avatar ! Cependant, si elles le touchent, elles le tuent instantanément. De votre côté, vous pouvez aussi vous déplacer, approximativement à la même vitesse que les créatures (du moins au début), pour vous mettre à l'abri d'une araignée un peu trop pressante. Mais fuir continuellement n'est pas la solution : il faut éliminer ces sales bêtes. Pour cela, votre seule arme : une pelle, pour faire des trous. Oui, comme dans Space Panic.

Le fait que les créatures aient plus tendance à se promener un peu partout qu'à vous foncer droit dessus est fort pratique, cela vous permet de vous mettre un peu à l'écart et, pour le moment du moins, de sécuriser votre position en creusant des trous autour de vous. Pour cela, votre pelle vous permet de réaliser un beau trou qui fait bien toute la largeur des couloirs, mais attention : ce n'est pas instantané. Cela prend 5 étapes pour creuser un trou complet, soit environ deux secondes : c'est très long en temps de jeu.

Les instructions et le tout début du jeu.

Il faut donc placer des trous assez éloignés, sans laisser de couloir accessible par lequel une créature pourrait se faufiler, mais sans qu'aucun trou que vous avez creusé ne soit trop loin de vous, pour pouvoir vous y précipiter à temps quand une araignée vient de tomber dedans. Toute la subtilité est d'arriver à trouver un juste milieu entre la sécurité, la fuite, et l'attaque. En effet, comme je le disais plus haut, certaines créatures mettent une mauvaise volonté évidente à se diriger vers vous... C'est donc à vous de vous rapprocher d'elles pour les éliminer. La manœuvre est évidemment délicate...

... encore des p'tits trous...

N'oubliez pas qu'un trou vous bloque le passage, même s'il n'est pas complet, ce qui peut vous condamner à la mort. Car reboucher complètement un trou prend également 5 étapes et le même temps que pour le creuser. Quand une créature est tombée dans un trou et que vous le rebouchez, s'il y en a une autre qui s'approche et touche le trou, la première créature est automatiquement libérée et poursuit la trajectoire qu'elle avait commencée. Si elle venait droit sur vous, fuyez ! Il va donc falloir être plus malin, prévoir une distance de sécurité entre vous et vos trous, et surtout anticiper le temps nécessaire à creuser et/ou reboucher.

Je dirais qu'il faut privilégier les intersections. Il y a plusieurs avantages : d'abord, les créatures peuvent très bien tomber dans un trou alors qu'elles ne se dirigeaient pas directement vers vous, ce qui fait que si le rebouchage se passe mal, vous n'êtes pas automatiquement en danger. Ensuite, de façon logique, il y a plus de chances qu'une bestiole tombe dans un trou au beau milieu d'une intersection entre deux couloirs que dans un trou au milieu d'un tunnel (et en plus, contrairement au cas précédent, si la créature arrive à s'en sortir, elle continue vers vous, et vous êtes mal). Au final vous vous rendrez vite compte que la survie est plus importante que l'élimination systématique : une araignée qui ressort d'un trou n'est pas plus dangereuse qu'avant, et rien ne vous empêche de vous occuper d'une autre pendant ce temps, pour lui régler son compte plus tard.

La bestiole tombe dans le trou, on rebouche, et ensuite... ben, on avise.
Soit on recreuse, soit on rebouche un autre trou dans lequel une araignée est tombée, soit on fuit.

Il n'y a pas de limite au nombre de trous que vous pouvez faire. Votre objectif est d'enfouir dans le sol toutes les créatures présentes dans le labyrinthe. Mais si vous n'arrivez pas à capturer certaines araignées et que le temps vient à manquer, il va falloir faire le forcing : quitter la sécurité relative de votre zone sécurisée et aller chercher les bestioles en promenade... La priorité reste d'éliminer celles qui sont apparues au début du niveau avant que les barrières à gauche de l'écran n'aient complètement disparu, et que toutes les créatures jusqu'alors en cage ne se ruent toutes en même temps dans l'arène ! Si cela arrive, il y a de grandes chances pour que vous n'y surviviez pas, submergé par le nombre.

... toujours des p'tits trous...

Revenons à une partie qui se passe bien. L'idéal est d'éliminer la créature rouge en premier pour avoir des points bonus (2000). Une fois que vous avez réussi à vous débarrasser des quatre araignées, vous passez au niveau suivant, où tout recommence mais avec plus de créatures à éliminer (six au niveau 2, huit au niveau 3, puis on revient à quatre avec des murs d'une autre couleur, etc.) Il devient ainsi de plus en plus difficile de faire le boulot, déjà à cause du nombre de créatures à tuer qui augmente, mais aussi parce que leurs déplacements sont relativement aléatoires, et que comme on ne peut pas les prévoir avec précision (voire pas du tout) on perd énormément de marge de manœuvre au fur et à mesure que de plus en plus d'araignées se promènent un peu partout.

Il vous sera donc fréquent de devoir abandonner la création d'un trou, en vous rendant compte que vous n'arriverez pas à le finir à temps. Dans ce cas, le trou "incomplet" retiendra la créature quelques instants, vous permettant de vous placer à un meilleur endroit pour continuer votre tâche. Mais n'oubliez pas que même un trou pas fini vous empêche de passer.

J'ai trop tardé. La cage à gauche s'ouvre, en haut et en bas de l'écran.
Les créatures se précipitent dans l'arène, je n'ai aucune chance.

Le délai imparti ne change pas, et il faut toujours, quoi qu'il arrive, réussir avant que la cage ne se rouvre et ne libère les autres araignées. Si le premier niveau est relativement facile, déjà au niveau deux les choses se compliquent, et le niveau 3 avec huit créatures commence à mettre le joueur à rude épreuve. C'est là qu'on se rend compte que 2 secondes pour creuser un trou, finalement ce n'est pas très long, mais trop long.

Y a d'quoi d'venir dingue (non ?)

Graphiquement... C'est assez pauvre. Même Space Panic, sorti un peu plus tôt, est plus sympa ! Et puis je trouve assez rigolo le décalage entre le jeu stylisé à l'extrême, où les sprites pourraient avoir été dessinés par un gamin de six ans, et le flyer qui montre une énorme créature menaçante, qui s'approche d'un pauvre humain en train de creuser avec sa petite pelle un trou qui pourrait contenir une piscine ! Bref, on comprend l'urgence de la situation mais pas forcément le gigantisme de tout ceci. Ce qui n'est pas grave, finalement, vu qu'on se repère très facilement au niveau visuel. Les montres en vert (dont un rouge), le joueur en blanc, les murs en bleu, les trous en jaune, et voilà, on peut jouer.

L'animation est des plus sommaires. Elle fait son boulot mais il n'y a rien de particulier à préciser. Enfin, l'orientation du héros est un peu bizarre... mais c'est la volonté de mettre un personnage vu de côté dans un labyrinthe vu du dessus qui fait que, quand on monte ou on descend, le sprite associé n'a pas l'air dans le bon sens.

Dans la précipitation, j'ai juste créé deux trous près de moi.
J'ai eu de la chance : j'ai alterné les prises. Un coup à gauche, un coup à droite...

Côté son, je suis très embêté. Je n'ai plus aucun souvenir des bruitages de ce jeu (alors que les petits jingles de Moon Cresta, qui avait été remplacé par Digger dans ce bistrot, me sont restés en tête pendant des années). Et comme la version de M.A.M.E que j'utilise n'a aucun son, eh bien, voilà, je ne peux pas vous en parler. Même les vidéos que j'ai trouvées sur le net montrent la version M.A.M.E et pas une vraie borne d'arcade... Donc pour une fois, pas d'info.

Le gameplay est finalement à la fois plus basique et plus subtil qu'il n'y paraît. Plus basique parce que les créatures vont leur petit bonhomme de chemin sans réellement s'occuper de vous. Mais plus subtil car arriver à planifier un trou à l'endroit voulu, dans le temps imparti, avec le succès d'avoir la créature qu'on a choisie spécifiquement (la rouge par exemple) qui tombe dedans très rapidement, ce n'est pas évident du tout.

Conclusion

Vous comprenez maintenant pourquoi, ayant connu Space Panic en premier, et celui-ci étant plus avancé graphiquement (avec en plus des personnages plus "cartoonesques"), je trouvais que Digger n'en était qu'une vague copie sans intérêt... Ce qui ne m'a pas empêché d'aller dans cet autre bistrot le temps de plusieurs parties. Puis j'ai laissé tomber quand j'ai trouvé de nouveaux jeux plus intéressants dans d'autres lieux, sachant que mon "territoire" commençait à s'agrandir.

J'ai repensé à Digger il y a peu de temps et je me suis dit qu'il serait intéressant de montrer qu'au début de l'âge d'or des jeux vidéo, les idées fusaient... Vous voyez maintenant qu'un même concept peut avoir plusieurs réalisations, fort éloignées. Et au final certaines bornes auront plus de reconnaissances que d'autres...

JPB
(30 novembre 2020)