Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Resident Evil 2
Année : 1997
Système : Dreamcast, N64, PC, Playstation
Développeur : Capcom
Éditeur : Capcom
Genre : Survival Horror / Action
Par Bruno (22 juillet 2002)

Resident Evil est une passion à part entière pour moi, une série culte qui m'offre des joies vidéoludiques inédites. Je ne suis pas le seul dans ce cas, la saga de Capcom et de Shinji Mikami (le créateur de la série) comptant un nombre impressionnant de fans à travers le monde. Après vous avoir décortiqué le premier épisode, c'est avec une joie non dissimulée que je m'attaque au second, mon préféré (avec les futurs épisodes GameCube bien sûr !).

Une naissance mouvementée

Suite à l'énorme succès de Resident Evil premier du nom, Capcom lance la réalisation de la suite dès 1996 pour une sortie prévue en mars 1997. Finalement le jeu sera retardé et le Resident Evil 2 prévu totalement remanié ce qui étonne les fans. Le jeu final est finalement bien différent des premières images et artworks diffusés par Capcom. Ce changement de cap est finalement dû à un développement houleux. En effet, en pleine réalisation de cette suite tant attendue, une grande partie du staff quitte le projet. Le responsable ? Squaresoft. L'éditeur des Final Fantasy vient de débaucher un bon nombre d'artistes de chez Capcom pour leur projet Parasite Eve. Quand on analyse la beta de l'époque et le jeu final, on se rend bien compte que ce « hold up » a tout changé. Ce que certains joueurs appellent Resident Evil 1.5, ne verra jamais le jour. Il reste une pétition circulant sur le net pour supplier Capcom de sortir cette version.

Leon Scott Kennedy et Elza Walker, les deux protagonistes de « Resident Evil 1.5 ».
Deux images de « Resident Evil 1.5 ». Léon existait déjà mais l'héroïne se nommait Elza. Sur la photo de droite, les connaisseurs remarqueront Sherry et l'armurier que l'on retrouve dans Resident Evil 2.

The scénar' !

Deux mois après les événements du manoir (Resident Evil 1), la ville de Racoon est infestée de zombies et autres créatures sanglantes. La panique générale règne en maître. Leon S. Kennedy, nouvelle recrue du commissariat de Racoon, débarque dans la sombre ville et rencontre une certaine Claire Redfield. Cette dernière n'est autre que la sœur de Chris, disparu suite à l'explosion du manoir. L'un et l'autre ont leurs raisons de vouloir élucider les nombreux mystères de la société Umbrella, responsable de ce chaos. L'investigation de commissariat peut commencer, et un certain Brian Irons, chef de la police, semble bien mouillé dans cette affaire.

Sachez que dans RE2, chaque personnage possède sa propre aventure. Nous retrouvons un peu le schéma Chris/Jill de RE1. Mais Leon et Claire ont tout deux un scénario annexe (dit « scénario B ») à débloquer une fois le mode classique terminé, ce qui nous fait un total de quatre aventures à vivre.

Les personnages

Comme à leur habitude, les artistes de Capcom nous offrent un casting prestigieux.

De gauche à droite, Leon S. Kennedy la nouvelle recrue des forces de police de Racoon, héros du jeu avec Claire Redfield la soeur de Chris Redfield, qui est bien décidée à retrouver ce dernier. Puis Sherry Birkin, une mystérieuse gamine arpentant les couloirs du commissariat.

Ada Wong, une jeune femme qui semble impliquée dans les affaires d'Umbrella. Brian Irons, le chef de la police et Ben Bertolluci le reporter.

Hunk, membre des S.W.A.T. Annette Birkin, scientifique et Marvin Branagh.


William Birkin et ses différentes mutations en Tyran et Mr X, un monstre terrifiant dont les apparitions surprises vous feront hurler de peur dans les « scénarios B » de nos héros.

Comment ça marche ?

Vous connaissez le système, hein ? Plans de caméra fixes, persos en 3D et tout le toutime. Comme d'habitude, le joueur aura pour mission de bien gérer les munitions des nombreuses armes mises à sa disposition. Les plantes, qui redonnent des points de vie ou guérissent un empoisonnement, peuvent être combinées et mixées en poudre. Cette manipulation a pour effet d'augmenter la guérison, et puis en cas de gros bobo rien ne vaut le spray. Les items sont nombreux et chacun d'entre eux a son importance. Le fameux coffre se trouvant dans les salles de repos est là pour stocker tout ce fourbi. N'oubliez pas de dénicher le plus de dossiers possible, ces derniers permettent une plus grande compréhension du scénario et augmente votre note finale. Je vous rappelle qu'une bonne note à chaque scénario débloque énormément de secrets.

Les scénarios de Claire seront plus faciles à jouer, la demoiselle ayant plus de place dans son inventaire personnel. Les scénarii s'imbriquent bien ensemble et il est vraiment plaisant de croiser le deuxième personnage (Leon ou Claire) faire son investigation individuellement de la vôtre. Bien sûr ce second perso vous contacte par radio pour vous tenir au courant de ses découvertes.

Au niveau de la peur ressentie en jouant, RE2 fait très fort. Les situations angoissantes ou de panique se suivent et ne se ressemblent pas. Du grand art. J'aimerais tant vous décrire quelques scènes mais je préfère de loin vous laisser la surprise. Point de « spoiler » mes ami(e)s, surtout lorsqu'il s'agit d'un Survival-Horror.

Bhouuu ! Les vilains méchants !

Voici quelques créatures rencontrées dans le jeu mais sachez qu'ils sont tellement nombreux, qu'il me faudrait une page entière pour les répertorier. D'un alligator géant en passant par les araignées géantes, le choix est vaste. Le Licker (dernière image des sept ci-dessous) restant le plus terrifiant à mon avis.



Notez que des femmes zombies apparaissent dans ce volet.

Ambiances...

Les décors de RE2 sont tout simplement somptueux et instaurent vraiment une ambiance oppressante. Le commissariat est captivant à arpenter et le moindre de ses recoins a requis toute l'attention des artistes de chez Capcom. Idem pour les autres lieux du jeu. Mais vous l'aurez compris chers ami(e)s, le commissariat reste mon lieu favori. De toutes manières les 3/4 du jeu s'y déroulent et c'est tant mieux.

RE2 (comme toute la série d'ailleurs) propose une tonne de scènes culte, minutieusement réalisées pour vous faire peur comme jamais. Un tel souci de perfection me ravit au plus haut point. Les musiques quant à elles sont tout bonnement à pleurer. Une bande sonore d'une qualité rare qui force le respect. Il est impossible de retranscrire par des mots l'ambiance des grands jeux et RE2 ne déroge pas à la règle.

Pour conclure RE2 est vraiment un monument du jeu vidéo. Que ce soit sur le fond ou la forme, c'est un sans faute. Une suite qui tient toutes ses promesses, contrairement à RE3 qui m'a un peu déçu car trop arcade et sans scénar' accrocheur. RE2 est tout simplement une leçon de Survival-Horror.

Bruno
(22 juillet 2002)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(54 réactions)