Mastodon
Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Unreal Tournament
Anne : 1999
Systme : Dreamcast, Mac OS X, Windows, Playstation 2
Dveloppeur : Epic Megagames
diteur : GT Interactive
Genre : FPS
Par Laurent (13 novembre 2002)

Si Half-life est une tape importante dans le domaine du FPS en solo, Unreal Tournament en est une galement, tout en se prsentant comme une des meilleures solutions pour se ratatiner entre amis dans une ambiance feutre et conviviale, que ce soit en rseau local ou sur le net. Unreal, premier du nom, stait impos grce la magnifique performance technique quil reprsentait : un moteur 3D entirement nouveau, ne devant rien aux exploits dId Software, des graphismes sublimes et une ambiance trs prenante dfaut dun jeu vraiment original et innovant. Cette suite, ne dune volont de concurrencer directement la socit de John Carmack, russit son pari sur toute la ligne, et nous ne manquerons jamais ici de dire quel point elle surpasse Quake 3 sur presque tous les plans. Alors quon aurait pu attendre un titre bourrin, simpliste, on se retrouve avec un produit dune richesse incroyable, sur lequel il y a normment dire.

Le jeu

Unreal Tournament, comme son nom lindique, reprend le contexte visuel du premier pisode dans le cadre dun tournoi de gladiateurs futuriste. Dans un futur loign, les combats entre guerriers surarms sont devenus le divertissement numro 1 de la population. Financs par la Liandri Mining Corporation, ils se droulent dans des arnes modernes, dont la taille et le style de dcoration sont trs varis, et dont larchitecture favorise le combat. Vous incarnez un de ces combattants, les autres tant dirigs soit par un partenaire multi-joueurs soit par lordinateur (on les appelle alors des Bots). Il y a 4 modes de jeux, les parties pouvant mettre en scne jusqu 16 joueurs, et le jeu initial comprend 50 arnes (chiffre qui diminuera fortement, hlas, dans ce type de jeu par la suite).

Les modes de jeu sont :

Deathmatch : le classique baston rseau, chacun pour soi et la mort pour tous. Tuer un adversaire rapporte un frag, tre tu entrane la rsurrection instantane un endroit alatoire de la carte, et le premier qui atteint la fraglimit a gagn (ou alors la partie se termine au bout d'un temps fix pralablement, et le joueur en tte au nombre de frags lorsque le chrono expire gagne).

Capture the flag : un peu plus complexe. Il y a deux quipes, chacune une base dans laquelle se trouve un drapeau, et le but est daller prendre le drapeau de lennemi, puis de le ramener prs de son propre drapeau, qui ne doit pas avoir t captur entre temps par l'quipe adverse. Les cartes pour ce type de jeu sont en gnral constitues de deux forteresses au fond desquelles les drapeaux sont cachs. Il faut donc traverser les lignes ennemis et rentrer la base, ce qui est dj trs difficile car le porteur du drapeau ne peut pratiquement pas se dfendre seul, tout en comptant sur des partenaires rests larrire pour protger sa propre base. Assez stratgique et ncessitant de l'organisation (et donc un leader... mieux vaut n'tre ni rebelle dans l'me, ni petit chef), ce mode de jeu est un des prfrs des amateurs de rseau et on le retrouve dans quasiment tous les FPS multi-joueurs.

Domination : Toujours deux quipes. Chacune doit dfendre un certain nombre de positions rparties aux quatre coins de la carte. Pour prendre une position, il suffit de passer sur un repre lumineux, qui prend alors la couleur de son quipe. Le jeu se droule en temps limit, chaque quipe disposant d'un compteur de points qui avance plus ou moins vite en fonction du nombre de positions quelle tient. Lorsque une majorit de positions sont de la mme couleur, la compteur de lquipe concerne prend ainsi de lavance sur lautre. Arriv la fin du temps imparti, lquipe qui a le plus de points gagne. Pendant la partie, il faut dfendre et attaquer en mme temps sur tout la carte. Cest un mode assez stressant, le plus difficile de tous, et l encore l'organisation est de mise.

Assault : La grande nouveaut de UT, et son mode de jeu a priori le plus excitant et immersif. La partie se droule en deux phases, entre deux quipes. Lune dfend une position, et lautre attaque. Lquipe attaquante doit remplir un objectif qui varie en fonction de la carte, mais consiste en gnral prendre dassaut un btiment dans lequel lautre quipe lattend. Une fois la mission russie, la mission recommence, et les rles sont inverss. Ce mode de jeu est rendu passionnant par les cartes incluses dans le jeu, remarquablement conues, au point datteindre lintrt des phases de jeu de certains FPS solo. Les objectifs proposs sont concrets (pas de drapeaux ou symboles ramasser), et le jeu prend une autre dimension.

En solo, le joueur peut choisir - via une excellente interface qui donne accs tous les paramtres sur un mme cran - le mode entranement, qui lui permet de dmarrer la partie avec nimporte quels paramtres de jeu (carte, nombre de joueurs, de bots, difficult), ou le mode tournoi qui propose une succession de niveaux passer. Le but final du mode solo est de rencontrer le bot ultime, une sorte de cyborg beaucoup plus rapide et rsistant que les humains qu'on affronte entre temps. La victoire dans ce combat permettra dendosser lidentit de ce cyborg dans les prochaines parties. Si le mode deathmatch est dans la tradition du genre, brutal, rapide, primaire, les trois autres offrent des perspectives stratgiques inattendues. Il faut souvent combiner lattaque et la dfense, la collaboration avec les membres de lquipe et laction solitaire, lembuscade et la perce, le sniping et le tir bout portant.

Les armes

Mme si le jeu na pas grand chose voir avec Unreal 1 en dehors d'une vague parent scnaristique, les armes en dcoulent souvent directement. Elles sont au nombre de 11 (les noms franais sont de mon cru).

- La matraque (Hammer) : arme utilise en corps--corps lorsquon na plus de munitions. Pratiquement inefficace si ladversaire est arm, tant donne la vitesse de dplacement leve des joueurs.
- Le pistolet (Enforcer) : trs meurtrier, dautant quon peut en prendre deux, un dans chaque main. Le tir secondaire permet de tirer en tenant le pistolet horizontalement, permettant une plus grande cadence de tir.
- Le fusil lunette (Sniper Riffle) : un rgal. La meilleure arme de sniping vue dans un jeu de ce genre. Le zoom est rglable, et le tir trs meurtrier, surtout dans le tte (ben oui, quoi ?). On peut tirer des ennemis plusieurs centaines de mtres (virtuels).
- Le lance-roquettes (Grenade Launcher) : extrmement destructeur, il permet de lcher 5 roquettes en mme temps. Plus besoin alors datteindre directement lennemi, on peut tirer au jug et en abattre plusieurs en mme temps. videmment, on peut aussi sinfliger des dgts soi-mme en cas de tir dans une petite coursive. En utilisant le tir secondaire, les roquettes nexplosent pas tout de suite. Si on arrive garder le viseur sur un ennemi quelques secondes, la roquette met la cible en acquisition, et la boucherie est alors invitable.
- Lventreur : ce fusil lance des lames de scie circulaire qui rebondissent sur les parois (sauf si on utilise le tir secondaire, auquel cas elles clatent au premier mur rencontr). Il nest pas trs meurtrier, mais permet de lancer des projectiles la poursuite dun ennemi dans un couloir.
- Le fusil bio : issu de Unreal 1, ce fusil lance des boules de matire visqueuse qui se collent partout et explosent aprs une fraction de seconde. Difficile utiliser, mais plutt efficace une fois matris.
- Le fusil fragmentation : ce fusil lance des clats avec une courte porte, mais qui reprsentent ce quil y a de plus meurtrier dans ce jeu si on a pu sapprocher de lennemi. En tir secondaire, on peut lutiliser comme un mortier, et la fragmentation se fait limpact, ce qui rsout le problme de la faible porte. Une arme terrifiante.
- Le fusil impulsion (Pulse Blaster) : ce fusil lance des ondes de chocs, reprsentes par des boules vertes. On peut mitrailler, ou lancer une seul onde de choc que lon peut garder braque sur un ennemi comme un faisceau laser (le chargeur se vide alors trs rapidement).
- La sulfateuse : une bonne vieille mitraillette canons multiples et rotatifs. Depuis Doom, ce type darme est un classique des FPS.
- Le fusil laser : une mitrailleuse qui lance des impulsions laser bleues, elle aussi venue dUnreal 1.
- Le rdempteur : autre nouveaut dUT, ce lance missile qui permet de guider la trajectoire du projectile au moyen dune camra embarque. Le joueur voit ce que voit la camra en question et peut guider volont le missile qui nexplosera qu limpact. On utilisera principalement cette arme dans les grandes cartes, en mode capture the flag, car il vaut mieux tre dans un endroit tranquille, puisquon ne peut pas se dfendre pendant le tir.

noter aussi le tlporteur, qui permet de crr nimporte o un champ de tlportation en plus de ceux existants, les bottes qui permettent de faire des bonds gigantesques, et les diverses armures, autant dobjets qui jouent un rle important dans lissue dune partie.

On peut voir quil y a beaucoup plus darmes que dans Quake 3, et que la plupart disposent de deux tirs qui se compltent bien. Dans ce type de jeu, la matrise des armes est une donne fondamentale, ainsi que la localisation rapide de leur emplacement sur la carte. chaque fois quun joueur en ramasse une, celle-ci rapparat au mme endroit quelques secondes plus tard (idem pour les bonus). Il est donc possible de retrouver on quipement favori chaque fois quon est tu.

Les bots

Donne la plus importante de ce type de jeu, la qualit des bots va permettre de rendre le jeu aussi intressant en solo quen multi, et mme plus encore pour le joueur qui ne dispose - rappelons qu'on est en 1999 - ni dun rseau local ni dune connexion Internet haut-dbit (indispensable pour jouer sur le net dans des conditions idales).

Dj prsents sous forme embryonnaire dans Unreal, les bots dUnreal Tournament (programms pas Steven Polge) sont rvolutionnaires et ont visiblement fait lobjet dune recherche trs avance en matire dIA. Ils sont imprvisibles, rapides, semblent enregistrer des situations pour ne pas les reproduire si elles tournent leur dsavantage, et il est possible, dans les modes de jeu en quipe, de leur donner des instructions quils suivent la lettre (couvrir un joueur, dfendre une position, venir la rescousse, attaquer, etc.). Il apparaissent comme des partenaires de jeu dautant plus agrables que leur intelligence est modulable. 8 niveaux de difficult sont possibles, allant de "Novice" "Dieu" en passant par "Expriment" ou "Matre de Guerre". Plus on monte, plus les bots sont coriaces, mais jamais le fait quils soient "cyberntiques" nest exploit pour les rendre invincibles. Ainsi, ils ne font pas mouche tous les coups, et on peut les semer ou les prendre de vitesse. Sils sont de plus en plus difficiles battre au fil des niveaux, cest parce que leur comportement monte sur une chelle qui est comparable la progression dun authentique deathmatcher : promptitude trouver les armes et bonus dans une carte (et en sevrer ses adversaires), utilisation du potentiel dune salle pour tendre des embuscades, trouver lennemi et lattaquer dans le dos, renoncement lors dun combat perdu davance, sniping, changement de tactiques, esquive, etc. Unreal Tournament est une rvolution dans le sens o cest le premier FPS multi-joueurs offrir les sensations incomparables de cette forme de jeu vido ceux qui ny ont pas accs. ct, les bots de Quake 3 sont, au choix, des crtins ou des machines tuer imprenables, selon leur niveau de difficult.

Bien entendu, dans UT, pour battre le bot ultime en mode Dieu, mieux vaut vous faire greffer un T-Bird 900 la place du cortex...

La ralisation

Pas la peine de tergiverser : le moteur graphique dUT (en fait celui d'Unreal un peu amlior) est en retrait sur celui de Quake 3. Cela dit, il faut voir le rendu lcran pour oublier cette comparaison. Il ny a pas beaucoup de lignes courbes affiches dans UT, mais les dcors et personnages sont si varis et colors que lensemble est irrprochable.

La premire chose qui frappe la vue de ce type de FPS, cest la vitesse de laction, au moins deux fois suprieure celle des titres orients solo. Les cartes sont moins grandes, certes, mais il y a lIA des bots grer, et lun dans lautre les ressources systme sont largement aussi sollicites. Les dveloppeurs d'Epic ont russi un exploit. UT est rapide, fluide et ce dans toutes les situations du jeu, mme sur des machines dpasses sa sortie. Un K6 2-350 et une ATI 128 suffisent pour jouer en 800x600 sans aucun souci de framerate, et en 1024x768 les ralentissements sont seulement occasionnels. Mme si UT est lgrement plus gourmand que Quake 3 (qui bnficie dun moteur 3D tout neuf qui fut au centre des proccupations des gens dID lors du dveloppement), on ne peut que saluer un jeu aussi bien optimis.

En plus de la fluidit, le joueur pourra profiter des avances de Direct3D intervenues partir de 1998. Si le premier Unreal tait une vritable usine plantage, son successeur ne pose vraiment pas beaucoup de problmes. Il reconnat le matriel 3D linstallation, suggre un mode graphique, un jeu dinstructions 3D (Direct3D ou Glide) et un niveau de dtails (que lon peut augmenter un peu). Il est aussi possible de rgler le nombre dimages/secondes minimum pendant le jeu. Les animations (notamment celles des combattants) et effets visuels sappauvrissent alors en cours de jeu (sans changer la rsolution), pour garder cette vitesse dans la mesure du possible.

On peut donc profiter de laspect visuel du jeu en toute tranquillit, et encore une fois cest trs russi. Les participants au tournoi sont tous des humains, donc, cela certainement pour conserver un certain ralisme malgr le contexte futuriste. Pas de cratures bizarrodes canarder comme dans Quake 3... Ces humains, aussi souvent des hommes que des femmes, sont remarquablement modliss. Leurs mouvements et attitudes sont ralistes, ils titubent lorsquils sont touchs, regardent dans toutes les directions lorsquils cherchent un ennemi et jettent mme un il en haut lorsquils prennent un ascenseur. De plus, leur incrustation dans le dcor est parfaite, surtout la faon dont ils marchent (ils ne font pas de "patinage artistique" comme certains persos de FPS) et montent les escaliers. On leur reprochera juste une absence dexpressivit faciale, mais on les voit trs rarement en gros plan de toute faon.

Les effets visuels sont remarquables et trs varis, de sorte quon identifie parfaitement les armes utilises par les combattants, mme de loin. Les dcors, quand eux, zappent du coq lne dun niveau lautre. On passe dune racteur nuclaire un galion perdu en pleine mer avec tout le naturel du monde. Les plus russis sont sans contexte ceux du mode assaut, notamment le 2e, un train lanc toute vitesse quil faut traverser pour atteindre un objectif situ dans le wagon de tte (7 ans plus tard Epic reprendra cette ide pour le niveau final de Gears of War). Il convient aussi dapprcier sa juste valeur ce niveau de Capture the Flag dans lequel deux tours de pierre gigantesques se font face, bourres de postes de sniping pour canarder les joueurs qui tentent de traverser la plaine qui les sparent. Un rgal !

La bande sonore est parfaite. Trs charge, elle vite les frquences fatigantes (pour les explosions incessantes, notamment), et les commentaires (les tournois sont supposs tre tlviss) qui ponctuent laction sont trs drle (dans un certain registre), mme dans la version franaise du jeu, avec les fameux "tir la tte", "double tuerie" ou encore "domination", qui rcompensent les massacres excuts avec brio. Les combattants sont tous en liaison radio et ne se gnent pas pour sinsulter et se chambrer - en multi une commande permet de dclencher ces rpliques -, avec toutefois une certaine retenue (surtout compar lincroyable violence du jeu), et beaucoup moins dinspiration que Duke Nukem, le pionnier de cette pratique. La musique change chaque carte et il y a de tout, du nul et (majoritairement) du trs bon. Beaucoup de joueurs sen passent (surtout en deathmatch pour dbusquer les adversaires au bruit), dautant quelle nest pas lue sur le CD, donc elle occupe un peu de ressources systme.

Le multi-joueurs

Mme si le jeu en rseau ou sur Internet nest pas le seul atout dUT, cest quand mme cela quil est destin, et plus particulirement au jeu online. Dailleurs, pour lancer une partie en rseau local, il faut utiliser le menu "rechercher une partie sur Internet" qui couvre toutes les options multi. Il apparat que le jeu multi-joueurs est beaucoup plus stable et rapide quavec Unreal 1, et ce sans lapport de patches. Lorsquun joueur possde des cartes, des textures ou des skins tlcharges sur le net que les autres nont pas, les versions de tous les participants sont automatiquement mises jour via le rseau (cela peut prendre pas mal de temps, d'ailleurs). Un utilitaire de statistiques nomm ngStats calcule les performances du joueur au fur et mesure de sa progression. Il devient ensuite possible, sur le net, de comparer ses propres statistiques celles des autres connects, et de trouver des adversaires sa mesure. UT a eu un fort succs en tant que jeu on-line, bien que runissant moins de pratiquants que Quake III. Cela na pas empch la presse spcialise de le saluer comme un titre rfrentiel en la matire.

UT sur Dreamcast et PS2

UT sur Dreamcast

Signalons ladaptation dUT sur ces deux consoles, mme si lachat dans les deux cas dun clavier et dune souris simpose, ce qui est quand mme un handicap (des FPS orients console sont sortis par la suite, mais afin d'tre parfaitement jouables au pad ils adopteront un rythme de jeu bien moins frntique que celui d'UT). La version Dreamcast a fait leffet dune petite bombe lors de son annonce. Jamais on aurait pens la console de Sega capable de faire tourner un tel jeu. Au final, mme si on ne saurait comparer le rsultat avec loriginal sur PC, il faut admettre que les possesseurs de Dreamcast ont t gts (la version DC de Quake 3, sortie peu aprs, a fait encore plus fort). Le mode Assault a disparu, pour cause de cartes trop grandes, mais quelques niveaux indits sont disponibles dans les modes Deathmatch et Capture the Flag. Les graphismes sont trs propres, moins prcis que sur PC au del du 640x480, mais trs satisfaisants, et lambiance visuelle du jeu est respecte. La bande sonore est excellente. Pour ce qui est du jeu lui mme, il est possible jusqu 8 en rseau (local ou sur le net), mais au dela de 3 joueurs, les ralentissements deviennent vite intolrables. Mieux vaut donc se contenter dUT sur Dreamcast en tant quexcellent jeu solo.

UT sur PS2

Sur PS2, ladaptation dUT est un peu incongrue, dans la mesure o la console ne permet pas de pratiquer le jeu on-line. Cela dit, la conversion est russie. Tous les modes de jeux sont prsents, et les graphismes galent ceux obtenus avec les dtails fond sur un PC en 800x600. Dans les deux cas, une adaptation du premier Unreal aurait peut-tre t plus judicieuse.

Conclusion

Si vous ntes pas un fan de FPS multi-joueurs, ou si vous ne lavez jamais pratiqu, Unreal Tournament simpose comme un jeu indispensable grce son mode solo trs accessible et russi. Si vous tes un spcialiste de la chose, le jeu a pris un coup de vieux la vue des innovations ultrieures (comme Counter Strike et sa dimension stratgique considrable) qui ont fait entrer le jeu online dans une autre dimension, mais le fun est tout de mme au rendez-vous et la facilit de mise en uvre des parties est un atout de poids. Des multiples mods pour UT sont apparus sur le net, notamment Strike Force, un mod concurrent de Counter Strike, et le jeu a eu plusieurs suites, dont certaines ddies aux consoles, devenant le fer de lance d'Epic Games et une vitrine technologique pour les diverses versions de l'Unreal Engine.

Unreal Tournament a t lu jeu de lanne par la presse anglophone, succdant Half-Life. Un titre amplement mrit.

Laurent
(13 novembre 2002)