Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
La Java du Privé
Année : 1985
Système : Apple II
Développeur : Froggy Software
Éditeur : Froggy Software
Genre : Aventure
Par Bernard (25 mars 2005)

Le jeu d'aventures graphique est un exercice de style délicat où il faut savoir savamment doser plusieurs ingrédients : un scénario intéressant, des graphismes crédibles, un moteur syntaxique efficace. La java du privé est, à mon sens, l'un des jeux les plus aboutis de Froggy Software, société qui se spécialisa dans les années 80 dans ce type de jeu (parmi leurs créations, on retrouve Même les pommes de terre ont des yeux, Baratin Blues et Le crime du parking). L'auteur, Tristan Cazenave, avait déjà signé Le Mur de Berlin va sauter, toujours chez Froggy.

Remarque personnelle : ce jeu avait, jusqu'à présent, toujours éludé mes recherches... jusqu'à cette période de Noël 2004 où un ancien joueur mit en vente une copie sur un site d'occasion ! Alléluia, je pus enfin acquérir ladite merveille, et à l'aide de mon fidèle Apple IIc et d'un cable soudé de mes petites mains, je réussis à transférer le programme en fichiers exploitables par un émulateur (il faudra que j'en reparle un jour dans un autre article.) C'est donc avec le trop rare plaisir d'une longue quête qui trouve un heureux dénouement que je vous livre La Java du Privé (une exclusitivité Grospixels : activiste de la sauvegarde du patrimoine vidéoludique français !)

Un scénario digne de Nestor Burma.

La couverture réalisée par Solé donne le ton.
Cliquez sur l'image pour une version plus grande.

Le manuel fourni avec le jeu précise le cadre de votre prochaine enquëte : "La femme d'un riche industriel, délaissée et paranoïaque, influencée par une série télévisée, est persuadée que son mari la trompe. Elle a entendu parler de vos bons et loyaux services de détective privé et vous supplie de l'aider à confondre son affreux conjoint..."
Votre objectif est donc de pouvoir mettre la main sur une certaine lettre contenant des informations sensibles - informations à même de compromettre le mari de votre cliente, femme pulpeuse et charmante à souhait, à qui vous avez d'ailleurs concédé de travailler pour ses seuls beaux yeux en lieu et place d'espèces sonnantes et trébuchantes. Charge à vous de tout mettre en œuvre pour récupérer cette fameuse lettre. Seul petit hic : la postière ne l'entend pas de cette oreille. Il vous faudra donc acquérir les bons "sésames" pour arriver à vos fins.

La gardienne de l'énigme... à vous de la charmer !

N'hésitez pas à faire usage de la force pour brusquer le sort. Le directeur du casino sera sensible à vos arguments de poids. Celui-ci dispose de moyens de protection vous faisant cruellement défaut au début de l'aventure.

Une certaine éthique vous habite, et l'ordinateur jouera les Jiminy Criquet.

Des graphismes à la sauce "franco-belge".

Luc Desportes s'est ici attaché à donner un look BD à toute cette histoire. Les dessins sont soignés et exploitent plus que correctement les possibilités graphiques de l'Apple II. Les représentations de vos péripéties sont de très bonne facture ; en revanche, une seule image sera utilisée lors de votre passage de vie à trépas... Savourez donc l'épitaphe qui l'accompagne !
La java du privé vous permet d'explorer plus d'une vingtaine de lieux, chacun riche en détails. Citons par exemple :

... un lycée classé en ZEP...
... un centre-ville commercial...
... un immeuble cossu pour une maison close...
... ou une place circulaire avec fontaine.

Une certaine vision de la psychologie féminine.

Au travers de ce jeu, les concepteurs rendent un vibrant hommage à la femme et sa place dans la société. En effet, la majorité des personnages de cette histoire sont des femmes, et il vous faudra déployer des trésors d'imagination pour obtenir leur coopération. Une mise en garde cependant : cette vision très orientée des choses ne plaira pas aux féministes de choc.

Les vraies femmes préfèrent les fleurs ou les cadeaux attentionnés.

Tous les poncifs y passent : de l'usage de la séduction, des cadeaux, des attentions particulières, des bises, des fleurs... et des baffes !

Les hommes préfèrent les blondes, mais elles ne parlent qu'aux hommes à poigne !

Des personnages secondaires hauts en couleurs.

Le métier de détective privé vous amènera à côtoyer des individus surprenants. À commencer par cette charmante vieille dame qui se fera un plaisir de vous inviter à prendre le thé...

Elle manque de compagnie et ne reculera devant rien pour ne plus être seule.

... ou encore cette charmante provinciale qui possède dans ses bagages de délicieux gâteaux.

Une cousine de Mary Poppins ?

En revanche, certaines personnes ne vous veulent pas que du bien. Faites très attention à ne pas explorer les quartiers chauds sans protection adaptée !

Leçon n°1 : ne jamais sortir sans son Magnum !

Du professionnalisme dans le "gameplay".

Pour conclure, on ne peut que recommander de se frotter à cette charmante énigme. La qualité de l'analyseur syntaxique permet d'éviter tout sentiment de frustration (les synonymes sont gérés, et le vocabulaire, fourni dans le manuel de présentation, avoisine les 180 mots avec plus de 70 noms propres et près de 100 verbes). Attention cependant à vos actions ou votre vocabulaire : l'ordinateur joue souvent les Jiminy Criquet (en remplacement de votre conscience, listée aux abonnés absents pendant vos heures de bureau) et ne vous autorise pas certains écarts de langage ou de comportement.

En fonction du choix de vos instructions, de cocasses dialogues peuvent s'ensuivre. Essayez donc de lui demander Pourquoi, d'affirmer OK ou encore de taper Au secours... Les réponses humoristiques, délivrées du tac au tac, contribuent à l'atmosphère du jeu.

Mesurez bien les conséquences de vos faits et gestes !

Si vous réussissez à démêler cette pelote d'embrouilles et de situations, vous pourrez réaliser le fantasme de tout détective privé qui se respecte : partir au soleil avec votre pulpeuse cliente !

Le fin mot de l'histoire et des vacances bien méritées...
Bernard
(25 mars 2005)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(18 réactions)