Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Le flux RSS est introuvable...
Wozniak, Steve
Un authentique génie devenu aujourd'hui penseur, mais qui a plus d'une invention déterminante à son actif. Le parcours du co-fondateur d'Apple.
Par Laurent (27 août 2000)

Fondateur d'Apple avec son ami Steve Jobs, Steve Wozniak est ce qu'on appelle une légende. Aujourd'hui retiré des affaires, il est resté dans l'esprit de tous ses fans celui qui en 1976 créa l'Apple I, un ordinateur en avance sur son temps, seul et avec un fer à souder et des pièces récupérées dans de vieilles machines à calculer. Le fait qu'il ne participe plus à l'évolution des ordinateurs d'aujourd'hui lui permet de ne pas ternir son image en l'associant au monde du business et du marketing, comme c'est le cas pour Steve Jobs et Bill Gates.

Sur son site http://www.woz.org , il donne (entre autres) son avis sur les dernières productions d'Apple et sur l'évolution du marché, et reçoit des milliers de visites et de e-mails quotidiens qui prouvent l'importance du personnage. Alors que Jobs incarne le patron branché et éclectique (il est aussi une figure à Hollywood grâce à Pixar, la société de films d'animation en CGI à qui on doit Toy Story I et II) qui a délaissé les cheveux longs et l'hirsutisme des années 70 au profit du costard/cravate et du sourire vendeur, Woz est devenu une sorte de sosie de Francis Ford Coppola, jean/t-shirt, barbe et bedaine bienveillantes à l'appui. Pourtant, son parcours est pratiquement le même que celui de Jobs ou Bill Gates, mais avec un aspect de pionnnier qui fait toute la différence.

Enfant, Steven Wozniak (né en 1950) vit à Cupertino, California, et dès son enfance ses parents constatent que son niveau intellectuel est supérieur à la moyenne. Il s'intéresse à l'électronique et aux mathématiques plutôt qu'au base-ball ou au basket. En 1962, alors qu'il est encore à l'école primaire, il construit avec quelques transistors une petite calculatrice capable d'additionner et de soustraire, qui lui rapporte un prix lors d'un concours local d'inventions. Entré au collège de Homestead, il obtient les meilleures notes de sa classe en maths, mais préfère de loin l'électronique. Il parvient à se lier d'amitié avec les employés d'une petite entreprise qui utilise des ordinateurs et on le laisse s'amuser avec ces machines qui le fascinent. Le jeune Steve découvre l'informatique sur des machines comme le DEC PDP-8 ou le Data General NOVA. Une passion indéfectible est née. Steve passera le restant de ses jours à utiliser et concevoir des ordinateurs, il se le jure, même si pour l'instant ces machines sont beaucoup trop chères pour qu'il en possède une.

1968 - Le mini-ordinateur Nova, de Data General sur lequel Woz a fait ses premières armes et le PDG de Data General, Ed de Castro.

En 1969, Wozniak entre à l'université du Colorado, principalement parce qu'il aime la neige. Il ne travaille pas très dur à ses études et se fait rapidement éjecter, retourne habiter chez ses parents et intègre une université locale qu'il quitte également au bout d'un an. Au cours de l'été 1971, il trouve un job dans une petite société d'informatique et décide de renoncer provisoirement à ses études. Pendant ses loisirs, avec l'aide d'un copain, il travaille à la conception d'un ordinateur plein d'interrupteurs et de leds, qui verra le jour peu après et qu'ils apelleront le Cream Soda Computer. La machine se rapproche quelque peu de l'Altair qui n'est pourtant sorti que trois ans plus tard. Wozniak fait la conaissance de Steven Jobs, un autre passionné d'ordinateurs, plus jeune que lui de cinq ans. L'amitié entre les deux Steve est tout de suite très forte et constructive.

Wozniak décide de refaire une tentative à l'université, cette fois à l'université de Berkeley, Californie. Plus concentré et motivé, il obtient de bons résultats, et conçoit en secret avec d'autres étudiants le "Blue Box", un dispositif téléphonique pour escroquer les compagnies de téléphone qui fait passer électroniquement les appels longue-distance pour des communication locales.

Après une année à Berkeley, en été 1973, Steve obtient un job chez Hewlett-Packard et participe à la production de la calculatrice programmable HP-35. Il se régale à travailler sur ces machines qui se rapprochent des ordinateurs qu'il affectionne. Jobs, qui travaille chez Atari, le contacte pour lui donner un coup de main dans la programmation d'un jeu vidéo, Breakout. Wozniak accepte et travaille sur le programme 4 jours durant, pratiquement sans dormir. C'est la première fois que les deux hommes sont payés pour un travail réalisé en commun.

Hewlett-Packard travaille sur un ordinateur de type terminal, destiné à être utilisé pour se contacter de chez soi à un autre ordinateur plus puissant. La machine se branche sur un téléviseur. Au même moment, Wozniak monte une association, le Homebrew Computer Club, pour réunir des gens qui s'intéressent aux terminaux informatiques. Il a entendu parler des nouveaux microprocesseurs en cours de production, les 8008, 8080 d'Intel, et le MOS 6502. Il décide qu'il est grand temps de concevoir un projet ambitieux d'ordinateur, achète un MOS 6502 pour 20$ et se met au travail. Il construit un boîtier, ajoute un clavier et un moniteur, assemble tous les circuits électroniques au fer à souder et programme le système d'exploitation en BASIC qui fera fonctionner sa machine. Il décide d'appeler son bébé l'Apple I.

Jobs et Woz aux débuts d'Apple

L'Apple I fait sensation au cours des réunions du Homebrew Computer Club, et Jobs est sidéré en le découvrant. Il n'a jamais prétendu avoir les compétences extraordinaires de Wozniak en électronique mais il est malin, beau-parleur et plein d'ambition. Il voit dans l'Apple I la possibilité de s'associer avec Wozniak dans la création d'une entreprise qui dans un premier temps, distribuerait l'Apple I. Il parvient par son dynamisme et son sens commercial à trouver les fonds et les partenariats nécessaires, et lance la commercialisation de l'Apple I en kit, sans boîtier, pour le prix diabolique de 666$ (ce qui explique pourquoi les divers modèles d'Apple I qui restent de nos jours sont tous différents d'aspect). Pendant ce temps, Wozniak, qui est désormais connu sous le sobriquet de Woz, travaille déjà sur l'Apple II qui sera un véritable ordinateur, fini, fourni avec un clavier, une alimentation, un boîtier impressionnant et des graphismes en couleur, ce qui est une grande première, le tout pour 1200$. Des années durant, l'Apple II sera l'empereur des ordinateurs personnels grand-public. Pour la suite de l'histoire, se référer à l'article sur Apple.

Woz restera chez Apple comme vice-président jusqu'en 1985. Aujourd'hui, il a laissé tomber le business des ordinateurs, s'occupe de ses six enfants, et exerce comme instituteur dans une école primaire. Il donne parfois des conférences, dans des universités et sur Internet. Même si Jobs a dans l'ensemble beaucoup mieux réussi (il a eu une période de disgrâce, puis s'est ressaisi et il est aujourd'hui PDG d'Apple et prospère dans le dessin animé), Woz restera toujours dans les mémoires comme l'homme qui fonda Apple, et un des génies de l'informatique moderne.

Laurent
(27 août 2000)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Apple

Apple IIGS

Breakout