Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Dark Seed
Année : 1992
Système : Amiga, Mac, PC
Développeur : Cyberdreams
Éditeur : Cyberdreams
Genre : Aventure / Point'n click
[voir détails]
Par Bernard (12 mars 2003)
La jaquette de la version CD32. L'image est tirée de "Li II", réalisée en 1974 (cliquez sur ce lien pour voir l'image).

'Alice au pays des merveilles' à la Giger

H.R. Giger, artiste suisse 'bio-mécanique' par excellence, a inspiré de nombreux auteurs et réalisateurs (Ridley Scott et Alien pour n'en citer qu'un), mais jusqu'en 1992, aucune adaptation de son univers n'avait été réalisée sur micro.

Li I, réalisée en 1974. Cette toile est dans le salon de la maison de Dawson et incarne un des personnages du jeu.
Cliquez sur l'image pour une version plus grande.

Cyberdream sort en 1992 Dark Seed, jeu d'aventure en temps limité qui pour la première fois rend avec réalisme l'angoisse qui transpire dans les œuvres de Giger (le Necronomicon, notamment).

Giger accepta de travailler à la création de décors spécifiques à Dark Seed, et de fournir aux concepteurs matière depuis ses œuvres déjà réalisées, à condition que les images du jeu soient en haute résolution pour l'époque, soit 640 x 400 pixels. Son désir était de restituer correctement les détails et l'ambiance de ses peintures, chose impossible dans une résolution plus basse. C'est pourquoi les images du jeu, dans cet article, sont affichées dans la résolution d'origine (elles proviennent pour la plupart du site http://lparchive.org/Darkseed/Update%201/, qui propose la solution complète du jeu).

Giger au travail, photo de Mia Bonzanigo en 1978.Site officiel de Giger : http://www.hrgiger.com/frame.htm.

L'histoire

Vous incarnez Mike Dawson, un type 'normal' qui vient de s'installer dans une maison de style Victorien de Woodland Hills pour se consacrer à l'écriture de son prochain roman de science-fiction. Seul petit hic, dès le premier soir, vous êtes assailli par un cauchemar d'un réalisme suintant, où une race d'extra-terrestres vous implante un embryon dans le crâne. Ce cauchemar est accentué par une migraine qui s'intensifie au fil des heures...

Vous allez vous rendre compte que malheureusement, ce n'était pas qu'un cauchemar engendré par vos neurones en ébullition mais bien une triste réalité. Les Anciens (qui habitent un monde parallèle - le 'Dark World') ont bien implanté un embryon qui vous tuera sous 3 jours à moins que vous n'arriviez à interrompre le processus (et par la même occasion sauver le monde, si, si) !

Le synopsis est assez manichéen mais la réalisation est intéressante.. Vous pouvez évoluer dans près de 75 endroits différents (la station de police, un cimetière, le musée Tuttle, etc.), passer d'un monde à l'autre (changement d'ambiance et dépaysement garantis !), interagir avec d'autres personnes, résoudre des énigmes diverses et variées, mais surtout n'oubliez pas de rentrer chez vous pour vous coucher !

Le double-effet miroir

Votre maison
Votre garage (de la voiture au vaisseau spatial)
Votre salon et son miroir si spécial

L'une des particularités de Dark Seed réside dans le lien qui unit les 2 mondes. Vous devrez résoudre certaines énigmes dans le 'Dark World' afin de pouvoir avancer dans votre monde à vous. Cet aspect du jeu implique de bien garder trace des correspondances et de mesurer la répercussion de vos actions dans le monde parallèle (par exemple l'oreiller en prison). On retrouve un concept similaire dans Day of the Tentacle, mais cette fois avec une correspondance action / réaction à l'échelle du temps et non d'un univers à l'autre.

La prison
La bibliothèque
La bibliothécaire

Heureusement, l'ancien propriétaire de la maison (qui s'est surement suicidé pour ne pas succomber au plan maléfique des Anciens) a laissé derrière lui un certain nombre d'indices qui devraient vous permettre de déjouer les sombres desseins de ces Aliens envahissants.

Un des messages du précédent propriétaire (image de la version Amiga, en français).

L'animation, novatrice pour l'époque, mélange dessin 2D, photos retouchées et numérisation d'acteurs (dont Mike Dawson, le designer du jeu, incarnant Mike Dawson le personnage), le tout dans une palette graphique restreinte aux teintes ocres, brunes, noires et argentées (en 16 couleurs quelles que soient les versions).
Chaque monde dispose de sa propre ambiance et se voit agrémenté d'une bande-son 'claustrophobique' et de dialogues numérisés sur les versions CD.

Un paquet livré par le postier... Dawson a de sérieux soucis !

Une suite a vu le jour, Dark Seed II, mais elle est d'un niveau très inférieur.

Bernard
(12 mars 2003)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Dark Eye

Prisoner of Ice

Shadow of the Comet
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(8 réactions)