Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
California Games
Année : 1987
Système : Atari VCS, C64, Lynx, Master System, Megadrive, NES, SNES
Développeur : Epyx
Éditeur : Epyx
Genre : Sport
Par Thomas V. (06 mai 2003)

Avertissement : Malgré la vigilance de la rédaction il est possible que subsiste dans cet article une quantité limitée de langage djeun'z.

Sorti auparavant sur NES, ce jeu est, avec l'inénarrable Track and Field l'un des pionniers de la simulation multisport, et il reste, à l'heure actuelle avec toute la technologie de pointe face à lui, un des jeux de sport les plus funs, bien sûr hormis Pro Evolution Soccer, mais avec un budget peut être dix fois moindre, il se débrouille aussi bien même 10 ans après sa sortie.

Donc ploum, ploum, ploum (6 petites épreuves pendues aux manettes, appuyez sur start elles pondront des ...) présentation !

Voici l'écran titre, ressemblant à une plaque d'immatriculation américaine (dommage que vous ne puissiez pas entendre la musique ! !)

Comme son nom l'indique, California Games est une simulation de sport regroupant plusieurs disciplines typiquement californiennes. Vous avez donc le choix entre : le skateboard en half pipe, le footbag, le surf, le patin à roulettes (soyons modernes et audacieux, disons "quad" ou "roller" comme à l'époque), le BMX, le freesbee.

Vous avez la possiblité de vous engager dans un championnat regroupant ces 6 épreuves, d'établir des high scores, bref de vous éclater, seul ou entre potes. Une des caractéristiques les plus croustillantes de ce jeu est le mode multijoueur qui permet à huit acharnés de s'affronter à tour de rôle sur chacune des disciplines, ce qui vaut vraiment son pesant en cacahuètes (ou en chips si l'on est chipophile, ou en bonbons si l'on est...). La première partie jouée est suffisante pour imaginer la scène : 7 copains surexcités mettant la pression au pauvre bougre détenteur de la manette et dont la moindre erreur d'inattention peut être fatale à son score...

Une option sympa car inutile, le choix du sponsor !

La technique

Graphiquement, on est dans le très haut niveau pour une 8-bits. Il suffit de comparer avec la version Nes pour se rendre compte du fossé technique qui sépare ces 2 consoles : les personnages sont bien dessinés, sont variés (aucun ne ressemble à un autre), et symbolisent de plus très bien la Californie (la plage, le désert...), l'animation fluide (en 60 hertz, c'est même trop rapide). Et le fin du fin sont les musiques : elles collent parfaitement au jeu ; décontractées pour le freesbee et le footbag, nerveuses pour le half pipe et le patin à roulettes, on est complètement dans le jeu, on s'y croirait ! D'ailleurs, je ne teste que les jeux dotés de très bonnes musiques (on ne se refuse plus rien !), peut être parce qu'on les trouve de plus en plus belles au fur et à mesure qu'on apprécie (ou qu'on kiffe, pour les kiffeurs).

Voici les épreuves auxquelles vous aurez accès

La jouabilité est quant à elle irréprochable, très intuitive, facile à prendre en main et en même temps très exigeante au niveau du timing, ce qui rend ce jeu si attachant, car même un pro n'est pas à l'abri de la chute en plein saut de skate ou du viandage en patin à roulette (pardon, en quad). Il est à noter d'ailleurs qu'on a tendance à être moins bon lorsqu'on se fait chambrer par ses petits camarades (ah bon ?).

Alors je dois l'acheter ?

Certainement pas, vous ne le trouverez pas ! Plus sérieusement, c'est un jeu qu'il faut absolument posséder en émulation. Cette version surpasse même celle de la Megadrive, c'est dire. Vous reviendrez même à ce jeu sur votre Pentium 8 dans 10 ans, faites-moi confiance, un vrai classique (aux jeux vidéo ce que l'A.O.C. est à la binouze). Tout de suite après, une petite présentation des épreuves ainsi que de leur maniement !!

· Half pipe : Le jeu commence très fort, ce sport est le premier dans l'ordre du championnat. Il est aussi un de ceux nécessitant un timing parfait sous peine de chute. Il se présente de la sorte : vous voyez toute la rampe de profil, votre personnage démarre en haut à droite. Pour lui donner de la vitesse, il faut que vous laissiez appuyé le bouton bas lorsque qu'il se dirige vers le bas et sur le bouton haut lorsqu'il se dirige vers le... Arrivé sur la partie opposée de la rampe, vous devez appuyer sur le bouton droit pour que votre personnage effectue un 180° et se dirige dans le bon sens vers la droite. Les deux premiers 180° que vous effectuerez sont simples : vous êtes à l'intérieur de la rampe. À partir du troisième, ça se corse. En effet, votre intrépide skateur va désormais sortir de la rampe car il va plus vite. La manœuvre ne change pas pour le 180°, mais il faut que vous tourniez exactement au bon moment afin d'empocher le max de points d'une part et de ne pas tomber d'autre part. Avec l'entrainement, le skateur ira tellement haut qu'il sortira de l'écran ! Si vous avez réussi à maitriser ce sport vite, félicitations, vous êtes paré pour tout affronter par la suite

Bizarre...

· Footbag : Cette épreuve est la plus anecdotique du jeu. Il s'agit en fait de jongler avec le pieds et la tête avec une petite balle blanche. Il y a une dizaine de figures réalisables, et toutes les enchaîner dans une même session relève du sacerdoce. C'est peut-être l'épreuve nécessitant le plus d'entraînement, et même après plusieurs dizaines de parties, je n'ai pas encore su réaliser toutes les figures, un beau défi donc en perspective pour tous les hardcore gamers !

L'épreuve se présente de la sorte : vous êtes un homme (vêtu d'un tee-shirt rouge, abrégeons...), vous (votre avatar vidéoludique pour ceux qui se posent la question) vous (là, c'est vous-même) faites face. Une petite balle est à vos pieds. Il faut appuyer sur 2 pour la lancer, puis vous pouvez vous déplacer de gauche à droite, de droite à gauche. Vous pouvez aussi vous tourner en appuyant sur bas et sauter en appuyant sur 1 (pour réaliser des têtes). Pour jongler avec la balle, il suffit (vite dit) d'appuyer sur 2 au bon moment.

Ce jeu est un des plus cool, mais potentiellement un des plus stressants du jeu, tant le maniement du perso peut sembler aléatoire. Il est à noter qu'il est possible de ralentir la balle, par un procédé que seuls ceux qui battront un high score connaîtront (et y'a pas moyen de contourner, dommage pour les cheateurs !).

· Skating : Sous cette appellation (d'origine contrôlée) se cache l'épreuve de patins à roulettes (ou quad pour les intimes). C'est en fait une longue piste avec divers obstacles (des cornets de glaces, les gens font traîner leurs affaires n'importe où, des plaques d'égout, du sable, des ballons qui traversent l'écran et qui sont pénibles, mais pénibles !). C'est une épreuve de difficulté moyenne, que vous vaincrez non sans prise de tête cela dit.

Cela se contrôle comme ceci : vous appuyez alternativement sur haut et bas pour avancer, sur arrière pour faire un tour sur vous-même afin de gagner des points et sur 1 ou 2 pour sauter par dessus les obstacles. Si vous arrivez trop vite dans du sable, vous tomberez, par contre, si vous êtes quasiment à l'arrêt, rien ne vous arrivera. Il se peut que des ballons (pénibles !) traversent l'écran, il n'y a aucun moyen de les prévoir, et vous devez tenter de les éviter tant bien que mal, sinon c'est la chute.

Re-bizarre...

· Surfing : On est là encore dans de l'anecdotique (NdL : C'est pourtant le screenshot qu'on voyait systématiquement quand on parlait de ce jeu dans les magazines de l'époque). Une épreuve rapide, où une petite erreur vous coûte très cher. Vous démarrez sur la crête d'une vague et vous déplacez vers la droite, en appuyant alternativement sur arrière et avant, mais pas nerveusement, prenez votre temps, car vous accélérez seulement en vous dirigeant vers le bas. Vous avez la possibilité de sauter. Pour ce faire, dirigez vous vers la crête, vers le haut donc. Vous allez effectuer un saut. Pour retomber dans le sens de la vague sans faire de chute, il faut qu'au sommet de votre saut, vous dirigiez votre surfeur vers la bas, avec un angle d'atterrissage qui ne "coupe" pas la vague, c'est-à-dire un peu plus de 45°, en sachant que cela change en fonction de votre vitesse. À la retombée d'un saut, vous avez la possibilité de faire un tour sur vous même, en laissant appuyé 2, puis en appuyant sur bas, puis arrière, puis haut (afin de vous remettre dans le sens de la marche).

Sachez enfin que vous gagnez plus de points si vous faites un tube (j'ai la flemme de faire un jeu de mot), c'est-à-dire si vous restez suffisamment longtemps sous la vague. Il est à noter qu'il est possible d'obtenir un surf plus rapide (mais je vous dirai pas comment :p).

Le BMX pendant un Salto

· BMX : Attention, jeu génial ! C'est l'épreuve la plus aboutie, la plus riche du jeu. Vous devez marteler le bouton 2 pour avancer, et appuyer simultanément sur 1 et 2 pour sauter. Lorsque vous êtes au sommet d'une bosse, vous pourrez sauter plus haut, et ainsi avoir le temps de placer une figure. En appuyant sur haut durant un saut, vous réaliserez généralement un "tabletop", c'est à dire que le biker lâche le guidon d'une main. Plus longtemps vous appuierez, et plus vous gagnerez des points. En appuyant sur bas, le personnage fera un 360° sur lui même.

En appuyant sur arrière, vous ferez un salto arrière avec votre vélo, une des figures qui rapportent le plus. Il est à noter que si vous tombez sur la tête, vous n'aurez pas la possibilité de recommencer l'épreuve. En appuyant sur avant, vous réalisez un salto avant, la figure rapportant le plus de points mais aussi la plus difficile à placer. Là aussi, si vous tombez sur la tête, point de salut (c'est particulièrement rageant à la fin du parcours !).

En appuyant sur arrière alors que votre biker est sur la terre ferme vous réaliserez un "wheelie", qui peut durer tant que vous appuierez sur arrière.

La fin du parcours est signalée par un saut sans obstacle à la réception. Après ce saut, arrêtez d'appuyer sur 2, sinon vous louperez la zone d'arrêt et ne gagnerez pas de points supplémentaires. Là encore, vous avez la possibilité de gagner un nouveau BMX permettant de réaliser des high jumps sans avoir besoin de bosse (toujours la même méthode).

Maintenant vous captez le principe de la jauge et du radar ?

· Flying Disk : Le repos après un championnat bien fatiguant, stressant et salissant (z'avez jamais fait de BMX ?). On se lance le p'tit freesbee bien peinard dans un parc national (et on trouve encore le moyen de se jeter par terre, de se rouler dans l'herbe et de ses faire des tâches, c'est un jeu de porcs !). L'épreuve se déroule de la sorte. Vous voyez un personnage de profil, tenant un freesbee à la main (c'est déjà un bon départ). En bas de l'écran, vous voyez une jauge (sur le screen vous comprendrez mieux). Pour lancer, appuyez sur un bouton cela fera clignoter une barre sur la jauge. Appuyez sur gauche actionner cette barre. Elle va se déplacer vers la gauche (le bras du personnage va lui aussi se déplacer dans cette direction), puis, une fois dans la zone verte de la jauge, appuyez sur droite. La barre va se déplacer vers la droite (le bras aussi). Une fois dans la zone verte de droite, appuyez sur 2, le personnage lancera le freesbee. Naturellement, plus vous aurez appuyer au milieu des zones vertes, plus vous ferez un bon lancer. Servez-vous du radar en haut de l'écran pour déplacer le receveur en fonction du lancer. Pour rattraper le freesbee, mettez vous en bonne position. Vous pouvez rattraper le freesbee en étant statique, en bougeant ou en plongeant. Pour le rattraper, appuyez sur haut lorsqu'il est à bonne hauteur du receveur. Pour plonger, appuyez sur 1 ou 2. Sans entrainement, vous n'aurez soit dit en passant aucune chance de rattraper le freesbee, la jouabilité étant hasardeuse au début, mais facile par la suite les commandes vous répondront au doigt et à l'œil, il faut avoir le coup (moi je l'ai nak nak nak !).

Après avoir fait un record, vous devrez faire correspondre les trois panneaux de cet écran pour débloquer une balle plus lente au footbag, un BMX sautant plus haut ou un surf plus rapide.

Post-scriptum (l'indispensable conclusion)

Ben voilà, cronikénif' ! (traduction : et bien voilà, cette charmante chronique est finie) en espérant que le voyage fut agréable et que vous vous jetterez sur ce magnifique jeu, et que vous reviendrez nombreux à bord de grospixels.com !

Thomas V.
(06 mai 2003)
- Si le sujet vous a intéressé, nous vous suggérons les articles suivants -

Olympic Decathlon

Summer Games (et ses suites)

Track & Field (Hyper Olympic)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(19 réactions)