Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Starlord
Année : 1993
Système : Amiga, PC
Développeur : Microprose
Éditeur : Microprose
Genre : Stratégie
Par Djib (03 novembre 2001)
La boîte du jeu (merci au site Mobygames !)
Cliquez sur une image pour une version plus grande.

Starlord est l'un de ces jeux produits quand Microprose concevait de nombreux hits pour le PC, tels que X-Com, Legacy, Pirates! ou encore Rex Nebular. Présenté comme un mélange de Civilization et de Wing Commander, Starlord s'annonçait comme un titre majeur de 1993.

Mike Singleton, l'auteur des mythiques Midwinter 1 & 2 et de Lords of Midnight, jouissait au début des années 90 d'une formidable réputation. Il était considéré comme un auteur de génie à la créativité débordante, mélangeant avec bonheur les RPG et la stratégie ou l'action dans des titres aussi originaux que novateurs. Cependant ses softs n'avaient jamais connu le succès d'un Railroad Tycoon ou d'un Civilization, et il passait pour un auteur génial incompris par ses éditeurs.

Microprose, voyant en lui un nouveau Sid Meier, lui proposa d'éditer son prochain jeu en lui laissant carte blanche. Mike Singleton, épaulé par l'équipe de Microprose, s'attela alors à la création de Starlord.

StarLord est un jeu de stratégie qui vous place aux confins de l'espace dans un avenir lointain. Vous êtes un Starlord d'une famille galactique comme beaucoup d'autres avec votre propre planète appelée « starbase ». C'est votre fief et la source de vos revenus. Vous possédez également votre propre flotte de starships que vous dirigez avec votre propre vaisseau amiral. Vous voyagez alors vers d'autres « starbases » alliées ou rivales.

Écrans de la version PC.

L'univers dans lequel vous évoluez est un empire divisé entre de nombreuses familles qui varient en taille et en force, et régi par l'Empereur Galactique, à qui tous les Starlords doivent respect et obéissance - mais aspirent finalement à le renverser. Vous commencez comme Lord au plus bas rang féodal de la galaxie et devez vous élever en devenant Compte, Duc puis Roi, avant que vous ne puissiez défier l'empereur pour le trône galactique. Afin de gravir les échelons, vous devrez augmenter non seulement votre richesse et votre influence mais également vos starbases et vaisseaux.

Vous avez deux flottes principales : votre flotte de bataille pour les manœuvres d'attaque et votre flotte de défense planétaire que vous employez pour défendre votre base. Pour entretenir ces flottes il vous faut naturellement de l'argent, et vous pouvez en gagner de deux manières : paisiblement ou en faisant la guerre. Votre starbase produit des marchandises spécifiques telles que la nourriture, l'eau, le carburant, les armes etc... et vous pouvez vendre ces derniers à un prix gonflé à un autre Starlord en visitant sa starbase avec votre cargaison. L'autre manière de s'enrichir est la guerre et lorsque vous menez votre flotte à l'attaque, le jeu change pour laisser la place à un environnement 3D à la Wing Commander.

Vous pouvez cependant zapper cette phase pour arriver directement au résultat de la bataille. Si vous êtes victorieux du vaisseau et de la défense planétaire, non seulement vous faites main-basse sur les richesses mais vous pourrez installer un membre de votre famille sur place et étendre votre empire personnel ; en outre le titre du vaincu (duc, compte) deviendra le vôtre. La diplomatie se veut importante, non seulement avec vos supérieurs mais aussi avec vos vassaux. Des évènements peuvent survenir tels que rébellion, tentative d'assassinat, coalition etc.

Cela semble excellent sur le papier ?
Et pourtant en pratique c'est une catastrophe !!!
À trop vouloir en faire, le jeu ne parvient à aucun moment à remplir ses objectifs : les combats en 3D sont ratés, la pratique du commerce aberrante, la diplomatie incompréhensible et le pire est que le système féodal n'est pas du tout au point - en une heure de jeu vous pouvez renverser l'empereur !!!!

Après avoir promis monts et merveilles aux joueurs, Microprose et Mike Singleton livrent un des plus grands navets des années 90. L'histoire est édifiante : un auteur qualifié de "génie", un éditeur habitué aux succès et un concept formidable pour aboutir à une vraie daube.
Le summum c'est que le jeu était vendu 419 francs lors de sa sortie : allumé par les critiques, une semaine plus tard il était dans les bacs d'occasion à 99 F...

Depuis on a plus trop entendu parler de Mike Singleton...

Djib
(03 novembre 2001)