Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Hang-On
Année : 1985
Système : Arcade ...
Développeur : Sega
Éditeur : Sega
Genre : Jeu de Course

Hang-On
(Master System - 1985)

Aux côtés de Teddy Boy, Hang-On est l’un des deux titres du lancement de la Sega Mark-III, la version originale japonaise de la Master System. Vendu initialement au format Sega My Card, Hang-On sera ensuite commercialisé sous deux autres formes : sur cartouche et directement intégré à la mémoire de la Master System 1 inclue dans le pack Plus (comprenant le Light Phaser, les deux jeux Hang-On et Safari Hunt en mémoire, ainsi qu'un jeu caché de labyrinthe). La mouture Master System du jeu reprend tout naturellement la formule du jeu d’arcade. Le but du jeu est toujours de terminer cinq niveaux dans un temps imparti en évitant les autres motos et les éléments du décor.

Le jeu s’ouvre par un écran-titre très simple accompagné du thème musical de la borne d’arcade. Trois modes de difficulté s’offrent à vous ; la différence entre ces modes réside dans le nombre de motos concurrentes et dans leur comportement. Plus la difficulté est élevée, plus les motos seront nombreuses et auront tendance à dévier de leur trajectoire, compliquant ainsi considérablement leur dépassement.

La Master System ne fait pas le poids pour rivaliser avec la borne d’arcade originale. Il faut donc se résoudre à adapter Hang-On en tirant la réalisation vers le bas. Ce choix se traduit par l’absence de musique pendant la partie et par la qualité graphique largement inférieure. Ces deux aspects peuvent paraître regrettables, mais passent en réalité comme une lettre à la poste. D’une part, la partie sonore s’en sort finalement plutôt bien avec des bruitages moins agaçants que sur la borne d’arcade. D’autre part, les graphismes sont simples, mais plutôt agréables pour la Master System et bien colorés. On pourra simplement regretter que l’effet de zoom sur les motos concurrentes perd des étapes d’animation et que les décors sont bien plus vides que sur la borne d’arcade. Pourtant, ces restrictions sont là pour la bonne cause. En effet, à aucun moment, Hang-On ne souffre de problèmes de fluidité. L’amateur de jeux de course reconnaîtra aisément que la fluidité est une qualité qui autorise toutes les concessions.

L'autre grand défi de cette adaptation consiste à se passer du contrôleur si particulier de la borne. Plutôt que de chevaucher une moto grandeur nature, le joueur se retrouve à appuyer sur une petite croix et deux boutons. Heureusement, après quelques minutes, il devient manifeste que le jeu parvient à captiver sans son support impressionnant. La jouabilité pratiquement intacte maintient l’intérêt de Hang-On et fait de lui un choix idéal pour une petite session de jeu agréable. Les puristes partiront, eux, en quête d'un accessoire étonnant qui porte le nom de BH-400. Il s'agit d'un contrôleur qui prend la forme d'un tableau de bord de moto équipé d'un guidon et d'un levier de vitesses. Un luxe qui ne sera accessible qu'aux collectionneurs en raison de sa rareté.

Le fameux contrôleur dédié à Hang-On (photo extraite d'un article du site segaretro).
Incontestablement le plus beau niveau du jeu

La principale nouveauté dans le gameplay se situe au plan des collisions. Alors qu’un choc contre un concurrent vous faisait dangereusement perdre le contrôle de votre monture dans la version arcade, l’adaptation Master System se révèle encore plus intransigeante. Un choc, quel qu’il soit, fait instantanément exploser votre moto. Cet aspect impitoyable a pour effet de rendre la progression plus prudente. Se précipiter mène le plus souvent à l’échec ; mieux vaut dépasser tranquillement les adversaires en étant tout particulièrement prudent dans les virages serrés. On retrouve en effet le principe de glissade, peut-être encore plus prononcé qu’en arcade et plus dangereux si l’on considère qu’une perte de contrôle est fatale à la moindre touchette. Tout cela pour dire que le frein est indispensable dans la version Master System de Hang-On et que la course s’apparente davantage à un slalom. La maniabilité de la moto étant irréprochable, ce slalom est un vrai bonheur.

Parmi les nouveautés, on notera aussi la présence d’un indicateur de distance, qui sert principalement à décourager les pilotes trop lents. Comprenez que s’il vous reste moins de 10 secondes par kilomètre à parcourir, il est plus intelligent de vous ranger sur le côté de la route et d’ôter votre casque. Ceci étant, le temps imparti vous autorise grosso modo une collision par niveau, ce qui est un luxe appréciable par rapport à la version arcade. La difficulté n’est dès lors pas excessive, loin de là. Elle deviendra tout juste acceptable si vous terminez plusieurs boucles de 5 niveaux, les adversaires étant plus nombreux à chaque nouvelle boucle. Enfin, après 8 boucles, le temps reporté à la fin d’un niveau sera considérablement réduit. Il faudra alors être attentif dans les tous les niveaux, vu qu’il ne sera plus possible de compter sur le temps accumulé précédemment. À cet instant, le jeu devient beaucoup plus intéressant pour les joueurs aguerris. Malheureusement, atteindre ces 8 boucles nécessite déjà un long temps de jeu qui n’est pas réellement adapté à la nature répétitive du titre.

Cette relative facilité est peut-être le seul véritable défaut du jeu qui accumule les points positifs. Hang-On est le jeu sympathique par excellence que l’on prend plaisir à lancer régulièrement, parfois pour quelques minutes uniquement. Pensez donc à toujours garder une cartouche ou une carte de Hang-On à portée de main, à moins que votre console ne le fasse à votre place en conservant le jeu dans sa mémoire interne. Sega réussit ici une adaptation très intelligente de son succès en arcade, en tenant compte des capacités réduites de la console tout en ne sacrifiant aucun élément essentiel de gameplay.

Pour finir, si vous êtes curieux de savoir ce qu'en pensaient les testeurs de l'époque, voici deux mini-tests publiés dans les magazines Tilt et Génération 4.

Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(52 réactions)