Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
James Pond 2
Année : 1991
Système : Amiga, Atari ST, GBA, Megadrive, PC, SNES
Développeur : Millenium
Éditeur : Millenium
Genre : Plate-forme
Par Tonton Ben (27 février 2004)
Présentation sur le thème musical de Robocod à l'accordéon (un must)
Un écran titre bien sobre comparéau reste du jeu.

Ah, Noël... La neige, les cadeaux, Father Christmas (euh Père Noël, bien sûr, pourquoi j'ai toujours séché les cours d'anglais)... Comment ? Qu'est-ce que j'apprends ? L'usine du Fath... Père Noël a été fracturée, en plein Pôle Nord ! Le démoniaque Dr. Maybe a enlevé les amis pingouins de la banquise, pour en faire du chocolat (ça devient gore), les a farcis chacun d'une bombe, et les a mélangés aux jouets qui vont être distribués cette nuit ! Devant une situation aussi catastrophique, qui peut sauver les enfants du monde entier ?

Différents moyens de transportsont accessibles.
James Pond, c'est le Solid Snake de l'Amiga !

Moi j'aurais préféré Ranx Xerox.

Et ben non, c'est un poisson. Ben voyons. Et pis qui se balade hors de l'eau. Au Pôle Nord. Je commence à comprendre, avec le recul, l'inquiétude de mes parents à l'époque de voir une génération entière de marmots sacrifiée pour s'être abrutie devant de telles inepties. Vouiiii, mais ce qu'ils ne savaient pas, c'est qu'il s'agit de James Pond ! Ahah ! Oui, celui qui a sauvé les océans de la pollution, exactement (cf. le test du premier opus). Ah, alors ! Le Dr. Maybe n'a qu'à bien se tenir !

Non non, ce n'est pas un problèmede moniteur...
Des passages très plates-formes !

Voilà donc notre agent secret poissonneux préféré de retour, dans ce que j'appellerai sa meilleure aventure. Attention, jeu de plates-formes exceptionnel ! Avec pour terrain de jeu l'usine du Fath... raah, Père Noël, composée de 14 niveaux aux thèmes plus que variés ; en effet, il va falloir passer l'usine (du... vous avez compris) au peigne fin, et donc fouiller les différentes sections de jouets, comme le niveau des animaux en peluche, ou encore celui des articles de sport, des voitures, du cirque... Et les niveaux sont loin d'être évidents à parcourir, avec un level design des plus poussés, aussi bien sur le parcours qui n'hésite jamais à vous faire prendre toutes les directions possibles (voir plus bas) que sur le visuel (du moins sur Amiga) avec des fonds d'écran psychédéliques.

L'usine du Père Noël, théatre dece drame moderne.
Des ennemis à vous glacer le sang(il balance des p'tites vieilles !).

Oui, mais Rank Xerox, lui, c'est un robot super fort.

Eh bien il passe pour une mauviette à côté de James (je l'appelle James, c'est un pote, depuis le temps), qui lui s'est vu greffer la toute dernière technologie des agents secrets : l'abdomen télescopique, le fameux projet Robocod qui fait passer le flic cybernétique d'à peu près du même nom pour une vulgaire boite de conserve. En quoi ça consiste ? Et bien c'est très simple, grâce à sa super cuirasse, une pression sur le bouton du joystick, et hop, super-poisquaille s'élève dans les airs, jusqu'à ce qu'il rencontre un plafond quelconque, où il pourra s'accrocher ! C'est qu'il est très fort, notre sympathique pichon, il a dû s'en goinfrer, des bâtonnets de colin du Captain Bigleux. Le problème, c'est que ça alourdit, alors la seule façon qu'il a trouvé d'occire ses adversaires, c'est en leur sautant dessus.

L'abdomen télescopique, très pratiquepour les concerts.
Dérapages garantis sur la crème glacée.

Et Ranx Xerox, il brisait les crânes de ses ennemis avant de les

Oulà bon, James Pond 2 est un jeu accessible dès 3 ans, alors ici, pas de zombies, de monstres venus de l'enfer ou de pikachu multirécidiviste, on est chez le Père Noël (j'ai réussi) que diantre ! Non, nous sommes dans le royaume de la fourberie, où tout jouet qui bouge de lui-même est un adversaire en puissance : Dr. Maybe a programmé son armée de jouets en colère contre notre héros des fonds-marins, composés d'ours en peluches, de vautours faits de cartes à jouer, de soldats en bois... La pire racaille de la planète s'est donnée rendez-vous pour vous ôter des vies, qui se comptent d'ailleurs sur les doigts d'une nageoire. Attention, malgré l'aspect simpliste et enfantin du soft, on est devant un jeu de plates-formes Amiga dans sa plus pure tradition. La difficulté est réellement présente, même si elle est très progressive, et donc bien dosée. C'est un vrai régal, si on y ajoute une maniabilité exemplaire ! James réagit au quart de tour, saute comme pas deux et possède une certaine inertie qui donne un vrai volume au personnage. Franchement, c'est pas donné à tout le monde.

Des ennemis fourbes dans des décors très colorés.
Un boss de fin de niveau, très effrayant.

Foncez sur ce soft, vous y passerez de très bonnes soirées ! C'est Santa Claus qui vous dira merci !

Tonton Ben
(27 février 2004)
Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(31 réactions)