Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Speedway Classic
Année : 1984
Système : Apple II
Développeur : Actioncraft Software
Éditeur : Actioncraft Software
Genre : Jeu de Course
Par Jean-Christian Verdez (20 septembre 2003)

Speedway Classic est une simulation de courses de voitures, sur un "speedway", un circuit oval particulièrement populaire aux États-Unis. Et vu que c'est mon premier jeu de voiture tous supports confondus, j'ai une affection particulière pour ce titre même s'il n'a pas grand chose de singulier pour rester dans la mémoire des joueurs non nostalgiques ou/et plus jeunes. D'ailleurs il faut bien admettre que si ce jeu semble aujourd'hui complètement oublié, ce n'est pas du tout incompréhensible... En effet, sorti sur Apple en 1984, Speedway Classic ne pouvait, déjà à l'époque, que difficilement rivaliser avec le maître de l'époque, le célèbre Pole Position d'Atari (1983), référence incontestée du genre. Malgré tout, un petit article dédié et une sortie de l'ombre ne peut pas lui faire de mal, ne serait-ce que par esprit de sauvegarde du patrimoine vidéo-ludique :

Le jeu commence par une mise en ambiance sympathique puisqu'une majorette (qui s'avère plutôt être un homme, d'ailleurs) défile sur une musique de type marche américaine typique, avant que n'apparaissent l'écran titre puis votre voiture de course. (Note pour l'émulation - il semblerait que plusieurs des images disque disponibles sur le net aient ce défaut : le personnage apparaît à l'écran, lance son bâton en l'air et lorsqu'il le rattrape, c'est-à-dire au moment où la musique démarre et où il est censé se mettre à marche en rythme, le jeu plante. Si le problème se présente, pour y remédier il faut appuyer sur la barre d'espace dès que possible, afin de zapper l'intro. Vous loupez la musique et l'écran titre, ce qui est dommage mais pas non plus dramatique, vu les capacités sonores relatives de l'Apple).

Une fois votre nom rentré, il vous faut choisir entre 4 niveaux de difficulté, de A à D (D étant le plus facile). Plus le niveau choisi est élevé, et plus la vitesse du jeu est accrue. Il y aura aussi beaucoup plus de concurrent. Pour corser le tout dans les niveaux de difficulté les plus élevés, des taches d'huile apparaîtront régulièrement sur la piste et vous feront déraper. Autant vous dire qu'en classe A, il est limite impossible d'éviter à la fois les voitures adverses et les flaques d'huile. Par contre en comparaison la classe D fait office de simple entraînement.

On règle la difficulté, et ensuite, direction la ligne de départ

Du point de vue des commandes, c'est très simple puisque le jeu gère automatiquement la vitesse de la voiture, en atteignant en quelques secondes la vitesse maximale de 255mph. Tout ce que vous avez à faire, c'est de vous déplacer à droite et à gauche afin d'éviter de percuter les concurrents moins rapides ou/et de sortir de la piste. Même les virages n'affectent pas la trajectoire de la voiture, qui reste toujours alignée sur la route tant que vous ne l'orientez pas dans une direction. Bref le jeu possède un gameplay particulièrement dépouillé, et en Classe D il est très facile de faire un sans faute. Le gros défaut du jeu est de proposer des virages qui surviennent avec la même régularité, et qui vont toujours dans la même direction (vers la gauche). Dommage, car la présence de circuit plus élaborés qu'un carré aux angles arrondis aurait rendu ce jeu parfait. Pour toutes ces raisons, Speedway Classic prend donc toute sa dimension dans les niveaux de difficulté élevés, car tout devient alors une question de réflexe, pour ne pas dire d'instinct (lorsque vous arrivez à dépasser toutes les voitures au millimètre près et que vous n'avez même pas le temps de vous en féliciter puisqu'il en arrive encore et encore jusqu'à ce que vous fassiez finalement une faute -ou que vous terminiez la course). Par ailleurs, si vous êtes en tête à un moment de la course, vous aurez toujours des voitures à dépasser, le jeu ne vous laisse donc aucun répit.

collisions et dérapages vous feront perdre un temps précieux

Une fois n'est pas coutume, nous somme encore en présence d'un jeu où le principal challenge est de faire le plus gros score possible. Les points se gagnent selon le barème suivant : vous démarrez la course avec un bonus de 3000 points. Une fois que vous aurez franchi la ligne d'arrivée, votre temps vous rapportera des points s'il est inférieur à 6 minutes (à raison de 20 points supplémentaires par seconde économisée). De même, votre position vis-à-vis des concurrents vous rapporte 100 par place inférieure à 21. A noter que si vous êtes par exemple 40ième avec un temps supérieur à 6 minutes, vous n'aurez aucune pénalité. En revanche, il y a quand même des malus dans le jeu : si vous sortez de la piste, chaque seconde hors du bitume vous coûtera 200 points. Si vous touchez une voiture sur les côtés (si vous êtes roues à roues, quoi), ce sont 100 points qui s'envolent. Un dérapage vous coûtera 200 points, et enfin une explosion (collision brutale avec un autre concurrent) vous enlèvera 400 points. Sans parler du fait que tous ces tracas vous feront perdre et du temps, et des places. Si votre score en catégorie A avoisine les 0 lors de vos premiers essais, c'est normal !

l'instant de vérité. Avez-vous battu le record ? (notez que vous n'êtes pas obligé de le sauvegarder)

Speedway Classic est un jeu de voiture très simple, mais dont la force est justement d'aller à l'essentiel ce qui le rend fort sympathique. Ovale oblige, les virages sont toujours orientés dans la même direction et la courbe est toujours identique : vers la gauche, comme c'est la tradition dans les course sur les "speedway". On peut néanmoins regretter qu'il n'y ait pas d'option pour faire le circuit dans l'autre sens (donc vers la droite). Bref, difficile aujourd'hui de le conseiller à quiconque ne l'a pas découvert à l'époque vu que la recette a été maintes fois reprise (et améliorée), ou alors par curiosité. A titre personnel et avec le recul, je ne peux m'empêcher de voir en Speedway Classic un très lointain ancêtre d'un Burnout sur consoles 128-bits, car bien que ce dernier soit techniquement à des années lumières devant l'Apple, ce qui est quand même rassurant pour les possesseurs des consoles en question, lorsque l'on frôle les autres voitures à pleine vitesse sans les toucher et sans trop savoir comment on est parvenu à les éviter, le petit frisson de plaisir vidéo-ludique est sensiblement le même. Speedway Classic est donc 100% arcade. Les parties sont très courtes, mais nécessitent pour le joueur d'être à son maximum de concentration s'il veut espérer s'en sortir avec un bon score. Et encore une fois, réussir à slalomer entre les voitures à pleine vitesse est un vrai régal.

Pour finir, un petit détail pratique concernant le jeu : à la place du nom, entrer .ERASE A (n'oubliez pas le le point au début) aura pour conséquence d'effacer la table des hiscores du niveau Classe A (idem pour B, C et D). A employer pour repartir sur de nouvelles bases, par exemple dans le cas d'une version émulée, si vous voulez effacer les scores inclus dans l'image disque. De même, le nom .DEMO vous permet d'avoir un aperçu du jeu quand c'est l'ordinateur qui pilote (et il est doué le bougre)... Bonne course !

Jean-Christian Verdez
(20 septembre 2003)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(5 réactions)