Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Fire Pro Wrestling - La série
Année : 1989
Système : Arcade, Game Boy, Megadrive, PC Engine, Playstation, Saturn, SNES, Wonderswan
Développeur : Human
Éditeur : Human
Genre : Jeu de Combat (VS fighting) / Sport

Les jeux de catch

Qu'est-ce qui définit un jeu de catch ? À l'image des jeux de tennis, les jeux de catch adoptent une représentation et un principe très similaires d'un titre à un autre. Nous avons habituellement 2 ou 4 combattants qui s'affrontent sur un ring représenté latéralement ou en vue isométrique, avec la possibilité de se déplacer en profondeur dans toutes les directions. Les personnages peuvent se frapper à coups de pied et de poing et se saisir pour ensuite placer d'autres coups. Il est la plupart du temps impossible de sauter ou de s'abaisser. Le principe est donc similaire à ces premiers beat'em all de Technos comme Renegade et Double Dragon, à la différence que toute l'action se déroule au sein d'un même écran. On ne s'étonnera donc pas que Technos soit responsable à la fois d'un des tous premiers jeux du genre, The Big Pro-Wrestling, et aussi de quelques autres classiques du catch en arcade.

Un jeu de catch, c'est un peu comme un beat'em all au sein d'un même décor. Technos innove dans les 2 genres (Big Pro Wrestling [Arcade - 1983] à gauche et Renegade [Arcade - 1986] à droite).

Une autre caractéristique du genre est la nécessité de gagner un combat en rivant les épaules à son adversaire pendant 3 secondes, ce qui se fait en le couvrant lorsqu'il est au sol ou en lui portant une prise l'immobilisant de manière adéquate. On peut aussi remporter la victoire en l'obligeant à abandonner à l'aide de prises de soumission, cette possibilité ne sera cependant pas présente dans les premiers jeux du genre.
Contrairement à un jeu de combat classique, un arbitre est présent (mais pas toujours représenté à l'écran) pour valider la victoire. Enfin, la panoplie de coups pour chaque personnage se doit d'être particulièrement fournie et fidèle à celle des athlètes se produisant à la télévision, surtout dans les titres disposant d'une licence officielle.

Malgré ses limitations, Champion Pro Wrestling de Sega (Arcade - 1985) n'oublie pas d'incorporer un arbitre.
En 1987, Micro League Wrestling (ici sur Commodore 64) est le premier jeu sous licence WWF.

Partant de ce tronc commun, certains jeux de catch vont partir dans des directions plus ou moins variées et différentes. Nombreux sont ceux qui mettront en avant le matraquage de boutons lors d'un contact pour déterminer lequel des deux catcheurs peut placer sa prise. Fire Pro Wrestling, et les autres qui suivront son modèle, optera plutôt pour un système de timing. Mais ce qui différencie réellement la série de Human des autres titres du genre, c'est sa philosophie. De la philosophie dans le catch ? Allons bon... En fait, ce qui deviendra de plus en plus évident au fil des épisodes, c'est que les développeurs se sont mis en tête de reproduire au mieux le catch tel qu'on le voit « en vrai », au Japon en tout cas, et cela passe par des combats qui suivent un certain cheminement : du suspense, des offensives des deux côtés, des coups peu spectaculaires ou des prises de soumission au début, avant de progresser doucement vers des coups plus explosifs, de nombreuses tentatives de « tombé » des deux côtés... Là où les jeux de combat compétitifs encouragent à dominer son adversaire, avec le concept des « Perfect » quand on ne se prend pas un seul coup et des bonus pour les combats terminés rapidement, les Fire Pro Wrestling au contraire incitent le joueur à construire des affrontements longs et pleins de rebondissements. On s'en rendra compte entre autres avec l'apparition de la possibilité de relâcher une prise portée à l'adversaire ou grâce à des modes de jeu permettant d'obtenir une note basée sur la qualité d'un combat.

Bourrinage de boutons et match à sens unique dans WWF Superstars (Arcade - 1989).
Système de timing et matches à rebondissements dans un jeu fortement inspiré de la série de Human : Gekitou Burning Pro Wrestling (SFC - 1995).

On dénombre de nombreux jeux de catch sortis avant Fire Pro Wrestling, que ce soit en arcade, sur consoles ou sur micro-ordinateurs. Certains sont totalement anecdotiques, d'autres introduisent des éléments qui deviendront la norme au sein du genre.
Voici une sélection de ceux qui préfigurent le catch tel que mis en scène dans la série Fire Pro Wrestling, même si c'est bien entendu ce dernier qui introduit la « philosophie » dont je parle quelques lignes plus haut.

The Big Pro Wrestling / Tag Team Pro Wrestling
(Technos / distribué par Data East - 1983)

C'est l'un des tous premiers représentants du genre, c'est même très certainement LE premier, et il contient déjà quasiment tous les éléments énoncés plus haut qui définissent les jeux de catch, et même plus encore. Ainsi, The Big Pro Wrestling parvient étonnamment bien à retranscrire toute l'ambiance qui règne pendant un spectacle de catch. La mise en scène de ce titre dans lequel on combat en 2 contre 2 est remarquable avec présentation animée des équipes, arbitre présent, possibilité de se battre à l'extérieur du ring et même d'être attaqué par un sbire allié à l'équipe adverse traversant la foule alors qu'on tente de remonter sur le ring (chose qu'on ne reverra quasiment jamais dans un autre jeu du genre !). On voit même les spectateurs faire la queue pour rentrer pendant l'intro !

La présentation des matches est excellente pour un titre de 1983.
Un gredin a traversé la foule pour venir cogner le personnage du joueur tombé à l'extérieur du ring.

Cette présentation soignée et dynamique est l'un des points positifs du jeu (un autre étant la possibilité de jouer en équipes). Mais on ne peut fermer les yeux sur ses limitations, toutefois parfaitement compréhensibles pour un titre de 1983 : par exemple il ne propose que 4 catcheurs anonymes et sans charisme, dont seulement 2 jouables puisqu'aucun mode multijoueurs à 4 n'est présent.
La sélection de la prise à porter au contact se fait par l'intermédiaire d'un menu à activer très rapidement lorsque les 2 adversaires sont au contact, et la forme de ces derniers est symbolisée par une barre « power ». Enfin, si on ne parvient pas à saisir rapidement le catcheur contrôlé par le CPU, il change de couleur et devient invincible, ce qui est très frustrant !

Un menu avec le nom des prises qu'on peut porter s'affiche à l'écran...
Ici j'ai choisi le marteau-pilon !

Loin d'être particulièrement exaltant, The Big Pro Wrestling a pourtant connu un bon succès, preuve de la popularité du catch à cette époque, qui lui permit d'être adapté depuis l'arcade vers l'Apple ][, le PC (MS Dos), le Commodore 64 et la NES/Famicom, mais bien plus tard (entre 86 et 87 selon les versions).
Étonnamment complet et bien pensé pour l'époque, The Big Pro Wrestling pose les bases qui seront reprises dans des très nombreux jeux du genre.

Appoooh
(Sanritsu / Sega - 1984)

Toujours en arcade, Appoooh suit clairement les bases posées par The Big Pro Wrestling avec la même représentation, y compris lorsqu'on sort du ring, et exactement le même gameplay, même si le menu permettant de sélectionner ses coups est désormais invisible. L'action est beaucoup plus rapide, la maniabilité plus souple et surtout les 8 catcheurs disponibles sont d'amusantes caricatures de véritables stars parfaitement reconnaissables. Nous avons ainsi le premier jeu de catch qui rassemble de « vrais » combattants, sans s'encombrer pour autant d'une quelconque licence officielle ! On trouve ici Antonio Inoki, Giant Baba, Hulk Hogan ou encore André le Géant.

Un dropkick de Tiger Mask sur le gros menton de Antonio Inoki.
Giant Baba est déclaré vainqueur.

Les combats par équipe ne sont plus possibles et il n'y a aucun indicateur à l'écran de l'état de santé des combattants. Enfin pas de la façon habituelle, mais un catcheur sonné reste plus longtemps au sol, avec des étoiles au dessus de lui. Le fait qu'on ne dispose pas d'un équivalent d'une « barre de vie » sera monnaie courante dans les titres du genre, contrairement aux beat'em ups.

Les combats à l'extérieur du ring sont ici aussi possibles.
Robo Wres 2001 prouve s'il en était besoin qu'un jeu de catch sans catcheur, ce n'est pas très intéressant !

Ce titre franchement sympathique pour l'époque n'a été commercialisé qu'au Japon. Deux ans plus tard, la même équipe produira Robo Wres 2001, toujours pour SEGA, avec quasiment le même moteur de jeux et des robots pas franchement charismatiques en lieu et place des catcheurs.

Mat Mania / Exciting Hour
(Technos / distribué par Taito - 1985)

Saluons comme il se doit le premier vrai bon jeu de catch, sorti en arcade en 1985 (Appoooh de Sega était amusant graphiquement avec ses caricatures de catcheurs connus, mais pas franchement inoubliable à cause de son gameplay).
Le joueur dirige un catcheur ressemblant vaguement au Dynamite Kid (il sera nommé Dynamite Tommy par la suite) qui doit devenir champion en battant successivement 5 adversaires dont certains sont inspirés de vrais athlètes comme le « boss de fin » qui évoque clairement Bruiser Brody en version japonaise et Hulk Hogan en version occidentale (le sprite a été modifié). Le gameplay est au point et préfigure Pro-Wrestling (NES) et Fire Pro Wrestling avec des boutons infligeant des coups de poing et pied à distance ou permettant de courir, ou encore d'accomplir des prises au contact en conjonction avec une direction. On peut aussi effectuer des prises au sol, sauter depuis la troisième corde ou courir et attaquer vers l'extérieur du ring, une manœuvre qui est l'une des marques de fabrique de la série Fire Pro. Il y a même un système obligeant à varier ses coups (sinon ils deviennent ineffectifs) et à bien gérer les distances et l'espace sur le ring lorsqu'on place coups de poing ou de pied.

Le présentateur survolté de Mat Mania.
Certaines prises sont impressionnantes.

L'habillage du jeu est réussi avec un présentateur TV en charge de l'introduction des catcheurs et une réalisation très réussie pour l'époque. Vraiment un bon jeu, qui de plus a bien vieilli.
Une suite intitulée Mania Challenge sortira un an plus tard avec la même réalisation, la possibilité de jouer à deux l'un contre l'autre et plus de coups (notament des contres qui préfigurent là encore Fire Pro) ; mais le présentateur TV disparait et on n'affronte que 3 adversaires différents. Une suite sortie trop vite et qui sera rapidement oubliée, mais Technos n'en restera pas là avec le catch en sortant un peu plus tard de très amusants titres sous licence WWF...

On peut plonger depuis le ring sur un adversaire à l'extérieur.
Mania Challenge permet de jouer à deux.

Notons qu'un jeu intitulé Mat Mania Challenge sortira en 1990 sur Atari 7800. C'est une adaptation techniquement fidèle des deux jeux, mais avec seulement deux personnages.

Dump Matsumoto / Body Slam / Pro Wrestling
(Sega - 1986)

En 1986 Sega sort en arcade le premier jeu de catch féminin, qui est peut-être également le premier jeu disposant d'une licence officielle, à savoir celle de la lutteuse japonaise Dump Matsumoto. Dump est une femme imposante et violente qui fut l'antagoniste la plus détestée des ultra populaires Crush Gals pendant les années 80. Les autres combattantes sont toutes anonymes mais ressemblent fort aux stars de l'époque.

Dump Matsumoto : première personnalité du catch officiellement présente dans un jeu vidéo.
C'est également le premier jeu de catch féminin.

Le gameplay ressemble à celui de Mat Mania, en un peu moins précis et technique, mais avec une nouveauté : les catcheuses se saisissent automatiquement au contact et le joueur doit ensuite placer une prise, exactement comme dans Fire Pro ! Un jeu correct donc qui sortira hors du Japon sous le nom de Body Slam.
Quelques mois plus tard, le titre est adapté sur Sega Master System mais avec un gameplay grandement modifié qui ne permet au joueur de saisir son adversaire qu'après l'avoir mis à terre en le mitraillant de coups de poing ou pied. Cette mouture dédiée à la console 8-bits perd énormément en intérêt.

La version Master System est décevante. En occident, la version Master System est renommée Pro Wrestling et met en scène des hommes...

Au Japon, le titre s'appelle Gokuaku Doumei Dump Matsumoto ; mais en occident il est totalement différent avec des sprites de catcheurs masculins anonymes et quelques écrans intermédiaires supplémentaires tandis que le nom de la cartouche devient Pro Wrestling.

Puroresu / Pro Wrestling
(TRY / Nintendo - 1986)

Voici le papa de la série Fire Pro Wrestling. Réalisé par Masato Masuda, le futur producteur de quasiment tous les épisodes de la série, et par la société de développement TRY, qui deviendra Human en 1989, Pro Wrestling sur NES/Famicom est visuellement très proche du futur hit de la PC Engine, avec exactement la même représentation, des animations assez ressemblantes (certains coups sont quasiment identiques), et un arbitre qui court partout sur le ring. Sept catcheurs hauts en couleur et totalement originaux sont disponibles (le premier fait tout de même penser à Antonio Inoki, surtout à cause de son coup de pied derrière la nuque).

« Fighter Hayabusa » ressemble beaucoup à Antonio Inoki.
La position de garde et l'animation des catcheurs préfigurent Fire Pro Wrestling.

Les boutons servent à donner coups de poing et pied et deux fois la même direction permet de courir. On peut facilement monter sur les cordes pour se jeter sur son adversaire au sol et une prise s'effectue au contact à la manière de Mat Mania en arcade. Mais attention ici les prises se font contrer si on ne matraque pas violemment les boutons : un système épuisant mais amusant qui est présent dans de nombreux jeux du genre, mais PAS dans la série Fire Pro Wrestling (sauf l'épisode arcade Blazing Tornado).

On peut bien entendu se battre à l'extérieur du ring.
Un jeu culte, on vous dit !

Après avoir remporté un énorme succès au Japon sur le système Famicom Disk System, Pro Wrestling est devenu également un jeu culte aux États-Unis, pays où il demeure encore dans les mémoires, ne serait-ce que pour ses textes faisant preuve d'un anglais très approximatif (« A winner is You », ça vient de là). Hélas dépourvu d'options et de modes de jeu, mais jouable et addictif, voici sans doute le meilleur représentant du genre hors des salles d'arcade avant que ne débarque Fire Pro Wrestling Combination Tag.

Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(54 réactions)