Mastodon
Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Seiken Densetsu 1 & 2
Anne : 1991
Systme : Game Boy, SNES
Dveloppeur : Squaresoft
diteur : Squaresoft
Genre : RPG
Par Bestam (02 octobre 2006)

Seiken Densetsu / Final Fantasy Adventure / Mystic Quest (Gameboy)

En 1991, la Game Boy accueille le premier jeu d'une grande srie : Seiken Densetsu. En franais, cela signifie la lgende de l'pe sacre, mais trangement, le titre prend le nom de Mystic Quest en Europe et de Final Fantasy Adventure aux tats-Unis. Seiken Densetsu est un action-RPG, en fait un des pionniers du genre, en tout cas sur Game Boy. Tout se passe en temps rel, et le personnage possde des comptences chiffres, ainsi que des points d'exprience qu'il peut accumuler en se dfaisant des cratures malfaisantes qui peuplent le monde du jeu.

Le background est simple mais efficace. On y dcouvre le fameux arbre de mana, qui est en quelque sorte un pouvoir rgulateur de l'humeur du monde. Si l'arbre est en pleine sant, sa splendeur se rpend et affecte le comportement des gens, en les rendant heureux et bienfaisants. L'arbre peut alors prosprer encore plus. Par contre, s'il est infect, il rend le peuple mauvais, ce qui en retour rend l'arbre encore plus malfaisant. C'est un cercle, soit vertueux, soit vicieux. Assez solide comme base de background, cet arbre sacr sera le prtexte utilis dans les pisodes suivants.

Le hros de l'aventure est un gladiateur qui se bat pour le plaisir du Roi Noir. L'aventure commence dans une arne o il faut combattre une grosse crature. la sortie, le hros surprend une conversation au sujet de l'arbre et d'une jeune fille qui possderait un pendentif sacr. Mais le hros est dcouvert, et le Roi Noir le jette par dessus une chute d'eau, croyant tre ainsi dbarass d'un traitre. En bas, on se rveille, libre de commencer l'aventure. On rencontre aussitt la jeune fille en question et en route : il faut gurir l'arbre pour stopper le Roi Noir, dont les desseins deviennent de plus en plus fous.

Le premier combat du jeu. Un magasin, trs classique.

Les graphismes du jeu sont trs sommaires mais clairs. Les musiques sont d'une qualit propre la Game Boy, c'est--dire pas terrible couter. Mais le compositeur, Kenji Ito, matrise son art et donne au jeu une touche mlodique trs particulire. L'lment qui a surtout permis au jeu d'imposer son style, c'est videmment son excellent gameplay. On ne savait pas encore trs bien ce qu'tait un action-RPG l'poque. Il y avait bien eu Gargoyle's Quest peu de temps avant, qui exprimentait dans le mlange de l'action et du RPG, mais les phases d'actions taient celles d'un jeu de plates-formes.

En fait, Seiken Densetu innove beaucoup, par exemple en proposant au joueur d'utiliser les objets de son inventaire pendant des combats en temps rel (c'est dans cet pisode qu'apparaissent les bonbons !). La jeune fille qui accompagne le hros n'est pas contrlable, mais elle fournira parfois une aide prcieuse lors des combats. Aussi, chaque niveau d'exprience pass, le joueur a le choix d'amliorer une de ses quatre qualits : endurance, force, sagesse ou volont. On devine trs vite quoi servent les trois premires, mais le rle de la quatrime est tout fait singulier pour l'poque : l'cran affiche une longue barre qui, lorsqu'elle est remplie, dclenche une super-attaque. La volont augmente le taux de rcupration de cette barre qui, au dbut du jeu, augmente trs lentement. En plus de cela, il y a plusieurs armes gagner dans le jeu. Chaque arme propose un systme de combat diffrent, ainsi qu'une super-attaque unique. La liste comprend entre autres une pe, une hache, un flau, un fouet...

Chaque arme a une utilit unique : la hache permet de trancher les sapins, le flau de faucher les grandes herbes, le fouet de traverser un prcipice... Le hros est aussi capable de lancer des sorts, moyennant quelques MP. Pour les geeks, on retiendra que Seiken Densetu est le premier et dernier de sa srie proposer de monter des chocobos. Et puis surtout : Mystic Quest est la fois le nom franais du pire RPG de Squaresoft pour la Super Nes et du meilleur RPG pour la Game Boy. Par contre, le point commun des jeux est sans doute leur traduction franaise, digne d'un gosse de 8 ans.

En rsum, j'ai ador le jeu l'poque. Je ne dirai pas que la Game Boy n'avait rien d'autre de valable proposer, mais franchement Seiken Densetsu se dmarquait beaucoup du lot. Avec le recul, je crois qu'il fait partie des titres qui ont marqu l'histoire du jeu vido, mme s'il est un peu pass inaperu ici en Europe.

Seiken Densestu 2 / Secret of Mana (SNES)

Ah ! Un de mes deux plus gros souvenirs sur Super Nes... On est en 1994, et la 16-bits de Nintendo est en effervescence. Squaresoft commence enchaner les gros titres, et s'impose dans le genre action-RPG grce Secret of Mana. l'poque, ce jeu a tout pour faire craquer. L'ambiance est un vrai rgal : on se sent compltement immerg dans un monde magique, au style la fois asiatique et fantastique. En plus d'un gameplay trs novateur, les graphismes sont superbes, les personnages sont attachants, la musique, tantt dlirante, tantt potique, est inoubliable. Quand il est sorti, on ne voyait pas trop quoi repprocher Secret of Mana...

L'aventure commence au sommet d'une cascade, que trois gamins sont en train de traverser malgr les avertissements de la famille. Malheureusement, l'un d'eux tombe... videmment, il s'agit du hros, qui se retrouve au pied de la montagne, exactement comme dans le premier pisode. Mais ici, il va faire une norme dcouverte : une pe enfonce dans une roche prs d'un ruisseau. Il dcide de s'en approcher, quand le fantme de son pre lui apparat et le prvient que son destin va tre boulevers. Sur ces mots, le jeune homme saisit l'pe et la retire de la roche... Mais l o Arthur trouva la puissance, notre hros vient seulement de dclencher une catastrophe : en retirant l'pe de son socle naturel, le mal a t relch et l'arbre de mana bless.

Les originalits du jeu sont nombreuses, que ce soit au niveau du gameplay ou de la ralisation. Par exemple, il est possible de voyager en se faisant propulser par un canon : sensation unique ! Le jeu exploite une des nouveauts de l'poque : le mode 7, qui permet, avec trs peu de ressources, d'afficher un plan dans trois dimensions. Le joueur passe dans ce mode seulement lorsqu'il est sur le dos du dragon ou qu'il voyage en canon.

Astuce graphique : la transparence, qui permet de dplacer un brouillard ou l'ombre des arbres en superposant ces deniers au dcor. Immersion garantie !

Le gameplay est trs original, mais videmment quelque peu repris de Seiken Densetsu premier du nom. Le jeu propose 8 armes : pe, gants (knuckles japonaises), hache, lance, javelot, fouet, boomerang, arc flches. Chacune a son propre style de combat, mais les quatre armes ranges sont un peu trop similaires. Certaines ont aussi un effet spcial, comme le fouet ou la hache, qui permet d'accder des endroits particuliers.

Le jeu met en scne trois personnages : un jeune homme expert en combats arms, une jeune fille doue de magie curative, et un petit esprit capable de magie offensive. Un schma assez banal, mme si les deux magiciens ont leur mot dire lors des combats arms. Un point excellent pour le jeu : la possibilit de passer du contrle d'un personnage un autre tout moment. Un autre : la possibilit de jouer 2, ou 3 avec le multitap. Dlires garantis, j'en ai fait l'exprience... Faut-il regretter l'poque o les 16-bis taient les reines du jeu ?

Les trois personnages du jeu et Flammie, le dragon sur le dos duquel il est possible de voyager.

En plus de faciliter les montes en niveau, les combats enseignent aux personnages la matrise des huit armes. En gros, plus tel personnage se bat avec telle arme, plus il est performant avec. Il faut donc s'organiser et dcider, par exemple, que la fille n'utilisera jamais la lance, pour ne pas trop dispercer ses efforts. Le systme est le mme pour les sorts.

Comme dans Zelda, le jeu propose des nigmes en plus des nombreuses phases de combat, la grosse diffrence entre les deux jeux tant que Zelda insiste sur la quantit et la qualit des nigmes pendant que Secret of Mana s'oriente en priorit sur la qualit et l'importance des combats. Autre grosse diffrence entre les deux jeux : dans Secret of Mana, on ne sent pas les coups. Je parle de la force de rpulsion qui est si bien rendue dans le gameplay de Zelda o lorsqu'on donne un coup d'pe, Link reoit un retour de force qui le projette en arrire. C'est peut-tre dommage, mais cela ne nuit pas vraiment la qualit de l'exprience.

Voila, je suis trs content d'avoir crit un article sur ce jeu qui a beaucoup marqu mon adolescence. Mais franchement, il est impossible de rendre hommage ce chef d'uvre avec seulement des mots, il faut y jouer.

Bestam
(02 octobre 2006)
Un avis sur l'article ? Une exprience partager ? Cliquez ici pour ragir sur le forum
(180 ractions)