Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Legendary Wings
Année : 1986
Système : Arcade
Développeur : Capcom
Éditeur : Capcom
Genre : Shooter
Par Bernard (15 décembre 2004)

Un Eden futuriste en version techno-greque !

La borne d'arcade

Bien des années après l'apparition sur nos écrans de télé d'Ulysse 31 - un dessin animé transposant les aventures d'Ulysse au 31ème siècle - dessin animé hélas jamais adapté en jeu vidéo (enfin c'est un avis tout à fait perso) -, Capcom se plonge à son tour dans l'exploitation technophile des mythes et légendes d'inspiration antique...

L'introduction. Votre premier saut de l'ange.

L'action se déroule dans 20.000 ans... L'humanité profite d'un état de grâce sous la houlette d'un super-ordinateur nommé DARK. Celui-ci a pris intégralement à sa charge l'administration de notre chère planète pour permettre aux hommes de profiter d'un repos bien mérité... Ah, paresse quand tu nous tiens...
Le petit hic, c'est que DARK s'est mis à faire un furieux pétage de plomb, remodelant les différents continents pour asservir l'humanité. Seuls deux valeureux soldats, dépositaires d'une technique de vol surprenante grâce à la pose d'ailes en prothèses fournies par Ares (Dieu de la Guerre), vont braver le danger tels des Icares modernes... gare à la chute !

Un doux mélange des genres.

L'une des particularités de Legendary Wings réside dans l'alternance de deux types de traitement des scènes d'action: un affichage vertical puis horizontal.
La majeure partie de votre épopée se déroule selon un affichage vertical (les éléments défilent de haut en bas, charge à vous de vous défaire des nombreux ennemis).

De longs niveaux principaux très bien léchés.

Outre la capacité à vous défendre de vos adversaires aériens par l'utilisation de votre fusil-laser, il vous faudra détruire les tours lance-roquettes présentes au sol à l'aide de vos bombes aéroportées. Ne négligez pas pour autant les autres éléments du décor, ceux-ci cachent parfois des power-ups ou des bonus.

Ne jamais négliger le décor.

Par deux fois à chaque niveau, vous aurez la possibilité de passer en mode horizontal. Ainsi, en cours d'étape, vous rencontrerez une statue à gueule béante. Si vous n'êtes pas prudent, vous serez aspirés vers les mondes inférieurs. Ceux-ci sont peuplés de créatures peu enclines à vous accueillir à bras ouverts... Autre élément de frustration, ces niveaux ne recèlent aucun bonus ou power-up...

Gare au glouton... Àl'intérieur du glouton: le shoot'em up laisseplace a u jeu de plate-forme.

En revanche, la destruction des éléments du triumvirat de décor (présent dans chaque étape mais sous des formes différentes) vous donne accès à un niveau secret ou moult trésors vous attendent...

Bonus Round : de l'or en barre à peu de frais !

L'entrée du repaire du boss de chaque niveau est toujours défendue par 2 griffons particulièrement coriaces. Soyez précis dans vos tirs de bombes, seul moyen de leur fermer le clapet !

Des gardiens retors...

La qualité ne tient pas dans la durée...

Une fois les gardiens abattus, vous pourrez atterrir et pénétrer au cœur du donjon où se terre chaque incarnation de DARK. De nouveau en affichage horizontal, il vous faudra affronter les dernières lignes de défenses peuplées de robots belliqueux.

Encore quelques ennmis et puis DARK !

Défaire les incarnations de DARK nécessite une bonne maîtrise du vol et du tir. En effet, celles-ci projettent un flux de projectiles semi-guidés qui viendront envahir l'écran.

Le boss de fin de niveau.

Cette séquence n'est pas sans rappeler le boss du niveau 1 du célèbre R-Type (sorti quelques temps auparavant). Le seul petit hic, c'est que d'un niveau à l'autre - et contrairement au soin apporté aux niveaux principaux -, il n'y a que peu d'évolution de la forme du boss... Lassant, non ?

Peu de différences d'une incarnation à l'autre...

Au-delà de cette faiblesse sur la qualité des fins d'étapes, Legendary Wings présente deux défauts majeurs. Premièrement, le niveau de difficulté est particulièrement élevé. Les options de gains de vies supplémentaires sont trop rares et les tableaux se remplissent vite d'adversaires trop nombreux pour espérer s'en tirer indemne avec un seul crédit.
Deuxièmement, la quantité de sprites à animer est telle que la machine a du mal à suivre. Lors de séquences "fournies", on peut observer un net ralentissement du jeu, ce qui déroute plus d'un joueur averti !

Plus on est de fous... plus cela rame...

In fine, un bon concept, mais mal exploité.

Capcom nous habituera plus tard à un niveau de qualité bien supérieure. Legendary Wings présente de nombreuses lacunes qui rebuteront plus d'un joueur... Dommage car le graphisme des principales étapes est, pour l'époque, de toute beauté...
Pour les aficionados de la rétro-nostalgie, il reste cependant une étape intéressante par son mélange des genres.

Un gros travail sur l'univers graphique.

Pour la petite histoire, la version 1 du jeu incluait deux personnages bien distincts: un homme et une femme. Ceux-ci furent remplacés par deux hommes dans la version 2 et la version japonaise... les raisons de ce changement restent obscures.

Un maigre remerciement et on recommence...

Pas de versions micro.

Legendary Wings n'a pas rencontré un franc-succès en terme d'adaptations micro. Une version NES est toutefois sortie, dans laquelle le vice a été poussé jusqu'à adapter et modifier l'apparence des boss de fin de niveaux.

Les décors souffrent du passage en NES...
... jusqu'à la confrontation finale!
Bernard
(15 décembre 2004)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(8 réactions)