Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Mario Tennis
Année : 2000
Système : GameCube, N64
Développeur : Camelot Software
Éditeur : Nintendo
Genre : Sport
Par Bruno (26 août 2003)

Je ne le dirai jamais assez, la Nintendo 64 est une console indispensable pour tout passionné, malgré sa mauvaise (et injuste) réputation, tant certains de ses jeux sont de purs joyaux. Mario Tennis en fait partie. Sorti en pleine folie Virtua Tennis (le grand jeu de Tennis made in Sega disponible sur Dreamcast peu de temps avant) et développé par Camelot (une usine à hits tels que Mario Golf, Shining Force 3 ou Golden Sun), ce titre fut une sacrée surprise. Pour quelles raisons ? Un gameplay qui n'a pas à rougir face au jeu de Sega (ce dernier étant plus complet cependant) et un bonheur pour les fans de Nintendo.

On retrouve ici cet univers persistant made in Mario, plein de poésie, de gags et de couleurs, qui fait toujours mouche. Le joueur est en confiance, il se sent à la maison. En effet, quelle joie (pour le fan que je suis) de retrouver pas moins de 16 protagonistes issus du clan Nintendo, avec Waluigi (le penchant diabolique de Luigi) et Baby Mario en invités surprises.

Au niveau des modes de jeu, Mario Tennis est calqué sur le grand Mario Kart. Vous êtes en confiance, j'vous dis. Flower Cup, Rainbow Cup ou Star Cup, tout y est. En bref, 6 tournois pour chacun des 16 protagonistes, soit un total de 96 tournois. Tout comme les 96 sorties de Super Mario World (ils sont coquins chez Nintendo).

Toutes ces compétitions vous débloqueront une tonne de bonus : nouveaux courts, épreuves rigolotes en tout genre, etc. Le tout, en simple ou en double (dans ce cas, la console dirige votre partenaire) et avec tout les types de revêtements connus (terre battue, gazon, etc.). Bien évidemment, c'est le mode multijoueurs qui s'avère le plus fun. Avec vos potes, les fous rires sont assurés et il y a de quoi faire.

Si la jouabilité ne donne pas autant de possibilités qu'un Virtua Tennis, le jeu de Camelot s'en approche fortement, avec seulement deux boutons (disons trois, pour chipoter). Le bouton A sert de coup de base, le B pour les liftés et le Z pour annuler un coup en concentration. À partir de là, plusieurs combinaisons sont possibles. En appuyant deux fois sur un bouton, le coup est plus fort, A+B pour les lobs, etc. En quelques minutes, le joueur saisit toutes les subtilités du gameplay, naturellement. Un modèle de prise en main, comme à l'accoutumée pour les titres estampillés Nintendo.

L'ambiance de Mario Tennis est un autre de ses points forts. Chaque personnage possède ses propres mimiques et animations (il faut voir Baby Mario pleurer quand il perd). Les musiques donnent la patate, merci monsieur Sakuraba (encore lui, oui). Les voix des personnages sont amusantes et les replay de folies ponctuent le tout, ce qui donne une atmosphère endiablée aux affrontement. Un jeu convivial, amusant au possible (surtout à plusieurs), rigoureux dans son gameplay et bien réalisé.

On enchaîne les parties sans voir le temps passer. Vous n'êtes pas à l'abri de la lassitude, selon votre sensibilité, mais avec un ou plusieurs potes, c'est une affaire qui roule. Que dire de plus ? Mario Tennis est le genre de jeu qui se joue plus qu'il ne se commente. À vos paddles, donc. Un jeu pour toi, ami joueur.

Avant de terminer, quelques mots sur la version portable de Mario Tennis. Non content d'être une conversion parfaite de son homologue N64, la version Game Boy Color du jeu de Camelot propose un mode aventure très intéressant. Faites le choix entre Alex ou Nina (tout en SD, Super Deformed pour les intimes). Un quête où il vous faudra gagner de l'expérience et accumuler matches et entraînements. À l'aide du Transfert Pack, vous pouvez faire évoluer vos personnages dans la version N64. Que du bonheur plein de pixels !

Bruno
(26 août 2003)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(12 réactions)