Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Mickey's Magical Quest
Année : 1992
Système : SNES
Développeur : Capcom
Éditeur : Capcom
Genre : Plate-forme
Par Bruno (09 janvier 2004)

Chaque jeu ayant marqué notre vie de joueur est accompagné de son lot d'anecdotes. Magical Quest (MQ) ne fait pas exception à cette règle ancestrale. À l'époque (du temps jadis), un nouveau magazine venait de débarquer dans toutes les librairies de France. Son nom : Super Power (parution disparue depuis belle lurette). En feuilletant le canard, je tombe à la renverse à la vue d'une petite photo mettant en scène Mickey Mouse arpentant de sublimes décors dans un jeu de Capcom ! Et oui, j'étais déjà fan de la firme. S'ensuit une longue attente, passée à guetter la moindre preview dans la presse pouvant me faire découvrir de nouveaux screens. Arrive enfin la sortie japonaise et le porte-monnaie se met à danser la carioca.

Il faut dire que la star de Disney a su trouver des partenaires de choc sur ces bonnes vieilles consoles 16-bits. Inutile de vous remémorer les chefs d'oeuvre de Sega sur Megadrive (voir les articles sur Castle of Illusions et World of Illusions) ? MQ fait dans le 100% « Capcom-16-bits-style ». Je m'explique : on retrouve dans ce jeu de plates-formes une identité graphique, un style visuel très proche des Super Ghouls'n Ghost ou autre Demon's Crest. Un design capcomien dont je suis très friand, mon Dieu, de l'orfèvrerie pixellisée.

C'est marrant comme ce Mickey est serviable, toujours près à partir affronter mille et un dangers pour ses amis. L'amitié c'est important, c'est vrai. Pluto, le pote canin de monsieur Mouse, a disparu... Ça sent mauvais, la conspiration toonesque à plein nez. Le sang de Mickey ne fait qu'un tour (en même temps, vite fait le tour, pas bien grand le gaillard) et le voilà parti à la recherche du clébard couleur moutarde.

La carte, Mickey va voir du pays !

MQ, c'est de la plate-forme bien rodée, super jouable et amusante. Du très bon Capcom, quoi. Mickey gagnera des costumes au fil du jeu et chacune de ces tenues lui donnera une capacité particulière. Par exemple, en pompier notre souris éteindra les flammes gênantes mais pourra aussi déplacer des plates-formes ; en magicien il aura la possibilité de respirer sous l'eau et de balancer des rayons magiques ; etc. À vous d'utiliser toutes ces compétences au long de votre périple. Les attaques de base sont immuables pour tous les costumes : sauter sur les ennemis, les prendre dans ses bras puis les balancer, etc.

Si le déroulement est axé arcade, cela n'empêche pas à MQ d'avoir son lot de petits passages secrets. Une souris, ça se faufile un peu partout, faut en profiter. Énième dérivé des blocs surprises chers au monde de Mario, Mickey fera mumuse avec des blocs dorés ou rouges, les prendra dans ses gants blancs tous propres pour les balancer à la trogne des méchants ou y libérer des pièces et autres zones cachées. Pensez à trouver les magasins, plus ou moins dissimulés, et les réceptacles de coeur augmentant votre jauge de vie.

La boutique, notez l'air intello du vendeur.

Visite guidée !

Dans le premier niveau, vous ferez vos premières armes dans le monde de MQ. Regardez-moi ces décors, c'est d'une splendeur à verser un ch'tite larmichette, non ?

Le deuxième monde vous fera explorer une forêt mystérieuse. La féerie atteint son comble lorsque Mickey, protégé par sa bulle magique, explorera l'intérieur de l'arbre. Mon niveau favori du jeu avec le premier.

Dès le troisième monde, l'atmosphère devient plus oppressante comme en témoignent les images suivantes.

Ensuite, notre souris goûtera aux joies de l'escalade avant de rencontrer un boss très agacé (on se demande pourquoi d'ailleurs).

Le cinquième niveau est le plus « simple » du jeu en terme de level design. Dommage car les décors sont somptueux. Tiens, j'y pense... c'est la même chose pour Super Turrican. La glace porte-t-elle malheur ?

Et enfin, terrible château, le bout du tunnel est... au bout (ouais, bon, ça va !).

Emballé, c'est pesé !

Mickey's Magical Quest est un des meilleurs titre du genre sur SNES, pas de doute là-dessus. La savoir-faire Capcom, tout simplement. Tiens, j'ai oublié de vous parler des boss. Chaque niveau vous fera l'honneur d'affronter un mini-boss (à mi-parcours) et une terrifiante créature avant le monde suivant. Ces dernières sont effrayantes et rigolotes à la fois car oui, le jeu n'a pas oublié l'humour. Galéjades à gogo en plein combat, pad à la main, gausserie assurée. Les boss, c'est aussi l'occasion pour la console de Nintendo de frimer avec ses effets spéciaux (zoom, rotations, etc.), comme le gros zozio du quatrième niveau. Qui s'en plaindra ? Pas moi en tout cas, non mais l'autre !

Bref, MQ est un jeu à l'ambiance féerique. Le design est superbement soigné (matez-moi les screens pour vous en convaincre) et les musiques sont du même accabit (le thème du premier niveau et celui de la forêt sont mes favoris). De bien belles compositions ma bonne dame. Le level design saura vous étonner (le passage dans la forêt, de la poésie pixellisée à l'état pur !). Les animations de Mickey sont tordantes, celles de ses ennemis aussi (trognons tout pleins ceux-là). S'il fallait lui trouver un véritable défaut, la durée de vie serait mise en cause, assez courte finalement mais le voyage est tellement bon qu'on pardonnera cet écart. MQ a connu plusieurs suites mais nous y reviendrons lors d'un prochain article. Délectez-vous d'un des meilleurs jeu du genre de l'ère 16-bits (notez qu'il existe une version GBA, avec Minnie jouable également), c'est très bon et sucré et pas une seule carie n'est à craindre. Qu'est-ce qu'on dit ? Merci Capcom.

Bruno
(09 janvier 2004)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(36 réactions)