Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Le flux RSS est introuvable...
Deliverance
Année : 1990
Système : Amiga, Atari ST, C64, Mac
Développeur : Devinart
Éditeur : 21st Century Entertainment
Genre : Beat'em all
Par TITAN (15 mars 2004)
La boîte du jeu version PC (merci au site Mobygames !) Cliquez sur une image pour une version plus grande.

Je suis le seigneur du Tonnerre... le "Stormlord", valeureux et puissant guerrier. Il fut un temps, jadis, où je fus envoyé à travers les Terres pour combattre le mal afin de ramener saines et sauves les Fées qui avaient été enlevées par les Démons (voir l'article sur Stormlord). À la force de ma hache et n'écoutant que mon courage, j'accomplis ma mission au fil de ma lame et revins victorieux de cette lutte démoniaque. Mais quelques années après, en de sombres jours, le mal revint, sournoisement, kidnappant à nouveau toutes les Fées du royaume pour de sombres desseins. Je devais partir à leur secours... une nouvelle fois... Je vais vous conter cette histoire.

Mon aventure devait donc débuter dans les pièces d'un immense château maléfique. Dans cette demeure inquiétante et froide, un dédale de pièces s'offrait à moi. Les pièces étaient reliées entre elles par des plates-formes et des échelles... Des portes closes me barraient parfois la route, ralentissant ma progression. Le labyrinthe de mon histoire se dessinait peu à peu devant moi : je devais sortir de ce vieux château coûte que coûte tout en sauvant le maximum de Fées. Je commençais alors à grimper sur les parois de pierres grises du château à la recherche d'une première Fée à secourir... Les pierres des murs aux angles aiguisés étaient assemblées de manière incroyablement précise et parfaite... presque de manière inhumaine, comme si le mal les avait façonnées lui-même. Le froid qui se propageait sous mes doigts au contact du métal des barreaux des échelles me glaçait l'échine. J'avais un mauvais pressentiment...

Armé de ma fidèle hache à double lame, j'arpentais les pièces, une à une... inlassablement... Quand tout à coup, je fis face à l'une de ces créatures que même le plus imaginaire des contes de Fées n'aurait pu concevoir... En plus des innombrables araignées et autres chauves-souris disproportionnées que je rencontrais ici-bas, une créature aussi laide qu'agile se mettait en travers de mon chemin. Le combat était inévitable. De nombreux coups de ma lourde hache furent nécessaires pour venir à bout de cet hybride... son sang tapissait les murs à présent. Mais ce que je ne savais pas, c'est que ce n'était que le premier d'une longue série ! En effet, le château était infesté de ces créatures qui y avaient élu domicile et qui ne semblaient pas très enthousiastes de mon intrusion...

L'écran du bas indique la santé restante du Stormlord : plus il est mal en point, plus son visage est squelettique.Note : les captures suivantes ne montreront plus cette partie de l'écran de jeu, qui finalement ne change que très peu.

Qu'à cela ne tienne ! J'exterminerais cette vermine s'il le fallait et je sauverais les Fées ! C'est donc dans un décor d'une effrayante beauté que je décidais de m'enfoncer encore plus, arrachant la vie à ces créatures démoniaques et évitant les nombreux pièges que recelait le château.

Parfois, une main de pierre géante essayait de m'écraser, parfois le sol se dérobait sous mes pieds pour m'engloutir... Je devais me méfier et me tenir sur mes gardes, c'est certain.

Pour ouvrir certaines portes importantes dans ma progression, je devais parfois retrouver des clefs qui étaient dissimulées dans des armoires.

Le labyrinthe du château était vaste et il n'était pas rare que sa complexité me désoriente... Heureusement, j'avais emmené avec moi des runes magiques et lumineuses que je disposais, çà et là, à des endroits stratégiques, tel le petit Poucet, pour ne pas perdre mon chemin ou revenir sur mes pas. Tout au long de mon trajet, je rencontrai des cadavres de personnes qui, moins chanceuses que moi, avaient subi les pires tortures et supplices... La mort rôdait partout dans ces lieux maudits... Elle laissait une odeur nauséabonde dans chaque pièce où elle était passée, imprégnant les murs et mes pas...

Mais je fus rapidement récompensé de mes efforts lorsque je sauvai enfin la première Fée qui était retenue séquestrée dans une armoire. Ce fut la première d'une longue série, puisque qu'au bout d'un grand nombre de pièces que je visitais, je pus sauver moult Fées du funeste sort qui les attendait.

Mais alors que j'arrivais à bout du dédale de pièces, j'entendis des pas lourds s'approcher de moi... Le sol tremblait à chaque pas qui se faisait de plus en plus pesant... Et puis, ce fut la confrontation finale : le seigneur de ces lieux me faisait face du haut de ses 4 mètres et de ses puissantes pattes arrières. Il me fallait donc à présent combattre ce terrible dragon cracheur de feu à la peau verdâtre et écaillée. Sous le regard d'une superbe statue qui avait les traits d'une magnifique jeune femme dénudée, je combattis vaillamment le dragon. Il me fallut un grand nombre de coups de hache pour blesser et saigner à mort la bête qui voyait en moi un bon repas.

Lorsque le coup fatal fut porté, la peau verte du dragon se désintégra dans un vacarme infernal pour ne laisser qu'un squelette sans vie. C'était bien la preuve qu'une magie noire démoniaque animait ce monstre ! En récompense de ma bravoure, je pus récolter des pièces d'or qui provenaient du trésor du dragon... venant ainsi, par la même occasion, grossir mon butin.

Las de cet éprouvant combat, je sortis rapidement de cet endroit pour m'engouffrer, une fois de plus, dans un autre château... le deuxième qu'il me fallait visiter car lui aussi était rempli de Fées séquestrées. À l'approche de ses murs, je pouvais sentir une chaleur anormale me gifler le visage. Mais c'est lorsque que j'entrai dans ce château que je compris qu'il avait été purement et simplement édifié sur les flammes de l'Enfer ! Ce lieu était encore plus effrayant que le précédent. Mais cette ambiance glauque avait un avantage : le stress et la peur me faisaient oublier la chaleur insoutenable qui se dégageait du sol et donnait une couleur rougeâtre aux pierres.

Je commençais à explorer les pièces de ce château de feu lorsque, soudain, derrière moi, un mur surgit d'une paroi, m'empêchant de faire demi-tour ! J'étais pris au piège et je n'avais d'autre issue que de continuer en avant... Tout à coup, je sentis une présence me frôler rapidement. Comme un souffle chaud dans la nuque. En regardant le mur de plus près, je pouvais apercevoir des ombres étranges à forme humaine se mouvoir sur chaque pierre... À ma grande surprise, l'une de ces formes se matérialisa finalement devant moi en un géant de feu armé d'un terrible marteau. Il ne tarda pas à se ruer sur moi, brandissant son arme pour m'atteindre. Le combat s'engageait donc... À peine touchai-je la créature qu'une autre d'entre-elles, identique, se matérialisa derrière moi ! Le combat était inégal... Mais après plusieurs coups, j'en sortis finalement vainqueur. Les créatures terrassées, le mur qui s'était formé derrière moi auparavant se retira alors comme par magie, me donnant à nouveau accès au chemin de retour.

Je continuai donc mon chemin à travers les nombreuses pièces du château, rencontrant ici et là de nombreux ennemis aux pouvoirs variés, comme cet étonnant homme électrique qui, une fois à genoux, essayait de m'atteindre grâce à son rayon d'énergie mortel et s'en allait aussitôt afin de ne pas subir mon courroux vengeur...

Une autre créature étrange m'attendait dans ce château... Une sorte de ver ayant élu domicile dans le magma qui servait de fondation au château. On pourrait décrire ce vil animal comme une taupe géante, aveugle donc, mais dotée d'une mâchoire énorme et aux dents démesurément longues et acérées qui lui fait office de tête... Ses attaques mortelles se résumaient à un lancer de boule de feu qu'elle crachait sur moi.

Mais malgré tous ces obstacles, j'arrivai à avancer tant bien que mal dans ce château, comme je l'avais déjà fait pour le premier...

Alors que la sortie approchait, j'entendis un bruit assourdissant... mécanique... La pièce suivante me menait bel et bien dehors, mais pour l'atteindre, il fallait tout d'abord que j'affronte une terrible machine à vapeur ! Deux mains de métal tenant de longues lames aiguisées et actionnées par un système de pistons fendaient l'air, cisaillant tout ce qui passait à leur proximité... Cette machine infernale, un dérivé de locomotive à vapeur, semblait vivante tellement le bruit des moteur ronflait. J'arrivait presque à palper une respiration animale s'échappant des soupapes de la machine.

Ignorant le bruit strident des lames de métal qui me sifflaient dans les oreilles et n'écoutant que mon courage, je détruisis cette invention de fou à coups de hache puissants dans les roulements et autres pistons de l'engin de mort.

L'explosion de la machine me libéra enfin le passage vers l'extérieur... Je débouchai alors dans une forêt où l'air plus frais me redonnait un peu de souffle. Le bruissement du vent dans les feuillages me faisait oublier le terrible moment passé dans la fournaise juste avant. Je contemplai quelques minutes la beauté du paysage environnant et les couleurs chaudes du ciel que donnait un soleil mourant. C'était le crépuscule. Ma journée avait déjà été bien remplie... Mais ce n'était pas encore fini, je le sentais. À peine avais-je fait quelques pas qu'une branche morte d'arbre tomba devant moi. J'aurais dû porter plus d'attention à cette branche qui s'était détachée du tronc : en effet, à peine eus-je le temps de faire un pas de plus que la branche fut traversé de luminosité et se transforma tout d'abord en une sorte d'être humain, puis se transforma à nouveau en un pieu mortel ! J'avais du mal à éviter les assauts répétés et vifs de ces épines géantes.

Mais ce ne fut pas la seule créature que je découvris dans cette étrange foret enchantée... La plus redoutable restait à venir... Il s'agissait d'une sorte de chenille géante qui avait le pouvoir d'accélérer sa croissante jusqu'à muer et libérer enfin la chrysalide avide de sang qu'elle renfermait.

La forme ailée une fois éclose était d'une rare agressivité. L'insecte géant n'avait de cesse de m'attaquer afin d'essayer de m'arracher les quelques Fées que j'avais sauvées auparavant ! De plus, elle semblait dotée d'une intelligence plus évoluée que les autres créatures que j'avais rencontrées jusque là. Elle semblait dotée d'un moyen de perception surdéveloppé qui, d'instinct, lui permettait de savoir à l'avance quand j'allais frapper... lui permettant d'éviter mes coups plus facilement en s'envolant d'un coup d'aile.

Mais j'allais être encore plus surpris par ce qui allait suivre... Alors que je m'approchais d'un petit pont fait de rondins de bois, celui-ci se mit à bouger. D'un mouvement souple et élancé, il se dressa et se mit à me faire face, se tenant devant moi tel un serpent prêt à attaquer. Mais l'étrange force vitale qui animait le pont s'en est allée après quelques coups de hache qui eurent finalement raison de son agressivité.

Lorsque j'y repense aujourd'hui, avec ses faux-airs de petit coin de nature tranquille, cette étrange forêt m'était aussi hostile que les deux châteaux que j'avais traversé juste avant... De plus, le réseau d'échelles et ponts de bois qui avait été construit formait un dangereux labyrinthe où certains passages devenaient impraticables.

Pourtant, malgré tous ces obstacles, ennemis et autres pièges, je parvins à atteindre quand même l'ultime échelle qui me menait en plein cœur de la confrontation finale... La confrontation qui me permettrait d'en finir une bonne fois pour toutes avec le mal qui régnait en ces lieux obscurs. Haut perché dans les arbres se tenait un laboratoire hi-tech gardé par deux monstres mécaniques gigantesques. De chaque coté de la pièce, des boules opaques envoyaient des rayons d'énergie mortels vers le sol, m'empêchant de faire demi-tour. Je n'avais d'autre alternative que de me battre. Le premier des deux monstres, le moins gros, s'approchait de moi. C'était une araignée géante et robotisée qui envoyait sans cesse des bombes explosives dans ma direction. Sous le regard du second monstre mécanique, un immense dragon qui semblait garder une entrée, j'allais entamer le combat avec l'arachnide... Il faudrait certainement que j'arrive à bout de ces deux créatures pour atteindre cette dernière porte. Mais qu'est-ce qui pouvait bien m'attendre derrière ?

Je n'avais pas d'autre alternative... Je devais vaincre ou mourir ici, si prêt du but...

Vous aimeriez sans doute savoir si j'ai finalement réussi ma mission ? Vous aimeriez connaître la fin de l'histoire, n'est-ce pas ? Hélas, au moment même où je vous parle, je suis devant cette araignée aux puissantes mandibules qui ne cherche qu'à me broyer. Et si je vous ai conté cette histoire jusqu'ici, c'est pour que quelqu'un puisse garder le souvenir de moi et de mes actes de bravoure pour rétablir la paix sur les Terres... Car je ne sais si je vais sortir vivant de ce laboratoire...

La bête approche, Le combat est imminent... Que mon bras et ma hache me donne encore la force et le courage de vaincre le mal comme je l'ai fait jusqu'ici !!! Par Thor, me voiciiiiiiiiiiiii !!!!

TITAN
(15 mars 2004)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Barbarian : The Ultimate Warrior

Barbarian II - The Dungeon of Drax

Batman Returns
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(6 réactions)