Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Metal Warrior
Année : 1999
Système : C64
Développeur : Lasse Öörni (Cadaver)
Éditeur : Covert BitOps
Genre : Plate-forme / Action
Par Sebinjapan (23 avril 2012)
Everyone of us has heard the call
Brothers of true metal proud and standing tall
We know the power within us has brought us to this hall
There's magic in the metal, there's magic in us all

Heavy Metal or no metal at all, whimps and posers leave the hall
Heavy Metal or no metal at all, whimps and posers go on get out
Leave the hall

(Manowar - Metal Warriors)

La quadrilogie Metal Warrior est l'oeuvre du Finlandais Lasse Öörni, plus connu au sein de "la scène" sous le pseudonyme Cadaver.
La scène ? Oui, c'est souvent sous ce terme qu'on désigne le petit monde des hackers et demomakers qui étaient particulièrement actifs à la fin de années 80 et pendant les années 90. Notre homme n'est donc pas un développeur professionnel, et les jeux dont nous allons parler sont des productions amateur, des "homebrews" si vous préférez.

Tombé dans la micro suite à une rencontre avec un Commodore 64 en 1986, Lasse Öörni est avant tout un jeune homme adepte de heavy-metal pratiquant la guitare électrique et la basse. Fan de groupes tels que Iron Maiden, Manowar ou Immortal, c'est l'univers de ces guerriers du rock qui va l'inspirer afin de créer une histoire et une ambiance unique dans ses jeux. Enfin, pas unique, puisqu'on retrouvera plus tard une démarche thématique similaire dans le Brütal Legend de Tim Shaeffer.

Cadaver programme et compose majoritairement sur le Commodore 64. Son site internet, http://covertbitops.c64.org, nous permet de découvrir ses multiples talents. En plus de réaliser des jeux, ce qui nous intéresse tout particulièrement dans le présent article, le jeune homme a produit de nombreux outils de développement, ainsi que des "trackers", comme GoatTracker, ces fameux utilitaires servant à composer facilement de la musique et qui ont fait le bonheur des développeurs de jeux et de démos à partir du milieu des années 80. Son site nous permet d'ailleurs de télécharger quelques-unes de ses propres compositions, proposées au format .sid.
Et comme si tout cela ne suffisait pas à faire de Cadaver l'un des acteurs les plus appréciés de la scène C64, de nombreux développeurs de homebrews lui sont reconnaissants de ses fameuses "rants", ses conseils et autres "trucs et astuces" qu'il offre généreusement à ses congénères, afin de les aider dans leurs projets

Lasse Öörni s'est également aventuré à expérimenter sur d'autres machines. Un peu sur NES par exemple, mais surtout sur Amiga. Et c'est sur ce fameux micro-ordinateur 16 bits qu'il produit en 1993 le tout premier épisode de Metal Warrior. Mais perfectionniste dans l'âme, il ne sera pas satisfait de son jeu, certes rempli de bugs et victime de nombreux plantages, qu'il laissera de côté, avant d'y revenir bien plus tard (voir la dernière page de cet article). Retournant donc à ses premières amours, il entame la réalisation d'un remake de Metal Warrior sur Commodore 64 : le soft sera d'une grande qualité et obtiendra un succès certain auprès des connaisseurs, entraînant la production de 3 suites.

Les trois premiers Metal Warrior ont dans un premier temps été distribués totalement gratuitement sur internet sous forme de fichiers à utiliser avec un émulateur ou un vrai C64 après les avoir transférés. Puis ce sympathique coffret collector a été commercialisé en un nombre d'exemplaires très limité. Il contient les disquettes des jeux, un CD audio avec l'excellente bande originale, de la documentation, et même des "dog-tags" !

Les quatre épisodes de la saga Metal Warrior sur Commodore 64 sortent donc entre 1999 et 2003, mais leur auteur y apportera de petites modifications (ajustements de gameplay, correction de bugs) jusqu'en 2007. Il s'agit de jeux d'action/plateforme 2D dans lesquels on dirige un personnage armé vu de profil, le type de jeu qui cartonnait sur micro-ordinateurs 8 bits (voir le succès de titres comme Turrican, Gryzor, Green Beret, Exolon ...). Mais ici, de nombreux éléments du jeu d'aventure sont introduits (dialogues, objets à trouver ...), ce qui rapproche les Metal Warrior de titres comme le mythique Flashback, ou encore le magnifique jeu indépendant Cave Story.

En plus de ce postulat de départ déjà bien alléchant pour tout rétrogamer digne de ce nom, Metal Warrior se démarque grâce à son univers de métalleux justiciers buveurs de bière dont je vais en premier lieu vous présenter les principaux protagonistes ...

Ian Smith : Ian est le héros de la série, même si ce n'est pas toujours lui qu'on dirige. Fan de heavy-metal et guitariste amateur, il crèche dans une ville sale et dangereuse appelée Sub-City. Il est pote avec Sadok, du groupe de war-metal Cyberpriest. Lorsque ce dernier est assassiné, Ian jure de le venger et de retrouver les salauds qui ont eu sa peau. En chemin il deviendra lui-même un membre du groupe Cyberpriest et devra s'opposer à d'horribles machinations dans lesquelles trempent les bidasses du coin. Ian est le bon gars qui a tendance à toujours se faire embarquer dans des plans galères pour sauver le monde.
Phantasm : guitare solo du groupe Cyberpriest, la belle rockeuse est aussi une aventurière qui n'a pas froid aux yeux, le genre de fille qui ne se laisse pas faire ! Enfin ... si, elle se laisse un petit peu enlever par le Docteur Ultrashred dans le 1er épisode, mais à partir du deuxième, on découvre ses talents de guerrilleros, ce qui devient même un gag dans Metal Warrior 4 où elle surmonte toute seule d'incroyables dangers avec le flegme et le détachement d'un James Bond !
Sadok : Oh my god ! They killed Sadok ! You bastards !!! Même s'il meurt au tout début de l'histoire, l'ombre de Sadok, guitare rythmique du groupe Cyberpriest, continue de planer sur toute la saga. Le musicien semblait en savoir beaucoup (trop) sur tout ce qui se trame autour de Sub-City. Son influence guidera Ian vers l'aventure, vers la vérité, vers la justice, vers les ennuis ... Détenteur de bien des secrets, ce n'est que dans Metal Warrior 4 qu'on apprendra qui il est vraiment.
Goat : le batteur du groupe Cyberpriest, est un sacré bourrin : pas de doute, il aime taper ! Surtout sur les faibles qui lui prennent la tête et qui polluent son atmosphère, lui qui aspire à devenir un Overman, un être au-dessus de l'humanité tel que défini par Nietzsche. Il se retirera d'ailleurs dans une cabane au fond des bois à la fin du second épisode pour s'entraîiner et atteindre son but. Bref, c'est un taré. Le joueur est donc heureux de découvrir qu'il devient un personnage jouable dans Metal Warrior 3 !
Faustus : bassiste du groupe Cyberpriest, Faustus semble être le seul de la bande à avoir la tête sur les épaules. D'ailleurs, quand Sadok se fait descendre, il ne pense pas forcément à un gros complot impliquant les militaires et le gouvernement : "c'est peut-être des mecs de groupes de black-metal qui l'ont buté parce que c'était pas un vrai de vrai, non ?". Ouais, ça doit être ça ...
Détective Hammer : le seul flic "clean" de la ville, le seul mec à qui Ian et Phantasm peuvent faire confiance pour obtenir un peu d'aide dans leurs quêtes. Mais pas trop quand même, car comme tous les bons flics qui jouent des seconds rôles, il est pieds et poings liés par sa hiérarchie corrompue. Il faudra attendre qu'il se fasse virer, dans Metal Warrior 3, pour qu'il mette vraiment la main au fusil et fasse parler la poudre en compagnie de ses amis rockeurs.
Snake est le gars toujours branché au net ou aux ondes radio, à épier en vue de rassembler des informations sur le vaste complot dans lequel trempent le gouvernement, l'armée, la police, les scientifiques, les gangs, sa concierge ... Planqué au sous-sol d'une vieille bâtisse d'Outpost, un petit village perdu dans le désert, il procurera de vitales informations à nos héros. Le nom du personnage provient certainement de "Escape from New-York", film de John Carpenter dont Lasse Öörni est particulièrement fan.
Axesmith : ami de longue date de Ian, il est le patron du magasin de guitares de Sub-City dont on ne le voit jamais sortir. Comme l'amitié ne doit jamais se mettre en travers d'une bonne affaire, il passe la plupart de son temps à tenter de refourguer à notre héros du matos comme des guitares et des amplis. C'est aussi le "Huggy les bons tuyaux" de Sub-City puisqu'il a toujours une bonne info à donner. Enfin ... je dis "donner" mais ... ah bon, à ce prix là, c'est donné ? OK alors.
Dr Ultrashred : le qualifier de "savant fou" et en rester là serait un peu réducteur pour le bon docteur. Car ce machiavélique scientifique qui s'allie aux militaires dans le 1er Metal Warrior pour développer une arme de destruction massive, est aussi un grand fan de heavy-metal qui sait reconnaître le talent de musiciens tels que Phantasm qu'il kidnappe afin d'accomplir ses ambitions. Et puis il sait programmer en Fortran lui, ça ne peut donc pas être totalement un mauvais bougre !
Lord Obskurius et Satanakhia : deux musiciens qui jouent dans un "cover-band", reprenant des vieux hits de "black-metal" ou des chansons de Cyberpriest avec qui ils sont amis. Il jouent très mal, mais comme ils jouent très fort également, ce n'est pas bien grave. Ils aiment torturer des cochons dans leur ferme afin de trouver dans leurs cris d'agonie l'inspiration satanique indispensable à leurs aspirations musicales...
<<<
Page 1 sur 6
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(15 réactions)