Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Mount & Blade
Année : 2007
Système : Mac OS X, Linux, PC
Développeur : TaleWorlds Entertainment
Éditeur : Paradox Interactive
Genre : RPG / Action / Stratégie Temps Réel

Reprenons le déroulement du jeu : ce dernier a un côté très RPG, assez classique. Vous devrez gagner des niveaux pour pouvoir augmenter vos capacités et être à la hauteur dans ce monde de brutes. Pour cela, il y a deux solutions : le combat, ou les quêtes, qui rapportent expérience et deniers. Les quêtes sont classées en trois catégories : paysans, maîtres de guilde et seigneurs. Elles vous sont données respectivement dans les villages, les villes et les châteaux. Les premières ne rapportent guère d'argent mais permettent de se lier avec les villageois et obtenir plus de troupes. Les deux autres types de quêtes sont plus lucratifs, et le troisième permet notamment de se lier avec les seigneurs et donc leur demander un soutiens militaire, entre autres.

L'écran des quêtes liste toutes celles que vous avez en cours. Elles sont limitées dans le temps, donc ne traînez pas.

Il y a plein de choses à faire à Calradia. L'un des passe-temps les plus profitables consiste à être nommé vassal d'un roi. Pour cela, il faut se faire remarquer en combattant des bandits (plus vous êtes désavantagé, plus vous obtiendrez de la renommée), accomplir des quêtes ou bien participer à des tournois et, évidemment, les gagner. Une fois que vous vous êtes fait suffisamment remarquer, un des cinq rois vous proposera de devenir son vassal. Il est tout à fait possible de refuser la proposition (sachez cependant que le roi n'aimera pas vraiment ça...), mais accepter permet d'obtenir une grosse récompense : un fief. Autrement dit, vous aurez un village qui rapportera des revenus constants toutes les semaines (s'il ne se fait pas piller entre temps). Vous pourrez l'améliorer dans un écran spécifique, si vous avez les moyens disponibles, afin de pouvoir en tirer des bénéfices plus conséquents.

Après avoir acquis une certaine renommée, on vous proposera de rejoindre une faction. Ces messages apparaîtront plus facilement si vous êtes issu d'une famille noble.

La vassalité permet d'être en guerre avec d'autres factions et piller leurs villages. Ces derniers sont des cibles très alléchantes, qui aident les villes à obtenir des provisions et autres objets plus ou moins chers faisant leur richesse. Ces villages sont assez faciles à piller, mais pendant ce temps vous ne pourrez rien faire d'autre et le pillage peut durer quasiment une journée entière. Néanmoins, cela vous rapporte un butin conséquent qui vous rendra à coup sûr très riche une fois vendu. Surtout, être vassal permet de porter la bannière. Ça a l'air anodin, mais porter une bannière augmente votre renommée et donc le nombre de troupes à vos ordres. C'est grâce à elle que vous pourrez avoir des fiefs, mais aussi des villes voire des châteaux. En d'autre termes, cela vous ouvre les portes de la création d'un territoire rien qu'à vous !

Le choix d'une bannière est un moment important dans Mount & Blade : c'est là que vous passerez du statut d'aventurier errant à celui de noble de ces terres.

Une fois devenu vassal d'une faction, on peut également devenir maréchal. Celui-ci commande les armées et peut demander aux autres seigneurs de le suivre pour combattre l'ennemi ou prendre villes et forteresses. Autant dire que ce job est très important, vu que vous pourrez masser d'importantes troupes pour menacer tout le monde. Le poste de maréchal est choisi par élection. Pour se présenter, il faut avoir certaines relations avec les nobles. Bien s'entendre avec augmente les chances de se faire élire. Une fois le maréchal nommé, ce dernier fait appel aux autres seigneurs pour monter une armée et tenter de balayer l'adversaire. Il se peut donc que vous soyez appelé par un autre maréchal pour constituer son armée. Dans ce cas, vous êtes obligé de le rejoindre et de le suivre jusqu'à nouvel ordre, du moins, si vous voulez entretenir de bonnes relations avec lui.

Parfois, un maréchal lance une campagne et demande à tous les seigneurs disponibles de le suivre. Là, pas le choix, il va falloir recruter pour pouvoir le suivre.

Malheureusement, le jeu ne permet pas de diriger un royaume mais il est possible en revanche d'en renverser. Pour chaque roi, il y a un prétendant qui croit être mieux né pour réclamer le trône. Évidemment, ceux-ci n'ont pas beaucoup de soutien mais en trouvant un champion pour les représenter (vous, en fait), il pourront commencer une guerre civile. Pour trouver un de ces prétendants, il faut poser la question à un voyageur de passage dans une taverne. En échange d'une "petite rétribution", il vous indiquera où se trouve le personnage recherché. Comme la vie du prétendant serait en danger dans le royaume dont il vise le trône, il réside dans les pays voisins. Ce genre de quête est très dangereuse car vous devrez faire face aux seigneurs de la faction visée. Néanmoins, vous pourrez les convaincre de vous rejoindre en améliorant vos relations avec eux, en utilisant une bonne dose de persuasion ou en exploitant des failles dans leurs relations avec le roi.

Comme le dit le prétendant, se battre pour sa cause n'est pas une tâche à prendre à la légère. Ça sera une combat long et difficile face à de nombreuses armées seigneuriales.

Vous pouvez aussi jouer les marchands. Le jeu contient un système économique, certes basique : chaque ville dispose d'une offre et d'une demande qui régit les prix, prix qui dépendront également de vos compétences en marchandage. En bon capitaliste, le but consiste à acheter des biens pas cher et les revendre au plus haut prix pour faire un beau bénéfice. Pour cela, vous pouvez espionner les marchands au marché pour être informé des bonnes affaires. Grâce à une option dans le menu prix, vous pourrez alors obtenir les meilleures offres en fonction des marchandises. Cette option peut aussi servir à comparer les prix d'une même denrée selon la ville où elle se trouve.

En connaissant les meilleures offres, vous pouvez faire une fortune en échangeant des biens d'une ville à une autre... Le tout est d'avoir du flair.

Vous pouvez aussi échanger des prisonniers contre des deniers sonnants et trébuchants. Pour cela, il vous faut capturer des ennemis, c'est-à-dire les assommer plutôt que les tuer. Utilisez pour cela une arme qui inflige des dégâts contondants (blunt) comme une masse, ou bien foncez dessus à cheval pour des dégâts d'écrasement, non mortels. Une fois que vous avez assommé des ennemis et remporté la bataille, un écran permet d'amener des prisonniers dans votre groupe. Mais pour pouvoir faire cela, il vous faut des points en gestion des prisonniers. Une fois ceux-ci capturés, vous pouvez les trimbaler jusqu'à une taverne où se trouvera un rançonneur (arcanson break), qui les achètera à bon prix. Les rançonneurs vont de ville en ville, donc il vous faudra chercher un peu avant d'en trouver un.

Cet homme peut vous rendre riche, pour peu que vous ayez un bon paquet de prisonniers à vendre. Les Nords ont un marchand permanent de ce genre dans une de leurs villes.

En plus des soldats, vous pouvez capturer les seigneurs ennemis. Pour cela, il faut les dégommer (ne vous inquiétez pas, quels que soient les dégâts encaissés, ils seront toujours assommés, de même que vous et les héros que vous avez recrutés) et attendre. Déjà, il y a de grandes chances pour que le seigneur visé prenne la poudre d'escampette s'il est vaincu, et même s'il est capturé, il peut s'enfuir à tout moment. Mais si vous parvenez à l'emprisonner dans un de vos châteaux, vous pourrez en exiger une rançon. Attention, car vous pouvez aussi être fait prisonnier. En fait, dès que vous êtes vaincu, vous êtes fait automatiquement prisonnier et vos adversaires pillent votre équipement, votre inventaire et une partie de vos deniers. Cela créé un déséquilibre certain avec l'ordinateur qui, comme je viens de le préciser, peut s'enfuir sans difficulté.

Ce message risque de s'afficher très souvent, les seigneurs ennemis ayant tendance à s'enfuir assez facilement après le combat.

Aussi, pour pouvoir vous faire une renommée et gagner quelques deniers au passage, vous pouvez participer à des tournois, qui sont organisés aléatoirement dans une ville. Pour savoir où ils auront lieu, demandez au maître d'arène. Notez que si vous abandonnez avant la fin ou si vous êtes battu, vous ne pourrez pas réessayer le tournoi concerné. Le but du tournoi est simple : un groupe de participants se battent dans des équipes gérées aléatoirement, notamment concernant les armes à disposition. Le but est de dégommer les équipes adverses en les assommant pour atteindre le niveau suivant. Il y a six niveaux et chaque palier franchi élimine la moitié des participants. Celui qui remporte le dernier niveau gagne le prix ! Comme la récompense initiale est assez faible, vous pouvez augmenter les gains en faisant des paris. Évidemment, c'est à vos risques et périls car en cas d'échec vous perdrez parfois gros.

Le tournoi est l'occasion rêvée de se foutre sur la tronche.

Enfin, un peu partout dans Calradia se trouvent des centres d'entraînement. Ces centres servent au début à relever le défi de l'entraîneur, qui consiste à affronter quatre groupes de trois hommes de difficulté croissante. Cela permet de gagner un niveau : pour passer au niveau suivant, vous devez combattre un à un les ennemis proposés. Attention, si vous êtes défait, vous devrez recommencer le niveau en cours et les armes sont données au hasard. Le centre permet également de se parfaire au tir à distance et au combat monté. Il s'agit de détruire des cibles à la distance choisie en essayant de ne gaspiller aucune munition. Le combat monté quant à lui demande de détruire toutes les cibles dans un temps donné. Pour finir, il y a une dernière option : entraîner ses troupes. En effet, vous pouvez affronter vos propres hommes afin de leur donner de l'expérience et des gains de niveaux.

Le défi de l'entraîneur permet d'obtenir votre premier niveau, si vous vous débrouillez bien, mais aussi d'apprendre les mécaniques de combat.

Une fois ce tour d'horizon du gameplay, revenons à des aspects plus techniques. Les graphismes sont sans conteste le point faible de Mount & Blade : comme le développement a été démarré en 2005 par deux personnes et avec peu de moyens, impossible d'espérer quelque chose de mieux que ce rendu plutôt désuet, pour l'époque déjà, et assez pauvre. Bon an, mal an, toutefois, TaleWorld Entertainement a réussi à faire quelque chose de propre et sympathique à regarder. L'ambiance sonore est quant à elle un peu plus réussie. Le thème principal est assez épique et impressionnant même si les autres musiques font le travail, sans plus. Les sons, quant à eux, sont assez convaincants et dans le ton.

Les graphismes de Mount & Blade sont dépassés mais gardent un petit charme désuet. Du moins, ils sont propres et lisibles.

Si c'est surtout graphiquement que Mount & Blade a des lacunes, d'autres postes sont également perfectibles : pour commencer, le gameplay donne une impression de manque de finition. Par exemple, le commerce : la seule option dans ce domaine consiste à vendre d'un endroit à l'autre, rien de plus. Cela devient vite lassant et on finit par dégommer les bandits à la place pour se faire de l'or. Le commerce ne sert en réalité qu'à se payer armes, armures, voire un cheval de qualité, c'est un moyen plutôt qu'une fin. Pour palier ces "manques", les fans ont élaboré des mods ajoutant de nouvelles possibilités de gameplay, mods dont la création même a été encouragée par le développeur en personne.

Autre élément gênant, l'équilibre peu satisfaisant : par exemple, on a vu que les seigneurs peuvent facilement s'enfuir en cas de capture, contrairement à vous. L'ordinateur recrute aussi plus facilement ses troupes : des soldats apparaissent automatiquement, entraînés, dans son château/ville. Vous, vous êtes obligé d'aller dans des villes, de recruter des paysans et de les entraîner pour pouvoir en faire quelque chose. Une autre point frustrant : dès que vous êtes assommé, la bataille s'arrête, tandis qu'il faut entièrement vaincre un seigneur ennemi, et non simplement le mettre hors d'état de nuire, pour gagner. Enfin, le jeu est intégralement en anglais et n'a jamais été traduit, ce qui a limité sa diffusion dans les pays francophones.

Custom Settlement, l'un des nombreux mods crées pour ajouter du contenu et rendre le jeu plus plaisant.

Malgré ses graphismes désuets et une petite impression d'inachevé dans les possibilités de gameplay, Mount & Blade est un jeu véritablement passionnant, un excellent RPG en monde ouvert, au parcours assez rafraîchissant. Avec ses nombreux mods pour rallonger l'expérience, c'est l'un des meilleurs jeux que je puis connaître sur le thème du Moyen-Âge... si l'on excepte sa suite, qui l'améliorera sur quasiment tous les points.