Mastodon
Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Civilization IV
Anne : 2005
Systme : Mac, Windows
Dveloppeur : Firaxis Games
diteur : 2K Games
Genre : Stratégie
Par CBL (03 dcembre 2007)

Vous ne connaissez sans doute pas Soren Johnson. Ce brave homme a travaill chez Firaxis de 2000 2007. Il a programm lIA de Civilization III et une partie du jeu. Pour Civilization IV, il a t propuls Lead Designer et on ne peut que saluer la dcision de Firaxis car cest le meilleur Civilization jamais cr. Bien plus quune simple volution du III, cest une rvolution de la srie. Pour la petite histoire, Soren a quitt Firaxis aprs Civ IV pour rejoindre Maxis et travailler avec Will Wright sur Spore. Dans le manuel de Civ IV (200 pages en franais !), on trouve cinq pages de notes personnelles de Soren qui en apprend beaucoup sur le dveloppement et la philosophie du jeu. Cest bien plus intressant que les habituels making-of sur DVD.

Soren Johnson

Le premier changement qui saute aux yeux est dordre graphique : Civilization est pass en 3D ! Il ny a pas des masses de polygones et deffets mais lensemble est chatoyant et color. En prime, on a le droit des animations quand les units saffrontent ce qui donne un peu de suspense sur lissue dun combat. Les deux principaux intrts de la 3D sont la possibilit de jouer dans la rsolution de son choix et de zoomer. De manire fluide, on zoome et dzoome avec la molette en passant dune vue proche des units une vue globale de la Terre. On peut sapercevoir que cette dernire est bien ronde et la faire tourner. Avoir la Terre entire sur son cran et admirer son empire provoque une sensation mgalomaniaque assez grisante. Les merveilles et les constructions apparaissent directement sur la carte et on voit vraiment les villes grossir et se transformer au fur et mesure des ges. Quand le bonheur est maximal dans une ville, les habitants tirent mme un feu dartifice. D'autre part la musique du jeu est excellente et il est possible dutiliser ses MP3 pour la remplacer.

Linterface gnrale du jeu a t compltement revue. Des fentres pop-up apparaissent quand une ville a fini de construire quelque chose pour demander ce quon veut faire aprs, idem pour la recherche. Ds quon a fini dutiliser une unit, la camra passe sur lunit suivante libre afin de ne pas oublier un tank qui traine ou un ouvrier fainant. Enfin, toute une srie dautomatismes permettent... dautomatiser la production dune ville, la construction damnagement par les ouvriers, la recherche, lexploration etc. Tout cela a un peu desservi le jeu. Comme dhabitude, on a cri au loup et au noob alors que ces options sont parfaitement dsactivables et que personne ne force les utiliser. Leur utilit est damener de nouveaux joueurs Civilization sans les surcharger ds le dpart. Progressivement, ils dsactiveront ces automatismes pour tout faire eux-mmes. Cela complte un tutorial un peu maigre (malgr la prsence de Sid Meier lui-mme en chair et en polygones) et un manuel ultra-complet. Rsultat : Civilization IV est ce jour le Civilization le plus vendu de la srie avec 1,5 millions dexemplaires commercialiss sans compter les deux add-ons. On ne peut que saluer la performance, surtout devant un jeu dune telle complexit.

En effet, en terme de gameplay, ce Civ est de loin le plus complet. Commenons par aborder les changements par rapport au III. Les units nont plus de caractristiques attaque et dfense spares et les promotions suite un combat ne sont plus automatiques : on peut ainsi spcialiser une unit pour la faire devenir "tueuse de ville" ou "mdecin". Loption tours simultans permet tous les joueurs de jouer en mme temps, ce qui diminue fortement la dure dune partie tout en influant trs peu sur la stratgie. La diplomatie est maintenant bien plus complte et permet dchanger des ressources, des villes, de lor, la carte du monde connu et dimposer des embargos, des traits de paix... laide de + et de -, on connait la position dune civilisation ennemie par rapport la ntre. Par exemple, avoir une paix durable avec une autre civilisation offre un +1 tandis que commercer avec une civilisation ennemie la premire donne un -1. Cela permet un peu de prvoir les ractions de lIA. Si une civilisation ennemie est juste cot de vous et a un total de -4 votre gard, la guerre est difficilement vitable.

Le systme de sant des villes a t refondu pour prendre en compte la fois la taille de la ville et la pollution des industries. Si les points de pollution sont suprieurs aux points de sant, la ville consommera plus de nourriture pour compenser, ce qui rduira sa croissance. Quand les habitants dune ville ne sont pas contents, cela ne provoque plus de rvolte. Ils cessent simplement de bosser, ce qui diminue la production. Larbre de recherche compte maintenant 85 dcouvertes mme si certaines ne sont pas obligatoires pour avancer. Comble du geekisme, en VO, cest Leonard Nimoy (de Star Trek) qui annonce le nom des dcouvertes faites ainsi quune citation clbre associe chaque dcouverte. La culture est toujours de la partie : chaque ville possde une zone dinfluence (lensemble de ces zones dfinit vos frontires) qui grossit en fonction de la culture quelle produit. Il est mme possible de voler des villes ennemies grce la culture.

Le jeu comporte dsormais 6 victoires diffrentes :

  • Militaire : liminer les autres civilisations.
  • Territoriale : dtenir 65% du territoire mondiale et avoir 25% de population en plus que la seconde civilisation.
  • Culturelle : trois villes doivent dpasser les 50000 points de culture.
  • Spatiale : tre le premier faire un vaisseau spatial et l'envoyer vers Alpha du Centaure.
  • Diplomatique : construire les Nations Unies et se faire lire prsident du monde.
  • Temporelle : si aucune civilisation n'a atteint un des 5 objectifs prcdents en 2050, celle qui a le plus gros score l'emporte.

Lidal est ds le dpart de choisir celle quon veut obtenir pour spcialiser sa civilisation dans un domaine mme si la plupart sont complmentaires. Par exemple il faut beaucoup de ville pour produire le plus vite possible le vaisseau spatial et donc il faut beaucoup de territoire. Mais ne comptez pas perdre du temps faire la guerre si vous voulez la victoire culturelle.

On remarque que sur les 6 victoires possibles, on peut en raliser 5 en tant totalement pacifique. Certes, la premire unit qu'on produit est gnralement une unit guerrire mais pourtant le jeu se veut rsolument pacifique et humaniste. Cela se voit surtout au niveau de deux lments qui sont les deux principales nouveauts du jeu : les doctrines et la religion. Les doctrines sont une nouveaut et remplacent lantique systme politique qui consistait choisir un rgime (dmocratie, monarchie...) et sarrter l. Elles permettent de choisir au mieux son type de rgime et sont classes en 5 catgories : gouvernement, loi, travail, conomie et religion. Cela permet une varit de gouvernements tonnante : libre vous dtre une dictature fasciste laque respectueuse de lenvironnement ou une monarchie religieuse claire. On s'aperoit rapidement que pour gagner autrement que par une victoire militaire, certaines doctrines marchent mieux que d'autres. En conomie, la nationalisation (obtenue grce la dcouverte du Communisme) fonctionne mieux que l'conomie de march. Donc mis part si vous voulez craser les autres civilisations sous les chars, le meilleur moyen de gagner de mettre en place le plus rapidement possible les 5 doctrines ultimes : le suffrage universel, la libert d'expression, l'mancipation, l'environnementalisme et la libert de culte. Ainsi la meilleure faon de gagner est d'tre une nation dmocratique, laque et colo. De mme, le joueur progressera bien plus vite si elle n'est jamais trouble par la guerre et la ncessit de construire et d'entretenir des units militaires. Enfin on notera qu'aucune des conditions de victoire n'implique d'tre le plus riche. Civilization IV, un vrai jeu de gauche ?

Les religions sont la plus grande nouveaut du jeu. Les 7 religions que l'on retrouve dans le jeu sont on ne peut plus relles (Bouddhisme, Judasme, Islam...) et ont exactement les mmes effets. Aucune n'est suprieure l'autre pour respecter la sensibilit de chacun. On les dcouvre grce certaines recherches et elles sentendent automatiquement par les routes ou en envoyant des missionnaires. Elles ont des btiments et des merveilles ddis (temples, Chapelle Sixtine...). Le gnie de Firaxis a t de critiquer l'ensemble des religions tout en gardant ce cot neutre. En effet, ils prsentent les religions comme un bon moyen de soutirer de l'argent au peuple et de les maintenir dans le bonheur (artificiel ?). Certaines dcouvertes scientifiques rendent les effets de vieux monuments caducs comme pour montrer que la science est le meilleur moyen de balayer l'obscurantisme. Avoir une religion d'tat rendra les gens qui n'ont pas la mme religion mcontents, ce qui peut les conduire arrter de travailler. Les temples des diffrentes religions permettent d'augmenter rapidement sa culture. Mais videmment, les civilisations ennemies qui n'ont pas la mme religion d'tat chercheront imposer la leur, gnralement par la force. Ce ne sont que quelques exemples. Outre le ct quasiment ducatif du jeu montrant comment les inventions et les monuments se sont succd, le message de Civilization IV est cach dans ces quelques rgles de gameplay. Rarement un jeu n'aura vhicul autant d'idaux qui sont sans aucun doute le reflet de la philosophie des dveloppeurs.

Civilization IV introduit le concept de Personnages Illustres. En observant lHistoire, on remarque quelle a avanc pas de gant grce une poigne dhommes. Peut-on imaginer la Grce Antique sans Platon, lAngleterre sans Shakespeare, la Pologne sans Copernic et Corbier sans sa barbe ? Grce aux merveilles et aux spcialistes offerts par certains btiments, vous pouvez obtenir plusieurs de ces personnages illustres qui sont de cinq types : artistes, marchands, prophtes, ingnieurs et scientifiques. Ils vous permettent dobtenir des btiments spciaux, de trouver de nouvelles technologies, damliorer une ville, de faire une uvre dart pour booster la culture, de dclencher un ge dor... Ces personnages ont tous des noms rels ce qui donne lieu des situations cocasses avec un Elvis qui nait Berlin ou un Mozart Los Angeles. Les leaders sont les personnages que vous incarnez (Napolon, Washington, Jules Csar...). Ces derniers ne sont dsormais plus uniques chaque civilisation et possde deux traits de caractre parmi 7 (Financier, Organis, Cratif, Spirituel, Philosophe, Agressif, Expensif, Travailleur) qui influent normment sur la manire de jouer. Ainsi, on ne choisit pas un leader Spirituel et Philosophe pour dtruire la plante. De plus, chaque civilisation a une unit spciale qui remplace une unit existante. Par exemple, les Cosaques remplacent la cavalerie pour les Russes.

Comme si a ne suffisait pas, le jeu est compltement modifiable de faon trs simple grce la combinaison de scripts python et de fichiers XML. Tout le moteur du jeu tient mme dans une seule DLL ! La communaut a produit des tonnes de mods ajoutant un bon paquet dunits, de scnarios, de rgles... Dj trs sympa en solo, le jeu est encore plus norme en multi, que ce soit en coopratif ou en versus. Le moteur rseau est fabuleux et fonctionne en peer-to-peer : concrtement il ny a pas rellement dhte ce qui permet de continuer une partie mme quand un joueur la quitte. Toutes les options sont possibles : hot seat, LAN, Internet, Play By Mail et Pitboss. Le Pitboss permet plusieurs joueurs de jouer de manire totalement dsynchronise. Un email est envoy au joueur quand cest son tour de jouer. Il se connecte la partie, fait son tour et peut rester ou repartir. Les parties de Civ tant longues, a permet de jouer entre amis distants sans contraintes dhoraires. En combinant toutes les nouveauts (doctrines, religion, traits de caractre...) et les diffrentes victoires, on obtient une varit de jeu infinie et un plaisir sans cesse renouvel. Mais Civilization IV offre bien plus que cela : il permet une comprhension limpide de lhumanit et son histoire dans tout ce quelle a de splendide (les merveilles, le pacifisme...) comme de pire (les guerres de religion, la pollution massive...). Pourtant, Firaxis a voulu aller encore plus loin avec deux add-ons.

Civilization IV: Warlords
Anne : 2006
Systme : PC - Mac
Dveloppeur : Firaxis Games
Editeur : 2K Games
Support : CD-ROM

Warlords apporte son lot de nouvelles civilisations, nouveaux scnarii, nouvelles units et nouvelles merveilles. Lune dentre elle est la Grande Muraille qui fera le tour de vos frontires la fin de sa construction, empchant les barbares de passer. Comme pour les units, chaque civilisation dispose maintenant dun btiment unique qui remplace un autre btiment. Par exemple, les Amricains peuvent faire des mall place des supermarchs et les Anglais des places boursires la place des banques. Au niveau des personnages illustres, un petit nouveau fait son apparition : le Grand Gnral. Utilis dans une ville, il permet soit dacclrer la production dunits militaires soit de donner deux points dexprience chaque nouvelle unit. Il peut aussi acclrer la recherche dune technologie, mais sa vocation principale est de devenir un Warlord. En le plaant sur une case comportant beaucoup de vos units, il peut fusionner avec lune dentre elle pour la rendre trs balaise et donner vingt points dexprience, rpartis entre toutes les units sur cette case. a permet de se faire passer en un instant une arme potable en une arme redoutable en choisissant les bonnes amliorations.

La diplomatie senrichit avec le concept de vassalit. Si au cours dune guerre un joueur humain ou IA a limpression que sa civilisation sent le sapin, elle peut capituler et proposer de devenir le vassal du vainqueur. S'il accepte, le suzerain peut alors circuler librement dans les terres du vassal, stationner ses units dans ses villes et prendre les ressources du vassal mme sil les utilise. Si le vassal l'en empche, ils sont de nouveau en guerre. Le vassal ne peut dclarer la guerre ou la paix et dpend entirement de la diplomatie du suzerain. La moiti du territoire et de la population du vassal compte lors dune victoire territoriale ou au score. Outre la guerre, une civilisation peut sortir de la vassalit en tant une fois et demi plus grande que son suzerain. Ce concept change beaucoup de choses au gameplay et au droulement des parties. Outre le fait quil permet de mettre plus rapidement fin une guerre coteuse et destructrice, il change le jeu des alliances et amliore nettement la diplomatie. Au fond, un vassal aide et sert toujours son suzerain tout en rvant dtre libr. Toute la tactique consiste devenir vassal pour viter dtre ananti lors dune guerre puis reconstituer ses forces et se rebeller au pire moment, comme quand le suzerain doit affronter une autre civilisation.

Parmi les scnarios, le plus original est celui qui permet de jouer les barbares. Dans ce dernier, on choisit le nombre de civilisations ennemies et le nombre de tours davance quon leur laisse. On dispose dun capital dor qui permet dacheter des units apparaissant sur la mme case quune unit spciale, le camp. On peut aussi acheter des amliorations. Il est impossible de construire ou de prendre les villes ennemies, le pillage est systmatique. Avec largent rcolt, on achte dautres units jusqu ce quon vienne bout des autres civilisations ou quelles liquident le camp.

Malgr ses qualits, cet add-on reste un peu maigre, surtout compar au prochain.

Civilization IV: Beyond The Sword
Anne : 2007
Systme : PC - Mac
Dveloppeur : Firaxis Games
Editeur : 2K Games
Support : CD-ROM

Beyond The Sword est Civilization IV ce que Brood War est Starcraft : un add-on monumental, indispensable et dune richesse inoue. Tout dabord, Firaxis a t gnreux en offrant la quasi-intgralit du contenu de Warlords (sauf les scnarii) dans cet add-on, c'est--dire les nouveaux traits de caractre, personnages illustres (Gnraux illustres y compris), btiments, merveilles, civilisations et leaders ainsi que les lments de gameplay tels que la vassalit. Beyond The Sword amne aussi son lot de nouvelles merveilles, units, civilisations... et des nouveaux btiments et scnarii. Certains de ces derniers sont dments : dans AfterWorld, on affronte une arme de zombies au tour par tour la X-Com. NextWar nous met dans la peau dun des cinq super-empires qui se mettent sur la tronche coups de mechwarriors. Final Frontier est surement le plus fou vu quil transforme le jeu en une sorte de Galactic Civilizations II o les toiles remplacent les villes, avec un nouvelle arbre technologique et des tonnes de nouvelles units, le tout dans un univers plein de dangers, de trous noirs et de champs dastrodes.

Initialement, le concept de Beyond The Sword tait simplement damliorer les parties aprs la dcouverte de la poudre, certains joueurs sennuyant un peu une fois la Renaissance passe. Au final, cest tout le jeu qui est amlior grce de nouveaux lments de gameplay. Tout dabord on trouve les vnements alatoires qui sont bnfiques ou nfastes : tornades, ouragans, volcans, peste, incendies, dcouverte dune ressource, une ville qui se dcouvre un don dans la fabrication du pain, un scandale politique... Plus de 100 sont disponibles. En termes de jeu, cela se traduit par des btiments/amnagements dtruits, des bonus en nourriture/culture ou autre... Ces vnements ne sont jamais trop violents mais apportent une dose de hasard logique si on observe les vnements historiques rels (exemple : la destruction de Pompi). Dans certains cas, on peut limiter la casse en y mettant le prix. Par exemple, si une forge est dtruite dans un incendie, on peut la reconstruire instantanment en lachetant. Dautres vnements sont des qutes : il faut par exemple construire 10 temples pour obtenir un gros bonus une fois la qute acheve.

Parmi les nouvelles merveilles disponibles se trouve le Palais Apostolique (le Palais du Pape). Accessible une fois la recherche Thologie disponible, on peut le construire si on a une religion dEtat et une ville o elle est pratique. Le Palais constitue une sorte dONU avant lheure. Et cest surpuissant. On peut voter des rsolutions permettant de dclarer la guerre sainte ou la paix contre une civilisation, de rendre une ville sa propritaire lgitime (par la culture), de dclarer un embargo et mme dobtenir la victoire diplomatique. LIA a tendance se convertir la religion du Palais, histoire de profiter des bonus de production offerts. Cela ajoute une touche supplmentaire de diplomatie qui renforce encore le pouvoir des religions. En contrepartie, le rush sur les religions qui tait dj conseill avant Beyond The Sword devient quasi obligatoire. En combinant vassalit et Palais Apostolique, on obtient un mic-mac gopolitique et diplomatique de grande classe.

Lespionnage est disponible bien plus tt quavant dans Beyond The Sword et marche dsormais avec un systme de points. linstar de la culture, chaque ville produit des points despionnage. Quand un espion est dans une ville ennemie, on en claque un certain nombre en fonction de la mission voulue : pollution de leau, organisation dune rvolte... ou mme contre-espionnage ce qui permet de voir les agissements des espions ennemis dans son territoire. Mme sil y a une chance de se faire choper, cest un bon moyen pour neutraliser un pays.

Beyond The Sword amliore le ct conomique du jeu avec les multinationales. Pour en crer une, il faut sacrifier un personnage illustre et disposer dune ou plusieurs ressources prcises. Une multinationale cote trs cher lentretien mais rapporte beaucoup en production/nourriture/commerce et permet daccder des ressources non disponibles sur son territoire. Comme pour les religions, on peut les tendre en envoyant des directeurs dans des villes pour crer des filiales. Une filiale rapporte beaucoup la maison, cote de lentretien la ville mais lui apporte de la production. videmment, en fondant une filiale dans une ville ennemie, on se fait de lor sur son dos. Le revers de la mdaille est quon lui fournit une ressource quil na peut-tre pas. Il faut donc adopter un quilibre histoire de gagner pas mal dargent tout en vitant de fournir par exemple du ptrole permettant une civilisation ennemie de faire des tanks. Les multinationales apparaissent gnralement au moment o les religions sont toutes dployes et renouvellent lintrt du jeu. L encore cest logique historiquement : les civilisations en ayant fini avec la religion, elles reviennent au veau dor.

Un des problmes auquel on est confront en jouant est le cot exorbitant dentretien des villes se situant sur dautres continents jusqu ce quon passe en Proprit dEtat (Communisme). Beyond The Sword introduit le principe des colonies : quand vous fondez une ville sur un autre continent, vous avez la possibilit de transformer cette partie de votre empire en une civilisation vassale ! La colonie deviendra alors indpendante et sera gre par lIA. Elle devra payer un tribut et vous aurez accs ses ressources. Par contre, elle risque de se librer de vous en devenant indpendante. Beyond The Sword apporte aussi le dmarrage avanc. Le principe est simple : on choisit un nombre de points de dpart. Ils permettent dacheter des villes, des units, des recherches et des amnagements. On ne dispose que dun espace limit pour placer ses villes et on ne sait pas du tout ce que font les autres. Ce mode de jeu permet de se faire des parties cibles plus ou moins courtes et plaira ceux que lAntiquit ou le Moyen-Age rebute. Cest aussi un moyen de se faire ses scnarii sans rien avoir modder.

En bref, il est impossible de passer cot de Beyond The Sword quand on aime Civ IV. Il apporte tellement de nouveauts quon peut parler de Civilization 4.5. Vendu 20 euros ds sa sortie, cest le plus bel hommage que pouvait faire Firaxis son jeu culte.

CBL
(03 dcembre 2007)
Un avis sur l'article ? Une exprience partager ? Cliquez ici pour ragir sur le forum
(81 ractions)