Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Astérix (Konami, Arcade)
Année : 1992
Système : Arcade
Développeur : Konami
Éditeur : Konami
Genre : Beat'em all
Par Tonton Ben (15 octobre 2004)

Les fameuses aventures d'Astérix et Obélix, les irréductibles gaulois imaginés par René Goscinny et dessinés par Albert Uderzo, ont connu moult adaptations vidéoludiques sur la plupart des supports connus. À ma connaissance, seules deux versions valent le détour : Asterix de Sega sur Master System, dans un format très classique de jeu de plates-formes, et Astérix de Konami, un beat'em all particulièrement réussi, en exclusivité pour les salles d'arcade.

Et une belle photo de famille !
On ne peut pas sélectionner Idéfix, dommage...

Konami, l'une des pierres angulaires du milieu arcade, avec des titres devenus cultes comme Gradius, Parodius, Salamander ou Contra, n'en est pas à son coup d'essai aussi bien en matière d'adaptations d'œuvres, ou de beat'em all : entre Teenage Mutant Ninja Turtles (1989), sa suite Turtles in Time (1991), le plus surprenant The Simpsons (1991), mais aussi des jeux hors licence tels que Crime Fighters (1989) et son excellente suite Vendetta (1991), mais aussi l'exceptionnel Sunset Riders (1991), et sa parodie Wild West C.O.W-Boys of Moo Mesa (1992), Konami a acquis une forte expérience dans le domaine, et sait réaliser des jeux funs emprunts de graphismes type cartoon.

Le point de départ classique des aventures gauloises... le village !
La déformation des ennemis sous le poids d'Obélix est très réussie.

Pas de scénario explicite dans ce jeu, puisque Astérix ne comporte pas d'introduction, à peine une photo de famille en guise de titre ; dommage, quand on voit que les titres précédemment cités avaient bénéficié de ce genre d'attention. En tout cas, l'objectif est clair : nos deux héros vont aller jusqu'à Rome, pour démontrer à Jules César que la bravoure ne manque pas dans le petit village d'Armorique ; et tant qu'à faire, autant en profiter pour revisiter des lieux qui seront familiers aux bédéphiles et aux amateurs de la série.

Les écrans de présentation des niveaux, en français s'il vous plaît !

Si le premier niveau consiste en la sortie du village, avec ses bois remplis de Romains, de sangliers, et de son carré de légionnaires à la sortie (qui fera office de boss), les stages suivants vont aborder chacun une thématique différente, avec à chaque fois une petite transition préliminaire tirée des ouvrages de la série, couverture à l'appui, le tout en anglais ET en français ! L'idée s'avère excellente, on n'aurait pas rêvé mieux pour se plonger dans l'ambiance, surtout que les pages présentées, à deux exceptions près, sont réellement puisées dans les bouquins.

Si le vil serviteur Tournevis se relève, il en prend une.
Amonbofis se marre, mais en attendant, c'est le mage qui dérouille !

Ainsi, le deuxième stage propulse le joueur en Égypte, au cœur du chantier de Numérobis, envahi par les légions romaines et où soufflent les tornades, puis dans une des fameuses pyramides, remplie de pièges mortels (boules de pierre, précipices), pour finir en extérieur. Là, il faudra faire face à Amonbofis, le vil architecte qui a engagé le mage égyptien que l'on voit dans Les 12 travaux d'Astérix, et qui manie les éclairs et l'hypnose.

Gaffe aux requins !
Le Romain a de quoi s'inquiéter.

Le troisième stage, à la thématique vaguement rapprochée d'Astérix chez les Bretons, se déroule uniquement sur les flots, tout d'abord sur des barques cernées de requins, puis sur une galère romaine, où les deux chefs esclaves à la solde du commandant romain, le fouetteur et le batteur, vont se prendre une bonne rouste. Le niveau est assez court, dommage qu'il n'y ait pas de scène chez les Grands-Bretons.

Et on dégage de là, plus vite que ça !
Tout le monde y a droit, à sa correction.

Le quatrième stage m'a toujours laissé perplexe : alors que Konami avait eu la bonne idée d'inclure Astérix en Corse dans la liste des albums source (n'est-ce pas Laurent !), il s'avère que les pages d'introduction du niveau n'ont absolument rien à voir avec l'histoire originelle, et la balade en Corse se résume en une grimpette de santé, en évitant les nids d'aigle, et en corrigeant une bande de voleurs tziganes qui apparaissent furtivement dans un autre volume, et dont le chef se montre particulièrement féroce au sommet. Petite consolation, le niveau se termine sur une descente en wagonnets digne de la Foire du Trône, un passage assez fun.

Les soldats paniquent, les généraux s'énervent : c'est l'effet potion magique !
Mieux qu'à Intervilles !

Et on traverse la Méditerranée à l'horizontale pour rejoindre la péninsule ibérique, puisque le cinquième niveau est dédié à Astérix en Hispanie ! Nos joyeux héros vont filer une trempe aux garnisons romaines stationnées dans la pampa, en compagnie d'un arsenal militaire conséquent, avec des tours d'assaut et des balistes. Le tout s'achève dans une arène, où bien évidemment il faudra calmer les ardeurs d'un Auroch enragé, tradition oblige.

On ne marche pas sur le tapis avec ses bottes sales !
Mercikhi, pour les baffes ? Pas de quoi.

Le sixième niveau se veut particulièrement original, puisque celles et ceux qui ont apprécié Astérix chez Rahazade vont retrouver le tapis volant de l'ascète Kiçàh, pour un niveau tout en mouvement où Astérix et Obélix vont devoir éviter les foudres qui s'abattent sur les mers, avant de filer une dégelée aux bandes syriennes, pour enfin avoiner les gardes du palais royal où se terrent l'infâme Grand Vizir Kiwoàlàh, et son fidèle acolyte Mercikhi. Le stage se veut dur et assez long, il n'est pas rare d'y laisser quelques vies, car il est très facile de tomber du tapis volant.

Couché, vilain matou !
Tu veux t'batt' ?

Mais tout ce périple a une fin, et comme tous les chemins mènent à Rome, le dernier niveau intitulé Astérix contre César arbore curieusement la couverture de l'album Les Lauriers de César, là où un Astérix Gladiateur m'aurait paru particulièrement adapté. Mais bon, ce n'est pas très grave, car ce stage très court qui commence dans les rues de Rome n'est qu'un prétexte à une suite de confrontations acharnées sur le terrain poussiéreux du Cirque Maxime. Nos deux gaulois devront prouver leur supériorité face à plusieurs adversaires... sous l'œil attentif et exaspéré de l'ami Jules.

Les épreuves bonus de char empêchent à la monotonie de s'installer.
Mais pourquoi n'ont-ils pas clairement inscrit Astérix en Corse ? Lolo, sois fort.

Histoire d'alimenter une certaine compétition entre les joueurs, entre certains niveaux, des épreuves bonus se déroulent, sous deux formes. La première consiste en une course de chars, en écran splitté, où il faut fouetter les chevaux tracteurs tout en esquivant buissons, rivières et Romains ; le sens de l'anticipation et les réflexes sont ici nécessaires. La seconde va mettre en rivalité directe les deux joueurs, puisqu'ils devront, sur le pont d'un navire, trouver le plus de bonus cachés dans des caisses ; ici, une certaine stratégie de progression doit être élaborée pour réussir... Non, je plaisante, on a le droit de bourriner l'autre, alors ne vous privez pas ! En mode solo, la compétition se fera plus contre la montre.

En public, c'est toujours un peu gênant.
Une épreuve qui demande de l'agilité et du réflexe...

On savait les p'tits gars de Konami capables du meilleur, ils le prouvent une fois encore, avec un beat'em all à la réalisation impeccable. C'est bien simple, on croirait que les sprites et les décors ont été réalisés directement par Albert Uderzo lui-même ! Le rendu est magnifique, coloré, et les proportions vraiment bien respectées. Avec des animations nombreuses et hilarantes, les personnages prennent vie, et l'on se prend réellement à regarder une espèce de dessin animé interactif. Les musiques collent parfaitement à l'action, et respectent l'esprit de l'œuvre ; les bruitages, essentiellement à base de baffes, ajoutent à l'ambiance, avec une mention particulière pour les voix digitalisées, essentielles. Si les gaulois et leur environnement s'expriment en anglais, les doubleurs ont fait l'effort de coller aux intonations originelles de Roger Carel et de Pierre Tornade.

Concours de baffes sur le bateau pirate !
À la fin, ils sont toujours perdants...

Ce qui fait l'autre force de ce jeu, c'est la variété des coups proposés en seulement deux boutons. Les coups de poings assénés au corps à corps forment un combo automatique qui, mené à son terme, donne la possibilité au personnage d'empoigner l'ennemi, afin de lui faire voir du pays ; en fonction des touches de direction utilisées, le mouvement sera différent. En maintenant la pression sur le bouton de frappe, les deux compères donnent de la vitesse à leur bras ; en relâchant le bouton au bon moment, le coup part et expédie la cible en orbite. Astérix peut glisser, et fondre sur les adversaires ; Obélix peut les écraser de tout son poids. Enfin, trois mouvements sont réalisables en duo synchronisé ; même s'ils n'ont pas beaucoup d'intérêt lors des confrontations, ils sont toujours amusants à faire. Les commandes répondent immédiatement, les enchaînements s'exécutent facilement, le gameplay est un plaisir.

Sale temps sur la Méditerranée...
Une aventure d'Astérix finit toujours par un banquet. Voui Môssieur !

Mes seules réserves concerneront la variété des ennemis, trop faible à mon goût, et la difficulté trop élevée, surtout lorsqu'il est possible de perdre des vies entières à cause de chutes mortelles, le cauchemar des joueurs de Double Dragon. De plus, le nombre de continues étant limité par défaut sur les bornes d'arcade... Au-delà de ces légers défauts, Astérix constitue l'une des plus belles expériences de beat'em all en arcade, et qui n'a souffert d'aucune adaptation ratée. Par Toutatis !

Tonton Ben
(15 octobre 2004)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(22 réactions)