Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Pachinko Sexy Reaction
Année : 1998
Système : Arcade
Développeur : Sammy
Éditeur : Sammy
Genre : Flipper
Par Nordine (11 décembre 2007)

À l'instar de ces petites mémés passant leurs journées dans des casinos jusqu'à épuisement total de leurs revenus, certains Japonais usent et abusent largement du pachinko, sorte de bandit-manchot ultra-populaire car financièrement accessible à toutes les bourses. Longtemps, ces machines démoniaques furent rattachées à la mafia japonaise, comme un moyen facile de blanchiment d'argent et de récolte de « caisse de fond ». Chaque, ville, chaque village se voyait attribué ses machines de pachinko, dans d'immenses salles spécialisées pour les uns et placées dans de petites boutiques pour les autres, l'absence d'obligation de détention de licence aidant. À mi-chemin entre nos baby-foot et la dernière arnaque de casino, leur succès fut immédiat.
Pourtant, historiquement, le principe du pachinko est tout sauf japonais. Largement dérivé du jeu de bagatelle à tableau vertical (voir le dossier sur les flippers), lui-même hérité du jeu de la grenouille, il trouve ses origines ancestrales au pays des fromages qui puent, le principe de jeu restant sensiblement identique. Le joueur lâche un jeton se présentant sous la forme d'un palet ou d'une bille depuis le sommet du tableau, tableau sur lequel sont disposés divers obstacles qui ont pour but de dévier le jeton. De façon très aléatoire, le jeton atterrit alors dans l'un des orifices placés à sa base, chacun représentant un certain nombre de points qui seront cumulés en fin de partie et détermineront le gagnant.
Si les règles n'ont pas changé d'un pouce depuis des siècles de pratique, la différence majeure entre le jeu de bagatelle et le pachinko japonais réside dans le fait que l'un a simple vocation à amuser tandis que l'autre propose de décrocher divers gains, généralement sous la forme d'argent. Le Japonais moyen peut donc espérer, un jour prochain, non pas devenir riche mais gagner un peu plus d'argent que d'ordinaire, une sorte d'extra lui faisant miroiter une vie meilleure.

Dans certaines salles, on trouvera même, en plus de l'argent traditionnellement proposé en gain, des paquets de cigarettes, des boîtes de conserve, des vêtements, de l'alcool, bref tout ce qui nécessite un certain investissement financier représentant, pour une partie de la population, un véritable luxe tant leur coût d'achat est parfois élevé sur le territoire nippon.
Évidemment, les marchands d'espoir et autres exploiteurs de misère humaine ne s'arrêtent pas en si bon chemin, la folie des grandeurs associée à l'appât du gain étant toujours les plus forts. Tout est donc mis en place pour faire du joueur occasionnel un client régulier. Les petites salles mal entretenues deviennent des lieux de vie où tout un chacun peut aller flamber son argent, avec air climatisé, cadre spacieux, musique d'ambiance et services annexes. Certains réseaux de salles poussent même le vice jusqu'à proposer des cartes d'abonné ou de membre, afin d'entretenir toujours un peu plus la fidélité du joueur qui risquerait, tôt ou tard, de décrocher. La logique est donc strictement identique à celle des casinos, à la différence que le pachinko est infiniment plus populaire car disponible en masse et incroyablement démocratisé.

Cependant, à force d'à force, certains joueurs finirent par se lasser, ceux-ci ayant souvent leurs petites habitudes. Le salarié d'entreprise qui jouait quelques centaines de Yens chaque soir, après le bureau, dans la petite salle de quartier, avait fait le tour de ces tableaux dont il connaissait chaque recoin, d'autant qu'il commençait sérieusement à se demander s'il n'était pas le dindon de la farce.

Et vint Sammy.

Sammy qui, avant de fusionner avec Sega ou de développer la fameuse série des Guilty Gear, avait déjà laissé une empreinte bien marquée dans le domaine du pachinko virtuel. Seulement, là où certains se contentaient de proposer ni plus ni moins que le même contenu et la même forme que les pachinko traditionnels, Sammy eut un éclair de génie : la majorité des joueurs de pachinko sont des hommes. Et comme tous les hommes, ces joueurs sont tout autant motivés par une paire de seins généreuse qu'un modeste jackpot. Et les femmes dans tout ça me direz-vous ?
Eh bien, il faut croire que même chez Sammy on n'a pas encore compris que les femmes sont tout aussi cochonnes que les hommes, sinon plus, mais ce n'est pas encore à l'ordre du jour. La solution à ce certes modeste mais croissant désengagement des joueurs de pachinko est simple : vendre du nichon lourd, du cul dodu, de la cuisse légère et du voyeurisme à haute dose, tout ça sous la forme de fantasmes masculins typiques. Mais si certains se sont essayés à la formule avant Sammy, aucun n'avait encore saisi les subtilités du genre qui, tel l'adolescent épris, donnait tout, trop vite et trop tôt. Le sein en lui-même ne se suffit pas, il doit être dévoilé, lentement, avec fausse chasteté, il doit être terriblement désiré. Et c'est là que Sammy gagne la bataille.

En soit, Pachinko Sexy Reaction est un jeu on ne peut plus classique: à chaque crédit ajouté, le joueur obtient cent billes qu'il devra cumuler en évitant les différents obstacles de chaque tableau, et ainsi en obtenir suffisamment pour passer au tableau suivant. La spécificité est qu'à chacun de ces tableaux est rattachée une jeune femme à la plastique impressionnante, offrant ainsi un semblant de thématique mais surtout une source majeure de motivation. Cependant, plutôt que de se dénuder au fil du jeu, ces dernières endosseront divers costumes au potentiel érotique non négligeable. On retrouve donc les canons du genre tels que l'infirmière, la serveuse, la femme flic, la geisha, la rockeuse, la secrétaire et toutes leurs petites copines.

Chaque tableau propose aux demoiselles en question de revêtir par trois fois différents costumes, chacune de ces phases étant découpée en plusieurs rounds durant lesquels le joueur devra amasser un certain nombre de billes pour déclencher la séquence cinématique associée.

Ces séquences restent, dans leur construction, sensiblement identiques : le personnage féminin se dévêtit dans une petite cabine conçue à cet effet et permet au joueur de se rincer l'oeil à grands coups de suggestions voyeuristes. S'en suit une autre séquence où l'héroïne du moment se présente à vous dans son nouveau costume, laissant bien souvent déborder une poitrine voluptueuse ou un téton indiscret.

Ces cinématiques doublées sont la récompense majeure pour un joueur qui aura passé de longues minutes à bourriner le seul et unique bouton de jeu, envoyant centaines sur centaines de billes à la chaîne et laissant ses dernières compétences de mélomane à la rue tant la musique qui compose le titre est insipide. Cependant, afin que le joueur ne soit tenté d'aller voir ailleurs s'il y est, chaque nouveau round propose de découvrir une petite image de ces demoiselles, de nouveau déguisées avec un costume érotisant à souhait ou placées dans une situation tout aussi évocatrice.

Tout est donc fait pour qu'à aucun moment le joueur ne lâche ce maudit pachinko et y dépense ses quelques deniers, sachant qu'à mesure que l'on découvre chacune de ces nymphes, le jeu devient de plus en plus difficile, la part de hasard gangrenant sensiblement le jeu et la nécessité de nouveaux crédits se faisant de plus en plus régulièrement sentir. Car au même titre que ses comparses mécaniques, Pachinko Sexy Reaction réclamera constamment l'ajout de nouveaux crédits, tant et si bien que le joueur finit par jongler entre le bouton principal de jeu et la touche start. Pour autant, l'utilisateur de MAME ne se laissera jamais submerger par ce sentiment de ras-le-bol, à moins qu'un frein ne lâche...

Pachinko Sexy Reaction est un jeu gentiment pervers à bien des égards, profitant des faiblesses du joueur et de son état de mâle, le renvoyant à un état primaire pitoyable mais si terriblement addictif qu'il serait bien dommage de ne pas se laisser convaincre.

Nordine
(11 décembre 2007)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(16 réactions)