Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
The House Of The Dead 2
Année : 1998
Système : Dreamcast, PC
Développeur : Sega
Éditeur : Sega
Genre : Rail Shooter
Par Maze007 (13 octobre 2001)

Comme le dit la bannière ci dessus, ceci est un prélude...
Comme vous ne le savez sûrement pas, j'ai eu la chance d'avoir une salle d'arcade dans le centre commercial où ma maman faisait les courses familiales (un véritable gouffre à argent de poche), et si il y avait un truc que je trouvais terrible, c'était bien les jeux comme Operation Wolf (jeu auquel j'ai dû jouer sur un nombre incalculable de plates-formes). Le jeu lui même me plaisait beaucoup mais ce qui m'attirait, c'était la mitraillette. Là, on avait vraiment l'impression d'être Rambo. En bref, c'était cool pour le bonhomme de 8 ou 10 que j'étais.
Plus de 10 ans après, j'ai toujours ce travers de terrible attirance envers les flingues en plastiques et les jeux de tirs en tous genres, même s'il faut avouer que Duck Hunt et le pistolet de la NES (une référence de précision pas encore égalée aujourd'hui, hormis en arcade) y sont pour beaucoup.

Mais enfin, revenons à nos moutons si j'ose dire, car vous serez confrontés des créatures très éloignées de l'archétype ovin...
Comment ça quelle mission ? Oui, je sais vous n'avez rien signé, mais le fait d'en être arrivé ici dans cette article signifie que vous êtes d'accord et ce n'est pas négociable NAH !

Bon, maintenant que vous ne pouvez plus reculer, autant savoir ce qui vous attend non ?
Voila la première pièce à porter dans votre dossier : le briefing

Le Briefing

Nous somme le 26 février 2000 et nous sommes plutôt mal... Une ville est tombé sous le joug de quelques créatures, ce qui nous fait penser au cas curien en décembre 1998 brillamment réglé par les Agents Rogan et G.
Ce dernier ayant disparu, c'est à vous de faire la lumière sur cette sombre affaire (NDR : oui c'était la quinzaine du jeu de mot à deux francs chez Leroy-Merlin et j'en ai pris des pleins sacs donc vous allez morfler...).

En bref, ça chie dans l'biniou et il va falloir se rendre sur place pour découvrir qui est derrière tout cela et surtout pourquoi.

À ce moment où la tension est à couper à la hache, l'agent James Taylor lève sa main : “Euh chef c'est quoi le cas Curien ?”, ce qui a pour effet de mettre le chef de l'AMS (l'organisme d'état auquel vous appartenez) dans un colère noire et faire briller ses globes oculaires de rage (là on frise l'antinomique) : “Mais espèce de sombre et sinistre crétin qu'est-ce qu'on vous a appris au centre de formation...”
La mission semblant partir vers nulle part (tout comme cet article), l'agent Gary Stewart, accessoirement suce-boule de service, prends la parole : “ En décembre 1998, du 18 au 20 pour être précis, le docteur Curien avait orchestré une opération qui avait pour but de faire disparaître l'humanité (les gens pas le journal). Les agents Rogan et G. ont affronté avec brio des hordes de zombies et autres créatures qui pourraient sortir de l'imagination d'un Peter Jackson et maîtrisé la situation dans le manoir Curien. Compte tenu des implications du gouvernement à l'époque cette affaire n'a pas été rendue publique et reste sous le sceau du secret défense”.......

Je vous fais grâce du reste du briefing non sans vous faire un résumé où l'agent Taylor en prends pour son matricule et est envoyé au front avec l'espoir secret de son chef de service (aussi sadique que peut être ce type de personnage) qu'il se fasse grignoter par le premier zombie rencontré...

Les différents modes de jeux (Dreamcast & PC)

Avant de partir dans l'aventure, que cela soit sur DC ou PC, je vous conseille de passer à la salle d'entraînement qui vous familiarisera avec les principales techniques de survie et de combat.
Cet entraînement est divisé en plusieurs épreuves qui vont d'empêcher les monstres de croquer les innocents (avec un nombre de balles limitées sinon ce ne serait pas drôle), à faire affronter la gravité le plus longtemps possible à une pièce de monnaie... En bref une formation complète.
En passant ce mode vous permettra de vous familiariser avec les techniques a adopter pour vaincre les boss ce qui en soit n'est pas si difficile mais peut devenir un véritable calvaire si l'on est pas rompu à la technique adéquate...

Une fois que vous saurez viser droit, vous aurez le choix entre deux missions : le mode arcade et le mode original, qui se ressemblent sensiblement, si ce n'est que le mode original est prévu pour qu'au fil de vos parties vous découvriez des bonus qui vous débloqueront de nouvelles armes, entre autres.

Voici un exemple de ce que vous pourrez faire si l'entraînement a porté ses fruits :

Les chemins de traverse

Certains concepts de ce jeu sont particuliers pour le non initié et même pour les fanatiques de jeux crées pour les pistolets que je nomme affectueusement de type “Ralph Baer”. Derrière des actions classiques comme tirer en dehors de l'écran pour recharger (d'un classicisme éhonté) se cachent des idées qui ont fait une grande partie du succès de la série des House of the Dead (hormis la joie de trucider du zombie dans une gerbe jouissive de sang vert) par exemple le fait d'avoir un parcours dans le jeu qui évoluera selon vos performances (nombre de civils sauvés, verrou que vous aurez fait sauter dans les temps...) est un plus qui aura fait dépenser plus d'une pièce de 10 francs, même (et surtout) aux meilleurs tireurs d'élite des salles d'arcade.

Un autre point à la limite du génie c'est la localisation des zones de tir (pas encore au top à l'époque mais c'était déjà un super essai). Par exemple, si vous tirez sur un zombie dans le torse il vous faudra plus de balle qui si vous aviez fait un "head-shot" (vous savez là où il faut loucher pour voir le trou), certains de vos adversaires ne pouvant être tués que de cette manière. En bref, encore un peu de piment dans un jeu loin d'être fade (peut être au niveau du scénario, mais là je chipote)

La fin n'est que le commencement

Donc en résumé vous traverserez des zones infestées de créatures, que ne renierait pas un certain George A.Romero, qui arrivent de tous les côtés (de face, sur les flancs ou de derrière en suivant un superbe effet de caméra). Vous buterez (peut être pris à double sens) sur un boss pour lequel le carnet de G. vous donnera le point faible, et avec un peu de chance découvrirez le mystère de cette invasion...

Ce jeu vous immerge complètement dans l'horreur et votre index va souffrir si vous insérez un objet de forme ronde soit dans la fente d'une machine d'arcade, dans le tiroir de votre lecteur PC, ou sous le rabat de votre boite blanche et bleue... Car une fois que vous serez dans le jeu, vous vous y battrez comme si votre vie en dépendait, et c'est peut-être ça la plus grande réussite de ce jeu : l'ambiance (les cinématiques et la réalisation y sont pour beaucoup), et même si dans le style jeu de tir je préfère les "Point Blank", ce jeu me fait toujours passer d'excellents moments sur ma Dreamcast et je ne m'en séparerais pour rien au monde, car il suffit de quelques minutes pour s'amuser et ce sentiment est présent à chaque fois... Au final n'est-ce pas ce que l'on demande à un jeu d'arcade ?

Je ne peux pas résister à vous fournir quelques photos et artworks de ce jeu, cela compensera la Rom que nous ne fournirons pas car je vous le rappelle "le site à un but éducatif et n'est en aucun cas un site de warez !"

Maze007
(13 octobre 2001)