Mastodon
Le 1er site en français consacré à l'histoire des jeux vidéo
Actualité de l'émulation [contenu fourni par Emu-France]
Fire Pro Wrestling - La série
Année : 1989
Système : Arcade, Game Boy, Megadrive, PC Engine, Playstation, Saturn, SNES, Wonderswan
Développeur : Human
Éditeur : Human
Genre : Jeu de Combat (VS fighting) / Sport

Fire Pro Wrestling
(Wonderswan - 2000)

C'est sur la console noir et blanc de Bandai, inédite hors du Japon, que Fire Pro Wrestling fait officiellement ses débuts en version portable puisque le jeu sorti précédemment sur Gameboy ne portait pas le nom de la série. Édité par Naxat, cet épisode préfigure ceux qui débarqueront bientot sur GBA avec un moteur de jeu quasi identique (les sprites et les animations sont très proches), et des options, modes de jeu et « roster » similaires.

Toujours présent, Hulk Hogan en action avec une descente de la cuisse et un marteau-pilon.

Le jeu se joue avec la console tenue à l'horizontale, la croix du bas servant à diriger son catcheur. Les boutons B et A sortent les coups (ou les prises) faibles et moyens. Il faut appuyer sur ces 2 boutons en même temps pour les coups forts. Courir ou projeter dans les cordes s'effectue avec la touche START, et vu comme cette dernière est éloignée des deux autres, son utilisation consitue le principal problème d'ergonomie de cette version. La seconde croix située en haut à gauche de la console permet de réaliser des « performances » (saluer ou narguer l'adversaire) ou bien de placer son coup le plus puissant, l'équivalent des « kakushiwaza » sur Super Famicom, appelé désormais « Special Waza » ou « Special Move ».

Un coup impressionant : Jushin Lyger monte sur un coin du ring et balance un « dropkick » à El Samurai qui se trouve à l'autre coin du ring.

Dans les modes de jeu, on regrette qu'il ne soit possible de jouer que en un contre un. Pas de combats par équipe ni de batailles royales possibles, hélas. Après le 6 Men Scramble de la Saturn, ça fait mal de revenir encore une fois en arrière, comme avec l'épisode Playstation, mais rappelons que nous sommes ici sur une console portable. En contre-partie nous avons un mode EDIT très complet (avec un retour aux illustrations au lieu des animations pour le choix des prises), ainsi que les autres modes habituels (league, tournoi, élimination...), et la possibilité de relier deux consoles pour affronter un ami. Il y aussi une grosse nouveauté, le mode « Master of the Ring ».

Le mode EDIT n'a pas été sacrifié pour cette version portable, il est toujours aussi complet et complexe !

Le mode Master of the Ring prouve s'il en était besoin à quel point les auteurs de Fire Pro sont de vrais fans de catch qui d'une part cherchent à proposer des matches reproduisant au mieux de vrais combats de catch (plutôt que des « jeux de baston sur un ring »), et d'autre part font preuve d'une volonté « d'éduquer » le public néophyte et de partager leur passion avec les spécialistes. Ce mode propose en fait au joueur de composer le programme d'un show d'anthologie sur un thème donné (par exemple : « Junior all stars » ou « show à l'américaine »). Et attention, il faut le faire de façon réaliste. Mettre des champions du monde en match d'ouverture, ça vous épuise le public et le rend insensible à la suite. Opposer un junior à un gros bill, ce n'est pas forcément ce que le public a envie de voir. Placer des champions américains, c'est bien, mais pas trop car on est au Japon et le public veut voir ses stars préférées.

On doit ainsi prendre tout cela en compte pour composer au mieux, puis jouer ou laisser le CPU simuler, chaque match. À la fin, on obtient des notes et un score symbolisant le nombre de spectateurs. S'il dépasse le seuil imposé, on passe au niveau suivant avec un nouveau thème. Et pour obtenir un bon score, il faut garantir des matches à suspens avec des mouvements offensifs des deux cotés et des coups variés. Donc dominer de bout en bout l'adversaire avec « le coup qui va bien et qui touche tout le temps », c'est l'échec assuré.

Master of the Ring met donc en lumière la vision du catch qui anime les auteurs de la série Fire Pro Wrestling et montre à quel point une vraie simulation de catch peut être différente d'un jeu de catch ressemblant plus à un beat'em up avec plein de prises.

Premier niveau du mode Master of the Ring : il faudra ici planifier un tournoi rassemblant tous les « juniors » (poids légers) et tenter de rassembler 12000 spectateurs.
Et voici les notes attribuées à la fin du show. Elles prennent en compte le choix des participants, leur place dans le déroulement du show et la qualité des matches. Là, c'est pas brillant ...

Pour le reste, ce Fire Pro Wrestling, complet malgré l'absence de matches en double, souffre malheureusement d'un petit soucis lié au hardware sur lequel il fonctionne : l'action n'est pas toujours très bien lisible en fonction de la luminosité dont on dispose pour jouer. Étant donné la précision demandée par le gameplay, cela peut devenir très ennuyeux. Dommage que le jeu soit uniquement sorti en version « noir et blanc » et ne profite donc pas des capacités étendues de la Wonderswan Color. Et puis il faut bien reconnaitre également que le jeu est plutôt laid, même en prenant en compte les limitations de la machine.

Un « german suplex » tandis que l'arbitre (non visible) effectue le compte de trois.
Malgré les limitations de la machine, certains catcheurs son reconnaissables, comme ici Jushin Liger (mais si, vous l'aviez reconnu !)

Le casting rassemble 136 catcheurs et combattants de MMA répartis dans une dizaine de fédérations comme dans les épisodes Playstation et Saturn. En tout, il disposent d'à peu près 900 coups différents. Pas mal ! Qui dit mieux pour un jeu de catch sur une console portable qui, je le rappelle, est plus proche techniquement d'une Gameboy que d'une PSP ? Pour l'anecdote, ce Fire Pro Wrestling est le dernier produit avant le « split » entre la All Japan Pro Wrestling et la NOAH (voir première page du dossier).

Et c'est aussi le dernier jeu sur lequel on trouve le logo de la société Human, cette dernière ayant hélas rendu les armes au moment ou le jeu est sorti, comme nous allons le voir dans l'annexe consacrée à l'histoire de cette société ...

Un avis sur l'article ? Une expérience à partager ? Cliquez ici pour réagir sur le forum
(54 réactions)