Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Ice Climber
Année : 1984
Système : Arcade, NES
Développeur : Nintendo
Éditeur : Nintendo
Genre : Action
Par Maze007 (23 juillet 2001)

Depuis quelques semaines (et surtout depuis la fin de l'E3), certains internautes nintendophiles sont en ébullition avec l‘annonce de la sortie de Super Smash Bros. Melee et sa cohorte de personnages issue de l‘univers Nintendo, mais si pour beaucoup nombreuses tête sont connues, d'autres n‘en sont pas moins obscures...
C'est le cas de deux Inuits (Oui je sais, je pourrais dire Esquimaux mais ça m'évitera profusion de jeux de mots débiles et souvent graveleux...) tous deux vêtus d'un anorak avec capuche en poil d'ours blanc parce que c'est bien chaud, et qu'en montagne il faut avoir bien chaud à ses oreilles parce que sinon..., mais je m'égare.

Bon, après cette interlude top tendance, je reprends. Donc, parmi les figures obscures il y a un couple d'Esquimaux parfum menthe glaciale et fraise (vous voyez que je ne peux pas m'empêcher), ou vêtu de bleu et de rose si vous préférez, qui suscite l'attention du neurone dédié à l'addiction au jeu vidéo, la question la plus souvent posé étant : « Mais qui c'est, ces deux nains encapuchonnés ??? ».
Pour ceux qui ne vont pas souvent dans les forum (mais vous pourriez allez au moins dans celui de Grospixels, ça nous ferait vraiment très beaucoup plaisir) la réponse à cette question à la limite de l'insoutenable étant : Popo et Nana (je l'invente pas, juré, craché [oui chérie je nettoierai la moquette]) les deux protagonistes d'un jeu disponible en début de carrière de la NES et passé inaperçu pour beaucoup à l'époque.

Pour ceux qui ne seraient pas rompu avec l'univers Nintendo, Super Smash Bros. Melee est la suite Gamecube d'un jeu de combat à quatre sorti sur N64 mettant en scène différents protagonistes stars de différents jeux Nintendo (imaginez un combat entre Link, Samus Aran, Mario et Donkey kong !!!)

Là haut sur la montagneuuuuh...

Bon l'histoire et le but du jeu ne cassent pas trois pattes à un canard russe : un vilain oiseau vous à piqué vos fruits et légumes et votre mentor en matière de nutrition étant Thomas Castaignede (passez à dix !), vous vous devez de les récupérer même si pour cela il vous faut escalader des montagnes (comment ça c'est déplacer les montagnes l'adage ! vous êtes sûr ?).

Donc vous voila au pied de cet édifice naturel, emmitouflé comme il se doit avec votre marteau à la main et votre estomac qui crie famine.

Vous pouvez y aller seul et contrôler Popo, le mangeur de viande crue (esquimaux dans le dialecte local), ou à deux avec Nana, que si elle avait surveillé le frigo au lieu de s'avachir dans le canapé devant les feux de l'amour, on en serait pas là a se peler et ce con d'oiseau serait en train de rôtir, prêt à être accompagné de petits pois et de champignons (comment ça y'a pas de petit pois et de champignons chez les Esquimaux ? Vous avez vraiment décidé d'être désagréable aujourd'hui vous !)

L‘aaaaaamour du risque

Admirez le swing

Nombreux dangers vous attendent dans votre ascension des pentes verglacées : des ours blanc qui rebouchent vos passages, des oiseaux qui cherchent à vous embrocher (vengeance ?), des plans verglacés...

Bon, pour se débarrasser de ces animaux dangereux, un coup de marteau suffit mais le plus gros danger en mode multijoueur ce n'est souvent pas le jeu lui-même, mais celui qui y joue avec vous et qui prétend être votre ami, alors qu'il attend le premier moment de détresse pour vous balancer dans un trou.

Comme vous l'aurez compris, le sel de ce jeu réside dans le mode multijoueur qui commence en coopératif et dérape souvent à la bataille rangée (monter plus vite pour le faire disparaître de l'écran, le pousser dans un trou, l'aider à rencontrer un ours blanc (mais non je t'ai pas poussé fais un peu attention à ce que tu fais, enfin) et d'autres délices que je vous laisse découvrir et/ou inventer, joyeuse bande de petits sadiques nourri au Wolfenstein 3D (attention les nouveaux amis ne sont pas fournis avec le jeu).

En solo je trouve ce jeu beaucoup moins passionnant mais c'est quand même un sacré challenge, car s'il n'y a que 32 montagnes dans la version NES (et 24 en arcade) je connais très peu de joueurs qui y sont parvenus (réellement je veux dire...).

Vers l‘infini et au-delà ...

Rends-moi mes légumes !!!

Une fois arrivé en haut de la montagne, après avoir survécu aux chutes mortelles, aux tapis roulants, aux ours blancs poseurs (avec les lunettes de soleil), aux aigles, à votre soi-disant ami, à la crise de nerfs... (liste non exhaustive), vous commencerez un stage bonus chronométré pour récupérer vos fruits et légumes subtilisés et en profiterez pour faire passer à ce stupide oiseau l'envie de recommencer.

Dans ce stage, si vous tombez, vous ne perdrez pas de vie mais vous n'avez qu'une seule chance pour réussir et marquer des points de bonus...

Le salaire de la peur

Toute peine mérite salaire dit-on et dans ce jeu vous avez 5 façons de marquer :

- Le bonus pour avoir terminé le stage spécial de fin de niveau.
- Les légumes récupérés dans le stage bonus.
- Les blocs de glaces utilisé par les ours blancs pour reconstruire les trous.
- Les aigles assommés.
- Le nombre de blocs cassés.

Pour scorer vous aurez tendance à vouloir casser le maximum de blocs, mais faites attention aux chutes...

Pour conclure :

Ce jeu est plutôt connu par les fans de la NES, mais il suscite énormément d'avis différents (les pros et les contres), les anti le considérant comme une somptueuse daube qui ne représente absolument pas la NES dans la technique (même si ce jeu est sorti en tout début de carrière de cette machine), et les pros qui aiment le principe de gameplay et que je soupçonne de jouer à deux...

En bref pour résumer malgré la technique minimaliste et un principe de jeu classique, Ice Climber vous promet quelques heures de bonheur (surtout à deux) et pour peu que vous ayez une Dreamcast, vous avez des émulateurs NES et arcade qui commencent à fleurir sur le net...

Bonne grimpette.

En arcade les caractéristiques pour ceux que cela intéresse :

Hardware : Nintendo Vs System
Processeur principal : Custom M6502 (8-bits ; 1,790 MHz)
Hardware son : Nintendo Custom.
Maze007
(23 juillet 2001)